Les 9 (vrais) Meilleurs Smartphones pour Photo 2019 – Comparatif

Mis à jour le 10 décembre 2018

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 9 parmi plus d’une vingtaine de modèles commercialisés pour le moment.

Mon préféré est le One Plus 6T qui, s’il n’offre pas la meilleure performance délivre du haut de gamme avec un prix moyen de gamme ce qui m’a grandement séduit.

Vous trouverez aussi à la fin de cet article un guide d’achat pour vous aider à faire votre choix, pour des photos qui reflètent vos meilleurs moments !

Meilleur pas cherMeilleur milieu de gammeMeilleur haut de gamme
Moto G6 PlusOnePlus 6THuawei P20 Pro
Moto G6 PlusOnePlus 6THuawei P20 Pro
~255 EUR~590 EUR~750 EUR
Voir sur FnacVoir sur amazonVoir sur amazon

Les meilleurs smartphones pour photo pas chers

Ce smartphone a beau être le moins cher, il n’en est pas pour autant un sous-produit et satisfera ceux qui n’ont pas un gros budget.

Moto G6 Plus : le meilleur pas cher

Moto G6 Plus

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Prix abordable
Snapdragon 630
Bonnes photos
Inconvénients
Quelques problèmes de photo si en mouvement

Motorola a tenu le titre des meilleurs smartphones d’entrée de gamme avec sa famille de Moto G mais est quelque peu malmené aujourd’hui avec les outsiders chinois que sont Xiaomi, Honor et Huawei.

Alors que penser de ce Moto G6 Plus,en particulier pour la photo, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici ?

Tout d’abord voyons un peu son design.

Il faut noter que l’affichage est plus grand et plus brillant que le G6 standard. Le design en verre incurvé le rend plus proche du design du Moto X4 que du Moto G5.

Comme le Moto G6, ce smartphone dispose d’un amalgame de métal et de verre. Tandis que les bords du téléphone ont un léger feeling « plastique », le dos incurvé est tout en verre.

Un point quelque peu dommage, mais auquel on pouvait quand même s’attendre pour un téléphone de cette gamme, est le manque d’imperméabilité, quand bien même le fabricant clame qu’il résistera aux éclaboussures, aucune certification IP n’est au programme.

Le détecteur d’empreinte digitale est assez plat, facile à trouver et fonctionne plutôt bien et rapidement.

Avec des dimensions de 160 x 75.5 x 8 mm, il ne vous est pas possible d’utiliser ce Motorola avec une seule main, mais il a au moins le mérite de tenir dans une poche.

Ce smartphone suit la mode des téléphones « étirés » avec un affichage 18:9. Cela signifie que plein de vidéos auront des bords noirs sur les côtés. Par contre, pas d’inquiétude pour le gaming et les sites optimisés pour téléphone mobile qui passent parfaitement bien.

L’écran propose une résolution FHD+ (1080 x 2160), ce qui pourrait paraître peu pour un écran 18:9, mais l’affichage reste très précis et agréable à regarder.

Au niveau de la batterie , le mode TurboPower charge 20 % de la batterie en 15 minutes. Vous pouvez l’utiliser un voire deux jours sans avoir à le charger (pour un usage modéré). Par contre l’autonomie en prend un coup lorsqu’on s’attaque aux applications plus gourmandes en énergie.

Mais venons en à la photo !

L’appareil photo à double capteur est de 12MP et de 5MP à l’arrière. L’appareil photo arrière est utilisé pour le mode Portrait. L’appareil photo à l’avant est de 8 MP.

En gros, l’appareil photo est capable de capturer des images précises et vibrantes, mais cela demande un minimum d’attention pour y arriver.

Le système autofocus à double-pixel procure un excellent processus de verrouillage. Au niveau de la vidéo, on obtient du 4K à 30 fps.

Si vous donnez à cet appareil assez de lumière et un minimum de mouvement, vous obtiendrez de superbes photos avec des couleurs vibrantes. Malheureusement, les choses se gâtent lorsqu’il y a du mouvement, dû à un lag de l’appareil photo.

De manière générale, le mode HDR est excellent et permet de produire des shoots équilibrés sans aucun artefact bizarre.

Vous avez également la possibilité d’éditer la profondeur des données après que la photo aie été prise, à un tel point que vous pouvez flouter le sujet et vous concentrer sur les détails du décor. Cela marche incroyablement bien et peut complètement modifier le ton de votre photo.

Un autre aspect intéressant de cet appareil photo est sa capacité à reconnaître les objets. Lorsqu’il a reconnu cet objet, il vous donne des liens Internet pour vous aider à vous procurer cet objet dans une boutique en ligne.

Seul bémol, le processus prend un temps fou, ce qui peut dissuader d’utiliser ce système au milieu d’un magasin.

Le Moto G6 Plus tourne sur une version très peu modifiée d’Android 8 Oreo et cela est un excellent choix. Motorola a fourni en prime 4 GB de Ram et un Snapdragon 630 à ce téléphone.

Des animations du menu super fluides au menu des notifications , cette version d’Android est très agréable à utiliser. Étrangement, Google Play n’est pas installé d’office sur cette interface ce qui est un choix des plus curieux vu la nature plutôt fondamentale de cette application.

L’affichage de 15 centimètres est extrêmement utile lorsqu’il s’agit de regarder des films ou de jouer à des jeux. Il est de plus incroyablement plus brillant que la plupart des smartphones d’entrée de gamme, ce qui vous permet de regarder Netflix dans le parc sans problème.

Niveau audio, Motorola a eu le bon goût de placer sa sortie audio à l’avant, ce qui vous évitera de bloquer la sortie du son pendant que vous regardez des vidéos ou jouez. Niveau gaming, ce téléphone s’en sort plutôt bien, même si il faudra faire des concessions sur les jeux les plus gourmands en ressources.

Les meilleurs smartphones pour photo de milieu de gamme

Ces smartphones coûtent déjà un peu plus cher, mais restent à des tarifs plutôt raisonnables pour du matériel de cette qualité. Le One Plus 6T m’a particulièrement plu !

OnePlus 6T : le meilleur milieu de gamme

OnePlus 6T

Prix
589,00 EUR
Avantages
Prix incroyable pour une telle performance
Excellent pour le gaming
Appareil photo correct
Inconvénients
Mode Nuit peu convaincant

Comparé à d’autres smartphones de ce comparatif, ce OnePlus 6T a un excellent système de reconnaissance d’empreintes digitales. Celui-ci est inclu dans l’affichage de l’appareil et réagit au doigt et à l’oeil (ou plutôt au doigt dans le cas présent héhéhé).

Niveau design, le 6T propose un aspect élégant, avec une encoche en forme de larme.

Bien que OnePlus ait finalement décidé d’utiliser le verre pour ce 6T et viré le jack pour casque, la compagnie n’a quand même pas décidé de mettre en place un chargeur sans fil. Étrange.

L’affichage de cet appareil est d’excellente qualité et rivalise même avec des smartphones qui font deux fois son prix. Sa grande dalle AMOLED (2340 x 1080) est légèrement plus grande que celle du One Plus 6, mais la différence la plus notable est l’encoche qui est moins intrusive.

Son affichage OLED est d’excellente qualité. Il n’est pas exactement aussi bon que le Galaxy Note 9 par exemple, mais pour ce prix, l’affichage reste absolument excellent.

Mais parlons maintenant de la photo de ce smartphone. Celui-ci propose un appareil photo à double focale avec une lentille 16 Mpx et 20 MP ainsi qu’une lentille sur la face avant de 20 MP.

Un tout nouveau mode Nuit a été inclus, qui permet de capturer plus de détails dans les lieux à faible luminosité.Malheureusement celui-ci ne fait pas toujours des miracles et les photos finissent des fois avec trop de grain. Le mode Nuit n’est donc pas vraiment utile.

À la lumière du jour, les couleurs offertes par le 6T sont réalistes à souhait. Niveau Portrait, ce smartphone ne s’en sort pas trop mal, mais a tout de même tendance à trop lisser les détails.

Le 6T bénéficie de 8 GB de RAM et d’un Snapdragon 845, lui permettant d’offrir des performances dignes d’un Galaxy Note 9 par exemple, autant dire qu’il peut faire tourner n’importe quoi sans problème !

Au niveau de l’OS, nous sommes en présence d’un OxygenOS, surcouche d’Android qui a plus d’un tour dans son sac. Un de ses avantages, Smart Boost, permet à ce smartphone de démarrer bien plus vite que son prédécesseur. L’OS dispose de deux modes de navigation, qui peuvent être modifiés dans les paramètres.

Niveau gaming, cet appareil est une machine de guerre qui bat même des téléphones comme l’iPhone XR ou le Pixel 3 XL !  C’est assez impressionnant quand on voit la différence de prix entre ces appareils !

L’autonomie de ce smartphone est également de première classe, il peut durer quasiment 20 heures sans charge avec une utilisation modérée. La charge est également de la partie avec le système « Dash Charge » qui est incroyablement rapide, permettant de charger votre OnePlus de 0 à 60 pourcents en seulement 30 minutes !

Le rapport qualité prix de cet appareil est tout simplement fou et il rivalise avec des modèles bien plus chers ! Si vous cherchez un smartphone pour photo qui est correct à un prix raisonnable avec bien d’autres tours dans son sac, ne cherchez plus !

Samsung Galaxy S8 : pour d’excellentes photos

Samsung Galaxy S8

Prix
435,00 EUR
Avantages
L’appareil photo
Design agréable
Excellentes spec techniques
Inconvénients
Bixby !

On  ne présente plus la gamme Samsung Galaxy , qui est une valeur sûre dans le monde des smartphones. Alors est ce que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes avec ce Galaxy S8 ?

C’est ce que nous allons voir et nous allons démarrer par un petit point négatif : le détecteur d’empreintes digitales. Le Galaxy S8 est l’un des smartphones les plus sûrs sur le marché, pas de problème avec ça. On peut utiliser la reconnaissance faciale, une empreinte digitale ou un scan de l’iris.

Là où ça pèche un peu, c’est que le détecteur d’empreintes digitales est placé à l’arrière, à un endroit peu facile d’accès pour les doigts lorsqu’ils tiennent le téléphone de manière habituelle. Alors ce n’est pas la mer à boire non plus bien entendu, mais ça reste un peu dommage.

Le scan de l’iris d’un autre côté fonctionne incroyablement bien, même si des fois il se peut qu’il ne reconnaisse pas votre iris pour une raison qui m’échappe.

Un autre aspect qui a été lancé avec ce Galaxy S8 est Bixby, l’assistant vocal conçu pour rivaliser avec Siri, Alexa et l’Assistant de Google.

Malheureusement, l’application ne tient pas ses promesses pour le moment. Il a du mal à reconnaître ce qui est dit et n’est pas compatible avec beaucoup d’applications, ce qui le rend quelque peu limite inutile. Ça s’améliorera probablement avec le temps ceci dit.

Mais venons en au design. Le verre a été incurvé des deux côtés et lui donne un aspect absolument raffiné et agréable aussi bien à l’oeil qu’au toucher.

Les boutons sont tous très bien conçus et sont tous agréables à utiliser. Seul petit bémol, ce bouton Bixby placé juste en dessous du volume, comme si Samsung voulait absolument vous faire utiliser cet accident, par erreur s’il le fallait.

L’arrière est extra plat, même au niveau de l’appareil photo.

L’affichage de ce smartphone est également d’excellente qualité. Les couleurs sont riches, le contraste du noir et du blanc est immaculé et tout à l’air précis et agréable à regarder. Le streaming a un aspect excellent et tout ce qui est sauvegardé sur la machine a l’air excellent.

Regarder des films sur cet appareil est une expérience exceptionnelle. La manière dont l’écran est conçu permet aux films (du moins ceux filmés en 21:9) de ne plus montrer les barres noires au-dessus et en dessous de l’affichage.

L’expérience en est ainsi plus immersive et avec la qualité de l’affichage, c’est vraiment un plaisir permanent.

L’appareil est de plus compatible HDR et le résultat est plus que probant. Dommage que Netflix fasse payer plus pour utiliser cette option sur leurs vidéos.

Niveau mémoire le S8 embarque 64 GB avec également un emplacement carte mémoire. Autant dire que vous n’allez pas facilement manquer d’espace pour entreposer vos films et autres fichiers. De plus, avec sa puce Snapdragon 835 accompagnée de 4GB de RAM, il permet de faire tourner sans problème même les jeux les plus récents.

L’expérience audio n’est pas mauvaise non plus, en particulier concernant les écouteurs fournis avec ce smartphone, qui sont de bonne facture.

L’interface utilisateur est également d’excellente facture. Celle-ci est une version extrêmement modifiée d’Android , au point que les puristes d’Android ne s’y retrouveront probablement pas de prime abord. Mais elle est intuitive et fonctionne extrêmement bien.

Son aspect est très agréable à l’oeil et la manière dont tout est agencé est intelligente et placé là où il faut.

La batterie offre une autonomie honnête d’une journée sans charge en utilisant l’appareil d’une manière normale.

Venons en à ce qui nous intéresse en particulier, l’appareil photo. Celui intégré au Galaxy S8 est l’un des meilleurs sur le marché. Sa principale force est d’être capable de capturer l’image que vous souhaitez et de faire apparaître les choses telles que vous les voyez.

L’appareil photo 12 MP à l’arrière et le capteur 8 MP à l’avant sont également excellents en basse luminosité – en fait les prises de vues sont parfois meilleures qu’à l’oeil nu !

Une chose que j’ai particulièrement appréciée est la facilité avec laquelle on peut accéder à l’appareil photo. Il suffit de taper deux fois sur le bouton « power » pour basculer instantanément sur l’application de l’appareil photo.

De plus, il vous suffit de faire glisser votre doigt dans une direction pour accéder à certains menus ou bien encore l’appareil à selfie (en glissant le doigt vers le bas). Pratique !

Le seul petit bémol que je pourrais signaler est que les photos rendent mieux sur l’appareil photo que sur ordinateur, ce qui est un peu dommage, mais on ne va pas chipoter pour si peu, l’appareil photo reste exceptionnellement bon !

Samsung Galaxy Note 8 : une référence chez les smartphones

Samsung Galaxy Note 8

Prix
574,90 EUR
Avantages
Étanchéité IP68
Écran d’excellente qualité
Excellentes photos en plein jour
Inconvénients
Photos en zoom en basse luminosité

Et voici un autre Samsung dans ce comparatif ! Celui-ci dispose d’une dalle Super Amoled de 6,3 pouces et d’une définition WQHD+ (2960 x 1440 pc).

Ce Note 8 est l’un des plus grands smartphones de la marque Samsung. Disposant de son écran immense de 6,3 pouces – et malgré un taux d’occupation de la face excellent de 83 % – le Note 8 est un smartphone très grand. N’espérez pas en tirer pleinement parti avec une seule main.

Niveau design, on retrouve les codes établis par la série S. On retrouve donc un pourtour en métal et un dos en verre.

Ce dernier est malheureusement un capteur à trace de doigts. Les bords de l’appareil sont légèrement arrondis ce qui rend la prise en main du Note 8 plutôt agréable. Enfin, il a le bon goût d’être certifié IP68 (étanche à la poussière et à l’eau jusqu’à 1,3 m pendant 30 min).

Par contre, le lecteur d’empreintes digitales est inatteignable d’une manière naturelle. Cela fait qu’on oubliera probablement très vite ce moyen de déverrouillage.

On peut donc ainsi passer par un scanner d’iris ou la reconnaissance faciale, qui fonctionnent plutôt bien mais qui ne sont pas aussi pratiques qu’un lecteur d’empreintes bien placé. Dommage.

Un stylet est également présent pour prendre des notes rapides, ce qui est une des marques de fabrique de cette famille de smartphones.

Mais revenons à l’affichage de cet appareil ! Celui-ci est d’une excellente qualité.

La finesse d’affichage est parfaite pour tout usage excepté peut être la VR qui demande une résolution encore plus élevée. Le taux de contraste quasi infini , Super Amoled oblige est un plus certain.

De plus, la luminosité est excellente et le taux de réflexion lumineuse est ridicule. Il est donc parfaitement lisible même en plein soleil.

Côté performances, sans aucune surprise, ce smartphone fait parfaitement tourner toutes les applications possibles et imaginables. Avec ce processeur et ses 6 GO de RAM, le contraire eut été surprenant !

Il fait tourner tous les jeux sans aucun problème. De plus, la chaleur est bien gérée, même lorsque l’on fait lourdement appel au CPU et au GPU.

Le casque fourni avec ce smartphone est d’excellente qualité, sans pour autant dépasser un casque conçu pour les mélomanes bien entendu !

Mais voyons à présent l’appareil photo de ce Galaxy Note 8 ! Il intègre un appareil photo dorsal reposant sur deux modules.

Le premier module est le même que celui que l’on trouve sur un Galaxy S8+, donc un capteur 12 Mpx. Les performances sont excellentes en plein jour ,avec des images plutôt bien détaillées.

On peut peut-être juste lui reprocher une accentuation trop marquée du contraste. En basse luminosité, le résultat est correct sans atteindre le haut du panier pour autant.

Le second module, lui aussi un capteur 12 Mpx , ouvre à f/2,6. Cet équivalent de zoom 2x est particulièrement efficace dans de bonnes conditions lumineuses.

Malheureusement, en basse luminosité, le Note 8 préfère repasser sur son autre module et appliquer un zoom numérique. Dommage.

Le capteur frontal de 8 Mpx délivre propose une excellente performance. Il trouve le bon compromis entre une exposition juste, une bonne vitesse de déclenchement et un lissage modéré. Les amateurs de selfie pourront donc s’amuser !

Niveau autonomie, elle est correcte sans être pour autant incroyablement bonne. Il peut tenir une journée entière sans trop de problème, mais il faudra le recharger la nuit.

En streaming, le Note 8 peut tenir plus de 10 heures ce qui n’est pas mal du tout mine de rien. La recharge dure environ 1h30 pour une charge pleine.

L’OS de Samsung est agréable à utiliser, même si elle peut nécessiter un tout petit temps d’adaptation aux adeptes d’Android.

Les meilleurs smartphones pour photo haut de gamme

Ces appareils sont chers, mais ils sont également les meilleurs sur le marché !

Huawei P20 Pro : le meilleur haut de gamme

Huawei P20 Pro

Voir le prix sur Amazon

Avantages
Étanche
Écran Oled de bonne qualité
Bonnes photos
Inconvénients
Pas de port microSD

Le Huawei P20 Pro est le nouveau fer de lance de la gamme de smartphones de la marque chinoise.

Niveau design, le P20 dispose d’un écran avec encoche, ce qui est toujours un point clivant chez les adeptes de smartphone. Elle reste cependant bien plus petite que celle d’un iPhone X.

De plus, le P20 s’en sort très bien en répartissant de part et d’autre les icônes de notification, réseaux ou encore de batterie. Si vous êtes « encochophobe » vous pouvez toujours faire disparaître celle-ci en désactivant les zones de l’écran de chaque côté.

L’espace sous l’écran est optimisé pour intégrer le lecteur d’empreinte digitale. Celui-ci est ainsi toujours accessible et tombe sous le pouce sans problème afin de déverrouiller le P20 Pro à toute vitesse.

Les finitions sont bonnes et le P20 a un air très élégant, avec un pourtour en métal et un dos en verre. Oui, cela implique la rétention de traces de doigts.

Enfin, le P20 est étanche et bénéficie d’une certification IP67 (résistant à la poussière et à l’eau jusqu’à 1 m pendant 30 min). C’est un point qui est devenu incontournable sur les smartphones haut de gamme.

Par contre il est dommage que ce smartphone fasse l’impasse sur un port microSD, malgré la quantité de mémoire interne plus que confortable (128 Go). La prise casque disparaît aussi au profit d’un adaptateur USB-C.

Le smartphone bénéficie d’une dalle Oled, ce qui implique un niveau de contraste quasi infini. La luminosité maximale est plus qu’honnête et permet de lire le P20 même sous le soleil, a fortiori avec un taux de réflexion lumineuse de seulement 8 %. Dans le noir, les choses vont bien également, la luminosité pouvant descendre à un niveau acceptable pour la rétine.

Niveau colorimétrie, je recommande de passer au mode « Couleurs normales » qui offre le meilleur rendu avec un delta E à 1,6. Un mode intéressant a été ajouté, baptisé « Couleurs naturelles », qui ajuste la température des couleurs en fonction de l’environnement lumineux.

Niveau retard tactile, le P20 s’en sort très bien avec un retard tactile de seulement 69 ms.

Ce smartphone embarque le processeur SoC Kirin 970 et est accompagné de 6 GO de RAM, ce qui lui permet de faire tourner tout ce qu’il faut, comme il faut, sans ralentissement.

Par contre, le téléphone pèche un peu au niveau de la température. Le P20 chauffe un peu quand il est soumis à de lourdes tâches. Il peut atteindre jusqu’à 40 degrés à l’avant et 38 degrés à l’arrière. Heureusement , ces températures redescendent très vite.

Niveau gaming, le P20 est muni de la puce graphique Mali-G72 MP12 qui est l’une des plus puissantes sur le marché. Autant dire que vous pourrez faire tourner n’importe quel jeu vidéo sans problème.

La sortie casque manque de puissance, mais brille par son absence de distorsion. Les deux haut-parleurs offrent une stéréo correcte avec une puissance confortable. Par contre il y a un peu de distorsion lorsque l’on pousse le volume dans ses derniers retranchements.

Mais qu’en est-il de la photo ? En basse lumière, Huawei arrive enfin à obtenir de bons résultats. Ce n’est pas non plus le haut du panier, mais ça reste plus qu’honnête.

Le P20 embarque 3 modules photo au dos, un principal avec capteur de 40 Mpx, un module à capteur monochrome de 20 Mpx et enfin un capteur 8 Mpx avec un objectif équivalent 80 mm. Le P20 s’en sort très bien avec ceux-ci et offre l’une des meilleures performances du marché en matière de téléobjectif sur smartphone !

Pour la vidéo, le P20 peut aller jusqu’à une définition UHD (3840 x 2160 px) à 30 fps. Cependant, le mode Full HD est celui qui passe le mieux dans toutes les conditions.

Un mode ralenti permet également de filmer en HD. Attention cependant cette fonctionnalité n’est viable que dans d’excellentes conditions lumineuses.

Niveau autonomie, le P20 s’en sort très bien avec la possibilité de tenir deux journées d’utilisation standard.

Concernant l’OS, nous sommes servis avec un Android 8.0 Oreo muni de la surcouche maison EMUI 8. La logique de navigation reste à peu près la même que sur un android traditionnel.

L’une des seules grandes différences est l’absence d’un menu d’applications par défaut.

Samsung Galaxy S9 Plus : un écran quasi parfait

Samsung Galaxy S9 Plus

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Étanche
Excellent écran
Excellentes performances
Inconvénients
Autonomie en deçà de ce qu’on pourrait espérer

Encore un Samsung pour ce comparatif ! Le Galaxy S9 + est la mise à jour du Galaxy S8+, le modèle haut de gamme de l’année dernière.

Voyons d’abord le design et l’ergonomie de cet appareil. Avec un écran de 6,2 pouces, il sera bien entendu réservé aux amateurs d’appareils de grande taille.

On y trouve un dos en verre accompagné de tranches métalliques et un écran 18,5:9 qui occupe un peu plus de 84 % de la face avant. De plus, il est certifié étanche, dispose d’un port USB-C et supporte la charge sans fil.

Samsung a appris de ses erreurs passées et a enfin placé le lecteur d’empreintes à un endroit plus accessible. Et c’est une bonne chose parce que le système de « reconnaissance intelligente » (iris + visage) laisse encore à désirer.

Ce S9+ propose un rendu excellent en matière de fidélité colorimétrique et propose une température de couleurs quasi parfait.

Côté lisibilité aucun problème non plus. La luminosité est suffisante pour lire sous le soleil et peut atteindre un niveau suffisamment bas pour lire dans le noir sans s’abîmer les yeux. Le taux de reflets est également très bas avec un taux de seulement 6 %.

Le Galaxy S9+ embarque un processeur Soc Exynos 9810 soutenu par 6 GO de RAM. Ceux-ci fournissent bien entendu une performance plus que satisfaisante quel que soit l’usage.

Le constructeur a optimisé son logiciel comme il faut pour qu’il n’y ait aucun besoin de 8 GO de RAM. Et niveau gaming, bien entendu, pas de problème pour faire tourner n’importe quel jeu dispo sur le Play Store.

Niveau chauffe, ce smartphone s’en sort également très bien avec une température ne dépassant jamais les 36 degrés en surface.

La sortie casque du S9+ est également de bonne facture. La puissance suffit largement pour la majorité des usages avec une distorsion quasi nulle. Et surtout, il y a encore une prise casque, ce qui n’est pas le cas de tous les mobiles haut de gamme.

Les haut-parleurs stéréo offrent également une performance honnête, même si l’on sent que ce sont surtout les hauts médiums qui sont mis à l’honneur.

Niveau photo, le Galaxy S9+ s’appuie sur deux modules qui offrent un résultat plutôt réjouissant. La reproduction des couleurs est aussi propre que possible, la dose de détails est bonne.

De plus, en basse luminosité, Samsung a redressé la barre, virant le lissage qui écrasait tous les détails sur le Note 8…pour le remplacer par un lissage plus léger, qui écrase malgré tout des détails, mais tout de même moins qu’avant. On ne peut pas dire que les résultats soient à tomber par terre, mais on note tout de même une nette amélioration.

Ne vous méprenez pas cependant, malgré les performances en basse luminosité, le Galaxy S9+ n’en reste pas moins un excellent smartphone pour la photo, du moment qu’on ne passe pas son temps à faire des prises de vue de nuit.

L’autonomie ne s’est malheureusement pas améliorée depuis le S8+. Certes, l’appareil peut tenir une journée et demie avec une utilisation modérée, mais on reste loin de ce que peuvent faire d’autres modèles haut de gamme.

Côté logiciel Samsung s’encombre de nouveau du peu réjouissant Bixby (qui ne parle toujours pas français).

Heureusement, l’OS est plus sympathique et on peut toujours profiter d’une présentation avec ou sans tiroir d’applications ainsi que changer l’ordre des boutons de navigation et s’occuper de la personnalisation d’un tas d’autres petits détails si on a le courage d’aller faire un tour dans les paramètres et sa forêt de sous-menus.

Google Pixel 3 : des photos d’exception

Google Pixel 3

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Excellent écran
Performances excellentes
Excellentes photos
Inconvénients
Autonomie correcte mais sans plus

Le Pixel 3 fait partie de la famille de smartphones de Google. Est-il à la hauteur des smartphones de Samsung, de Huawei et d’Apple ?

Niveau smartphones haut de gamme, il est devenu rare d’en trouver qui conservent un format compact. Pixel 3 avec son écran de 5,5 pouces fait office de petit Poucet.

Pourtant, il est presque aussi grand qu’un Galaxy S9 qui est doté d’un écran plus grand. L’écran n’occupe en effet que 79 % de la face avant du smartphone. Par contre, pas d’encoche, ce qui fera plaisir aux « encochophobes » notoires.

Dans l’ensemble, il est possible de manipuler le Pixel 3 avec une seule main sans trop de problèmes. Le dos en verre est particulièrement agréable et traité pour ne pas devenir une usine de rétention de traces de doigts comme la plupart de ses concurrents.

Niveau déverrouillage, on n’a droit qu’à un lecteur d’empreintes, placé au dos. Il est parfaitement placé et tombe sous le doigt sans problème.

De plus, en pressant le smartphone, il est possible de lancer Google Assistant.

Le Pixel 3 bénéficie bien entendu d’une certification étanche IP67.

Ce smartphone n’embarque malheureusement pas de port microSD, ce qui est un peu dommage et va à la place nous gratifier d’un port eSIM qui n’est pourtant exploité par aucun opérateur français.

Le Pixel 3 est muni d’une dalle Oled de 5,5 pouces avec une définition Full HD+ (2160 x 1080) et d’une résolution sympathique de 443 ppp. Oled signifie bien entendu un contraste quasi infini.

Par contre, le smartphone pèche un peu au niveau de la luminosité, qui reste assez faible comparé à la concurrence. Par contre, il est également l’un des écrans les moins sujets aux reflets, ce qui en fait malgré tout un smartphone agréable à consulter en plein soleil.

Niveau colorimétrie, il est recommandé d’opter pour le profil « naturel » dans les paramètres d’affichage. Dans ces conditions le delta E est excellent et atteint 1,6. Niveau température des couleurs, dommage qu’aucun paramètre ne permette de la faire descendre près de la valeur idéale de 6500 K.

Niveau retard tactile, le Pixel 3 est un excellent élève avec un retard tactile de seulement 51 ms. La rémanence est bien entendu inexistante, Oled oblige.

Le Pixel 3 embarque un Snapdragon 845 accompagné de 4 Go de RAM. Le smartphone n’a ainsi aucun problème à faire tourner toutes les applications. On peut cependant déplorer qu’il n’y ait pas plus de RAM pour un smartphone de ce prix.

Pour le jeu vidéo, le Pixel 3 dispose de la puce graphique Adreno 630. Celle-ci permet de faire tourner les jeux les plus gourmands sans problème avec un excellent niveau de graphismes.

Pas de prise jack pour le casque au programme. Cependant, Google fournit malgré tout un adaptateur USB-C qui est de plutôt bonne qualité. Il délivre une puissance correcte et délivre un son précis.

Les deux haut-parleurs de cet appareil sont placés en bordure d’écran , ce qui explique en partie la taille de ces bordures. Ce duo offre une stéréo et une puissance qui sont supérieures à la moyenne. On n’atteint pas encore le niveau d’un iPhone XS, mais on s’en rapproche.

Niveau photo, le Pixel 3 prend le parti de ne se servir que d’un seul module photo au dos. Il va donc à contre-courant avec son unique capteur 12 Mpx.

Hé bien, le résultat est étonnement bon ! Ce smartphone parvient à faire aussi bien, voire mieux que la concurrence !

En plein jour, les tons sont naturels et les images bien détaillées. Le suivi de la mise au point est également excellent.

Vous pouvez même sélectionner un sujet que le Pixel 3 ne lâchera pas, même si celui-ci s’éloigne ou se rapproche. La vitesse de capture est également d’excellente qualité !

En basse luminosité, le Pixel 3 s’en sort également très bien ! La scène est correctement exposée et le smartphone ne devient pas un lisseur fou, comme certains autres ont tendance à faire lorsque la luminosité baisse un peu trop.

Vous avez également bien entendu droit à un mode portrait. Celui-ci est plus que correct, sans atteindre la qualité d’un iPhone Xs.

Le mode Top Shot est également une option intéressante. Il permet d’obtenir une photo optimale, en évitant les yeux fermés ou l’absence de sourire. En pratique, le Pixel 3 réalise une rafale de clichés et nous suggère la meilleure photo de la série.

Pour ce qui est de la vidéo, on peut aller jusqu’à une définition UHD à 30 i /s. Les images sont stables et parfaitement fluides. La gestion de l’exposition est de très bonne qualité.

À l’avant, le Pixel 3 embarque deux modules photo avec capteur 8 Mpx. Ceux-ci délivrent des images correctement détaillées et gèrent sans problème les contre-jour.

Niveau autonomie, ce smartphone peut tenir 2 petites journées avec une utilisation standard. Les utilisateurs plus « motivés » devront cependant le recharger tous les soirs.

Le Pixel 3 est livré avec la dernière version d’Android , 9.0 Pie. Cependant, Google propose ici une version « Pixel Launcher » qui diffère assez clairement de la version classique d’Android, en particulier en ce qui concerne la navigation.  

Sony Xperia XZ3 : un design tout en élégance

Sony Xperia XZ3

Prix
699,00 EUR
Avantages
Photo en basse luminosité de qualité
Design réussi
Excellente dalle
Inconvénients
L’autonomie laisse un peu à désirer

Premier smartphone de chez Sony à intégrer une dalle Oled, il représente une avancée pour le fabricant japonais.

Niveau design, ce smartphone respire le haut de gamme avec une finition très agréable à l’oeil. À l’arrière, la coque en aluminium a le bon goût de ne pas retenir les traces de doigts. À l’avant, la dalle de 6 pouces occupé 81 % de la façade.

Par contre, au niveau du positionnement des boutons, c’est moins ça. Les boutons de volume sont légèrement trop haut et celui de verrouillage lui se trouve un petit peu trop bas.

Le capteur d’empreintes est lui aussi placé beaucoup trop bas et le pire, c’est que c’est le module photo qui tombe naturellement sous le doigt.

Seul bouton pratique, celui dédié à l’appareil photo, ce qui est une exclusivité Sony. Positionné de manière idéale, il permet de prendre un cliché en mode paysage plus naturellement que la concurrence.

Le Xperia XZ3 peut accueillir deux cartes nano-SIM, mais le second port peut également être utilisé en tant que port microSD , et accueillir des cartes allant jusqu’à 512 Go, ce qui n’est pas du luxe vu que ce smartphone n’embarque que 64 Go de stockage interne.

Enfin, le Xperia XZ3 est  certifié IP68, ce qui signifie qu’il est résistant à l’eau et à la poussière : la moindre des choses pour un appareil de cette gamme.

La dalle Oled de 6 pouces propose un ratio de 18:9 avec une définition de 2880 x 1440 px. Et cet écran est vraiment excellent.

Par contre, il faut passer par les paramètres pour dévoiler tout le potentiel de cette dalle. Concernant la luminosité, cet écran ne déçoit pas avec une excellente luminosité qui permettra au smartphone d’être lisible même en plein soleil. Même chose en condition nocturne, aucun risque de s’abîmer les yeux !

Enfin, le retard tactile est de seulement 53 ms, ce qui est une excellente performance. Niveau contraste et rémanence, Oled oblige, l’un est quasi infini, tandis que l’autre est inexistant.

Le smartphone est équipé d’une puce Snapdragon 845 assisté de 4 Go de RAM. L’appareil n’a donc aucun mal à jongler entre les différentes applications.

De plus, le smartphone ne chauffe pas même après de longues parties de jeu ou après des sessions photo ou vidéo.

Niveau gaming, c’est la puce Adreno 560 qui prend le relais et celle-ci garantit une expérience fluide même sur les jeux 3D les plus récents.

Niveau audio, cet appareil dispose d’une prise USB-C et un adaptateur est fourni pour les mini-jack 3,5 mm. La performance de celui-ci n’est pas mauvaise mais la puissance de sortie laisse quelque peu à désirer.

Les haut-parleurs quand à eux offrent une expérience sonore qui est au-dessus de la moyenne. Le volume peut être élevé et le son est plutôt clair sans distorsion pour venir déranger l’écoute.

Mais venons-en aux photos, ce qui nous intéresse tout particulièrement. Le Xperia Z3 n’a qu’un seul module photo sur son dos.

Celui-ci est fait d’un capteur de 19 Mpx et d’un objectif ouvrant à f/2. Quand la luminosité est bonne , le module fournit des clichés excellents.

Les détails sont bien présents et le traitement de l’image est Dieu merci plutôt léger et surtout le lissage est modéré. Le taux de contraste est bon et le rendu est même un peu plus naturel que celui d’un Galaxy Note 9.

Mais le plus intéressant, c’est en basse luminosité. En effet, le résultat est très bon. Le module capture des photos détaillées et le rendu final est tout à fait correct malgré un peu de bruit électronique et de lissage.

Le module avant est composé d’un capteur de 13 Mpx avec un objectif ouvrant à f/1,9. Il produit des selfies de bonne qualité. Attention cependant à la mise au point parfois un peu aléatoire et à la gestion des contre-jours qui n’est pas toujours à la hauteur.

Le smartphone sera capable de filmer en 4K et 30i/s. Les vidéos réalisées sont correctes et souffrent peut être seulement d’un tout petit manque de luminosité.

L’autonomie elle est beaucoup moins bonne. En effet, l’appareil ne peut tenir qu’une journée avec un usage normal.

C’est tout de même peu quand la concurrence nous habitue à deux jours d’autonomie depuis déjà quelques temps. De plus, il faudra compter environ 2 heures pour pleinement recharger le XZ3, ce qui est plutôt long comparé à la concurrence également.

Au niveau de l’OS, nous sommes en présence d’un Android 9 avec une surcouche faite par Sony. Celle-ci consiste surtout en un lot d’applications pré-installées. Pour la navigation, les habitués d’Android ne seront pas dépaysés.

Apple iPhone X : pour d’excellentes performances

Apple iPhone X

Prix
1 099,00 EUR
Avantages
Excellentes performances
Bonnes photos
Rapide
Inconvénients
Très cher

Voici donc l’unique iPhone de ce comparatif. Il ressemble comme deux gouttes d’eau à son prédecesseur, l’iPhone X. La ressemblance s’arrête cependant au design.

Toute comparaison avec l’iPhone X vous sera inutile cependant, car Apple a déjà stoppé la production d’iPhone X histoire de forcer à acheter le nouveau. Un geste que je trouve éthiquement plutôt limite.

Un changement cosmétique que nous pouvons d’ores et déjà déceler est sa nouvelle variante de couleur « or » qui ressemble plus à du mocha qu’autre chose.

L’iPhone XS embarque une puce A12 Bionic. C’est une des puces les plus puissantes jamais conçues pour un smartphone. Alors, c’est certain, si vous utilisez votre smartphone juste pour surfer sur le web et envoyer des messages, cette puissance de machine de guerre sera gâchée. Cependant, si vous voulez explorer les possibilités de la réalité augmentée, cette puissance supplémentaire sera très utile.

Apple a également inclus un « Neural Engine », un système qui permet à votre smartphone d’apprendre pendant que vous l’utilisez. Cela permet à votre smartphone de reconnaître ce qu’il y a sur l’écran ou bien encore d’améliorer la qualité des photos pendant que vous les prenez.

La puce A12 assure également une excellente performance niveau gaming, on se rapproche vraiment des graphismes de console.

Niveau sécurité, l’iPhone XS n’est pas en reste avec un système de reconnaissance faciale plus perfectionné que jamais. On peut déverrouiller le téléphone d’un simple regard et également effectuer des paiements ainsi, par exemple en passant via Apple Pay.

L’interface de l’iPhone XS est ergonomique, ceux venant d’un iPhone avec un bouton physique auront besoin d’un petit temps d’adaptation, mais rien de bien pénible en vérité.

Un aspect sympathique est le système de notifications groupées, afin de ne pas vous retrouver floodé de notifications parce que vous n’avez pas ouvert votre téléphone pendant quelques heures ou parce que quelqu’un a soudainement décidé de liker toutes vos photos.

Niveau design, l’iPhone XS tient confortablement dans la main et les courbes de sa ligne sont agréables à tenir.

On déplore l’absence d’un adaptateur pour prise casque, vu qu’il n’y a aucune prise de disponible. Encore un choix mercantile d’Apple, comme si le prix exorbitant de cet appareil ne suffisait pas…

Les haut-parleurs proposent une expérience de bonne qualité et ceux-ci sont suffisamment bons pour servir de haut-parleurs principaux en cas d’urgence.

Apple a aussi amélioré la solidité de l’iPhone XS, avec un verre conçu pour donner la meilleure protection pour un smartphone. Et ça marche !

De plus, ce smartphone est certifié IP68, ce qui veut dire qu’il est étanche. Vous pourrez ainsi jouer votre musique sous la douche sans problème. De plus, Apple a fait que l’écran soit plus facile à tapper avec des doigts mouillés.

Au niveau de l’affichage nous sommes en présence d’une dalle OLED 2436 x 1125 px. L’écran est d’excellente facture et dévoile son potentiel en HDR et Dolby Vision.

Sa qualité n’égale pas tout à fait celle d’un Xperia XZ3 que nous avons vu précédemment, mais la qualité de l’affichage reste très haut de gamme, aucun doute à ce sujet.

Niveau gaming, sans surprise l’appareil s’en sort sans problème même sur les applications les plus gourmandes.

Mais voyons maintenant ce qu’il en est de la photo, ce qui nous intéresse plus particulièrement !

Il n’y a pas de grand changement depuis l’iPhone X. Les deux ont un module avec capteur de 12 MP.

Il y a quelques changements cependant. Les pixels sont plus grands, ce qui permet une plus grande sensibilité à la lumière afin d’assurer de meilleures photos en basse luminosité.

Et ça marche très bien. Vous ne serez pas capable de zoomer autant que dans des conditions normales, mais le résultat des photos vaut tout de même le coup.

Dans des conditions normales, les photos sont incroyablement détaillées et remplies de couleurs et de précision, avec des couleurs vibrantes. Même avec une exposition à la lumière accrue, le iPhone XS fait son travail avec brio.

Comparé à l’iPhone X, l’iPhone XS est capable de produire des tons plus riches, même dans les zones les plus difficiles.

Le mode « smart HDR » offre une véritable amélioration des clichés depuis le X, en particulier dans les conditions les plus difficiles. Cet appareil photo est définitivement dans le haut du panier des appareils photos de smartphone.

De plus, le mode portrait a été amélioré, en offrant de plus la possibilité d’ajuster le niveau de flou derrière le sujet.

En basse luminosité, l’iPhone XS s’en sort très bien. Quand la luminosité est vraiment basse, il peut parfois lutter un peu comparé à la concurrence, mais si vous introduisez juste un peu de lumière dans le lot il capturera sans problème les détails et la couleur.

Niveau alimentation, Apple continue à décevoir. Ça reste en dessous de la moyenne tout en étant meilleur que les iPhones précédents.

Mais ce n’est pas non plus une catastrophe, la batterie tenant mieux le visionnage de vidéos, musique, gaming (excepté l’AR) que pas mal de concurrents. Il faudra toujours cependant prévoir de recharger le soir après une journée d’utilisation.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre smartphone pour photo ?

Choisir son smartphone pour photo peut être un véritable casse-tête avec la variété de l’offre actuelle. Voici quelques petits indices qui vous aideront à vous faire une idée de quel smartphone choisir pour réussir vos captures photo.

Ne négligez pas l’appareil photo avant si vous êtes un adepte de selfies ! Ici encore, il s’agira de vérifier l’ouverture de la lentille afin de se faire une idée de comment l’appareil photo se débrouillera en basse visibilité. Certains smartphones permettent un mode portrait avec leur module avant.

Mais si vous souhaitez vraiment vous plonger dans les termes techniques du monde de la photo de smartphone, voici quelques explications utiles.

Les mégapixels

Tout d’abord, oubliez les mégapixels. Ceux-ci n’ont pas autant d’importance que l’ouverture de la lentille par exemple. La règle est simple sur le papier : plus il y a de mégapixels, plus vous verrez de détails sur la photo.

Si la course aux mégapixels était en marche il y a encore quelques temps, les fabricants de smartphones actuels se focalisent sur d’autres aspects de la prise de clichés. Le détail c’est bien, mais ça ne fait pas tout !

La taille du capteur

Tous les mégapixels ne sont pas égaux.

Les appareils photo avec une plus grande ouverture (des chiffres f- plus petits signifient des lentilles plus larges) laisseront entrer plus de lumière, ce qui peut aider à produire de meilleurs clichés dans le noir.

Par exemple, HTC a utilisé le terme « ultrapixel » pour attirer l’attention sur le fait qu’il proposait de plus grands mégapixels que certains smartphones concurrents. Ils sont mesurés en micromètres, et plus grand signifie en théorie une meilleure capacité à capter la lumière.

L’orifice

C’est le trou à travers lequel la lumière voyage pour atteindre le capteur et c’est important pour les performances en basse luminosité. Plus petit est le nombre, plus large est l’orifice.

Changer le taux de lumière qui rentre en jouant avec l’orifice permet aux photographes de modifier la profondeur de champ. Cela permet de capturer des clichés où le sujet est prioritaire et où l’arrière plan est flouté.

La stabilisation de l’image optique

Cela permet à la caméra de rester en position. En gros, si vos mains tremblent, cela se remarquera moins sur un appareil photo qui utilise la stabilisation de l’image optique. Cela compense le mouvement de vos mains.

Le HDR

Le HDR est une technique où l’appareil photo prend de multiples clichés du même sujet à différentes expositions puis les combine en un seul cliché, qui est généralement plus lumineux et mieux détaillé qu’un cliché non HDR.

Cela demande un peu de puissance donc vous risquez de trouver le processus un peu lent sur les appareils bas de gamme.

L’enregistrement de vidéos

Pour l’enregistrement de vidéos vous aurez besoin de regarder deux choses : la résolution et le nombre d’images par secondes.

La résolution

La résolution représente tout simplement le niveau de détail capturé. Pour une vidéo 4K, c’est 3840 x 2160 pixels, pour du Full HD c’est 1920 x 1080 pixels.

Les smartphones n’enregistrent pas du 4K par défaut car les fichiers sont énormes. Vous voudrez probablement parfois enregistrer à la résolution maximum. Gardez à l’esprit que les plus hautes résolutions sur les télés et autres appareils devient de plus en plus la norme.

Le nombre d’images par secondes

Quand vous voyez un haut taux d’images par secondes, comme la capacité de l’iPhone X a capturer du Full HD à 120 ips, cela signifie que vous pouvez créer des films au ralenti.

L’application photo

L’expérience de la prise de photo est presque aussi importante que le résultat, donc la qualité de l’application de prise de photo est un élément clé qui peut faire la différence entre une expérience de prise de photo fluide ou ennuyeuse à effectuer.

Le mode Portrait

Vérifiez également si vous avez besoin d’un mode Portrait. Ce mode permet en général de jouer avec les effets bokeh.

Cet effet consiste à présenter le sujet de la photo de manière précise tandis que l’arrière plan est affublé d’un flou artistique. Cet effet est généré de manière différente en fonction du smartphone que vous vous procurez.

Gardez en tête que certains smartphones vous laissent ajuster l’effet avant et après la prise de cliché.

À propos de l'auteur

Nicolas Adjignon

Je vis actuellement en Indonésie avec ma femme et mes 2 enfants, passionné d'écriture, jeux vidéos et de musique, je suis également musicien à mes heures perdues.

>