Gaming

Les 7 (vraies) Meilleures Souris Gaming 2019 – Comparatif Complet

Mis à jour le 05 décembre 2018

Après plusieurs heures de recherche, j’ai effectué ma sélection des meilleures souris gamer actuellement disponibles sur le marché.

Pour le moment, je pense que le meilleur rapport qualité prix se situe du côté de la Roccat Kone Aimo.

Mais pour vous faire une propre idée de vos besoins en matière de souris gaming, je vous invite à consulter mon guide d’achat en fin d’article.

Meilleur pas cher
Souris gaming RVB personnalisable Logitech G502 Proteus Spectrum avec 11 boutons programmables, 200-12 000 ppp - Noir - Emballage Ouest Europe
Meilleur milieu de gamme
ROCCAT Kone AIMO Souris Gaming – capteur optique Owl-Eye haute précision (de 100 à 12.000 DPI), éclairage LED RGB avec illumination AIMO, 23 boutons programmables, conçue en Allemagne, USB, noire
Meilleur haut de gamme
SteelSeries Rival 600 - Souris de jeu - Double capteur optique TrueMove3+ - Distance de décollage de 0,05 - Système de poids
Logitech G502 Proteus Spectrum
Roccat Kone Aimo
SteelSeries Rival 600
Dès 54,99 EUR
62,95 EUR
Dès 34,90 EUR
Meilleur pas cher
Souris gaming RVB personnalisable Logitech G502 Proteus Spectrum avec 11 boutons programmables, 200-12 000 ppp - Noir - Emballage Ouest Europe
Logitech G502 Proteus Spectrum
Dès 54,99 EUR
Meilleur milieu de gamme
ROCCAT Kone AIMO Souris Gaming – capteur optique Owl-Eye haute précision (de 100 à 12.000 DPI), éclairage LED RGB avec illumination AIMO, 23 boutons programmables, conçue en Allemagne, USB, noire
Roccat Kone Aimo
62,95 EUR
Meilleur haut de gamme
SteelSeries Rival 600 - Souris de jeu - Double capteur optique TrueMove3+ - Distance de décollage de 0,05 - Système de poids
SteelSeries Rival 600
Dès 34,90 EUR

Les meilleures souris gamer pas chères

Même si, dans cette catégorie, je vous propose des modèles parfois un peu plus anciens, ils n’en restent pas moins très actuels et performants.

L’avantage ? On obtient des caractéristiques de qualité pour un prix diminué franchement abordable !

Logitech G502 Proteus Spectrum : la meilleure pas chère

Logitech G502 Proteus Spectrum

Prix
Dès 54,90 EUR
Avantages
Prix abordable
Design agréable
Bonne prise en main
Poids ajustable
Inconvénients
Pour droitiers uniquement

Le première souris de ma sélection est une souris à capteur optique fabriquée par le géant Logitech. Et si elle est sortie en 2015, elle reste tout à fait actuelle et permet d’obtenir une excellente souris gamer à petit prix.

Niveau design, on a affaire à une souris à la coque entièrement noire, exceptions faites de la molette et de l’indicateur du niveau de DPI, qui sont gris foncé. On a ici, comme souvent dans le monde des souris gamer, un modèle tout en angles, mais un peu moins classique, selon moi, que de nombreux concurrents à la manière des SteelSeries et des Razer. Ceux qui veulent une souris au look original devraient y trouver leur compte.

Ses dimensions (13,2 x 7,5 x 4 cm) la rangent parmi les modèles standard, mais elle est un peu plus fine que la moyenne. La prise en main en est donc généralement facilitée (à moins d’avoir de très grandes mains), notamment grâce au renforcement au niveau du pouce. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une souris pour droitiers exclusivement (pour un comparatif spécifiquement dédié aux souris gamer pour gauchers, je vous invite à venir voir cet article).

Si la souris pèse initialement 121 grammes, il est possible d’y ajouter jusqu’à 5 poids de 3 grammes chacun. C’est un modèle pensé pour ceux qui aiment avoir une souris conséquente sous la main.

L’ensemble paraît travaillé et robuste. S’il y a un défaut à constater au niveau du design, c’est le léger rebord que l’on voit autour des 4 patins en téflon présents sous la souris (un grand et trois petits) : comme il est fort marqué, c’est un nid à poussière. Un entretien régulier est donc nécessaire pour conserver une bonne glisse.

La G502 se dote de 11 boutons programmables, dont 5 sont accessibles via le seul pouce. La molette, elle, est actionnable sur les côtés, ce qui permet, au choix, d’effectuer des défilements horizontaux ou d’attribuer d’autres fonctions. La configuration s’effectue via le logiciel Logitech, facilement accessible et configurable.

Ce logiciel permet également de régler les niveaux de DPI ainsi que le rétroéclairage. Car il s’agit d’une souris disposant de la fonction RGB (Red Green Blue : un rétroéclairage personnalisable permettant de sélectionner parmi 16,8 millions de couleurs). Ce rétroéclairage est visible sur le logo ainsi que lors du choix du niveau de DPI.

La Logitech G502 dispose de 12 000 DPI, c’est un premier bon point pour les gamers, d’autant que cinq niveaux de sensibilité peuvent être programmés, pour les adapter en fonction des besoins du moment. Mais également, sa fréquence de rafraîchissement peut être réglée jusqu’à 1000 Hz, ce qui garantit un excellent niveau de précision.

En bref, si vous cherchez une souris gamer pour droitier, polyvalente, au design et à la prise en main impeccables, et ce pour un petit prix, la Logitech G502 ne peut être qu’un bon choix.

Razer Basilisk : une souris taillée pour le FPS

Razer Basilisk

Prix
59,99 EUR
Avantages
Bonne qualité des matériaux
Prise en main confortable
Capteur optique performant
Bouton “Sniper” réglable
Inconvénients
Pas de défilement horizontal ni de défilement rapide
Service title

Le deuxième modèle de ma sélection est sorti fort à la même époque que le SteelSeries Sensei 310. Il s’agit, cette fois, d’une souris proposée par la fameuse firme américaine Razer.

Ses dimensions de 12,4 x 7,5 x 4,3 cm et son poids de 110 grammes en font un modèle plus petit et léger que Logitech G502.

Si vous en doutiez, c’est à nouveau une souris conçue uniquement pour les droitiers, ce qui se remarque directement via les boutons accessibles au pouce.

La coque, du coup, est bien inclinée sur la droite, pour épouser la forme naturelle de la main, mais suffisamment bombée que pour pouvoir y déposer la paume (contrairement à d’anciens modèles comme la DeathAdder Elite, où la prise en griffe était presque inévitable pour ceux n’ayant pas de petites mains). Néanmoins, les plus grandes mains seront amenées, à nouveau, à privilégier une prise en griffe. Si cela ne dérange pas, la prise en main est très confortable.

On a à nouveau un revêtement plastique noir légèrement rugueux avec des inserts au niveau du pouce et de l’annulaire. Par contre – et c’est là l’originalité de la forme de la Razer Basilisk -, le pouce est, cette fois, soutenu par la tranche de gauche qui dépasse un peu, ce qui permet d’éviter les accros sur le tapis.

Il s’agit d’une souris à 8 boutons. Cette fois, par contre, aux deux traditionnels boutons disposés près du pouce se substituent 3 boutons. Comme cette souris est conçue avant tout pour le FPS, un bouton “Sniper” est également accessible. Le défaut récurrent de ce type de bouton est qu’il est souvent mal placé : trop près ou trop loin du pouce que pour permettre une véritable manipulation rapide. Ici, Razer a résolu le problème en proposant une gâchette à deux longueurs : il suffit de paramétrer celle qui convient en fonction de la longueur de votre pouce.

Au niveau des boutons, la qualité est de mise. Il sont très réactifs. Je regrette simplement que la molette ne dispose ni du défilement horizontal, ni du défilement rapide, contrairement à la Logitech G502. Néanmoins, un facteur intéressant est qu’on peut régler le niveau de crantage, pour obtenir une molette plus ou moins lisse en fonction de ses besoins.

Sous la souris, on retrouve 3 patins en PTFE : un large à l’avant, un large à l’arrière et un autour de l’orifice du capteur optique.

À nouveau, on retrouve la fonction RGB, qui éclaire au niveau du logo et de la molette. C’est, cette fois, via le logiciel Razer Synapse. Deux fonctions sont particulièrement intéressantes dans ce logiciel. Tout d’abord, elle permet de sauvegarder jusqu’à 4 profils dans la mémoire de la souris (un bouton sous la souris permet de passer de l’un à l’autre). Mais encore, même si c’est plus anecdotique, elle dispose d’une fonction “Stat”, qui permet de visualiser le nombre de clics de souris effectués et leur localisation sur l’écran, la distance parcourue, le nombre de tours de molette, etc.

À nouveau, on a ici affaire à un capteur optique extrêmement performant apte à fonctionner sur n’importe quelle surface pas trop réfléchissante. Et, aux 12000 DPI de la Logitech et de la SteelSeries, on peut ici opposer l’excellent score de 16000 DPI. On le voit, c’est une souris taillée pour l’e-sport ou tout autre domaine où le déplacement de la souris se doit d’être plus qu’optimisé.  On peut néanmoins, du coup, paramétrer jusqu’à 5 niveaux de sensibilité, afin que cela soit utilisable par tout un chacun.

Au final, on voit que cette souris aux finitions impeccable et au capteur optique performant a vraiment été pensée pour le FPS, ne serait-ce que grâce à sa sensibilité presque absurde, son bouton “Sniper” ou à sa molette à dureté réglable.

Les meilleures souris gamer milieu de gamme

Dans cette gamme de prix, je ne vous propose que des modèles plus récents, mais qui ont déjà fait leurs preuves.

Souvent, on remarque un travail accru sur le design et les effets lumineux… Avec des résultats parfois mitigés, mais c’est selon les goûts.

Roccat Kone Aimo : la meilleure milieu de gamme

Roccat Kone Aimo

Prix
62,95 EUR
Avantages
Très design
Confortable pour les grandes mains
Capteur optique performant
Rétroéclairage soigné
Inconvénients
Pas de revêtements antidérapants aux endroits stratégiques
Ne convient pas aux plus petites mains
Pour droitiers uniquement

Cette souris, la plus récente parmi celles que nous avons vues jusqu’à présent, possède un design soigné qui ne peut laisser insensible.

Déclinée en noir, en gris ou en blanc, elle possède un look agréable quelle que soit la version que vous choisissez. Et, pour une fois, ma préférence va au modèle blanc (pourtant Dieu sait qu’en général je trouve les design blancs dans le monde du High Tech plutôt fades !).

Ses formes courbées sont plus biseautées que sur les précédentes souris de Roccat, ce qui lui donne une allure plus agressive. Le RGB est du plus bel effet, avec une illumination au niveau de la molette et sur les deux côtés. Ici le RGB a été étudié pour proposer une gestion automatisée et une synchronisation entre tous les périphériques Aimo compatibles (histoire de vous inciter à n’acheter que le matériel de la marque pour un rendu visuel vraiment plaisant).

Avec ses dimensions 13 x 8,3 x 4,2 cm et son dos fort bombé, elle permet une bonne prise en paume même aux plus grandes mains. À contrario, les mains plus petites auront un peu plus de difficultés à s’y loger confortablement ou du moins à accéder facilement à tous les boutons (dommage pour moi, car elle me plaît bien !).

Ses 133 grammes participent également à son allure massive. En gros, elle plaira davantage à ceux qui sont adeptes des grosses souris que l’on ressent bien en main.

Le plastique de la coque est agréable au toucher, mais l’ensemble manque de surfaces antidérapantes positionnées aux endroits stratégiques, ce qui peut se révéler gênant pendant les longues phases de jeu, où l’on transpire parfois. Sous la souris, par contre, 6 patins en PTFE autorisent une glisse sans faille.

Niveau boutons, on a cette fois affaire à une souris à 12 boutons, dont 10 sont paramétrables. C’est une souris qui conviendra donc particulièrement bien aux joueurs de MMORPG ou de MOBA, où de nombreux raccourcis sont nécessaires. Je tiens à souligner qu’avec la Roccat Kone Aimo, on a à nouveau une molette permettant le défilement horizontal.

Tout cela est paramétrable via le logiciel Roccat Swarm, qui est l’un des plus intuitifs, et donc la prise en main s’en retrouve très facilitée. On peut y configurer les fonctions des boutons, la mise en place de macros, la gestion du rétroéclairage et même le capteur.

Ce capteur justement, est à nouveau un modèle de précision, qui fonctionnera à nouveau sur n’importe quelle surface du moment qu’elle ne soit pas trop réfléchissante. Une fois encore, il s’agit d’un capteur 12000 DPI.

Au final, la Roccat Kone Aimo est la première souris gamer de ma sélection à plutôt se destiner aux grandes mains. Précise, confortable et très design, elle devrait en séduire plus d’un.

SteelSeries Sensei 310 : une souris ambidextre performante et accessible

SteelSeries Sensei 310

Prix
52,88 EUR
Avantages
Prise en main confortable...
Capteur optique très performant
Bonne qualité matérielle
Inconvénients
... Si on aime la prise en griffe
Seulement deux niveaux de sensibilité paramétrables

La SteelSeries Sensei 310 est sortie à la fin de l’été 2017. Il s’agit, à nouveau, d’une souris filaire optique.

Ses dimensions sont moindres que celles du modèle précédent : 12,5 x 7 x 3,9 cm. Plus petite et plus plate, elle reste néanmoins suffisamment longue pour une bonne prise en main même par les plus grandes mains… À condition d’aimer la prise en griffe (sans cela, les doigts dépassent inévitablement).

Première constatation : on a affaire ici à une souris de forme parfaitement symétrique. C’est en effet une souris ambidextre. Ça peut à la fois plaire et ne pas plaire : adaptée à chacun, elle ne dispose pas d’inclinaison ou de forme spécifiquement conçue pour épouser la main du gamer. Néanmoins, comme elle est principalement pensée pour une prise en griffe, cela ne devrait pas trop poser de souci.

Avec son tout petit poids (92,1 grammes), elle est très légère. Cela montre une constante chez les fabricants de souris gamer actuellement : on va de plus en plus vers de la légèreté, et rares sont les souris sortant actuellement sur le marché qui pèsent plus de 100 grammes (On aime ou on n’aime pas, selon l’utilisation qu’on en a. Moi-même, je préfère avoir un peu plus de poids dans la main… Mais il est vrai que je ne suis pas une joueuse professionnelle !).

Point de vue design, cette souris est entièrement faite en plastique noir mat semi-rugueux. Des versions blanche et grise existent néanmoins. Sur les côtés, on retrouve deux revêtements antidérapants en silicone, qui se révèlent fort confortables sur la durée. L’ensemble respire la solidité et l’efficacité. À nouveau, c’est une souris qui embarque la fonction RGB.

On a affaire cette fois à 8 boutons (clic droit et gauche, le bouton d’activation de la molette, deux boutons de chaque côté et un au-dessus pour modifier la sensibilité). C’est moins que sur la Logitech, mais souvent amplement suffisant pour la majorité des gamers (sauf peut-être les pratiquants de MMORPG). Tout cela est paramétrable via le logiciel SteelSeries Engine 3, qui permet de configurer tous les boutons de la souris et de leur associer éventuellement des macros.

Sous la souris, 3 patins permettent une bonne glisse : 2 à l’avant et 1 à l’arrière. Le capteur optique, lui, se révèle fort performant, pouvant également atteindre les 12 000 DPI. Il fonctionne partout correctement, excepté sur le verre et les surfaces trop réfléchissantes (mais évidemment, dans le cadre du gaming, je ne peux que vous conseiller l’utilisation d’un tapis de souris). Un point négatif néanmoins : seuls deux niveaux de sensibilité sont accessibles via raccourci. Il faut donc bien choisir ce dont on a besoin… Ou repasser par le paramétrage constamment !

Au final, la SteelSeries Sensei 310 est une bonne souris gaming, au capteur réactif et précis, qui a l’avantage d’être ambidextre.

HyperX Pulsefire Surge : une souris “presque” ambidextre ultra-précise

HyperX Pulsefire Surge

Prix
59,90 EUR
Avantages
Capteur rapide et précis 16 000 DPI
Trois profils sauvegardables
Effets de rétroéclairage réussis
Inconvénients
Pas réellement ambidextre
Seulement 6 boutons programmables
Manque de revêtement antidérapant sous les doigts

J’attendais HyperX sur cette souris gamer, car je dois avouer que c’est une marque qui me plaît particulièrement au niveau des casques gamer qu’elle propose. Et si la HyperX Pulsefire Surge est une excellente souris gamer (elle fait d’ailleurs partie de ma sélection), je dois avouer qu’elle m’a déçue sur quelques points.

Parlons design tout d’abord. On le voit, c’est une souris parfaitement symétrique, et donc pensée comme une souris ambidextre. Parfaitement, vous avez dit ? Pas tout-à-fait ! Si on observe bien, on retrouve les deux boutons traditionnellement placés sur la tranche gauche des souris pour droitiers… Deux boutons que les gauchers seront donc dans l’incapacité d’utiliser. Il s’agit donc plutôt d’une souris presque ambidextre !

Les finitions, par contre, sont impeccables. Le revêtement noir mat et légèrement texturé n’accroche pas les traces de doigts, et le rétroéclairage autour du logo et tout le long du pourtour de la souris sont du plus bel effet.

Je regrette néanmoins deux choses. Premièrement, comme avec la Roccat Kone Aimo, on ne retrouve pas de revêtement antidérapant judicieusement placé aux endroits stratégiques, ce qui peut vite se révéler gênant pendant une phase de jeu intense. deuxièmement (mais là c’est purement subjectif), je trouve sa forme trop lisse, trop ronde pour une souris gamer. Je préfère un modèle à l’allure plus agressive.

Avec ses dimensions de 12 x 6,2 x 4 cm et son poids de 104 grammes, elle est plutôt légère et compacte. Il faut généralement privilégier une prise en griffe, ou en posant seulement le bout de la paume, si l’on a des grandes mains. Par contre, pour une utilisation plus calme, en bureautique par exemple, la forme bombée autorise tout de même une prise en paume très confortable.

Niveau glisse et précision, c’est un sans faute. La première est assurée par les deux grands patins en PTFE positionnés à l’avant et à l’arrière, et la seconde est le fruit du capteur 16 000 DPI que la Surge embarque.

Le nombre de boutons personnalisables est, cette fois, réduit à 6, ce qui est un peu peu pour les joueurs de MMORPG, par exemple. La molette est cliquable, mais ne permet pas le défilement horizontal. Ils sont programmables grâce au logiciel NGenuity, qui permet, entre autres, de sauvegarder jusqu’à trois profils sur la souris, et de choisir entre les modes droitier ou gaucher en inversant la fonction des deux boutons principaux.

Très réactive et extrêmement précise, la HyperX Pulsefire Surge en a clairement dans le ventre. Il lui manque néanmoins certains petits trucs, comme une réelle forme ambidextre, un peu plus de boutons et un look plus agressif, qui l’empêchent de prendre la première place dans ma sélection.

Les meilleures souris gamer haut de gamme

Si la question du prix ne vous dérange pas (chanceux que vous êtes !), vous ne trouverez ici que des souris à la pointe.

Design, confortables, performantes, précises, elles sont généralement taillées pour l’esport, où elles constituent de remarquables atouts.

SteelSeries Rival 600 : la meilleure haut de gamme

SteelSeries Rival 600

Prix
Dès 34,90 EUR
Avantages
Très confortable
Design superbe
Poids ajustable
Second capteur permettant plus de stabilité
Inconvénients
Ne convient pas aux plus petites mains
Uniquement pour droitiers
Seulement deux niveaux de sensibilité

Voici la seconde souris de ma sélection à être issue des usines de SteelSeries, la Rival 600. Au menu, une souris à double capteur optique… Qu’est-ce que ça change ?

Parlons tout d’abord design, car celui de la Rival 600 est particulièrement réussi. De forme asymétrique, inclinée vers la droite, c’est une souris pour droitier qui n’est pas sans rappeler la Sensei 310. Néanmoins, avec son look plus agressif, l’insert de deux bandes rétroéclairées sur le dos de la souris, et une tranche à droite plus marqué, elle en jette !

Point de vue mesures, on a ici une souris 13,1 x 6,9 x 4,3 cm, ce qui rend sa prise en main très confortable pour les plus grandes mains (les plus petites y trouveront quelques inconvénients, j’y reviens…).

Les inserts en silicone sur le côté sont très agréables mais, comme ils sont parfaitement lisses, ils n’empêchent pas totalement un phénomène de glisse. Heureusement, cela est compensé par le côté concave de nombreux boutons, dont les deux principaux, qui permettent aux doigts de se loger confortablement sans glisser.

La souris est très légère : 97 grammes. Cela, couplé aux 3 patins en PTFE, la rend extrêmement maniable. Pour ceux qui, comme moi, préfèrent néanmoins une souris plus conséquente en main, il est possible d’ajuster le poids via l’ajout de 8 masses de 4 grammes sous les tranches.

Niveau boutons (7 en tout), on peut souligner qu’on a ici affaire à une molette permettant le défilement horizontal. On retrouve également, comme sur le Razer Basilisk, le fameux bouton “Sniper” sur la tranche de gauche. Néanmoins, il est difficile à atteindre à moins d’avoir un grand pouce. Les petites mains s’en accommoderont donc plus difficilement.

Le logiciel est toujours le SteelSeries Engine 3 dont j’ai parlé plus haut. Il faut souligner, néanmoins, qu’il ne permet cette fois de configurer que deux profils sauvegardables dans la Rival 600.

Enfin, cette souris embarque le même capteur que la Sensei 310, avec une précision allant jusqu’à 12000 DPI, extrêmement réactif et rapide. Mais, comme je l’annonçais, elle embarque cette fois un second capteur, exclusivement dédié à la mesure de la profondeur, la hauteur de soulèvement de la souris. Le joueur y gagne donc en vitesse d’exécution et en confort s’il a pour habitude de fréquemment recentrer sa souris sur le tapis. Ce n’est donc pas un ajout indispensable pour tous, mais ça peut être le bienvenu selon votre profil de joueur.

Au final, il est difficile de trouver des défauts à cette SteelSeries Rival 600. Superbe design, possibilité d’adapter son poids, très réactive et précise, stable grâce à son second capteur, et surtout très confortable, elle devrait séduire tout un chacun, pourvu qu’il n’ait pas de trop petites mains.

Logitech G900 Chaos Spectrum : la souris sans fil d’une efficacité redoutable

Logitech G900 Chaos Spectrum

Prix
Dès 112,90 EUR
Avantages
Souris ambidextre
Sans-fil mais réactive et sans interférences
Capteur réactif et précis
Fonctionne avec ou sans fil
Inconvénients
Son prix reste élevé
Autonomie un peu faible

Avec la Logitech G900, je vous propose la première (et unique) souris sans fil de ma sélection. Elle non plus de date pas d’hier, mais elle reste l’un des modèles sans fil les plus performants à l’heure actuelle, pour un prix qui ne va pas non plus taper trop haut (bon, on reste dans du sans fil, donc la question du bon marché est relative…)

Avec ses dimensions 13 x 6,7 x 4 cm, elle est un rien plus compacte que la G502 que je vous ai présentée plus haut, et a un look encore plus original. Ici, on a une partie centrale creusée, et des rainures sur la coque, qui est, elle, entièrement noire à l’exception d’une partie plastique gris brillant sur les côtés, à l’avant. L’impression générale est fort agressive.

Et en effet, c’est une souris qui se veut vraiment taillée pour le jeu, là où la G502 pouvait parfaitement convenir à une utilisation bureautique : elle est adaptée à la prise en griffe et presque pas à la prise en paume, quelle que soit la taille de la main. Par contre, les boutons principaux ont été travaillés de manière bombée, pour ajouter du confort (même si, personnellement, je préfère les boutons creusés de la Rival 600 à ce niveau).

Par contre, on est cette fois face à une souris parfaitement ambidextre. Au point que, pour faciliter la prise en main selon que l’on est gaucher ou droitier, les quatre boutons de la tranche sont amovibles et peuvent être remplacés par une pièce aimantée qui empêche les clics intempestifs sur les boutons mal positionnés en fonction de la main utilisée.

Au niveau du capteur, la G900 embarque le même capteur 12000 DPI que la G502, soit un modèle réactif et rapide, comme je l’ai déjà souligné. Via le logiciel, on peut enregistrer jusqu’à 5 profils sur la souris, et déterminer 5 paliers de sensibilité sur chacun.

J’en viens maintenant aux spécificités du sans-fil. Tout d’abord, qu’en est-il de la batterie ? Logitech semble avoir travaillé sur une miniaturisation du poids (107 grammes batterie incluse, ce qui est honorable pour une souris sans fil. Les 6 patins en TPFE combinés à ce petit poids l’érigent d’ailleurs en modèle de glisse). Du coup, avec une batterie 750 mAh, l’autonomie n’est que de 32 heures, rétroéclairage éteint, pour une recharge de 2 heures. C’est un peu peu par rapport à la concurrence, mais pas gênant non plus. La jauge lumineuse permet d’ailleurs d’éviter les mauvaises surprise en vous prévenant à temps de la nécessité de la recharge.

Niveau réactivité, les utilisateurs la comparent à celle de la G502, soit la même réactivité qu’une souris filaire ! C’est bien mieux que nombre de concurrents, et Logitech semble avoir ici surmonté le plus gros défaut du sans-fil.

Enfin, le problème d’interférence semble également avoir fait l’objet d’un travail approfondi, avec une reconnaissance de la souris à 360° et une portée augmentée. Les risques d’interférences s’en retrouvent quasi nuls.

Au final, on a ici une souris ambidextre et sans fil très réactive, très précise, qui évitent presque tous les défauts des san-fil (l’autonomie exceptée). Si son prix était un peu moindre (elle date tout de même de 2016), et son confort un peu plus optimal (pour autoriser une utilisation bureautique) elle prendrait aisément la première place de ma sélection.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre souris gamer ?

Avoir une bonne souris pour jouer procure de vrais avantages en termes de temps de réponse, de dpi, d’ergonomie ou encore de glisse

La forme

La forme de la souris a toute son importance en ce qu’elle va, évidemment, influencer votre prise en main. Les gros modèles sont à proscrire pour les petites mains et vice-versa.

Bien entendu, dans cette optique, il est également nécessaire de vérifier si le modèle que vous souhaitez acheter et un modèle droitier, gaucher ou ambidextre.

Si cette sélection est généraliste, j’invite les gauchers parmi vous à consulter notre article spécifique dédié aux souris gamer pour gauchers.

La connectique

Préférez-vous une souris filaire ou sans fil ?

Les premières fonctionnent via branchement USB. Leur avantage est qu’elles permettent de ne pas se soucier du niveau de batterie.

Les secondes fonctionnent généralement par Bluetooth, mais également par WiFi. Leur avantage est qu’elles évitent de vous prendre la main dans les fils pendant vos parties endiablées.

Les gamers privilégient souvent une souris filaire pour deux raisons. La première est que, avec un mode sans fil, une certaine latence (un retard entre l’ordre et l’exécution) peut parfois être observée, ce qui est très gênant dans le monde du gaming. La seconde est que, pour justement éviter ces problèmes de latence, une technologie sans fil efficace va rapidement avoir un coût financier.

Le type

Faut-il privilégier une souris optique ou une souris laser ?

La souris optique

La souris optique fonctionne de la manière suivante : un led émet une lumière sur une surface et la retransmet à un capteur. Celui-ci analyse les aspérités de la surface pour calculer la trajectoire et la retransmettre à l’écran.

La souris laser

La souris laser a le même fonctionnement de base que la souris optique, c’est cette fois un faisceau qui transmet les clichés de la surface au capteur. Du coup, les clichés sont plus nets, et le déplacement du curseur bien plus précis.

Le capteur

Le capteur offre une certaine résolution, généralement exprimée dans les caractéristiques du fabricant en PPP (points par pouce) ou DPI (Dot Per Inch).

Évidemment, plus la résolution est élevée et plus la souris est précise, car un nombre élevé de DPI permet un déplacement bien plus rapide et marqué du curseur (un simple petit mouvement suffit).

Le poids

Si la souris est lourde, en utilisation intensive, le poignet fatiguera vite.

Sachez que certains modèles disposent de poids, que vous pouvez enlever ou ajouter à l’envie de manière à maximiser au mieux votre confort d’utilisation en fonction de l’utilisation que vous en faites (bureautique, gaming,…).

Le nombre de boutons

L’utilisateur lambda peut parfois être étonné du nombre de boutons proposés sur une souris gamer, lui qui n’en utilise que 3 (clic droit, clic gauche et molette de défilement).

Mais pour le gamer, ce nombre de boutons personnalisables peut faire toute la différence. Il se tournera généralement vers une souris possédant 5 à 15 boutons.

Le look

Bien sûr, ce n’est pas là un critère essentiel, mais mieux vaut prendre une souris qui vous plaît visuellement si vous souhaitez la garder longtemps.

Dans le domaine des souris gamer, les constructeurs se montrent généralement assez inventifs, et chacun devrait pouvoir trouver son bonheur à ce niveau.

Le type de jeux

Les joueurs sont souvent attentifs à choisir un type de souris en fonction du type de jeu qu’ils aiment pratiquer.

Ainsi, les adeptes de MOBA vont plutôt se tourner vers une souris légère et compacte, ceux de FPS vers une souris au capteur sensible, et ceux de MMORPG vers des souris riches en boutons.

Le prix

Soyons clairs. Une souris gamer digne de ce nom, c’est bien plus cher qu’une souris de bureautique. Il faut compter généralement au moins entre 50 et 100 € pour obtenir une certaine qualité.

Une autre solution est de se tourner vers des modèles plus anciens, qui ont bénéficié depuis leur sortie d’une baisse de prix, et qui restent toujours d’une excellente qualité. Car, heureusement pour notre portefeuille, dans le monde du gaming, les souris n’évoluent pas aussi vite que le reste. Pas de risque donc, de se trouver avec une souris obsolète un an après sa sortie.

4 Commentaires

  • Alors non la logitech g900 est battu par la steelseries rival 650 non mentionné ici qui est aussi filaire et/ou sans fil avec les memes caracteristique que la 600

    • Bonjour jb,

      Merci pour votre retour !

      Au moment où j’ai effectué la dernière mise à jour de cet article, la Steelseries Rival 650 était encore très très récente sur le marché. Or, je n’intègre presque jamais dans mes sélections des produit qui viennent tout juste de sortir, car je préfère attendre d’avoir un peu plus de retours utilisateurs sur leur utilisation et sur leurs capacités dans la durée.

      La Steelseries Rival 650 est un article que je tiens néanmoins à l’œil pour ma prochaine mise à jour, car elle semble effectivement répondre à ses promesses, et les avis utilisateurs jusqu’à présent sont majoritairement (très) positifs.

      L’utilisez-vous vous-même ? Depuis quand ? Avez-vous remarqué d’éventuels défauts à l’utilisation ou répond-elle parfaitement à vos attentes ?

      Merci d’avance pour votre témoignage !

      Belle journée,

      Morgane

  • et pour les gauchers ?
    je sais on est minoritaire (meme si en plus dans mon cas je suis un droitier mais qui utilise la sourie à gauche…)

    • Bonjour Nemrod,
      Un classement des meilleures souris gaming 2017 pour gauchers est prévu pour les prochains jours, car vous avez raison, c’est une erreur de ne penser que droitier-normé !

Laisser un commentaire

>