Audio

Les 6 (vraies) Meilleures Enceintes Connectées 2019 – Comparatif

Mis à jour le 22 mars 2019

Après plusieurs heures de recherche, j’ai établi ma sélection des meilleures enceintes connectées du moment, parmi une vingtaine de modèles environ actuellement disponibles sur le marché européen.

La Google Home remporte ma préférence, grâce à sa combinaison agréable entre design, solidité, qualité de la reconnaissance vocale et qualité audio, le tout pour un prix qui reste vraiment attractif.

Et si vous désirez en savoir un peu plus sur ces petits “gadgets” et leur utilité, je vous invite à découvrir mon guide d’achat à la fin de cet article.

Meilleur pas cherMeilleur milieu de gammeMeilleur haut de gamme
Google Home MiniGoogle HomeApple HomePod
Google Home MiniGoogle HomeApple HomePod
Voir sur Boulanger Voir sur Boulanger Voir sur Boulanger

Les meilleures enceintes connectées pas chères

Voici deux enceintes qui, sans être chères, ne constituent pas pour autant des sous-produits. Par contre, elles ne seront pas les plus performantes en matière d’écoute musicale, leur format mini laissant peu de place à des hauts-parleurs dignes de ce nom.

Google Home Mini : la meilleure pas chère

Google Home Mini

Avantages
Design compact
Bon rendu sonore
L’offre Google Assistant est plutôt variée
Inconvénients
Puissance limitée
Pas de prise audio

Même si vous êtes novice en matière d’enceintes connectées, vous avez probablement déjà entendu parler de Google Home. C’est ici sa petite soeur – sorte de version miniature (vous ne vous vous en seriez pas douté au vu de son nom) – que je vous propose, la Google Home Mini.

La première chose que j’apprécie avec cette enceinte est son design original en forme de galet (la marque joue d’ailleurs sur cette analogie, vous proposant les couleurs charbon, galet ou corail – ma préférée !), qui lui permet à la fois d’avoir un certain style et de se fondre facilement dans tout environnement. Petite et légère (174 g), elle tient facilement dans la paume de votre main et peut être emmenée partout.

Si de prime abord, cet appareil peut paraître fragile, ne vous méprenez pas : son assemblage est de qualité, tout comme ses matériaux.

Vous remarquerez qu’il n’est muni que d’un seul bouton, à l’arrière de l’enceinte : celui qui permet d’activer ou désactiver le micro de l’assistant. Du coup, pour contrôler le volume, il vous suffit de tapoter l’appareil : à gauche pour le baisser et à droite pour l’augmenter. Une série de Leds s’éclaire de manière plus ou moins intense pour vous indiquer le niveau du volume enregistré.

Par contre, certains utilisateurs dénoncent que ce système ne serait pas toujours des plus réactif, ce qui peut se révéler agaçant à la longue.

Malgré son aspect portable, cet appareil fonctionne uniquement sur secteur, la connection se faisant via un câble Micro-USB. Lorsqu’il est branché, les Leds s’allument et une voix vous invite à télécharger l’application Home.

Lorsque c’est fait, il vous suffit d’entrer les codes d’accès pour la relier au réseau Wifi afin de la configurer. Autant vous dire que l’installation de cet appareil est aussi simple qu’il est humainement possible de le faire.

Au niveau de la reconnaissance vocale, le Google Home Mini fait parfaitement son travail. Elle répond à l’ensemble de vos sollicitations sans problème. La seule faiblesse à ce niveau se déclare lorsque l’enceinte émet elle-même du son : il est alors parfois nécessaire d’élever un peu la voix.

Par contre, du côté audio, la qualité est assez surprenante pour un appareil de cette taille. Bien entendu, le rendu ne sera pas non plus optimal, notamment en ce qui concerne les basses fréquences, l’appareil ne disposant que d’un seul haut-parleur, mais c’est vraiment très correct.

Il est simplement dommage, à ce niveau, que l’appareil n’emporte pas de prise jack qui permettrait d’y connecter une enceinte filaire plus performante, ce qui pourrait décevoir les puristes.

Bien entendu, l’assistant embarqué est Google Assistant. Pour faire fonctionner l’interface, il vous suffit  de prononcer les mots-clés « Ok Google » ou bien « Dis Google » puis d’enchaîner avec la commande vocale. Google Assistant est ainsi capable de répondre à pas mal de vos requêtes et de piloter vos équipements de maison, comme certaines ampoules connectées ou encore des caméras de surveillance (vérifiez toujours la compatibilité de ceux-ci avec Google Assistant).

Si ce n’était pas le cas lors de sa sortie, ce système vous donne désormais le temps de réfléchir à la formulation de votre requête et reconnaît votre commande même ponctuée de quelques « euh…. ». Il peut également reconnaître différentes voix et ainsi répondre en conséquence à la question qui lui est posée, et possède une certaine mémoire, qui vous permet par exemple de lui demander où vous avez rangé votre passeport (pour peu que vous lui ayez confié cette information, bien sûr. Google n’est pas Nostradamus).

Au final, le Google Home Mini est une excellente option pour profiter pleinement de Google Assistant sans y mettre un budget trop élevé. Pratique, efficace, compacte et design, cette enceinte sera parfaite pour vous initier aux joies de la domotique.

Amazon Echo Dot (3ème génération) : idéale en domotique, moins en musique

Amazon Echo Dot (3ème génération)

Prix
59,99 €
Avantages
Design compact et discret
Installation aisée
Puissance sonore
Inconvénients
Chargeur propriétaire
Rendu sonore qui manque de finesse

Dans la même gamme de prix que le Google Home Mini, voici une alternative pour ceux qui préfèrent la délicate voix d’Alexa (et ses options, cela va sans dire) à Google Assistant.

Côté design, si je la trouve moins réussie que l’enceinte de Google, elle a le mérite d’être toujours assez compacte (mais plus lourde : 300 gr). Déclinée en trois nuances de gris assez sobres, elle n’aura aucune peine à se trouver une place dans votre intérieur.

Cette fois, on retrouve une enceinte munie de 4 boutons physiques : l’un permettant de couper le micro, deux permettant de régler le volume et le troisième permettant de s’adresser à l’assistant Amazon, Alexa, sans avoir à préalablement prononcer son nom. Très pratique, ce dernier bouton peut également être pressé quand vous souhaitez couper la lecture d’une de ses réponses. Alexa peut en effet se montrer bavarde…

C’est son système d’anneau Led qui vous informe de l’état de l’enceinte : bleu lorsqu’elle est prête à recevoir vos demandes, orange quand elle se connecte au WiFi et rouge quand le micro est désactivé.

Pour l’installer, c’est très simple : vous connectez l’enceinte sur secteur (via une prise secteur propriétaire… dommage !), vous téléchargez l’application “Alexa” et vous configurez l’assistant via les paramètres de celle-ci. À nouveau, rien de bien sorcier, même pour un débutant !

Au niveau de la reconnaissance vocale, comme avec la Google Home Mini, il faudra parfois pousser la voix pour se faire entendre, si l’enceinte elle-même produit du son. Mais encore, elle peine parfois à reconnaître les voix plus graves (Alexa préfère les filles…).

Par contre, du côté de l’audio, c’est à nouveau une belle surprise. Malgré sa petite taille et son unique haut-parleur, cette enceinte est capable de fournir une puissance correcte. Néanmoins, la qualité n’y est pas vraiment : les aigus tendent à siffler et les sons sont parfois comme étouffés. Heureusement, contrairement à la Google Home Mini, elle intègre une prise audio qui vous permet d’y connecter en filaire une enceinte audio plus performante. En fait, ici, c’est presque un passage obligé si vous souhaitez écouter de la musique via cette enceinte.

Comme je l’ai évoqué – et comme vous vous en doutez – l’assistant embarqué par cette enceinte est Alexa. Le grand point fort d’Alexa est son efficacité en domotique, de nombreux équipements connectés ayant conclu des partenariats avec Amazon. Elle est également efficace en matière de personnalisation, puisque vous pouvez y enregistrer des routines (vous pouvez par exemple configurer l’enceinte de manière à ce qu’en lui disant “Debout Alexa”, elle mette en route à la fois la lumière, les infos et le chauffage de la salle de bain…).

Par contre, au niveau de la musique, le choix est bien plus restreint qu’avec Google Assistant, puisqu’Alexa ne vous donne accès qu’à Amazon Music Unlimited, Prime Music, Deezer et Spotify.

Néanmoins, si Google a pris de l’avance sur Amazon dans ce domaine, des améliorations et nouvelles “skills” sont constamment mises à jour pour qu’Alexa devienne vite aussi complète.

Au final, l’Echo Dot de 3ème génération est une enceinte qui se destine davantage à une gestion de la domotique grâce à son assistant Alexa qu’à une écoute musicale. Ce n’est rien si vous êtes averti(e), mais c’est tout de même dommage, d’autant plus qu’elle pourrait même être plus performante en domotique si la reconnaissance vocale n’était pas si capricieuse.

Les meilleures enceintes connectées de milieu de gamme

Entre 100 et 200€, je vous invite à découvrir celles qui sont parmi les plus célèbres sur le marché. Au menu : une fabrication solide et efficace, et des performances améliorées aussi bien en reconnaissance vocale qu’en écoute musicale.

Google Home : la meilleure milieu de gamme

Google Home

Prix
Avantages
Design impeccable
Bon équilibre audio
Assistant réactif
Inconvénients
Pas de prise audio
Chargeur propriétaire

Vous vous y attendiez sans doute, après avoir abordé la Mini, je ne pouvais qu’évoquer dans cette sélection sa grande soeur, la Google Home originale, qui s’était démarquée en étant la première enceinte à proposer Google Assistant en français.

Alors certes, elle n’est pas la plus récente sur le marché, mais sa qualité générale en fait une référence à côté de laquelle toutes les enceintes connectées viennent se frotter.

Côté design, vous remarquerez un changement radical par rapport aux modèles précédents : si la sobriété reste de mise, on a affaire à une enceinte bien plus grande – ce qui augure du bon au niveau sonore – tout en étant toujours facilement intégrable dans votre intérieur.

Comme sur la mini, un seul bouton physique est présent à l’arrière, pour activer ou désactiver le micro. Le reste passe par la surface supérieure tactile. Mais contrairement à la Mini, la Google Home semble bien réactive à ce niveau.

Le principe d’installation est le même : il faut brancher l’enceinte (avec une prise secteur propriétaire, malheureusement), puis installer l’application Home sur votre smartphone, et enfin configurer l’enceinte en se laissant simplement guider.

Comme avec la Mini, le système de reconnaissance vocale est perfectible : quand elle émet du son, mieux vaut élever la voix pour se faire comprendre.

Côté audio, cette fois, on a un modèle embarquant 3 hauts-parleurs. Bien entendu, la taille générale de l’enceinte ne lui permet pas une très grand puissance, mais la présence de ces derniers lui permet de restituer un son équilibré, même dans les fréquences extrêmes, tant que vous ne poussez pas le volume trop fort (sinon cela crée un effet de distorsion).

Je déplore cependant, encore une fois, l’absence de prise audio, qui empêche de relier un autre système sonore en filaire. Cela aurait permis à cette enceinte par ailleurs très compétente en domotique de vraiment exceller au niveau sonore.

Je ne vais pas m’attarder ici à vous reparler de Google Assistant, que je vous ai déjà présenté à propos de la Mini. Comme je l’explique dans mon guide d’achat, quelle que soit l’enceinte dans laquelle ils sont contenus, Siri, Alexa et Google Assistant ont les mêmes fonctionnalités.

Au final, si cette enceinte atteint cette place dans ma sélection, c’est parce qu’elle a le mérite de proposer un design soigné et passe-partout, une qualité matérielle irréprochable, une ergonomie satisfaisante (il aurait juste été apprécié que l’enceinte réagisse mieux aux demandes quand elle-même produit du son), et une qualité audio très respectable (même si les puristes se tourneront sans doute vers une enceinte audio dédiée).

Amazon Echo Plus : également essentiellement centrée sur la domotique

Amazon Echo Plus

Prix
149,99 €
Avantages
Design travaillé
Prise audio à double sens
Hub ZigBee
Inconvénients
Qualité audio toujours un peu à la traîne

Présentée par le géant américain comme une version améliorée de la célèbre Amazon Echo (2ème génération), la Echo Plus lui ressemble très fort physiquement, si ce n’est qu’elle est un peu plus large. Comme la version Dot parue à la même époque, elle se décline en trois niveaux de gris très sobres, qui vous permettent, encore une fois, de la glisser discrètement dans tout type d’intérieur.

On retrouve également les mêmes 4 boutons physiques (contrôle du volume, coupure du micro et activation de la possibilité de s’adresser à Alexa sans prononcer son nom opu de lui couper la parole). L’anneau Led vous informant de l’état de l’enceinte est lui aussi de la partie.

Je ne m’attarderai pas non plus sur sa configuration, tout aussi simple que sur la Dot. Par contre, contrairement à cette dernière et même à l’Echo classique, elle se pare également d’un hub dit “ZigBee”, qui permet un appairage facilité et rapide avec tous vos appareils connectés compatibles. Sur ce plan, elle va même très loin puisque les configurations de routine dont je vous parlais pour la Dot peuvent ici non seulement s’effectuer sur une certaine commande vocale et selon une certaine heure, mais même lorsque la pièce atteint une certaine température, la Echo Plus se dotant d’un capteur thermique. On le voit, Amazon se penche vraiment sur l’optimisation de la domotique.

Au niveau de la reconnaissance vocale, par contre, c’est une bonne surprise par rapport à la Dot et même à l’Echo classique : il n’est plus nécessaire d’élever la voix pour se faire entendre.

Pour sa restitution audio, la Echo Plus mise sur deux haut-parleurs élargis par rapport à la classique. Cela lui permet d’être sensiblement plus performante dans les basses, mais le rendu général manque toujours de puissance et est déséquilibré, les basses et les aigus prenant le dessus sur les médiums. C’est assez étonnant quand on sait que Dolby a travaillé avec Amazon pour la conception de cette enceinte…

Heureusement, Alexa est, elle, parfaitement audible. Et côté positif, cette enceinte comporte une prise audio qui fait double office : entrée et sortie (vous devez paramétrer son utilisation depuis l’application). C’est inédit et plutôt pratique !

À nouveau, et même si cela sera plus aisé que sur la Dot, cette enceinte d’Amazon n’est pas initialement conçue pour l’écoute musicale, mais bien, principalement pour la gestion domotique (où elle excelle). Néanmoins, des efforts sont faits de la part du géant américain pour donner plus de place à la qualité audio, par un travail sur la taille de ses haut-parleurs ainsi que sur sa connectique, avec cette prise audio double sens.

JBL Link 20 : une alternative Google Assistant nomade

JBL Link 20

Prix
Avantages
Bon rendu sonore
Nomade et en partie étanche
Excellente reconnaissance vocale
Inconvénients
La transportabilité pourrait être améliorée

Contrairement aux enceintes que je vous ai présentées jusqu’à présent, qui sont initialement conçues comme faire-valoir d’un assistant vocal, voici une enceinte musicale compatible avec un assistant vocal. L’approche est différente, donc. Que vaut le rendu ?

Côté design , on est avant tout dans quelque chose de simple et sobre, mais un peu moins élégant, selon moi, que les modèles précédents. Cela est sans doute lié à sa vocation nomade : ce n’est pas nécessairement une enceinte destinée à décorer votre salon, mais à être transportée de pièce en pièce.

Son autonomie annoncée à 10 heures est bien entendu réduite si vous l’utilisez à plein volume, mais cela reste relativement appréciable (c’est néanmoins loin d’être à la hauteur des meilleures enceintes Bluetooth).

La conception générale est très solide, d’autant plus que l’enceinte se munit d’une certification IPX7, ce qui signifie qu’elle peut résister à une immersion dans l’eau jusqu’à un mètre de profondeur pendant 30 minutes. Il n’y a aucun risque à l’emmener dans la salle de bain, du coup et la douche en musique devient possible !

Cette enceinte intègre des boutons physiques : celui d’allumage/extinction et celui d’activation/désactivation du micro à l’arrière, tandis que les boutons permettant de régler le volume, de mettre la lecture en pause et d’appairer le Bluetooth sont disponibles sur son sommet.

Il s’agit d’une enceinte compatible avec Google Assistant. Vous pouvez l’utiliser pour régler votre domotique, mais également pour lancer votre musique depuis votre compte Deezer, Spotify ou Google Music, ou encore une station de radio streamée via le service gratuit TuneIn.

La reconnaissance vocale ne souffre d’aucun défaut : avec son micro 360°, elle réagit bien où que vous soyez par rapport à elle, et fonctionne aussi bien dans un environnement calme que bruyant. C’est un vrai plus par rapport à ce que  nous avons pu voir jusqu’à présent.

J’en viens maintenant à ce qui vous intéresse le plus : la qualité audio (oui, en général, si on passe par une enceinte consacrée à l’audio pour utiliser des fonctions smarts, c’est surtout parce qu’on veut un son de qualité).

Contrairement à ce qu’on pourrait croire au vu de sa forme, cette enceinte ne fournit pas un son 360° mais se pare de haut-parleurs répartis sur les deux flancs. Mais malgré cette configuration stéréophonique étonnante, le son est propre, précis, et relativement homogène (même si une distorsion peut être repérée dans les graves).

Cela vous permettra donc d’écouter la musique avec une bonne qualité, et heureusement puisque cet appareil est entièrement dépourvu de connectique audio filaire.

Au final, je recommande cette enceinte à ceux qui recherchent avant tout une enceinte musicale mais souhaitent pouvoir utiliser des fonctions smart. Je suis néanmoins un peu déçue de ses performances audio qui, si elles sont satisfaisantes au regard des enceintes principalement dédiées à la domotique, pourraient être encore améliorées. De même, l’effet nomade de cette enceinte aurait un plus grand impact si elle était un peu plus portable (entendez par là un peu moins encombrante et un peu plus endurante.)

Les meilleures enceintes connectées haut de gamme

Dans cette dernière section, je vous propose deux enceintes qui se distinguent par la qualité de la conception. Elles sont excellentes si vous êtes prêt(e) à vous cantonner dans un environnement de marque précis.

Apple HomePod : la meilleure haut de gamme

Apple HomePod

Prix
Avantages
Finitions impeccables
Excellente reconnaissance vocale
Bonne performances audio
Inconvénients
Conception propriétaire d’Apple irritante
Aucune touche permettant de désactiver le micro
Prix trop élevé

Si Google Assistant et Alexa ne sont pas faits pour vous, il en ira peut-être autrement de Siri.

Le Apple HomePod est l’enceinte connectée proposée par la fameuse pomme américaine et, le moins qu’on puisse dire, c’est que le design est fidèle à l’image générale de la marque : sobre, sans fioritures, élégant. Point. Personnellement, c’est même un peu trop fade à mon goût, mais chacun son opinion (personnellement, je la préfère en blanc).

Contrairement aux enceintes précédentes, il sera difficile de lui tailler une petite place discrète dans votre intérieur. Avec ses dimensions généreuses, cette enceinte s’impose.

Sur la HomePod, aucun bouton physique : tout se passe par la plateforme supérieure tactile. Le réglage du volume est clairement visible (un “+” et un “-” sont imprimés sur l’écran), tandis que le reste se joue via différents modes d’appui et tapotages (par exemple : un appui court permet de lancer la lecture de la musique, tandis qu’un appui long permet de réveiller Siri sans avoir à l’interpeller). C’est une habitude à prendre, et ce n’est pas dérangeant dans la mesure où le système est réactif. Par contre, l’absence de bouton permettant de désactiver le micro est plus dérangeante : il faut soit passer par l’application, soit se retrouver un peu ridiculement à commander “Dis Siri, désactive Dis Siri”…

Son installation est sans doute la plus simple de toute ma sélection : approchez votre iPhone de l’enceinte et attendez. C’est tout !

Du côté de la reconnaissance vocale, il n’y a aucun souci : celle-ci est efficace aussi bien dans un environnement silencieux que bruyant, et ce n’est que quand vous utilisez l’enceinte à haut volume que vous devez élever la voix pour vous faire entendre de Siri.

Côté audio, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le HomePod est pensé comme une enceinte musicale équipée d’un assistant et non le contraire. Du coup, ce rendu audio a été bien travaillé. Et effectivement, le rendu est très bon, bien équilibré, et aucune distorsion ou presque n’est observée… En tout cas si vous placez l’enceinte près d’un mur ! En effet Le HomePod est capable, grâce à un accéléromètre intégré, de détecter les murs et obstacles et d’adapter sa calibration en conséquence. Et bizarrement, le rendu est plus agréable si vous placez l’enceinte près d’un mur qu’au centre de la pièce.

Par contre, je trouve que les conceptions propriétaires d’Apple vont un peu loin ici : si le HomePod dispose du Bluetooth, il vous est impossible d’utiliser celui-ci pour diffuser via l’enceinte une source audio d’un appareil quelconque (votre smartphone Samsung, par exemple). Non, seuls les appareils Apple sont en mesure d’envoyer un signal à l’enceinte !

Dans le même registre, même si vous avez un compte Spotify, il vous sera impossible de l’utiliser directement sur le HomePod (vous pouvez bien entendu passer par votre smartphone, mais c’est contraignant) : seuls Apple Music et iTunes Cloud Library peuvent être directement joués dessus.

Bref, soit vous êtes entièrement équipé(e) Apple, soit je vous conseille de passer votre chemin !

Au final, cette enceinte, prise telle quelle, est excellente : haute qualité de finitions, très bonne reconnaissance vocale, bon audio et concept d’adaptation de la réponse en fréquence selon la position de l’enceinte dans la pièce intéressant… À condition que vous soyez des aficionados de la pomme et possédiez déjà divers appareils et comptes liés à cette entreprise !

Sonos One : une option musicale pour Alexa

Sonos One

Prix
Avantages
Design agréable
Qualité audio
Solution multiroom facile d'utilisation
Inconvénients
Pas de sortie audio filaire

Je termine ma sélection par une enceinte connectée Hi-Fi intégrant Alexa. Et si, initialement, il était annoncé qu’elle intégrerait également Google Assistant courant 2018, ce n’est malheureusement pas encore le cas à l’heure d’écrire ces lignes.

Côté design, personnellement, j’aime assez sa forme et sa sobriété, qui en font un atout élégant dans votre intérieur. Le tout est assez solide et les finitions sont exemplaires.

On revient ici encore une fois à un panneau de commande tactile, situé sur la face supérieure, tandis qu’un bouton physique vous permet de désactiver le micro. Le tactile a ici le mérite d’être très réactif, aussi bien au toucher (pour mettre en pause par exemple) qu’au glisser (pour passer d’une piste à l’autre).

À nouveau, son installation est très simple, puisque l’application vous guide pas à pas, et que des indications lumineuses vous renseignent sur l’état de l’enceinte.

Il est bon de noter que cette enceinte peut également être utilisée en couple stéréo et même en tant qu’enceinte surround !

La qualité audio est au rendez-vous, avec un rendu à la fois homogène et naturel, même si je vous conseille de passer par une solution à deux enceintes (ou plus selon la configuration de votre espace) pour véritablement avoir un bon rendu spatial.

Si cette enceinte se distingue sur le marché, c’est en ce qu’elle propose l’une des configurations multirooms les plus efficaces, tout en proposant une configuration simple et rapide, le tout avec un système sonore extrêmement stable (aucune coupure intempestive n’est à déplorer, comme c’est souvent le cas avec d’autres solutions multirooms).

Et le multiroom de Sonos est également très plaisant de par son intégration directe d’une multitude de plateformes de streaming musical. En effet, plus de 30 services vous sont proposés, incluant Spotify, Google Play, Soundcloud, Deezer ou même Bandcamp. Cela a le mérite de simplifier et accélérer la navigation et la recherche des titres. Et bien entendu, cela ne vous empêche pas de streamer de la musique stockée dans une bibliothèque musicale ou un smartphone.

Au final, je recommanderais cette enceinte à ceux qui cherchent avant tout une solution audio de qualité tout en profitant de la technologie smart et qui veulent se lancer efficacement dans l’univers du multi-room. J’ai hâte de voir ce que donnera cette enceinte une fois qu’elle intégrera également Google Assistant.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Aucun produit n'est en promo pour l'instant.

Comment choisir votre enceinte connectée ?

L’enceinte connectée, c’est un “gadget” pratique, surtout si vous alliez son (comme une enceinte ordinaire) et contrôle intelligent. Mais comment choisir un tel accessoire ? Quels sont les critères à prendre en compte pour acheter malin ?

L’intérêt d’une enceinte connectée

Une enceinte connectée intègre un assistant vocal (Amazon Alexa, Google Assistant,…), qui, bien rentabilisé, peut vous simplifier la vie au quotidien.

Ainsi, il suffit de vous adresser à l’enceinte pour qu’elle réponde à la moindre de vos demandes : jouer de la musique, vous fournir la météo ou les informations, etc.

Les enceintes connectées avec Amazon Alexa, Google Assistant et Siri permettent même de contrôler toute une série d’objets connectés compatibles, ce qui vous permet de créer une sorte de réseau. Il vous est par exemple possible de commander votre éclairage à la voix, si vous disposez d’ampoules connectées.

L’enceinte connectée est donc au service de ce qu’on appelle la domotique.

L’ergonomie

Comme une enceinte traditionnelle, il est nécessaire de vérifier que l’enceinte connectée est facile à manipuler, dispose de contrôles complets et est facile à installer et utiliser.

Dans le même registre, il est important de vérifier ses options de connectique (enceinte sur batterie ou secteur ? Existence d’une prise audio permettant de la relier en filaire à un casque ou une autre enceinte ?)

La reconnaissance vocale

Si vous devez émettre des demandes auprès de votre enceinte, il faut vérifier si celle-ci est réactive à la voix. Réagit-elle correctement face à tout timbre de voix ? Réagit-elle de la même façon dans un environnement silencieux, dan un brouhaha ambiant ou encore quand elle-même émet du son ?

La qualité audio

Ce n’est pas parce que votre enceinte est smart que cela doit se faire au dépend de sa seconde destination principale : l’écoute de musique.

Toutes les enceintes (exceptée peut-être la Echo Dot) que je vous propose ici permettent à tout un chacun d’écouter quelques morceaux de manière correcte. Mais toutes ne conviendront pas aux plus exigeants.

Si vous souhaitez que le son délivré par votre enceinte soit correctement équilibré, il faut qu’elle possède au moins deux haut-parleurs, l’un destiné aux médiums et aux aigus et l’autre destiné aux basses.

Ce dernier doit être d’un diamètre suffisamment grand que pour pouvoir fournir une écoute puissante. C’est pour cette raison que les deux premières enceintes de ma sélection, en tant que modèles “mini”, ne conviendront pas à tous. Néanmoins, il est toujours possible de vous munir de l’une d’elle, et de la brancher à un système audio plus conséquent.

Si vous souhaitez jouer de la musique depuis les services cloud, Alexa et Google Assistant tiennent le haut du pavé avec les services auxquels ils sont liés. Il est également bon de savoir que les enceintes Sonos sont fournies avec plus de 30 services en ligne à utiliser !

Il faut en outre noter que la qualité audio concerne la qualité de l’écoute musicale… Mais également celle de la voix de l’assistant. Si cette voix est inintelligible, autant dire que votre enceinte connectée n’aura vraiment rien de smart…

La plateforme d’assistance vocale

Quelle que soit l’enceinte dans laquelle ils sont contenus, Siri, Alexa et Google Assistant ont tous des fonctionnalités diverses et variées. En ce qui concerne l’assistance vocale, il vous faudra choisir un camp.

Si vous comptez équiper plusieurs pièces, il vous faudra vous accrocher à une seule plateforme. Pour le moment je vous recommande Alexa pour les gens qui veulent une configuration de smart home car c’est le meilleur assistant vocal quand il s’agit de travailler avec d’autres machines smart home.

Google Assistant sera votre choix pour des fonctionnalités plus basiques et orientées vers des questions et la musique.

Enfin, les aficionado d’Apple se tourneront bien évidemment vers Siri.

La personnalisation

Amazon et Google ont la possibilité d’enregistrer différents profils d’utilisateurs. Ils peuvent reconnaître les voix des différentes personnes enregistrées et donner des réponses basées sur leurs propres comptes et historiques.

Siri et Cortana ne peuvent pas enregistrer différents utilisateurs, ce qui limite les possibilités de personnalisation.

Les listes et horloges

Tous les assistants vocaux peuvent mettre en place des alarmes et des chronomètres et de créer des listes comme celle des courses, par exemple. Avec Alexa et Google Assistant, vous pouvez partager ces listes entre différents comptes.

Alexa, Google et Siri peuvent aussi mettre en place différents chronomètres et alarmes, ce qui peut être pratique, par exemple, si vous effectuez une recette de cuisine complexe aux multiples préparations simultanées.

En conclusion, quelle enceinte connectée choisir ?

Il faut, avant toute chose, vous demander si vous envisagez l’achat de cette enceinte pour une visée domotique ou pour avoir une enceinte musicale qui ait “l’option” d’être compatible avec un assistant vocal.

En ce qui concerne la gestion domotique, les enceintes compatibles avec Alexa se hissent vers le haut du panier, car cet assistant constitue vraiment le top en la matière à l’heure actuelle.

Du coup, si les options musicales vous importent peu, l’Amazon Echo Dot (3ème génération) est un choix tout indiqué et, surtout, bon marché. Mais la Amazon Echo Plus aura le mérite de se montrer plus polyvalente, de faciliter hautement l’appairage de vos appareils et de vous permettre d’effectuer une écoute musicale agréable.

Bien sûr, Google Assistant se montre également très complet dans le domaine, et ses enceintes dédiées ont le mérite de fournir un son de qualité, aussi bien pour l’excellente Google Home que pour la très bonne (mais plus limitée) Google Home Mini.

Enfin, si vous pensez principalement utiliser votre enceinte pour une écoute musicale, et que l’assistant n’est finalement qu’un option secondaire bienvenue, je vous conseille d’orienter votre choix en fonction de votre préférence d’interface, ou, surtout, des appareils connectés que vous possédez déjà.

Ainsi, si vous êtes un Apple Fan, Apple HomePod est évidemment une solution de choix, malgré son prix un peu plus élevé. La Sonos One, elle, compense efficacement la faiblesse des enceintes dédiées d’Amazon en matière de performances sonores.

Quand à la JBL Link 20, c’est l’option de choix si vous désirez une enceinte portable, capable de vous suivre depuis votre chambre au salon tout en passant par la salle de bain… À condition d’accepter l’environnement Google Assistant, bien sûr !

Mentions honorables

Amazon Echo (2ème génération) : si vous souhaitez passer par l’environnement Amazon Alexa tout en ayant une puissance sonore un peu plus élevée que la Dot, mais sans dépenser autant pour la Echo Plus, voici la solution intermédiaire. Par rapport à la Echo Plus, elle dispose néanmoins d’une qualité sonore et d’une reconnaissance vocale moindres, et n’inclut ni le Hub ZigBee, ni la sortie audio double ni le capteur thermique.

Amazon Echo Spot : dans la lignée des “Echo” voilà un modèle qui, s’il ne se distingue pas spécialement par ses qualités audio (un peu comme ses congénères en somme), se révèle bien pratique grâce à l’écran tactile qu’elle intègre, et qui fait office d’horloge quand il est en veille.

Ultimate Ears Megablast : voici une très bonne option si vous désirez avoir Alexa en mode portable. Cette enceinte signée Ultimate Ears se pare d’une certification IP67 (protection contre la poussière et l’immersion jusqu’à 1 mètre pendant 30 minutes) et une bonne puissance sonore. Mais le meilleur équilibre sonore n’est atteint que si vous poussez le volume à fond, ce qui est dommage, et sa configuration est bien plus lourde que tout ce que j’ai pu vous proposer.

Google Home Max : si vous ne vous souciez absolument pas de la transportabilité de votre enceinte, le modèle Max de Google pourrait vous convenir. De par sa taille, elle parvient à intégrer des hauts-parleurs capables de vous fournir un son puissant et équilibré, mais qui manque un peu d’options de personnalisation pour une enceinte qui se veut musicale.

Marshall Stanmore II Voice : voici une enceinte qui est fidèle à la gamme Marshall (ce qui signifie que la qualité sonore est bien là), et qui a la particularité d’exister en deux modèles, l’un vous permettant de converser avec Google Assistant, et l’autre avec Alexa. Une option de choix pour ceux qui sont intransigeants sur la qualité sonore.

À propos de l'auteur

Morgane Mathieu

Morgane a obtenu un master en communication à l'université de Liège. Liseuse et rédactrice passionnée, elle consacre aujourd'hui sa plume aux catégories Beauté/Santé et Sport/Loisir chez Selectos. Elle est également maman de deux enfants, et elle s'y connait plus qu'un peu sur les meilleurs produits pour petits.

4 Commentaires

    • Bonjour Daniel,

      Normalement, avec Google Home, il suffit de lui ordonner avec une phrase telle que : « OK Google joue RTL ».
      Demandez-le lui, et il va chercher la station sur TuneIn ou sur Radio.fr. Votre enceinte se connectera alors aux stations que vous avez choisies dans l’application.

      Rencontrez-vous un problème avec cette technique ?

      Notez qu’il faut bien avoir préalablement configuré l’Assistant Google une première fois ! Si ce n’est fait, je vous invite à lire cet article pour tout connaître sur la marche à suivre.

      Bonne journée et à bientôt sur Selectos ! 🙂

Laisser un commentaire

>