Les 6 (vrais) Meilleurs Casques VR 2019 – Comparatif Complet

Mis à jour le 12 mars 2019

Après plusieurs heures de recherches, j’ai établi ma sélection des meilleurs casque VR actuellement proposés sur le marché.

Casque pour smartphone, casque pour console, casque indépendant ou casque autonome, j’ai tenté d’en dénicher pour tous les goûts. Néanmoins, le meilleur rapport qualité/prix du moment reste très probablement l’incontournable Oculus Rift.

Je vous invite à consulter mon guide d’achat en fin d’article afin de déterminer les enjeux de la réalité virtuelle et le casque qui comblera vos attentes.

Meilleur pas cherMeilleur milieu de gammeMeilleur haut de gamme
Samsung Gear VROculus GoOculus Rift
Samsung Gear VROculus GoOculus Rift
~160 EUR~265 EUR~615 EUR
Voir sur AmazonVoir sur AmazonVoir sur Amazon

Les meilleurs casques VR pas chers

Dans cette tranche de prix, je n’ai pu vous proposer que deux casques pour smartphone. J’ai tenté de ne sélectionner que des modèles qui offraient un bon confort, une bonne ergonomie, des lentilles de qualité, et une variété de jeux intéressante.

Samsung Gear VR : le meilleur pas cher

Samsung Gear VR

Prix
Avantages
Bonne immersion
Une des meilleures manettes
Applications de plus en plus nombreuses. Accès à l’Oculus Store
Inconvénients
Manque de compatibilité

Fin 2015 est paru le Samsung Gear VR, fruit de la collaboration entre Samsung et Oculus, lançant véritablement le marché de la réalité virtuelle pour smartphones.

Mais sa suprématie est contestée : en effet, le Samsung Gear VR n’est compatible qu’avec les smartphones Samsung… Et encore, pas tous ! La version que je vous propose est l’une des plus complètes, puisqu’elle est compatible avec les Galaxy S6/S6 edge/S7/S7edge/S8/S8 plus/S9 plus, Note 8 et A8.

Du coup, les utilisateurs d’autres smartphones ont réclamé leur part du gâteau, ce qui a stimulé la concurrence… Mais malgré tout, d’un point de vue technique, les casques VR de Samsung demeurent parmi les meilleurs. Bref, si vous avez un Samsung Galaxy, c’est un incontournable.

La grande force de ce casque, c’est que la puissance et la résolution du Galaxy couplée à la qualité du VR en fait un concurrent de modèles (sans smartphones) au prix bien plus élevé. Il est livré avec une télécommande directement inspirée du premier contrôleur HTC Vive – c’est un bon point -, avec un touchpad sensible et solide et une bonne prise en main (bien que la différence se situe en ce que celui du Gear s’utilise uniquement comme pointeur et n’est pas détecté dans l’espace). L’appairage de la télécommande et du smartphone via Bluetooth, lui, est d’une simplicité enfantine.

Parlons un peu du design – et il y a de quoi dire. Plus volumineux et plus lourd que le Daydream que je vous présente un peu plus loin, il demeure très agréable à porter. On peut l’ajuster en un geste et les coussinets en mousse sont très confortables.

Ce casque dispose également d’un port USB-C pour la recharge et se connecter à votre téléphone – un grand progrès par rapport au micro-USB.

Sur le dessus du casque, on retrouve la bague d’ajustement des lentilles. Celles-ci sont de très bonne qualité. On ajoute à ça la résolution 2.560 x 1.440, devenue standard sur les Galaxy, et c’est tout simplement imbattable pour cette tranche de prix.

Si, à ce jour, le nombre d’applications VR est plus conséquent sur les modèles Google que Samsung, la marque est en train de rattrapper du terrain à ce sujet. Vous devriez donc pouvoir en profiter pendant de (très) nombreuses heures.

Google Daydream View 2017 :le nouveau casque VR de Google version 2017

Google Daydream View

Prix
29,00 EUR
Avantages
Excellent design
Confortable
Vaste espace de lentilles
Inconvénients
Chambre du smartphone pas parfaitement close

Esthétiquement, le Daydream View est un coup de coeur. Son design est plus que soigné, avec un revêtement en tissu chiné disponible en plusieurs coloris. Les parties en contact avec le visage sont rembourrées, et on le place sur la tête grâce à une bande élastique réglable assez confortable.

Il est livré avec une petite télécommande – et ça c’est le plus. D’autres casques VR ont fait le choix de placer les commandes sur l’appareil lui-même. Mais il n’y a rien de comparable au plaisir de vraiment tendre le bras pour tirer ou lancer un sort. Elle est petite, minimaliste, super-design. Un petit pad sensible fait office de joystick.

La chambre dans laquelle on place le téléphone se referme avec un simple petit lacet. Si l’on peut être dubitatif, dans un premier temps, face à un tel système, on se rend vite compte qu’un discret revêtement en caoutchouc permet de parfaitement maintenir le smartphone en place. Et bien qu’il soit compatible avec de nombreux modèles, cela n’entache pas la stabilité.

L’espace des lentilles est assez vaste pour les porteurs de lunettes. Il est donc assez agréable à porter, si ce n’est que, comme beaucoup de ces dispositifs, il laisse une trace rouge sur le front et les joues. Pas question de vous faire une petite partie discrètement dans votre chambre alors que vous êtes censé réviser vos examens, sinon vous vous feriez vite capter !

Un bémol cependant : contrairement à ses concurrents en matière de VR pour smartphones, la chambre du smartphone n’est pas parfaitement close. Avec les volets ouverts, il y a donc de légères fuites de lumière qui viennent mettre en évidence de petites poussières ou des traces de doigt sur l’écran du téléphone.

À nouveau, l’application Daydream vous donne accès à un éventail d’applications et de jeux qui ne cesse de s’élargir, parmi lesquels notamment les applications Netflix VR et Youtube VR.

Les meilleurs casques VR milieu de gamme

Au menu, le premier casque autonome de la sélection, ainsi que le fameux casque pour console de Sony.

Oculus Go : le meilleur milieu de gamme

Oculus Go

Prix
Avantages
Composants de qualité
Design inspiré du Rift
Très confortable
Inconvénients
Écart sous l’espace du nez qui laisse filtrer la lumière
Autonomie décevante

Avec l’Oculus Go, sorti en 2018, Oculus a produit son premier casque autonome. Conçu en concertation avec le fabricant chinois Xiaomi, il ne nécessite ni PC, ni smartphone, ni aucun boîtier externe si ce n’est lors de son installation.

Celle-ci ce veut par ailleurs aisée et intuitive : on télécharge l’application sur son smartphone, et celui-ci nous guide pas à pas pour configurer le casque et le connecter au WiFi. Le tout se veut véritablement user friendly.

Qui dit autonome dit intégration de toute une série de composants. Avec son processeur SoC Qualcomm Snapdragon 821, ses 6 Go de RAM, sa mémoire interne (ici 64 Go mais il existe une version 32 Go), et son écran LCD 2560 x 1440 offrant un champ de vision à 110°, on peut dire qu’il en a dans le ventre. Et pourtant, il ne chauffe même pas (contrairement aux deux modèles que j’ai pu vous proposer ci-dessus).

Niveau design, il n’est pas sans rappeler l’excellent Rift : look sobre et élégant, face avant tout en rondeurs, pas d’affichage intempestifs de led ou autres atouts colorés généralement présents sur tout ce qui est voué au gaming, …

Selon les utilisateurs, il serait l’un des plus confortables du marché, d’une part grâce à son système d’attache souple qui permet une adaptation à toute morphologie, d’autre part grâce à son revêtement anti-transpirant autour des yeux. Les porteurs de lunettes n’éprouveront par ailleurs aucune gêne, vu l’espace alloué, et même, si cela ne leur suffisait pas, ils peuvent augmenter l’écart entre les lentilles du casque et les yeux grâce à un gadget directement fourni à l’achat.

Il n’y a qu’un point qu’on pourrait reprocher ce niveau : il y a un léger écart sous l’espace du nez, qui laisse filtrer la lumière. Certains utilisateurs estiment que cela nuit à une immersion totale tandis que d’autres affirment que ce n’est pas gênant et, qu’au contraire, cela permet même de jeter un coup d’oeil rapide au monde réel en cas de besoin.

Bien entendu, comme il s’agit d’un casque autonome, tout se règle via le casque lui-même ou la télécommande fournie. Celle-ci dispose d’une gâchette, d’une surface tactile cliquable, d’un bouton “Retour” et d’un bouton “Home”. Par ailleurs, via un long appui sur le bouton “Home”, on peut recentrer la caméra.

Le reste se retrouve sur le casque même : bouton de mise sous tension et bouton de volume en haut, prise casque à gauche. Notez que le casque est munis de deux hauts-parleurs mais, vu la qualité d’écoute à peine correcte, le recours à un casque sera plus que bienvenu.

Niveau qualité d’immersion, on se retrouve face à quelque chose qui se rapproche plus du Gear VR que du Rift (bon, il fallait s’y attendre à ce prix) : il n’y a pas de possibilité de jeu en profondeur, le contrôle ne fonctionne que sur 4 axes, et donc l’immersion ne sait être totale. C’est néanmoins très satisfaisant dans cette gamme de prix.

Honnêtement, il s’agit très probablement d’un des meilleurs rapports qualité/prix du moment, avec un casque qui mise sur l’immédiateté et le confort d’utilisation. Deux reproches peuvent cependant lui être adressés : d’une part, Oculus n’a permis aucune extension de mémoire. Si vous optez pour le modèle 32 Go – moins cher – il y a fort à parier que vous vous retrouviez vite à court d’espace. deuxièmement, l’autonomie est décevante : vous pouvez comptez sur seulement 2 à 3 heures d’utilisation, alors qu’une recharge complète prend 3 heures. Il y a là un fameux créneau d’amélioration pour Oculus mais, hormis cela, c’est un excellent choix pour celui qui souhaite découvrir le potentiel de la réalité virtuelle.

PlayStation VR : un excellent casque VR pour la console de Sony

Playstation VR

Prix
324,99 EUR
Avantages
Design futuriste
Confortable
Facile d’installation
Inconvénients
Angle de vision est limité à 100°
Aliasing

Si, à l’origine, ce casque VR spécialement conçu pour PlayStation se démarquait par son prix attractif, mais auquel il fallait ajouter l’achat des primordiaux “accessoires” que sont les PlayStation Move (qui font office de manette kinectique) et la PS caméra, ce qui faisait très vite grimper la facture, il existe à présent des packs contenant l’ensemble des accessoires à un prix restant démocratique.

À sa sortie, il a été l’un des casques les plus encensés, et c’est toujours le cas deux ans après. Qu’est-ce qui fait de lui l’un des meilleurs casques VR ?

Parlons d’abord design et ergonomie. Le poids est un peu supérieur à celui du HTC Vive (610 grammes) mais semble mieux réparti. En effet, une partie des composants électroniques migre derrière la tête, ce qui équilibre confortablement le poids entre l’avant et l’arrière. Le design est très “Sony” : noir et blanc, futuriste, avec un côté Mass Effect que j’apprécie assez bien.

Les réglages sont complets, de manière à ce que le porter reste un vrai plaisir. L’installation, très intuitive, ne prend généralement pas plus de 5 minutes pour que tout soit parfaitement réglé. C’est sans doute, malgré cela, le plus confortable de la catégorie des casques VR indépendants.

Comme avec le HTC Vive, il faut relier le casque ainsi que la console à un boîtier relai. Celui-ci sert à la fois de lien avec la PlayStation et de source d’alimentation pour le casque. La caméra, quant à elle, se branche directement à la console.

Par contre, la définition affichée pour chaque oeil n’est que de 960×1080. Ça paraît peu. Du coup, qu’est-ce que ça donne en vrai ? En fait, Sony a opéré pas mal de bricolage.

D’une part, ils ont fait une manipulation, appelée “reprojection”, qui permet de doubler le taux de rafraîchissement, et c’est plutôt un bon point. Le problème avec le VR, c’est que toutes les performances visuelles doivent être multipliées par deux. Avec des jeux à 60 fps, le rendu est de 30 par oeil. En immersion totale, et si près de l’écran, on peut être sujet de nausées ou de migraines ophtalmiques. Sony se vante d’atteindre 120 fps grâce à un taux rafraîchissement record de 120 Hz. Et c’est vrai que, grâce à leur manipulation, l’effet est plutôt convaincant.

Par contre, l’angle de vision est limité à 100°, alors que l’oeil humain en perçoit en moyenne 110. Certains peuvent donc ressentir une gêne, comme un effet de blocage dans leur vision périphérique, qui leur rappellera qu’ils portent un casque.

J’en passe maintenant à un point qui va faire plaisir aux avocats du PC tout-puissant. Si les casques VR pour PC sont gourmands en carte graphique, le résultat en matière de qualité des textures et du mouvement est au rendez-vous. Maintenant, prenez les performances graphiques d’une PlayStation – qui ne sont pas mauvaises – loin de là – mais qui ne rivalisent pas non plus avec celles d’un bon PC – et divisez-les par deux.

Il faut être franc, le résultat n’est pas très beau. Les monstres de Resident Evil 7, bourrés de textures et de détails sur PC, font un peu figurine en plastique. La peau des personnages est cireuse, et les textures souffrent un peu d’aliasing.

Mon verdict ? L’ergonomie est impeccable. L’optimisation de l’image fait vraiment son possible. Le problème, c’est peut-être la PlayStation elle-même, un peu limitée pour une des technologies les plus gourmandes du moment.

Les meilleurs casques VR haut de gamme

Dans cette dernière section, je vous présente deux casques qui, malgré leur âge, restent les figures emblématiques du mouvement VR, toujours inégalées à l’heure actuelle.

Oculus Rift : le meilleur haut de gamme

Oculus Rift

Prix
500,00 EUR
Avantages
Bonne qualité d’image
Expérience immersive convaincante
Confort
Bonne qualité audio
Inconvénients
Peut-être un rien lourd

Lancé en 2016, le casque VR co-développé par Facebook avait fait grand bruit, au point que “casque VR” serait presque devenu synonyme de “Oculus Rift”. Entouré d’une batterie d’accessoires plutôt sympathiques, et au vu de la baisse considérable de son prix au cours des derniers mois, il continue donc toujours de faire des ravages, pour garder aisément la première place de mon classement.

L’Oculus Rift est livré avec un casque imposant mais confortable, qui est maintenu sur le sommet du crâne grâce à un second bandeau élastique. On retrouve également une paire d’écouteurs attachée au casque, pour une immersion totale. Dans ce pack spécial, on a aussi deux manettes Oculus Touch.

L’ensemble donne directement une impression de puissance… Qui va se révéler d’autant plus vraie au vu des contraintes techniques qu’il embarque. Ainsi, pour le faire tourner sur votre PC et avoir un bon rendu de 1080 x 1200 (par oeil !), il vous faudra ce qui était le top du top en matière de gaming en 2016. A savoir 8 GB de RAM, une NVIDIA GTX970 ou supérieure ou une AMD Radeon 280 en carte graphique. Il faut aussi un processeur assez puissant pour gérer ce périphérique supplémentaire, au minimum un Intel i3-6500, idéalement un i5-4590. Honnêtement, si c’était très lourd à sa sortie, il est tout de même assez rare à l’heure actuelle de rencontrer un PC moins performant, à moins que vous n’alliez vraiment taper dans les bas prix.

Et si vous faites le nécessaire et que vous êtes bien équipé(e), l’expérience en vaut le coût. En plus des lentilles, l’écran à l’intérieur du dispositif est légèrement incurvé, ce qui couvre également la vision périphérique. Et ce, bien mieux que les casques pour smartphone ou même que le PlayStation VR.

Vous avez sans doute vu passer ces vidéos de gens qui paniquent parce qu’ils se voient tomber dans la réalité virtuelle. C’est ça, le niveau d’immersion que propose l’Oculus Rift.

Pour l’installer, il suffit de le brancher en HDMI à votre ordinateur. Vous trouverez aussi deux cables USB pour relier les capteurs et le casque à deux ports USB 3.0 sur votre PC ou Xbox. Pour les utilisateurs d’Xbox, n’oubliez pas de télécharger l’App Xbox stream.

En mettant le casque, on constate qu’il est plutôt confortable, avec sa mousse assez dense, et que même s’il pèse un certain poids, rien d’inconfortable ne se manifeste sur la durée. On peut régler la longueur des élastiques grâce à un velcro, pour qu’il s’adapte à tous.

Le petit dispositif audio est vraiment bien pensé :  on peut l’incliner pour le positionner sur les oreilles. Le son est en stéréo 3D pour renforcer l’immersion. Mais vous pouvez aussi les démonter et brancher votre propre casque audio.

Le design des manettes est souvent apprécié, au point que HTC l’a copié par la suite. Les mains se glissent dans les capteurs de mouvement, et les boutons sont bien placés. Les deux mains apparaissent alors en jeu. La latence mesurée est de 4 dixièmes de seconde, ce qui est un tout petit peu long. Mais on s’y fait.

Une série de capteurs mettent l’appareil en veille lorsqu’on l’enlève. Ces mêmes capteurs assurent une mesure du mouvement vraiment au top.

Au final, l’Oculus Rift n’est certes pas parfait, mais il offre un expérience de réalité virtuelle très convaincante. Et si Le HTC Vive, dont je vous parle juste après, est encore meilleurs sur certains points, il a clairement l’avantage d’être proposé à un prix bien plus abordable !

HTC VIVE : le casque le plus immersif

HTC VIVE

Prix
690,00 EUR
Avantages
La meilleure immersion
Précision de reconnaissance des mouvements
Ergonomie
Inconvénients
Pas des plus confortables
Câbles gênants

Le HTC Vive fournit probablement la meilleure expérience de VR disponible sur le marché. Et pour cause, deux géants ont travaillé ensemble sur sa réalisation : HTC et Valve.

C’est incontestablement le modèle de casque VR le plus abouti. Et dans le même temps, son prix est tout simplement terrifiant. Pour presque le double du prix de l’Oculus Rift, le HTC Vive fournit-il le double des performances ?

Un petit tour du matériel inclus s’impose. Dans le pack que je vous propose, on trouve deux manettes HTC, toute la connectique nécessaire et deux capteurs infrarouges pour enregistrer vos déplacements dans la pièce.

Le HTC Vive se différenciait à l’origine de l’Oculus Rift en ce qu’il s’agissait d’un casque mobile. En effet, auparavant, avec l’Oculus, on restait immobile et l’on se déplaçait via la manette. (Mais Oculus fournit à présent deux capteurs en plus de ses deux Oculus Touch. Il est donc dorénavant possible d’utiliser le « room-scale » de certains jeux sans problème, au même titre que ce que proposait au début HTC.)

Il s’est donc distingué de son concurrent à ses débuts en ce qu’il permettait un déplacement dans l’espace. Le minimum requis, c’est au moins 8m² d’espace dénués d’obstacles, de meubles et – certains l’ont découvert à leurs dépens – de tapis.

Le casque en lui-même offre un rendu visuel légèrement supérieur à celui de l’Oculus Rift. Si la résolution par oeil est la même (1080 x 1200), le champ de vision est de 110°, soit à 10 degrés près une meilleure couverture de la vision périphérique que l’Oculus. Le taux de rafraîchissement est de 90 Hz, comme pour son concurrent.

Et les performances PC requises ? Elles montent d’un cran. Au minimum, il faudra une carte graphique GTX 970 ou une AMD 290 – mais ces performances ne sont pas optimales – et un processeur i5-4590 ou AMD FX 8350. Rien que pour faire tourner le HTC Vive, il faudra 4Go de mémoire vive, mais 16Go de RAM sont fortement recommandés.

Parlons ergonomie. C’est l’un des casques VR les plus lourds sur le marché, puisqu’il pèse 600 grammes. Le poids est principalement concentré au niveau des écrans, ce qui déséquilibre un peu l’ensemble. Le HTC Vive n’est donc pas le plus confortable, d’autant que la mousse autour des yeux est perméable et tient chaud. Pour une technologie qui donne des sueurs froides, c’est vite un problème d’hygiène…

Les manettes, elles, sont les plus abouties qui existent. Adaptées pour droitiers comme pour gauchers, elles disposent d’un pad tactile et cliquable et d’une gâchette.

La mise en place est déroutante de facilité. Il suffit de brancher les deux capteurs infrarouges en alimentation de part et d’autre de la pièce, puis de connecter les différents câbles (HDMI, alimentation et USB) à un boîtier. Ça simplifie grandement la connexion au PC, d’autant que les longueurs sont confortables.

Le HTC Vive vous fait ensuite passer une série de calibrations – détection du sol, des murs et de l’espace de jeu – et c’est parti. L’expérience est effectivement une des plus immersives en matière de réalité virtuelle.

Trois points sont cependant souvent pointés du doigt. Le premier, c’est qu’on se retrouve avec quand même beaucoup de câbles au sol, et que, pour un casque VR qui se veut mobile, c’est vite problématique. Le second, c’est que, hors salle d’arcade, on s’imagine mal allouer 8 m² d’espace vide à cette seule activité. Enfin, le poids de l’appareil rend l’expérience assez éprouvante sur la durée.

Dommage ! Pas de migraines, pas de flous, un calibrage du 3D parfait. Mais ce sont les aspects physiques de l’appareil qui finissent par fatiguer. Faut-il donc débourser presque 800€ pour avoir ce petit bijou de réalité virtuelle ? C’est à chacun de juger.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre casque VR ?

Si le concept de réalité virtuelle n’est pas nouveau, il a acquis de nouvelles lettres de noblesse sur le marché les dernières années.

Grâce à cette technologie, les différents constructeurs nous permettent de vivre une expérience où notre cerveau est littéralement berné afin de nous plonger dans un monde à part où les expérimentations sont potentiellement sans limite (j’ai moi-même testé un saut depuis un building de 100 étages… Ça fait froid dans le dos et on en ressort nauséeux !).

Le type de casque VR

Si le principe de base reste le même (point de vue technique, on observe un écran à travers une lentille et un calcul est réalisé soit par le casque lui-même soit par la machine à laquelle il est relié pour nous faire vivre cette expérience immersive), différents types de casques VR existent.

Le casque VR pour smartphone

Les casques VR pour smartphone n’offrent pas la même liberté d’utilisation que les stations de réalité virtuelles complètes. Mais ils sont une option petit budget fort pratique pour découvrir un peu cette technologie sans nécessairement dépenser une fortune.

Le concept est simple : on installe une application mobile de réalité virtuelle sur son smartphone et on le place à l’intérieur des lunettes. Des lentilles font le reste pour donner une impression de profondeur, filtrer l’éclairage et produire l’effet désiré.

Si on est loin des casques complets type Oculus Rift, le résultat peut être surprenant. La qualité de l’image dépend, bien sûr, de la résolution de votre téléphone. L’expérience n’est pas idéale en Full HD mais en 4K, c’est parfois un vrai bonheur.

L’avantage est qu’on en trouve à tous les prix, dont le modèle le plus basique et le moins cher reste le Google Cardboard. Je ne l’ai pas inclus à mon comparatif car, honnêtement, c’est un peu cheap et la dénomination de réalité virtuelle est discutable, mais cela reste néanmoins une idée de cadeau de Noël sympathique et ultra-économique.

Le casque VR indépendant

Ce sont les premiers casques VR parus sur le marché. La principale différence avec un casque pour smartphone est la présence d’un retour image depuis votre PC à l’intérieur du casque. Bien entendu, cette caractéristique a une influence sur le prix : il est difficile d’en trouver à moins de 300€ qui tiennent vraiment la route.

Le casque VR pour console

Les deux consoles majeures (PlayStation et Xbox) n’ont pas tardé à s’intéresser au filon de la réalité virtuelle. Mais seul Sony a, à ce jour, développé son propre casque (Xbox permet d’utiliser l’Oculus Rift via une feature qui autorise à jouer aux jeux Xbox en streaming sur PC, mais il n’y a encore aucune immersion dans aucun jeu).

Le casque VR autonome

Ils ont principalement vu le jour en 2018, et sont considérés comme l’avenir de la réalité virtuelle.

Comme leur nom l’indique, il s’agit de casques fonctionnant sans câbles ni smartphones, pour offrir une liberté de mouvement censée améliorer le confort de l’utilisateur, sans casser l’expérience immersive.

Le défi est de développer des technologies permettant d’obtenir une qualité d’image et une expérience immersive au moins comparables à celles d’un Oculus Rift ou d’un HTC Vive, sans toutefois passer dans un budget rédhibitoire.

Le confort visuel

Chacun est différemment sensible aux effets de la réalité virtuelle. C’est la même chose avec la 3D, ou le rainbow effet des vidéoprojecteurs. Le phénomène est un peu imprévisible et souvent pas entièrement résolu par les constructeurs. Pour ma part, j’ai tendance à devenir nauséeuse quand j’utilise un casque VR.

L’important, c’est la possibilité de régler la distance entre les yeux et l’écran, une résolution au moins Full HD et un taux de rafraîchissement suffisant. 30 fps par oeil, ce n’est pas assez pour éviter l’effet de saccade, immanquable quand on est si près du support visuel.

À utiliser avec précaution !
« La réalité virtuelle offre aux utilisateurs une expérience immersive inégalée, et ce, quel que soit la nature de son utilisation (jeux vidéo, visites et voyages virtuelles, etc…). L’attrait presque naturel de l’être humain pour des sensations fortes et aussi nouvelles que la VR peut se muer rapidement en addiction. Il est donc nécessaire de prévenir en limitant l’utilisation quotidienne du casque. Une à deux heures par jour semble un bon compromis. Au-delà, les effets sur la santé peuvent se révéler négatifs et induire une fatigue oculaire accrue. Il est d’ailleurs conseillé de privilégier un casque doté d’écrans à technologie OLED plutôt que LCD, qui retranscrit moins bien la lumière bleue potentiellement nocive pour les rétines à fortiori pour les enfants. L’utilisation d’un casque de réalité virtuelle peut également impliquer une perte de repères spatiaux et la prudence oblige à vider l’espace réel environnant d’objets dangereux. »

Fabrice, expert High-Tech, Wekyo

Les projets pour la VR

Beaucoup d’utilisateurs s’interrogent sur l’utilité d’un casque VR, ramenant celui-ci au statut de gadget high tech. Ils n’ont pas tout à fait tort, mais ils n’ont pas non plus raison pour autant.

La réalité virtuelle – et augmentée – a pas mal tâtonné ces dernières années. L’épisode des Google Glass avait jeté un froid sur l’industrie. Mais aujourd’hui de nombreux domaines commencent à utiliser la réalité virtuelle.

Youtube supporte les vidéos 360 degrés depuis 2016, et encourage ses créateurs à essayer le format. Hollywood planche sur des projets de films en réalité virtuelle, mais dans le même temps on a déjà accès à pas mal de médias de ce type. Netflix, par exemple, a fait une sélection de concerts accessibles en réalité virtuelle.

Bien sûr, il y a aussi le monde du jeu vidéo. Si le FPS s’est aisément inscrit dans le modèle du VR, d’autres genres sont en train de suivre. Minecraft en réalité virtuelle ? Déjà fait. Et bien d’autres designs de puzzle et de construction dont l’immersion a été grandement renforcée par cette nouvelle technologie.

Et c’est ce développement software qui ouvre aussi la voie au monde artistique. Plusieurs domaines se penchent dessus : l’architecture, les arts graphiques et numériques, la décoration d’intérieur, le design, la création 3D en général et même l’animation.

Google planche encore aujourd’hui sur un projet de VR pour visiter Mars, Paris, la jungle amazonienne ou la fosse des Mariannes.

Les domaines de l’éducation ne sont pas en reste, avec plusieurs projets de grandes maisons d’éditions francophones pour développer des logiciels VR friendly. L’idée ? Explorer les possibilités d’apprentissage visuel offertes par cette technologie.

Et en matière de marketing, Walmart voudrait, à terme, dématérialiser une partie de ses locaux pour être la première chaîne à faire du e-shopping… en réalité virtuelle.

Quel avenir ? Avis d'un expert
« La réalité virtuelle n’en est qu’à ses balbutiements, nous arrivons au terme d’une première génération qui aura permis de poser les fondements de cette technologie fabuleuse. Les portes d’un nouveau cycle se rapproche et chaque constructeur proposera, à sa manière, un produit qui nous permettra d’obtenir toujours plus d’immersion. Oculus avec le Quest va séduire le grand public avec un casque autonome, sans aucun câble et surtout assez puissant pour pouvoir faire tourner des expériences de qualité. Une solution tout en un qui ravira notamment les joueurs ne possédant ni de console ni de PC surpuissant. Du côté des plus exigeants, le chinois Pimax réalise certains fantasmes en proposant des casques virtuels avec un champ de vision allant jusqu’à 200 degrés et une résolution maximale de 3840×2160. Avec l’arrivée prochaine de la PlayStation 5, Sony, incontestable leader sur ce marché, proposera une nouvelle version de son PlayStation VR. Enfin, du côté de Valve ce sont de nouveaux contrôleurs révolutionnaires, les fameux « Knucles » qui vont changer drastiquement toutes nos habitudes. Au-delà des jeux vidéo, c’est aussi dans le secteur de la santé, de l’immobilier, de l’artistique ou encore de l’éducation que la réalité virtuelle se développe progressivement. Indéniablement, cette nouvelle façon de voir et d’interagir avec ces espaces virtuels va changer fondamentalement l’avenir de notre quotidien. »

Nicolas Chacun, fondateur et rédacteur en chef de Realitevirtuelle.com

En conclusion, quel casque VR choisir ?

Du simple support au casque dédié, les dispositifs de réalité virtuelle existent pour tout budget et à peu près tout support. Votre choix va donc dépendre à la fois de l’état de votre portefeuille et du dispositif avec lequel vous allez vouloir l’utiliser.

S’il s’agit d’utiliser votre casque en complément de votre smartphone, ma préférence va sans conteste au Samsung Gear VR, qui propose une bonne immersion et de nombreuses applications. Le hic, c’est que cela ne vaudra que si vous avez vous-même un smartphone Samsung. Pour les autres, je vous suggère de vous tourner vers le Google Daydream View 2017, très confortable et au design intéressant.

Par contre, les joueurs de PlayStation auront tout intérêt à se tourner vers le PlayStation VR, qui est sans doute l’un des plus ludiques, et vous permet une nouvelle expérience de jeux.

Mais, si vous souhaitez une expérience résolument immersive et une utilisation avec PC, le champion reste à mon sens l’Oculus Rift, devenu un incontournable pour un prix abordable. Et si vous avez le budget, le HTC VIVE est celui qui vous étonnera probablement le plus.

Enfin, si vous ne désirez être dépendant d’aucune plateforme, le casque autonome Oculus Go est définitivement la solution à envisager. C’est, personnellement, la solution que je privilégierais à l’heure actuelle, et son excellent rapport qualité/prix en fait un appareil de choix.

Mentions honorables

Google Cardboard : sans constituer réellement une mention honorable, je l’ajoute ici pour son côté fun. Je ne l’ai pas inclus à mon comparatif car, honnêtement, c’est un peu cheap et la dénomination de réalité virtuelle est discutable, mais cela reste néanmoins une idée de cadeau sympathique et ultra-économique.

Merge VR/AR Goggles : c’est la solution petit prix de ceux qui recherchent un casque compatible avec les smartphones iOS et Android et adapté aux enfants à partir de 10 ans. Plutôt confortable avec sa mousse qui s’adapte à leur petit visage, il permet de découvrir les mondes virtuels proposés par le portail Merge Miniverse.

Lenovo Mirage Solo avec Daydream : comme l’Oculus Go, c’est un casque de réalité virtuelle autonome proposant un bon confort et une bonne qualité d’image. Néanmoins, je ne l’ai pas inclus en ce qu’il a tendance à chauffer et que l’environnement Daydream est encore un peu pauvre à l’heure actuelle.

Samsung HMD Odyssey+ : il s’agit de la refonte du casque VR exploitant la plateforme Windows Mixed Reality. C’est un casque de réalité mixte avec 2 manettes sans fil et micro intégré. Tout en conservant les dalles AMOLED 3.5″ 1440 x 1600 de son prédécesseur, il utilise une technologie permettant de simuler une résolution de 1233 alors que sa résolution effective est de 616.

29 Commentaires

    • Bonjour,

      A ma grande surprise, il semble que les ordinateurs Mac ne soient pas encore très à jour en ce qui concerne la réalité virtuelle. Parmi les solutions, vous pouvez choisir d’ajouter une carte graphique externe permettant alors à votre Mac d’être compatible avec plusieurs casques de réalité virtuelle. Sinon, Mac a récemment annoncé en juin qu’avec macOS Mojave, votre ordinateur pourra supporter le nouveau Vive Pro de HTC mais il est préférable d’attendre la version finale pour être certain que ça fonctionne. Bref, Mac est vraiment à la traine à ce niveau là et je ne peux donc vous en conseiller aucun susceptible d’être 100% compatible avec Apple. Il faudra être patient et attendre 2020, date à laquelle Apple a annoncé commercialiser son propre casque VR…

      Bonne journée

    • Bonjour,

      Le HTC Vive fait pour nous partie des meilleurs produits haut de gamme du marché. Il offre certes, pas mal d’améliorations mais le prix est également beaucoup plus élevé. Nos articles étant récemment mis à jour, le HTC Vive Pro trouvera eut-être sa place bientôt dans notre comparatif… Cela ne signifie pas que ce produit n’est pas de qualité, nos comparatifs sont les plus objectifs et impartiaux possibles mais il reste toutefois une petite part de subjectivité. 🙂

      Bonne journée

  • Bonjour.
    Merci pour votre article
    Je suis dnas le domaine de l’education et je souhaiterais integegrer de la vr pourriez vous m’indiquer les « grandes maisons d’editions francophones » dont vous parlez
    En vous remerciant
    Cdt

    • Bonjour,

      En effet, la réalité virtuelle semble être une vraie mine d’or pour l’enseignement. Je vous invite à lire un super article sur le sujet. Concernant les maisons d’éditions proprement dites, toutes semblent s’y intéresser mais les collections ne sont pas encore très complètes. Albin Michel publie des histoires animées tout comme les éditions Alaska ou les éditions Margot. Nathan développe également Dokéo, une encyclopédie parlante pour les enfants. Il y a entre autres le groupe Média Participation qui a déjà fait des déclarations selon lesquelles un intérêt était porté sur la réalité virtuelle. Robert Laffont, ou encore Casterman ont déjà également publié des ouvrages en « réalité augmentée »

      Par contre, il n’y a pas encore, à ma connaissance d’ouvrage qui soit déjà paru permettant une visée didactique. Puisque l’on est aux débuts de la réalité virtuelle mêlée à l’éducation, il est vrai qu’il faut un peu fouiller pour trouver des livres utiles à l’enseignement. Tout dépend aussi de l’âge de vos élèves et du cours que vous leur donnez.

      Bonne journée

    • Bonjour,

      Je vous recommande le Sony PlayStation VR. Avec un prix abordable (299€ avec une caméra et un jeu contre certains autre allant jusqu’à 500€), il est très simple d’utilisation et très confortable. Vous le trouverez disponible juste ici, accompagné d’une caméra et d’un jeu pour bien commencer l’expérience!

      Bonne journée

    • Bonjour,

      Pour un bon casque VR smartphone, je vous conseille le Google Daydream View. La télécommande est livrée avec et un petit pad sensible fait office de joystick. Parmi les jeux Daydream, il en existe plusieurs pour le moment, on retrouve VR Karts Sprint, un rip-off de Mario Kart assez jouissif, ou encore l’excellent “Keep Talking and Nobody Explodes”.

      Bonne journée

  • Bonjour,
    Pour info, l’Oculus Rift est de la VR haut de gamme au même titre que le Vive. Le Rift permet bel et bien du roomscale (j’ai 10m2 chez moi sans le moindre souci avec le tracking), et le FOV est bel et bien le même que le Vive 110°. Faudrait voir à ne pas se tromper quand il s’agit de simplement retranscrire les specs…

    Mais le plus affligeant, c’est quand vous parlez des manettes du Vive. « Abouties »? C’est abouti d’avoir des boutons empilés les uns sur les autres (oui oui: il y a des boutons sous le pavé tactile, ce qui signifie que pour utiliser un de ces boutons, on est obligé d’activer le pavé tactile…)? C’est abouti d’être trois fois plus long (et plus lourd) que nécessaire? C’est abouti de ne pas épouser la forme de la main? Et je ne parle même pas de l’autonomie : moins de 5h chez Vive, plus de 20h chez Oculus. Et bien sûr, comment ne pas mentionner le finger tracking d’Oculus, qui permet d’avoir des mains plus dynamiques en jeu?
    Les Oculus Touch sont indéniablement meilleurs que les bâtons du Vive. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que le Rift est indéniablement meilleur que le Vive: les casques sont de qualité égale, mais les manettes du Vive sont des daubes alors que les Touchs sont exceptionnels.
    Seul le tracking est mieux chez HTC. Et encore.

    Bref, du point de vue technologique, l’Oculus est meilleur (notamment pour les manettes et le poids) et pour beaucoup moins cher.

    PS : Si quelqu’un s’inquiète pour le poids d’un casque: très peu de gens finissent avec un mal à la nuque, hein… Perso, j’utilise la VR au quotidien, deux heures par jour d’affilée (quand ce n’est pas plus), j’ai jamais eu mal (et pourtant, j’ai des os plutôt fins). Le Vive se fait sentir, mais le Rift, une fois bien installé sur la tête, se fait vite oublier. Le problème c’est que c’est dur de trouver comment « bien l’installer » xD.

    • Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.

      Le fait d’avoir rangé l’Oculus Rift dans le milieu de gamme n’est pas du tout une dépréciation de sa valeur puisque c’est en matière d’investissement financier que nous le rangeons ici dans cette gamme moyenne (il est bien moins cher que le Vive!)

      Et si vous lisez l’article dans son ensemble, y compris l’introduction, vous constaterez que Nicolas considère comme vous que l’Oculus Rift est le meilleur casque VR toute catégorie, et qu’il interroge justement le lecteur sur le bien-fondé d’investir 900 EUR de plus pour le Vive.

      Après, les questions d’ergonomie et de confort des manettes ou du casque amènent toujours un jugement subjectif. Il est possible de préférer l’Oculus Rift dans son ensemble tout en préférant la conception des manettes du Vive.

      Je crois qu’au final, il y a à manger et à boire dans les deux. 🙂

  • Bonjour merci pour ce travail de pro!
    je travail sur TwinMotion 2018 avec une machine avec une carte graphique NVIDIA K4200 ET un INTEL XEON CPU E5 1620 V2 ET 32GO DE RAM,SELON QUEL CASQUE SERAIT LE MIEUX ADAPTE?
    MERCI KADER

    • Bonjour,

      Je sais que pour TwinMotion 2018 sont extrêmement recommandés l’Oculus Rift et le HTC Vive.

      Du coup, point de vue machine, la RAM ne posera pas problème (il faut 4GB minimum pour chacun d’eux), mais au niveau de la carte graphique ça risque de coincer je crois : le minimum requis pour l’Oculus Rift est la NVIDIA GTX 1050 Ti et pour le HTC Vive le minimum est la NVIDIA GTX 970, or la K4200 est une version antérieure si je ne me trompe.
      Maintenant, je vous recommande d’aller effectuer un test de compatibilité de votre ordinateur (on en retrouve normalement plusieurs sur le net. Pour l’Oculus Rift, par exemple, cet article devrait pouvoir vous aider)

      J’espère que ça vous aidera à effectuer votre choix.

      Bon dimanche!

  • Salut, beau travail 🙂

    J’aimerai savoir maintenant, votre avis sur le StarVR (Starbreeze).
    À ce qui parait, au niveau du hardware c’est ce qui a de mieux sur le marcher non?!

    • Bonsoir,

      Vous voulez parlez du StarVR One?
      Si c’est le cas, il paraît effectivement extrêmement performant (il sera d’ailleurs plutôt destiné à un usage professionnel) et le champ de vision annoncé est assez bluffant. Par contre, il n’y a pas encore de date de sortie…

      Bonne soirée,

    • Salut benkoss,

      Le choix est évidemment la VR box 2.0 , il est globalement mieux, reçoit de bien meilleure critique de la part des utilisateurs et en plus est fourni avec un gamepad sur amazon alors fonce !

  • Bonjour et merci pour ce comparatif.
    L’oculus rift serait en promo avec une remise de 140 euros ?? pouvez vous me dire où svp ?
    Merci par avance

    • Hallucinant de pas parler de la réalité augmentée dans un article sur la réalité virtuelle ?

      Dingue en effet. :/

      (on a raté Windows Augmented Reality aussi, du coup, my bad I guess)

  • Pour le HTC Vive, « Au minimum, il faudra une carte graphique GTX 970 ou une AMD 290 – mais les performances ne sont pas optimales – « . Une config pareil rend l’appareil inutilisable. Nausée et maux de tête garantie instantanément.. Dommage je pensais avoir trouvé une source sure.

  • merci beaucoup pour ce tour de vue.
    pour des raisons pro..je vais sans doute m’orienter vers l’occulus rift ( reeducation vestibulaire…de l’équilibre).
    une nouvelle version est elle prévue car sans être ancien..il commence à prendre de l’age.
    merci

    • Bonjour terpraut ! C’est une application très intéressante de la réalité virtuelle !
      L’Oculus Rift est toujours le meilleur rapport qualité-prix à ce jour et le seul modèle en circulation. Mais si vous patientez un peu, l’Oculus Rift 2 ne devrait plus trop tarder. Il a été annoncé en octobre 2017 et il devrait sortir courant 2018.
      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas ! 😉

  • Merci pour ce comparatif.
    J’ai une question… de taille…
    Quand il y a noté les tailles compatibles on parle de l’ecran ou du smartphone ???
    J’ai vu que sur certain, je suis pratiquement sûre que mon smartphone ne passe pas (chinois… 6″ de diagonale écran mais 6,8″ pour le smartphone)
    Merci

    • Salut Gael, et merci beaucoup ! 😉
      Si tu veux plus d’informations, n’hésite pas : je suis toujours à rôder dans les commentaires !

Laisser un commentaire

>