Mobilité électrique

Les 6 (vrais) Meilleurs Vélos Électriques 2019 – Comparatif Complet

Mis à jour le 17 mars 2019

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 6 meilleurs vélos électriques parmi plus d’une cinquantaine de modèles commercialisés en ce moment.

J’ai, pour ma part, une petite préférence pour le LFB MTB, qui allie performances et design moderne soigné.

Vous trouverez aussi à la fin de cet article un guide d’achat pour vous aider à trouver le vélo électrique qui vous correspond le mieux !

Meilleur pas cher
LFB MTB Vélo électrique Mixte Adulte, Noir/Rouge
Meilleur milieu de gamme
RICH BIT RT022 1000W vélo électrique Smart e-Bike 48V*17Ah Li-Batterie (Yellow Deluxe Edition)
Meilleur haut de gamme
Haibike Sduro Cross 4.0 W
LFB MTB
Rich Bit RT022
Haibike Sduro Cross 4.0
1 176,35 EUR
Dès 490,00 EUR
Dès 2 095,05 EUR
Meilleur pas cher
LFB MTB Vélo électrique Mixte Adulte, Noir/Rouge
LFB MTB
1 176,35 EUR
Meilleur milieu de gamme
RICH BIT RT022 1000W vélo électrique Smart e-Bike 48V*17Ah Li-Batterie (Yellow Deluxe Edition)
Rich Bit RT022
Dès 490,00 EUR
Meilleur haut de gamme
Haibike Sduro Cross 4.0 W
Haibike Sduro Cross 4.0
Dès 2 095,05 EUR

Les meilleurs vélos électriques pas chers

Cette gamme de prix, c’est un peu les eaux troubles. À moins de 1200 €, de nombreux modèles sont de mauvaise qualité, et le tri a été particulièrement épineux. Pourtant, j’ai pu dégoter un modèle sérieux qui, même s’il présente quelques concessions, se démarque particulièrement bien de ses concurrents.

LFB MTB : le meilleur pas cher

LFB MTB

Prix
1 176,35 EUR
Avantages
Bon prix
Construction sérieuse et cohérente
Performances correctes
Inconvénients
Insuffisant pour une utilisation VTT sportive

Avec “seulement” 24 kg sur la balance, de très bons freins à disque hydrauliques Promax, 7 vitesses et 3 plateaux, on est face à un vélo qui tient la route. Toutes les routes ! Il s’agit là d’un vélo taille unique de 26” – ou 700 mm.

Du point de vue des accessoires, il n’y a que l’essentiel. Je note par ailleurs que les deux phares fournis sont à pile. Pour un vélo électrique, c’est un peu ballot.

L’autonomie annoncée est de 80 km en VAE. Raisonnablement, on peut s’attendre à 60 km d’autonomie réelle, ce qui est très avantageux pour ce prix. De quoi pardonner un temps de charge d’environ 5 heures, ce qui interdit toute recharge en cours de route.

On est donc face à un modèle véritablement polyvalent, autant adapté à la ville qu’aux petites balades à la campagne. Mais attention cependant à ne pas s’enflammer, aucun des 5 niveaux d’assistance disponibles ne vous permettra de faire des prouesses sportives : il s’agit bien là d’une gamme de prix “récréative”.

C’est légèrement trop bas pour une véritable utilisation sportive. Son prix abordable permet d’envisager l’achat de deux vélos, pour des promenades en couple notamment, mais risque de décevoir un peu les initiés.

Pour un usage occasionnel, sur des terrains relativement cléments ou pour circuler en ville, c’est en revanche un des meilleurs rapports qualité-prix d’entrée de gamme.

Esthétiquement, c’est un vélo qui n’est pas en reste, son design moderne en rouge et noir, est aussi bien adapté aux femmes qu’aux hommes !

Les meilleurs vélos électriques de milieu de gamme

C’est dans cette catégorie que vous avez le plus de chance de trouver votre bonheur. En effet, pour un vélo électrique qui change vraiment la vie, il faut y mettre le prix. Entre 1500 et 2000 €, les performances commencent à être très intéressantes, et c’est notamment là qu’on retrouvera les meilleurs vélos de ville abordables.

Rich Bit TR-022 : le meilleur de milieu de gamme

Rich Bit TR-022

Prix
Dès 490,00 EUR
Avantages
Design agréable
Un vrai VTT
Fonction tout-électrique
Inconvénients
Freins à disque nécessitent des réglages

Le Rich Bit RT-022 est le premier vélo de ce comparatif à présenter un mode électrique complet – avec quelques limitations, forcément.

D’abord, si mon me dit que c’est un VTT, je suis déjà plus encline à le croire. Les pneus sont d’excellente qualité avec une très bonne tenue de route, et sa coupe sportive ne laisse aucun doute.

Comme pour son petit frère, le Rich Bit RT-860 que nous verrons ensuite, il est équipé d’un porte-bagage – avec le même design surprenant -, d’une pochette de transport et de phares. Mais lui, par contre, n’est pas pliable !

Il s’agit d’un modèle 26”, adapté pour un cycliste qui mesure entre 165 et 195 cm. La première chose que l’on remarque, c’est sa capacité de charge maximale de 150 kg, qui commence vraiment à être compétitive.

Le moteur affiche une puissance de 1000 W. Cependant, il s’agit de ne pas s’emballer. Cette puissance lui permet de fonctionner en mode tout électrique, avec la poignée droite qui sert d’accélérateur – comme sur une moto. Mais elle lui permet surtout de porter ses 29 kg, soit presque 10 de plus que le Rich Bit RT-860, un poids qu’on peut facilement imputer à celui de la batterie.

L’autonomie réelle est en revanche très avantageuse, jusqu’à environ 50 km en tout électrique et 70-80 km en VAE. C’est notamment grâce à une batterie 17000 mAh, bien plus élevée que sur le modèle précédent donc.

La vitesse maximale de 35 km/h, nous rappelle toutefois qu’un moteur puissant, ça ne fait pas tout. Clairement, on n’est pas encore dans la catégorie du speed bike.

Alors, ça s’adresse à qui un vélo comme ça ? Nous ne sommes toujours pas dans une gamme sportive, et plus tout à fait dans la catégorie d’un modèle pour se balader.

Je dirais que de tous les vélos que j’ai étudiés dans ce comparatif, c’est un des meilleurs rapports qualité-prix pour de longs treks tout-terrain.

Ses pneus de 4” d’épaisseur sont adaptés pour la neige, la plage, la poussière et j’en passe. Sans compter que les suspensions hydrauliques présentent un taux d’absorption des chocs très satisfaisant.

Seul bémol ? Il souffre du même problème que le Rich Bit RT-860 : les freins sont un peu faibles.

N’oubliez pas de faire des tests et de procéder à quelques ajustements avant de descendre le Semnoz à 60 km/h !

EasyBike M16-D8 : un VAE de ville à prix abordable

EasyBike M16-D8

Prix
Actuellement en rupture de stock
Avantages
Performances correctes
Design urbain ergonomique et soigné
Bon matériel - dérailleurs et freins
Inconvénients
Phares à pile

Quand on passe la barre des 1500 €, on obtient quoi ? En l’occurrence, un des meilleurs vélos VAE de ville pour cette tranche de prix. Regardons ça de plus près.

On abandonne enfin la prétention – fragile – de faire du VTT à ce prix-là. Ici, on est sur un design tout à fait urbain, avec un vélo taillé pour la ville. Et à mon sens, c’est là que l’assistance électrique a tout son avantage : une suée pendant une balade à la campagne, c’est pas bien grave. Mais avant la réunion de 9h, ça fait – littéralement – tache.

Un vélo urbain, avant toute chose, ça veut dire quoi ? D’abord, c’est une coupe hollandaise. Ce n’est pas obligatoire, mais moi je préfère : la courbe du cadre permet de passer les jambes sans effort.

En ville, ça a deux avantages. D’abord, on prend moins le risque de froisser – voire de déchirer – son pantalon. Aussi, on a tendance à davantage monter et descendre de son vélo. La possibilité de sauter de son vélo en atteignant le trottoir et de rentrer directement dans la boulangerie, c’est pas seulement la classe suprême de quelqu’un dans l’air du temps : c’est aussi pratique.

Un vélo urbain, c’est aussi l’absence de plateau. Vous avez 8 vitesses graduelles qui devraient suffire pour le paysage urbain – même dans les villes les plus pentues.

Enfin, c’est une taille de roue généralement plus réduite. Dans le cas présent, il s’agit d’un 23”. Les pneus sont un peu lisses, et selon la qualité de la chaussée, il faudra envisager d’en acheter de plus costauds. Decathlon a lancé une gamme de pneus anti-crevaison qui sont compatibles avec l’épaisseur des roues de vélos urbains. Ils coûtent environ 20 € l’unité et ça évite bien des ennuis.

En matière d’accessoires, c’est aussi un porte-bagage – solide -, des phares, un capteur de vitesse pour ne pas se prendre une amende, et une coque autour de la chaîne pour ne pas abîmer les vêtements.

Mon seul regret, c’est qu’il n’est pas équipé de rétroviseur, pourtant bien pratique quand on doit pédaler au milieu de la circulation, et qu’il faudra en acheter séparément. Autre regret, les phares ne sont pas liés à la batterie contrairement à ce qu’indique le vendeur, mais fonctionnent à pile. Là encore, je vous conseille d’installer une dynamo.

Parlons un peu de la partie électrique. Comme on n’est pas encore dans des gammes hors de prix, c’est, sans surprise, un modèle assez standard.

Son autonomie nominale est de 55 km en moyenne. Elle est, en l’occurrence, assez conforme à l’autonomie réelle, confirmée à 40 km. Attention, ça ne vaut que si vous n’excédez pas 95 kg, que vous avez gonflé les pneus à 4.5 bars minimum, et que vous ajustez correctement le niveau d’assistance à votre effort.

Par contre, comme pour tous les modèles à moins de 2000 €, le temps de charge est assez conséquent : comptez au minimum 5h30.

Confortable, sérieux et performant : ce vélo est une excellente option urbaine que je recommande chaudement. Le VAE en ville est sans doute la meilleure manière de franchir le pas et de commencer à se déplacer à vélo, et celui-ci affiche toutes les performances requises pour le faire avec plaisir.

Rich Bit Rt-860 : un VAE pliable

Richbit RT860

Prix
Dès 818,00 EUR
Avantages
Prix correct
Pliable
Nombreux accessoires
Inconvénients
Bien vérifier les réglages avant utilisation

Bon, je vous l’ai spoilé dans la présentation du meilleur vélo électrique de milieu de gamme, mais ici, nous avons le petit frère du Rich Bit TR-022. Pliable, électrique, avec de nombreux accessoires, plusieurs caractéristiques de milieu de gamme, des performances correctes ET un design agréable ?

Autant dire que j’ai pris ce vélo avec des pincettes et que j’ai longuement enquêté pour chercher la faille. Il y en a quelques-unes, forcément, mais de manière générale, c’est un modèle qui tient toutes ses promesses.

Commençons par passer au crible ses prétentions en ce qui concerne le vélo lui-même. Il se présente comme un VTT pliable. Déjà ça coince un peu. Bien sûr, il existe des VTT pliables, mais pour ce prix-là, j’ai une première grosse inquiétude : la solidité sur un terrain inhospitalier.

Pour s’assurer qu’il tient bien la route, il faudrait le tester sur plusieurs mois d’activité et – spoiler alert – je ne l’ai pas fait. Mais j’appliquerais néanmoins un principe de précaution.

Les VTT pliables sans VAE qui sont sérieux sont plus chers que ça, donc toutes ces caractéristiques ET une batterie performante, je me méfie.

Ça ne veut pas dire que c’est un mauvais modèle, loin de là, mais on préfèrera dépenser 1000 € de plus si on veut l’utiliser dans des conditions “extrêmes”. Ce que je dis là est corroboré par le retour de plusieurs retours d’utilisateurs qui se sont plaints de la faiblesse du système de freinage à disques pour une utilisation en montagne.

C’est un VTC qui peut prendre quelques collines et faire des balades. Pas encore tout à fait un VTT.

Il est temps de parler de ce qui m’a épatée, et le premier élément, ce sont les accessoires. J’apprécie que ceux-ci soient inclus par le constructeur à l’achat, parce que quand je bidouille moi-même une dynamo, un porte-bagage et des phares, je finis par avoir l’air de sortir d’un film de Kusturica.

Là, tout y est, et c’est élégant. On a un porte-bagage homologué qui, à vue de nez, devrait porter jusqu’à 20 kg sans trop de problèmes. Au-delà, je ne m’y risquerais pas : il est installé de manière un peu surprenante, avec un seul bras de fixation attaché à la selle, et aucun support au cadre de la roue arrière.

Parlons un peu de la partie électrique. Le moteur 250 W brushless – moins de frottements, moins de bruit, plus de rendement – est assez prometteur. Il affiche des performances qui tombent confortablement dans la moyenne, avec une autonomie affichée de 40 km – ce qui signifie qu’il dépasse les 25 km en conditions réelles.

Malgré son petit prix, il peut atteindre les 30 km/h sur du plat avec 90 kg de charge – plus le vélo lui-même de 24kg. Pas mal du tout !

Je finis sur une petite note négative : plusieurs utilisateurs se plaignent d’avoir dû faire quelques réglages avant de l’utiliser, notamment de resserrer les vis des pédales. C’est un peu dommage. Heureusement, le SAV est serviable et disponible pour vous aider à monter et à peaufiner les réglages du vélo avant utilisation.

En conclusion, voilà comment je le vois : un vélo pliable, très pratique pour la ville, surtout si on veut le monter au bureau pour le recharger pendant le travail. Le prix abordable permet de se mettre au VAE sans se ruiner.

Au niveau du confort d’utilisation, du sérieux des performances et des accessoires, ce serait le vélo rêvé pour faire un trajet quotidien.

Les meilleurs vélos électriques haut de gamme

C’est dans cette catégorie que vous trouverez les performances les plus intéressantes, de même que les vélos les plus confortables et solides. Les mots-clés ? Légèreté, endurance et facilité d’utilisation.

On commence également à voir apparaître des fonctionnalités très intéressantes. Je vous ai sélectionné un VTT et un vélo de ville, tous deux hors du commun.

Haibike Sduro Cross 4.0 : le meilleur haut de gamme

Haibike Sduro Cross 4.0

Prix
Dès 2 095,05 EUR
Avantages
Excellente autonomie
Design soigné
polyvalent ville-VTT
Inconvénients
Pas de lumières ni de porte-bagage

Ce vélo dépasse les 2 000 € et s’invite dans des gammes plus sérieuses. Nommément, ce qui lui vaut une place dans ce comparatif, c’est aussi son moteur Yamaha d’excellente qualité. Pour environ 500 € de plus qu’un RichBit, vous allez le voir, les performances sont déjà toutes autres.

Ce modèle 28” est, avant tout, un bon vélo. Et la première prouesse qu’il faut saluer, c’est son poids plume de 22 kg environ – et ce malgré la présence d’une batterie plus lourde.

Il est équipé de freins à disques hydrauliques Tektro, fiables et bien calibrés, ainsi que d’une suspension avant d’une fluidité très agréable.

J’apprécie aussi sa coupe VTT élégante et le travail effectué sur l’aérodynamique. Même si on est à quelques milliers d’euros des gammes sportives professionnelles, il y a un réel effort sur l’efficacité du vélo lui-même.

Le design n’est pas non plus laissé de côté, avec une intégration subtile de la batterie à la silhouette du vélo. Le constructeur du Haibike n’a pas négligé pour autant l’aspect citadin du vélo, assez polyvalent – notamment la légère courbe du cadre, qui permet de monter et de descendre plus facilement.

Mon seul regret de ce côté, c’est l’absence d’un porte-bagage. Avec son autonomie et sa polyvalence, ainsi qu’une charge maximale de 130 kg, j’aurais aimé avoir l’option d’y transporter plus de choses.

D’autant que le diamètre des roues et la forme un peu singulière de la fourche arrière pourrait rendre l’installation d’un porte-bagage un peu compliquée. Il lui manque également les lumières avant et arrière – même si on peut les acheter pour une dizaine d’euros à Decathlon.

Pour ce prix-là, on a aussi droit à plusieurs outils de navigation, notamment un écran LCD équipé d’un ordinateur de bord. On y retrouve la vitesse actuelle, mais aussi le niveau de batterie, une estimation de l’autonomie restante, la cadence et la distance parcourue.

Le vélo dispose de 4 niveaux d’assistance, dont un mode économique très pratique pour faire tenir la batterie sur la durée. Car avec son autonomie affichée de 50 à 100 km – selon le mode utilisé, on peut s’attendre à une autonomie réelle de 75 km en basse consommation ! Idéal pour des sorties un peu sportives, surtout si on se sert de l’AE pour tenir le coup sur la durée.

Le moteur affiche une puissance standard de 250W, mais la légèreté du vélo lui autorise un plus grand rendement que certains concurrents.

De manière générale, ce qui me plaît dans ce vélo, c’est que c’est un modèle très bien équilibré. Comme pour tous les appareils électriques, on serait tenté de se laisser séduire par une ou deux caractéristiques techniques “époustouflantes”.

Or ce qui fait un bon vélo électrique, c’est l’équilibre entre les différentes performances qui permettent une utilisation durable, intelligente et confortable. De ce point de vue, ce vélo a tout bon.

Gocycle GS : un design singulier, mais très efficace

Gocycle GS

Prix
2 850,00 EUR
Avantages
Nombreuses fonctionnalités
Très bonnes performances
Poids plume (16 kg)
Inconvénients
Difficile à charger en intérieur

On termine ce comparatif avec un vélo électrique assez singulier, le Gocycle GS. Le constructeur affiche un objectif plutôt ambitieux : fournir le “meilleur vélo électrique du monde” à un prix qui défie toute concurrence.

Commençons par le commencement : son apparence. C’est clair qu’il ne ressemble à aucun vélo de ce comparatif. Contrairement aux autres modèles, qui partent d’un vélo classique – VTT ou citadin – et y fixent plus ou moins élégamment une batterie au lithium, sur ce modèle les composants électroniques sont entièrement intégrés au vélo.

C’est étrange, mais malin : certains modèles d’entrée de gamme, que j’ai écartés de ce comparatif, présentent des problèmes d’étanchéité en cas de grosse averse ou pire, n’ont pas suffisamment protégé la batterie contre les chocs. Là, il faut l’admettre, il n’y a aucun risque.

Ce choix a un prix, en revanche. Contrairement aux autres modèles, on ne peut pas emporter la batterie pour la charger en intérieur, puisque le port de charge se trouve sur le vélo lui-même.

L’autre changement par rapport à d’autres modèles, ce sont les roues. Gocycle dispose d’un brevet exclusif de fixation des roues : l’avant et l’arrière sont parfaitement identiques et interchangeables. Elles sont aussi beaucoup plus faciles à retirer et à changer en cas de crevaison.

Là, j’avoue, je suis un peu plus sceptique. Gocycle fournit des boulons antivol que l’on peut ajouter pour éviter de se faire piquer les roues devant Monoprix. Certes, mais du coup, le “brevet révolutionnaire” pour retirer les roues facilement tombe un peu à plat.

Non, pour moi, ce qu’il faut vraiment retenir de ces roues, c’est qu’elles sont en alliage de magnésium et ça, c’est assez stupéfiant. En matière de solidité et de légèreté, on fait difficilement mieux pour ce prix.

Ce vélo se veut principalement citadin, vous l’aurez compris – notamment au diamètre très réduit des roues, qui n’autorise pas vraiment des prouesses sportives. L’idée, c’est l’adaptabilité (au terrain, à la taille du cycliste, etc.) On peut régler la hauteur de la selle et du guidon sur un très large spectre, et il est donc – vraiment – taille unique.

Ceux qui ont déjà testé ce type de design le savent : il faut un petit moment de prise en main, mais le confort de conduite en ville fait vraiment la différence. Encore une fois, ces choix se répercutent sur la balance : avec 16,5 kg, c’est le plus léger de ce comparatif.

C’est également le premier vélo électrique de cette sélection à être connecté via Bluetooth à votre téléphone. On y retrouve les calories dépensées, la puissance et les données de navigation habituelles (attention cependant, gardez aussi et surtout un œil sur la route !)

  1. Et la fonction électrique ? Vous commencez à le comprendre, avec un poids plume pareil, c’est idéal pour la conduite en ville.

Le moteur 500 W est un des plus puissants de ce comparatif, avec une autonomie réelle d’environ 40 km en mode économique. Pas mal du tout, surtout quand on sait que la recharge rapide en option permet de faire le plein en 3h30 seulement. On peut tout à fait envisager de le charger au boulot et d’avoir rechargé la batterie avant la pause déjeuner.

Tout ça a un prix : on frôle les 3000 €. Mais si vous cherchez un des meilleurs VAE urbains du moment, c’est un des nouveaux incontournables.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Promo EASYBIKE Velo Electrique Easymax M16-D8 Gris Caviar 24'

Comment choisir votre vélo électrique ?

C’est un milieu en pleine explosion, et comme dans tous les autres domaines, ça rend le choix très confus. Vous êtes un peu perdu en matière de performances, de critères et de fonctionnalités farfelues ?

Je vais vous donner toutes les clés pour naviguer dans le marché des VAE sans difficultés.

Avis d'une experte
« De nos jours, de plus en plus de personnes se sentent concernées par les problématiques environnementales et souhaitent alors participer au développement d’une mobilité durable. Le vélo à assistance électrique répond aux exigences de ces personnes. Il est devenu un moyen de déplacement incontournable dans les rues de nos villes. Celui-ci vous permet de pratiquer une activité physique tout en économisant l’effort au pédalage. Pour choisir correctement son vélo électrique, il faut avant tout définir l’usage que l’on va en faire. Est-ce que c’est pour un usage quotidien ? Quels types de terrains vous allez effectuer ? Quelle distance vous allez parcourir ? Grâce à toutes ces questions, vous allez pouvoir définir le type de vélo qu’il vous faut, votre budget ainsi que l’autonomie de batterie que vous avez besoin. »

Cloé, Greenmarks

Le confort

Parce que l’idée, c’est de l’utiliser au quotidien, le confort doit figurer assez haut sur votre liste. Si l’information n’est pas présentée, enquêtez auprès du vendeur pour connaître les caractéristiques de la selle.

Elle doit être ergonomique, adaptée à l’utilisation que vous souhaitez en faire – sportive ou citadine – et si possible avec un rembourrage en mousse très ferme.

Si la selle ne vous convient pas, ce n’est pas forcément grave, mais pensez bien à inclure dans le prix d’achat celui d’une nouvelle selle de qualité. On se retrouve vite à dépenser des fortunes pour combler les lacunes d’un vélo mal fini.

Il en va de même pour le guidon. Un guidon plus large est adapté à la navigation en ville, et un plus court à une utilisation sportive.

D’expérience, si vous essayez de naviguer en ville avec un guidon court, il vaut mieux être très à l’aise sur votre vélo : les virages sont plus fermes, la conduite plus nerveuse, ce qui accroît les risques de chute.

Enfin, pensez bien à choisir un vélo à votre taille. C’est la taille du cadre qui compte – et non pas les roues. Les vélos de 46-50 cm sont adaptés aux cyclistes de 155-168 cm, ceux de 50-54 aux cyclistes de 168-180 cm, ceux de 54-58 aux cyclistes de 180-193 cm, et ceux de 58-62 cm aux cyclistes de 193-200 cm.

Comme vous pouvez le constater, la différence est à chaque fois assez subtile. Une catégorie au-dessus ou en-dessous ne tuera personne, surtout si vous êtes entre deux tailles, mais c’est dans cette fourchette que vous aurez le meilleur confort d’utilisation.

La puissance moteur

Elle se calcule en watts. Le minimum requis, c’est 250 W. C’est là que l’AE vous offrira le meilleur support sans trop consommer de batterie.

Si vous voulez en faire une utilisation plus sportive – comprenez, aller plus vite – vous pouvez chercher au-delà des 400 W. Mais faites attention à deux choses : le prix n’est souvent pas le même, et vous ne pouvez pas dépasser les limitations de vitesse pour cyclistes en ville.

L’autre point important, quand on parle de puissance moteur, c’est la présence de niveaux d’assistance. Un minimum de 4 est idéal pour ajuster l’assistance à votre force de pédalage. En sous-régime, vous allez forcer davantage sur vos jambes. En sur-régime, il y a un risque d’usure du moteur et de la batterie.

Enfin, prenez toujours en considération le poids du vélo et la charge. Un vélo de plus de 30 kg avec un cycliste de 90 kg n’offrira résolument pas la même vitesse à puissance égale.

Les conseils d'un expert
« Lorsque l’on souhaite acheter un vélo électrique il y a deux éléments très importants à prendre en compte. Il s’agit du moteur et de la puissance de la batterie. Le moteur doit être capable de vous faire monter une côte avec le moins d’effort possible. Une puissance de 250 Watts est le maximum autorisé. Il doit aussi être possible d’avoir plusieurs modes pour s’accommoder de votre environnement (différentes routes). La batterie est elle aussi très importante car c’est elle qui va vous offrir l’autonomie pour votre sortie. 250Wh sera le minimum pour pouvoir faire un aller-retour à son travail sans avoir à recharger tous les jours. Pour faire simple, c’est comme une voiture. Avec un gros moteur, il faut un gros réservoir ! Il faut aussi privilégier les marques référentes pour la motorisation. C’est l’assurance d’avoir les pièces de rechanges et un suivi de votre matériel (Shimano, Bosch, Yamaha, Fazua et Brose). »

Sylvain, Materiel-velo.com et Velotech.fr

La batterie

L’autonomie de la batterie est un sujet plus épineux, pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’elle est affichée en Wh, mais cette donnée n’est pas toujours représentative de son autonomie en utilisation.

D’abord, parce que ça dépend du niveau d’assistance que vous utilisez, de la pente, de la direction du vent, de la charge, de l’aérodynamique du vélo, du gonflement des pneus, de la difficulté du terrain et de la température. Rien que ça.

C’est pour cette raison que les constructeurs fournissent une autonomie indicative, mais celle-ci est toujours très optimiste. Comme toujours, un principe de précaution, c’est de la rogner d’un tiers pour obtenir une autonomie plus réaliste.

Si vous comptez vous en servir en ville, avec des pneus gonflés, par beau temps avec température de 20°C sans trop de poids de charge et des pentes de moins de 15 degrés, vous tenez peu ou prou votre autonomie réelle.

La seconde, c’est que certains VAE sont équipés de récupérateurs d’énergie : votre force de pédalage recharge la batterie dans les descentes et les freinages. Cependant à ce jour, le rendement de ces dispositifs est très faible et ne modifie pas beaucoup l’autonomie réelle de votre vélo.

L’entretien

Bien évidemment, il faut déjà en prendre soin. Ça veut dire huiler les parties mobiles régulièrement, surtout la chaîne, regonfler les pneus une à deux fois par mois, changer les patins de freins une fois par an et s’assurer qu’il n’y a pas de frottements de la chaîne au niveau du dérailleur.

À cela, on ajoute les difficultés liées à la nature électrique du vélo. Les batteries sont aujourd’hui au lithium-ion.

Autant dire que par rapport au plomb et au polymère, ça évite bien des ennuis : il n’y a notamment pas d’effet de mémoire, on peut donc faire fonctionner son vélo à 50% sans risquer de l’endommager.

Par contre, il faut faire attention à d’autres points avec le lithium. Si on le décharge systématiquement jusqu’au bout, on réduit l’efficacité chimique de la batterie. Il vaut mieux toujours la recharger à partir de 20%.

Il y a aussi un fumeux débat parmi les ingénieurs pour savoir s’il est dangereux de laisser sa batterie branchée trop longtemps. Il en est ressorti que ça dépend des types de batterie, alors on ne va pas se perdre dans les détails.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’idéalement, on débranche l’appareil peu après qu’il ait atteint 100%.

La température de stockage de la batterie se situe idéalement entre 10 et 25°C. Là encore, pour un vélo, c’est problématique. Pensez bien à enlever la batterie si vous êtes garé au soleil, et à la stocker dans un endroit sec et frais pendant l’été.

Le prix

Vous avez dû vous en apercevoir dans notre comparatif, le prix d’un VAE varie grandement. Il y a quelques règles à garder en tête.

En-deçà de 600 €, méfiance. Ça risque d’être un vélo de mauvaise qualité, ou équipé d’un système électrique douteux – ou pire, les deux.

C’est au-delà de 800 €, sauf rares exceptions, que vous trouverez des modèles fiables, mais ils auront des lacunes jusqu’à 1200 €.

Pour un premier vélo électrique de ville, avec peu de fioritures, d’une marque low-cost relativement connue, c’est autour de ce prix que vous êtes sûr de taper juste.

Entre 2000 et 2500 €, vous débloquez une gamme plus confortable, avec pas mal de fonctionnalités intéressantes, notamment en terme de puissance et d’autonomie.

Pour un bon VTT électrique sportif – ou speed bike – comptez plus de 3500 € pour avoir un modèle sérieux.

En conclusion, quel vélo électrique choisir ?

Si vous souhaitez vous déplacer en vélo électrique en ville, c’est le LFB MTB que je vous conseille le plus. C’est un vélo moderne qui affiche le niveau de batterie et la vitesse.

Avec ce vélo, vous avez une bonne autonomie, un moteur de 250 W, et des matériaux de qualité. Comptez 3 à 5 heures pour la charge selon le dénivelé. C’est un VTT électrique adapté aux balades sportives, autant en ville qu’à la campagne !

Un VAE de plus de 250 W ne sera pas nécessairement approprié ou utile en ville, en raison des limitations de vitesse.

Si vous comptez rouler, et, ce, peu importe le temps qu’il fera dehors, alors c’est le Rich Bit TR-022 que je vous conseille pour ses pneus de 4” d’épaisseur adaptés pour la neige, la plage, et la poussière. Ceux-ci offrent une belle stabilité, sur différents types de routes.

En haut de gamme, je recommande le Haibike Sduro Cross 4.0, un modèle unisexe, qui a une bonne tenue de charge, et qui vous permettra de gravir facilement des montées. Et si vous voulez vous démarquer avec un modèle singulier, c’est évidemment le Gocycle GS que je vous invite à tester.

Bien sûr, n’oubliez pas de choisir votre vélo en fonction de l’usage, mais aussi de votre morphologie, en vous référant à la taille du cadre.

Mentions honorables

Le vélo de ville électrique OGP Urban Eco : c’est un vélo bien en-dessous des prix précédemment proposés, mais qui n’en est pas moins intéressant au regard des avantages qu’il offre. Il est équipé d’un moteur dans la roue arrière, et sa vitesse maximale est de 25 km/h. Avec une transmission Shimano 6 vitesses, une autonomie de 40 à 50 km, et un temps de charge de seulement 2 heures, c’est l’idéal pour commencer !

Vélo électrique Biwbik mod. Gante : c’est un autre vélo électrique à considérer parmi les VAE à moins de 1000 euros. Ce vélo est équipé d’un moteur brushless 250 W 36V, d’une autonomie entre 40 et 80 km, de 6 vitesses (Shimano) et de freins V-Brake. C’est un modèle 26 pouces vintage avec des lumières Led pour votre sécurité et un panier de rangement bien pratique !

Vélo Original B’Twin : le vélo Original B’Twin est un vélo électrique de balade, très apprécié des utilisateurs ! Il a une autonomie (selon le mode) de 30 à 70 km, et 7 vitesses Shimano. Un vélo d’une marque fiable ! Par contre, comptez 6h30 pour la charge.

15 Commentaires

  • Bonjour,
    Etant en surprois (je frole l’obésité) je recherche un velo electrique pour me permettre de reprendre le sport.
    Je compte m’en servir uniquement en urbain pour aller au travail ou me deplacer dans Paris.
    Quels sont les modeles que vous me conseillé, j’ai la possibilité de mettre 2000 euro (peut etre un peu plus avec les aides)
    Je vous remercie par avance de votre aide

    • Bonjour Christophe,

      Le vélo électrique est en effet une bonne idée pour se remettre doucement au sport. Pour une utilisation citadine, un vélo d’une autonomie correcte suffira, étant donné que vous n’aurez peut-être pas de grands dénivelés et donc, votre batterie sera économisée.

      Décathlon propose une belle gamme de vélo électrique, qui sont d’une bonne qualité. Avec un joli design citadin, le vélo de ville Elops 900 est d’une très bon rapport qualité/prix. Doté d’un moteur brushless 250 watts (conforme à la norme européenne) monté sur la roue arrière, il dispose d’une batterie 36 volts/11,6 Ah (capacité 418 Wh) garantie 2 ans (de 350 à 500 cycles de charge à 100%). Son autonomie est comprise entre 40 et 70 km selon votre poids, votre usage, le dénivelé, la température extérieure, le mode d’assistance,…

      Vous pouvez aussi préférer un vélo tout chemin, voire un VTT. En effet, ce type de vélo vous permettra tant de rouler en ville que sur les chemins de balades ou en forêt. Hé oui, peut-être prendrez vous goûts au vélo et aurez vous envie d’en pratiquer également le week-end ? Dans ce cas, c’est le HAIBIKE Sduro Cross 4.0 W qu’il vous faut ! Polyvalent, doté d’une excellente autonomie (environ 75km) et d’un design soigné est en fait un poids plume malgré la présence d’une batterie plus lourde. Du coup, le pédalage est facilité. Bon, il ne possède pas de phares ni de pore-bagage, mais libre à vous d’en ajouter si besoin. Pour ce prix-là, on a aussi droit à plusieurs outils de navigation, notamment un écran LCD équipé d’un ordinateur de bord. On y retrouve la vitesse actuelle, mais aussi le niveau de batterie, une estimation de l’autonomie restante, la cadence et la distance parcourue.

      Dans votre cas, un vélo électrique pliant peut également se révéler pratique pour cumuler transports en commun et vélo, ou encore le ranger discrètement au travail. Dans ce cas, je vous conseille le Weebot Road. Crée par une société française, ce VAE pliant haut de gamme aux petits airs de BMX est un vélo de qualité fabriqué tout près de chez nous (avec au passage, un excellent service client très réactif).En comparaison avec les modèles d’entrée et de milieu de gamme, on retrouve avant tout un niveau de confort bien supérieur et des gains notamment en ce qui concerne l’autonomie et la facilité de manoeuvre. Je vous invite à regarder notre avis complet sur ce modèle dans cet article.

      J’espère que vous trouverez votre bonheur parmi ces modèles ! Bonne journée. 🙂

  • Bonjour,

    Dommage que votre comparatif ne réference pas la marque Velobecane.
    Je roule avec un Velobecane Snow depuis 7 mois.
    2100 Km au compteur.
    Autonomie de 50 Km officiellement mais je tourne plus vers 37-38 Km.
    Je n’ai absolument rien à dire sauf un tarif très correct et un SAV plus qu’efficace!.
    Dernier point ils sont français et gère leur SAV sur Paris 😉
    Allez jeter un oeil sur le site http://www.velobecane.com

    • Bonjour,

      Merci de partager votre expérience avec nous. Nous ne manquerons pas de jeter un coup d’oeil à cette marque lors de la prochaine mise à jour de l’article, puisqu’ils ont déjà au moins un utilisateur plus que ravi.

      Bonne journée.

  • Je viens de faire l’acquisition d’un VTT électrique blanc marine 26pm4. Après 5 sorties le vélo se comporte très bien. Le changement de vitesses se fait très bien à, les pneus toujours pas crevés, pourtant testés en conditions assez extrêmes, la fourche répond bien et les freins sont plutôt efficaces. Mon but principal est de l’utiliser pour aller au travail afin d’éviter les embouteillages, ce vélo est parfaitement adapté pour cette utilisation (très facile et maniable.) Très content de mon achat, je l’utilise tous les jours (40 min aller et 40 min retour) Il est de très bonne qualité, performant et simple à utiliser !! Très bonne autonomie de batterie. Je recommande ça vaut le coup.

    • Bonjour,

      Merci d votre avis sur ce produit. Nous ne manquerons pas d’en tenir compte lors de la mise à jour de notre article et nous regarderons ce modèle de plus près.

      Bonne journée

  • Bonjour,

    Je souhaite pour les prochaines vacances acquérir un VAE avec quelques exigences notamment la puissance,un porte-bagage, garde-boue phares avant arrière et une autonomie de minimum 50km .Il est nécessaire de prendre en compte que ce vélo sera au garage 6 mois sans que la batterie ne soit rechargée. ( résidence secondaire).
    Je mesure 1m65 et je me fixe un prix de 2500€.
    Bien à vous.
    Bungert Régine

    • Bonjour,

      Le premier modèle référencé dans cet article (mais malheureusement actuellement en rupture de stock sur Amazon) devrait vous satisfaire. Doté d’un garde-boue, d’un porte bagage ainsi que d’un phare avant et arrière, son autonomie varie entre 45 et 55km (selon l’utilisation, le dénivelé, etc).

      Une jolie alternative est disponible chez Décathlon et semble ravir tous les utilisateurs. Il s’agit du vélo tout chemin électrique B’Twin 900E (ce qui est plutôt pratique si les chemins que vous empruntez ne sont pas que des routes). Il possède toutes les caractéristiques requises pour un joli prix de 900€. Concernant la batterie, elle promet une autonomie allant de 30 à 70km selon l’utilisation que vous en avez (Mode 1 : jusqu’à 70 km, mode 2 : jusqu’à 50 km et mode 3 jusqu’à 30 km). La taille M conviendrait parfaitement à votre taille.

      En vélo électrique de ville, ils ont aussi le beau modèle Elops 920 qui, lui aussi, répond à vos exigences avec une autonomie annoncée allant de 50 à 70km (voire même davantage d’après les commentaires).

      En ce qui concerne la non-utilisation du vélo ; effectivement, les batteries de vélo craignent le chaud, le froid mais aussi le manque d’utilisation. Ainsi, si vous prévoyez de ne pas employer votre vélo pendant plusieurs mois, pensez à ne pas laisser la batterie complètement déchargée, et stockez la dans un endroit sec et tempéré (vous pouvez, par exemple, la garder dans votre résidence primaire, l’emmenez avec vous pour éviter qu’elle ne subisse le froid).
      Le mode d’emploi explique généralement s’il faut charger complètement ou partiellement la batterie pour le stockage (par exemple à 60% de la capacité pour certaines batteries Li-ion). Vérifiez régulièrement le niveau de charge, et recharger la batterie si besoin (par exemple, tous les mois). Du coup, l’emmenez avec vous en une réelle solution. Gardez la dans une armoire et remettez-lui un petit coup de boost de temps à autre en la rechargeant. 🙂

      N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez d’autres questions.

      Bonne journée

  • Ich bin gerade zufaellig auf Ihrer Page gelandet (war
    auf der Suche nach einer anderen Homepage). Ich moechte diese websiete nicht verlassen, ohne
    Euch ein Lob zu dieser klar strukturierten und schick designten Seite zu hinterlassen!

  • Petit rappel de math: Pour trouver l’autonomie réelle il ne faut pas diviser l’autonomie annoncée par 1/3 (cela reviendrait à multiplier par 3) mais plutôt enlever 1/3 😉

Laisser un commentaire

>