Blog

DJI Spark : Notre Avis Complet

Avantages
Bonne qualité d'image
Stabilisation physique et numérique
Nombreuses fonctionnalités embarquées
Companion App intuitive
Très facile à monter et à utiliser
Inconvénients
Autonomie un peu faible
Pas de carte SD fournie
Peu d'options de photographie dans l'application mobile

Que vaut le DJI Spark ?

Le DJI Spark, nous en avions déjà parlé dans notre comparatif des meilleurs drones caméra.

Ludique, facile à prendre en main et relativement bon marché, il a tout d’un drone jouet familial. Pourtant, la qualité de la vidéo et les efforts que DJI a mis dans la qualité du matériel en font un drone caméra versatile et sérieux.

Drone et accessoires

Disponible en cinq coloris – bleu, blanc, jaune, rouge et vert – le DJI Spark est un drone relativement peu équipé. Il est livré avec 6 hélices, soit deux de remplacement, un câble micro-USB et un chargeur secteur/USB. La caméra est déjà montée sur le drone lui-même.

Etant donnée son autonomie un peu limitée, on regrette l’absence de batteries de rechange ou d’un sac de transport, vendus séparément. Il faudra compter une soixantaine d’euros pour chaque batterie supplémentaire.

La mémoire non plus n’est pas incluse. On salue cependant la présence d’un port micro-SD qui peut embarquer jusqu’à 64GB d’espace dans les airs.

La télécommande non plus n’est pas intégrée. La télécommande DJI Spark existe, elle est disponible sur Amazon, mais le pilotage se fait, par défaut, via l’application Android et iOS.

Cependant on sait déjà que le DJI Spark a fait l’effort d’intégrer une caméra haut de gamme à un produit au prix plus que correct, et on comprend que la variété des accessoires fait partie des économies nécessaires.

En ce qui concerne le drone lui-même, on ne peut qu’apprécier la qualité de la finition. Au plastique, DJI a préféré un alliage de magnésium dont les propriétés anti-chocs sont reconnues. Il ne pèse que 300 grammes, et mesure environ 14cm de diamètre. Ce drone compact et solide inspire d’emblée la confiance, et nous allons voir qu’il y a de nombreuses surprises sous ce capot.

Application mobile

Le DJI Spark a été conçu pour le grand public. Ce point en fait aucun doute : facile à monter, dans une tranche de prix très abordable, et bourré de fonctionnalités pour les utilisateurs novices.

L’interface de pilotage, d’abord, est réduite au minimum; si ce point peut décevoir les adeptes de pilotage sportif, c’est une bénédiction pour ceux, et ils sont plus nombreux, à chercher dans un drone caméra une navigation facile et fluide.

Sur l’application, plutôt intuitive, on reçoit un retour vidéo via WiFi – attention, la distance est limitée à 50m environ – et on a accès aux différentes options de pilotage.

C’est depuis son smartphone qu’on pourra également commander la prise de vue et quelques options de réglages de la photographie. Le nouvel OS, le DJI GO 4, est cependant un peu limité par rapport à des concurrents haut de gamme. Bien qu’il fonctionne également avec des modèles beaucoup plus aboutis, comme le Mavic ou le Phantom 4, les options sont peu nombreuses.

En un mot, on dirait qu’elle est trop axée sur le partage sur les réseaux sociaux et le montage vidéo. Mais ce sont des options qu’on aurait volontiers vu transférées sur un ordinateur, pour faire de la place à une vraie interface d’options sur le rendu image (luminosité, contraste, qualité, filtres…).

Si on compare la Go 4 aux applications de pilotage de Yuneec ou de GoPro, c’est clairement insuffisant : quasiment toutes les modifications graphiques devront être effectuées en post-production.

Parmi les mentions honorables, on notera néanmoins que l’interface de vol est suffisamment claire, même sur les petits écrans. GPS, radar, retour vidéo, informations d’altitude et alertes… L’essentiel est là.

Fonctionnalités

Le DJI Spark embarque une batterie de capteurs qui le différencient d’un simple drone.

Le premier, c’est la reconnaissance 3D. Pourquoi c’est utile ? Le capteur 3D dont sont équipés certains drones leur sert souvent à éviter les obstacles et à analyser leur environnement. Dans le cas du DJI Spark, ça va un peu plus loin. Il reconnaît les visages, les mouvements de la main, et il est programmé pour répondre à une série de commandes gestuelles.

C’est un des éléments qui rend la maniabilité du DJI Spark si intuitive. Tendez la main à plat : il se pose dessus. Dites-lui au revoir : il s’éloigne de quelques mètres et prend un selfie. Les petites commandes de ce type sont nombreuses, et la fréquente mise à jour du firmware – souvent à l’occasion du lancement d’un nouveau modèle – permet de varier encore les possibilités.

Au-delà du ludique, DJI a misé sur la sensibilité des capteurs pour assurer une meilleure sécurité en vol. C’est sans aucun doute ce qui différencie un drone d’entrée de gamme d’un modèle plus abouti : sa durabilité est aussi assurée par l’intelligence du logiciel.

Outre la détection d’obstacles, qui fonctionne jusqu’à 7 mètres grâce à la reconnaissance 3D, on a apprécié la fonction RTH ou Return to Home. Nous en avions parlé dans notre comparatif des meilleurs drones caméra : le RTH vous permet de vous assurer que si le DJI Spark dépasse la limite au-delà de laquelle il n’est plus à portée de commande, il reviendra de lui-même auprès de vous.

De même, s’il détecte un problème de stabilité ou l’endommagement d’une des pales, il fera de son mieux pour revenir à vos côtés et être réparé. Cette fonction peut paraître anodine, mais c’est un gage de qualité. De nombreux drones finissent égarés ou abîmés, tandis qu’investir dans un modèle sérieux comme le DJI Spark permet de s’assurer d’une certaine durabilité.

Autonomie

On l’a déjà dit, l’autonomie du DJI Spark n’est pas son point fort. Quand on sait qu’il ne pèse que 300 grammes – là où un Yuneec Typhoon en pèse presque 900 -, on se demande pourquoi les performances sont si basses.

Il ne faut pas chercher plus loin que le choix de la batterie Lipo 3s, de 1480mAh seulement. Le standard recommandé tournerait davantage autour de 200 mAh pour un appareil aussi gourmand que le drone caméra.

De plus, la nervosité de la navigation peut épuiser la batterie plus vite, de même que les nombreuses fonctionnalités embarquées. Au final, le DJI Spark tient environ 15 minutes. Ce n’est pas un mauvais résultat, mais c’est en deçà de ce que d’autres drones caméra de cette tranche de prix peut offrir : lors de nos tests, le Parrot Bebop 2 a tenu 25 minutes en vol, par exemple.

Qualité photo et vidéo

Avec sa caméra 12Mpx et un bon objectif, le DJI Spark marque des points en matière de qualité. C’est même un des meilleurs rendus vidéo de cette tranche de prix. La sensibilité ISO va de 100 à 3200 en photo et atteint 6400 en vidéo, de quoi s’adapter (automatiquement) aux variations de luminosité.

La résolution proposée par ce drone caméra est en Full HD (1080) ce qui est plus que correct. Les professionnels de la photo qui veulent du 4K savent que de tels appareils ne sont pas disponibles à 500€.

Si le DJI Spark n’offre pas du 4K, c’est qu’il utilise un logiciel de stabilisation en plus de sa nacelle. Pour rappel, il existe en gros deux moyens d’éviter que les vibrations ou les petits mouvements ne brouillent l’image. Dans le premier cas, la caméra est montée sur une nacelle de stabilisation – Le Peuple Migrateur était le premier film français à avoir monté une telle nacelle sur un hélicoptère. L’ensemble est motorisé et compense les mouvements de l’appareil. L’autre solution est logicielle. La caméra enregistre une vidéo en 4K et la recadre image par image pour donner une illusion de stabilité.

Le DJI Spark est un des rares drones à utiliser les deux systèmes simultanément, pour un résultat époustouflant. La caméra est d’une stabilité exemplaire, le rendu est particulièrement fluide et agréable à regarder.

En matière de colorimétrie, la capture des couleurs est plus que correcte. On aurait bien sûr aimé avoir plus d’options de réglage en amont, mais le rendu par défaut est saisissant, avec une grande netteté des détails et des contrastes équilibrés. On vous laisse voir par vous-même avec cet échantillon vidéo – sans post-production.

Verdict

Le DJI Spark n’est pas le meilleur drone caméra qui existe. Mais quand on sait que les drones professionnels tournent autour de 1500-2000€, on ne peut que saluer l’effort de DJI pour renverser le milieu de gamme.

Une construction solide, une image artistique et une grande facilité de prise en main fait que le DJI Spark est incontestablement le meilleur drone caméra grand public.

Voir le prix sur Amazon

Pour plus d’informations sur les drones caméra, consultez notre comparatif et guide d’achat.

DJI Spark
  • Accessoires
  • Application mobile
  • Fonctionnalités
  • Qualité de l'image
  • Aisance de prise en main
  • Autonomie
4.2

À propos de l'auteur

Nicolas Orengo

Passionné par les nouvelles technologies, le logiciel libre et la politique du net, je suis toujours à la recherche des innovations qui vont améliorer et libérer notre expérience d'utilisateur.
Je suis convaincu que les nouveaux matériaux et logiques d'utilisation peuvent nous permettre de construire un monde de l'informatique durable et indépendant, au niveau du hardware comme du software.

Laisser un commentaire

>