Caméra et photo

Les 6 (vrais) Meilleurs Appareils Photos Instantanés 2019 – Comparatif

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 6 meilleurs appareils photos instantanés, parmi près de 23 appareils commercialisés pour le moment.

Je rêvais depuis toujours de faire de belles photos instantanées et j’ai enfin trouvé le candidat susceptible d’accomplir ce doux rêve : l’Instax Square SQ10, qui se situe à une juste frontière entre le numérique et l’argentique.

 

Meilleur pas cher
Kodak Printomatic - Appareil Photo à Impression Instantanée avec Papier Autocollant Zink 5 cm x 7,6 cm, Gris
Meilleur milieu de gamme
Fujifilm - Instax Mini 90 NEO Classic - Appareil Photo à Impression Instantanée - Noir
Meilleur haut de gamme
Fujifilm Instax Square SQ10 Noir
Kodak Printomatic
Instax mini 90 Neo Classic
Instax Square SQ10
89,99 €
109,00 €
199,00 €
Meilleur pas cher
Kodak Printomatic - Appareil Photo à Impression Instantanée avec Papier Autocollant Zink 5 cm x 7,6 cm, Gris
Kodak Printomatic
89,99 €
Meilleur milieu de gamme
Fujifilm - Instax Mini 90 NEO Classic - Appareil Photo à Impression Instantanée - Noir
Instax mini 90 Neo Classic
109,00 €
Meilleur haut de gamme
Fujifilm Instax Square SQ10 Noir
Instax Square SQ10
199,00 €

 

Les meilleurs appareils photos instantanés pas chers

Quand on en vient au prix des appareils photos, on en perd parfois l’usage de la parole tant celui-ci est élevé. Mais j’ai tout de même trouvé deux appareils, pour un budget tout à fait raisonnable.

Kodak Printomatic : le meilleur pas cher

kodak printomatic

Prix
89,99 €
85,02 €

Avantages
Prix abordable
Port microSD
Photos autocollantes et très résistantes (eau, déchirure, maculage)
Inconvénients
Pas de miroir à selfie

Kodak, ça parle beaucoup, surtout dans le milieu de la photographie. La marque avait abandonné l’idée de développer des appareils photos après sa défaite dans la bataille de brevet qui l’opposait à Polaroid.

L’entreprise n’a pourtant pas totalement abandonné la photo : elle est l’un des leaders du marché en ce qui concerne le papier photo ! Mais voilà, Kodak décide de se remettre dans la course, en proposant elle aussi son appareil instantané, le Printomatic !

Le Printomatic est, visuellement parlant, à la fois très épuré et très stylé : la forme est simple, rectangulaire, avec l’obturateur au milieu et les couleurs tout autour. Rien qui n’ait déjà été vu en somme, il a même un petit air de Polaroid Snap, mais on peut dire qu’il n’en reste pas moins très esthétique !

Question couleurs, justement, on est plutôt servis avec des couleurs très vives, comme le bleu cyan, le rose pâle, le vert pomme, le jaune canari, ainsi qu’avec du noir et du gris, qui sont plus discrets. Autant j’appréciais l’originalité du Pic-300 en termes de forme, autant j’adore les couleurs proposées ici, qui mettent en valeur le côté épuré de ses formes !

Contrairement au Pic-300, le Kodak Printomatic fonctionne sur batterie. On dispose donc du confort moderne, tout en ayant la possibilité de se la jouer vintage, et ça, j’accroche !

Côté photo, le Kodak Printomatic embarque un capteur de 10 mégapixels, une mise au point automatique un flash et un port microSD (carte pouvant aller jusque 32GB, non incluse), ce qui le démarque très clairement des appareils de chez Fujifilm et de chez Lomo, car on peut stocker les images en plus de les imprimer directement ! Bref, vous aurez même le loisir de retoucher, réimprimer les photos en question, ce qui est plutôt pas mal, même si ça casse un peu le principe de la photo instantanée…

On peut aussi choisir de réaliser ses photos en couleur et en noir et blanc, sans que l’appareil ne peine à l’ouvrage, a contrario du Pic-300, qui souffrait un peu de ce côté-là…
Ce que je trouve assez sympa, c’est la vitesse de l’appareil qui permet de continuer à prendre des photos, même pendant que l’appareil imprime les précédentes !

Les photos sont plus ou moins de la même taille que celles de l’appareil précédent, avec des dimensions de 5 cm sur 7,6, ce qui peut paraître un rien petit, car c’est plus “allongé”. Mais, elles sont tirées sur du papier Kodak Zink, qui dispose d’un dos adhésif et qui est résistant à l’eau, aux déchirures et au maculage !

J’aime bien ce principe de photo “autocollante” qui permet de décorer facilement une pièce, de personnaliser des objets ou de simplement laisser sortir votre talent d’artiste !  Et pratique : l’appareil est livré avec 10 feuilles, idéal pour commencer.

Si vous souhaitez l’offrir, sachez qu’un pack cadeau existe, qui comprend l’appareil photo, 20 feuilles de papier Zink, un boîtier Deluxe, 7 autocollants amusants, des marqueurs doubles, un album photo, des cadres à accrocher, ainsi qu’une courroie confortable à mettre autour du cou. Bref, la totale !

Autre chose, il est simple à utiliser et à transporter, grâce à la petite fente qui permet de passer un cordon ou une dragonne. En plus, il vous indique lorsque la batterie, le stockage de la carte mémoire SD ou le niveau de papier sont faibles.

Bref, le Kodak est un bon appareil, avec un papier photo de qualité et vendu à un prix raisonnable. Idéal pour les mordus de photo, même s’il ne dispose pas non plus d’un miroir à selfie !

Polaroid PIC-300 : un classique réinventé

polaroid pic300

Prix
79,99 €
89,99 €

Avantages
Prix abordable
Photos nettes, avec de belles couleurs
Flash et mise au point automatiques
Facile d’utilisation
Inconvénients
Prix élevé du papier Polaroid
Fonctionne sur piles

Un modèle de chez Polaroid ouvre la marche de cette sélection, ce qui n’étonnera pas les nostalgiques des photos instantanées, qui avaient déjà (et plus que certainement) mis autrefois la main sur l’un des modèles de la marque. Polaroid était, il est vrai, LA marque incontournable pour tout ce qui touchait de près ou de loin à la photo instantanée argentique, mais qu’en est-il aujourd’hui ?

La marque fait-elle honneur à sa réputation ?

Le Polaroid Pic-300, c’est la version moderne du Polaroid “classique”,avec un look plus adapté à notre époque : il est tout en rondeurs, ce qui lui donne un vrai côté sympathique, tout en étant suffisamment compact que pour ne pas encombrer une fois mis dans un sac. C’est sûr qu’avec ses dimensions de 12,2 cm sur 11,9, il est loin d’égaler, en poids et en volume, les anciens modèles, ce qui est vraiment bien (surtout pour le sac).

Ce qui me plait beaucoup, c’est le choix de la marque pour les couleurs, qui sont loin d’être “standards” ! Il y en a pour tous les goûts, avec un bleu assez électrique, un rouge peps et un doux violet lilas, qui sont tous trois contrastés par du gris bleu (pour le bleu électrique) et du blanc (pour le rouge et le lilas).

Bref, il ne passera pas inaperçu ! Pour celles et ceux qui craindraient de le perdre, pas de panique : l’appareil photo est livré avec une dragonne.

Pour ce qui est de la batterie, on est sur quelque chose de très simple : les piles ! Pas besoin de le charger, de s’encombrer d’un câble, mais en contrepartie, il faudra certainement embarquer quelques piles AA de rechange dans votre sac, au cas où…

Le look, c’est bien, mais pour un appareil photo, ce sont les performances qui m’intéressent.

L’obturateur est électronique (1/60 secondes), ce qui est bien, mais on peut heureusement corriger l’exposition manuellement, afin d’éviter les “flous bougés”. Bon, une vitesse plus élevée aurait été la bienvenue; mais pour un appareil à ce prix et de ce type, on ne peut pas se montrer trop exigeant non plus…

Ce qui me séduit, chez cet appareil, c’est qu’il dispose d’un flash automatique, qui s’enclenche lorsque la luminosité est trop faible, ainsi que d’un dispositif de mise au point automatique. Idéal donc, car cela facilite grandement le travail du photographe, surtout lors de soirées !

Le Pic-300 produit des photos couleur instantanées de la taille d’une carte de visite (4,57 sur 6,09 cm), ce qui est certes plus petit que ce à quoi les anciens Polaroids nous avaient habitué, mais qui reste tout de même pas mal et plus passe-partout.

Pour ma part, je trouve que cette dimension de photo est idéale pour réaliser un pêle-mêle, ou un petit montage photo. Mais ça reste une question de goût bien entendu !

Les photos sont développées instantanément et sont de qualité, et d’après plusieurs utilisateurs, très nettes, avec de belles couleurs ainsi qu’un grain très agréable. Le Pic-300 peut aussi compter sur 4 modes scènes, un petit plus qui ravira plus d’un !

À noter que l’appareil peut avoir un peu des difficultés pour les photos en noir et blanc, surtout si l’on s’amuse à alterner photo couleur et photo noir et blanc…

Le papier, par contre, est comparativement assez cher ! Bon, il semble que l’appareil ne soit pas fourni avec son papier, ce qui pourrait en rebuter plus d’un, mais, ouf, on peut tout de même utiliser le papier photo des Fujifilm Instax, qui est tout de même moins cher que le Polaroid 300 de chez Polaroid.

Il ne dispose pas non plus d’un miroir à selfie, ce qui est un peu dommage, mais pas complètement invalidant.

Un vrai bémol qui pourrait décourager certains à acquérir ce bel appareil de qualité, mais qu’à cela ne tienne, cette appareil en vaut la peine, surtout au vu de la qualité de ses photos et du prix auquel il est proposé.

Les meilleurs appareils photos instantanés de milieu de gamme

On passe à une qualité très nette d’appareil, avec des formats de photo plus grands que ce qui était proposé dans la gamme précédente.

Instax mini 90 Neo Classic : le meilleur milieu de gamme

instax mini neo

Prix
109,00 €
139,99 €

Avantages
Design très classe
Nombreux modes disponibles
Fonctionne sur batterie
Inconvénients
Photos un peu petites

L’Instax mini 90 “Neo Classic” de chez Fujifilm, c’est, comme son nom l’indique, un appareil photo instantané plutôt petit en taille et classique dans son look qui se destine très clairement à un public masculin.

Le design est plutôt réussi, très soigné, avec un boîtier imitation métal et cuir très beau. Côté dimensions, on part sur du mini tant au niveau de la taille (9,17/5,72/11,43 cm) que du poids (295 grammes), ce qui assure une bonne prise en main, tant en cadrage vertical que horizontal, grâce aux deux déclencheurs.

Attention toutefois à ne pas laisser trainer votre main devant la fente d’éjection de la photo, situé sur le dessus (en vue verticale)…

En prime, contrairement à beaucoup d’appareils instantanés, il fonctionne sur batterie, rechargeable, ce qui à la fois économique et écologique, bon point donc !

Ce qui me plaît, surtout, c’est qu’il a des fonctionnalités avancées, comme les poses longues ou la double exposition, qui sont propres aux appareils analogiques traditionnels, cela permet de mieux capter la lumière. Génial pour la créativité !

L’Instax Mini 90 est par ailleurs doté d’un tout nouveau mode macro et d’un flash haute performance (qui peut être désenclenché), ce qui en fait un appareil photo instantané pour tous les photographes avertis !
En plus, il mesure la luminosité ambiante et propose des photos de grande qualité via un réglage automatique de la vitesse d’obturation et de l’intensité du flash.

Ce qui me branche, ce sont les modes photographiques qu’on retrouve généralement sur des appareils numériques et qui sont adaptés à toutes sortes de situations : le mode fête (pour avoir le sujet et l’arrière-plan bien nets, même dans l’obscurité), le mode enfant (pour les sujets en mouvement rapide), le mode paysage (pour un sujet éloigné dès 3m de distance), le mode exposition longue, le mode double exposition et le mode macro (pour réaliser des gros plans).

À noter que l’utilisation d’un trépied peut être plus que recommandée pour l’utilisation des modes double exposition et exposition longue. Il est très facile à mettre, grâce à l’adaptateur prévu à cet effet et situé en dessous.

Seul petit bémol : les photos réalisées avec cet appareil, si elles se démarquent par leur qualité, pèchent par contre par leur petitesse. Le format carte de visite, c’est un petit peu juste, même si ça fait quand même son effet !

Un appareil aux multiples fonctionnalités qui réalise des clichés de qualité, tout en étant très design ! Élégant, performant, polyvalent, que demander de plus ?

Instax WIDE 300 : pour des photos XL !

instax wide 300

Prix
98,95 €
109,99 €

Avantages
Flash peut être désactivé
Peut être placé sur un trépied
Photos de grande taille
Inconvénients
Lourd et imposant
Pas de retardateur

On ne vous présente plus Fujifilm je pense : appareils réputés, et papier photo qui rivalise de qualité avec les Kodak. Bref, on sait à quoi s’en tenir !

Ici, je vous présente le premier appareil de chez Fujifilm que j’ai retenu dans ma sélection : l’Instax Wide 300, qui est l’un des meilleurs appareils instantanés donnant des photos grand format.

Le Fujifilm Instax Wide 300 n’est clairement pas un polaroid de poche, avec ses 18 cm de long pour 12 cm de haut et 9 cm d’épaisseur, pour…780 grammes. Mais il a le mérite de proposer de larges photos, ce qui peut super bien donner avec des paysages, des événements (anniversaire, mariage).

Question look, on revient plutôt sur quelque chose de plus classique et sérieux, tout en étant un peu vintage. De prime abord, il est assez classe, mais on y regardant d’un peu plus près, on constate que le boîtier extérieur est en plastique imitation métal, ce qui le rend un peu plus “cheap”, même si le plastique est de très bonne facture !

J’aime bien la poignée “grip”, sur le côté, qui me rappelle un peu ce qu’on trouve sur plusieurs appareils reflex, et le fait qu’on puisse le poser sur un trépied.

Fort heureusement, il compense par sa qualité de photo ! La mise au point se règle facilement via la bague autour de l’optique, et le déclencheur via une molette, qui permet la mise en route de l’appareil.

Un flash électronique intégré s’ajuste automatiquement en fonction de la distance (mais peut être désenclenché si besoin), tandis que le mode “fill-in” vous permet de réaliser des prises de vue, même dans des endroits sombres ! On peut aussi jouer sur l’éclaircissement et l’assombrissement via les effets “high-key“et “low-key“, ce qui, je trouve, est très basique, mais néanmoins intéressant.

L’Instax Wide 300 dispose aussi d’une bonnette d’approche, qui permet une mise au point jusqu’à 40-50 cm ! Pour le viseur, par contre, certaines personnes ont notifié qu’il était un peu étriqué et assez sombre à l’intérieur, mais que le cadrage était nickel.
Je trouve un peu dommage, en revanche, que ce Fujifilm n’ait pas de retardateur. Il faudra compter sur la volonté d’un gentil passant pour vous photographier devant les paysages ou sur celle d’un ami pour les photos de groupe, histoire de quand même être sur la photo…

Bon, bémol quand même : il fonctionne sur piles (LR6)… Selon l’utilisation du flash, il faudra entre 100 et 150 photos avant de devoir remplacer les piles. C’est long, mais pas très pratique, surtout si vous avez tendance à jouer du déclencheur !

Bref, un bon appareil, solide, mais imposant, à adopter si vous voulez des photos de grande taille !

Les meilleurs appareils photos instantanés haut de gamme

On arrive ici dans le top de la sélection, avec deux appareils de très grande qualité.

Instax Square SQ10 : le meilleur haut de gamme

instax q10

Prix
199,00 €
Avantages
Photo au format carré
Très belles photos
Écran LCD
Numérique et argentique
Inconvénients
Pas de miroir à selfie

Voici le premier appareil de cette gamme ainsi que le dernier Fujifilm sélectionné dans ce top 6.

L’Instax Square SQ10 se distingue des autres de la même gamme par son design très carré ainsi que par son aspect “hybride”. Je m’explique : cet appareil photo instantané dispose est à la fois mi-numérique et mi-argentique.

Commençons par son design. Contrairement à ces prédécesseurs, l’Instax Square adopte sans ambiguïté un format carré, qui était jusqu’alors l’apanage de la firme The Impossible Project.

Ce format était clairement celui préféré par les jeunes et celui utilisé par les réseaux sociaux, ce qui démontre son succès. Il conserve néanmoins les formes arrondies caractéristiques des appareils instantanés Fujifilm.

Il est assez fin et compact et surprend agréablement par son poids. Il peut, si vous le voulez, être porté à l’aide de sa dragonne, mais je trouve, pour ma part, que cet aspect pratique lui enlèverait un peu de son charme…mais ça ne regarde que moi.

Il est aussi assez facile à prendre en main, malgré le nombre important de fonctionnalités disponibles, grâce aux menus, qui sont organisés et clairs. Le commutateur est situé près de l’objectif, avec deux déclencheurs de chaque côté, ce qui permet aussi bien aux gauchers qu’aux droitiers de manipuler l’appareil (tout en ayant une touche de raccourci avec le déclencheur non utilisé) !

L’hybridité présente plusieurs avantages, puisque vous pouvez sauvegarder vos images numériquement (en interne ou externe), les prévisualiser, mais surtout de garder un contrôle total sur l’impression. Vous pouvez imprimer où et quand vous le voulez !

L’aspect hybride, si ça déroute un peu au départ, ça n’en reste pas moins super : en mode “auto”, la photo s’imprime directement, tandis qu’en mode “manuel”, celle-ci se stocke sur la mémoire, ce qui vous permet de la retoucher plus tard si vous le désirez (ou l’imprimer plus d’une fois ou sur un autre support). Le deuxième mode est aussi très pratique si vous tombez à court de papier…

Et surtout : c’est fini de gâcher bêtement le papier !
Vous apprécierez donc de ne pas dépenser des fortunes en cartouches, qui peuvent très vite manger votre budget si vous vous laissez emporter par votre enthousiasme.

Le papier, en lui-même, est l’un des moins chers (les Fujifilm en général), et heureusement ! L’Instax Square Q10 dispose de son propre format de papier, disponible en blanc ou en noir.

Il dispose de nombreux modes de photo, comme un mode macro ou un mode double exposition, ainsi que des filtres et effets visuels (contrôle du vignetage, réglages de la luminosité) que vous pouvez appliquer avant ou après l’impression ! Un instantané bien complet donc !

Bon, qui dit numérique, dit carte mémoire. Cet appareil dispose, en plus de sa mémoire interne (qui peut contenir jusqu’à 50 photos) d’un emplacement dédié à une carte mémoire microSDHC ainsi que d’un port micro-USB destiné à recharger l’appareil. Bref, tout le confort d’un numérique mis à votre disposition !

Ce qui m’intrigue – et me plait – avec cet appareil, c’est la présence d’un écran LCD de couleur TFT de 3 pouces et d’une définition de 460 000 points, ce qui n’est pas mal du tout. Il n’est pas tactile, mais il permet néanmoins, dans le cas de la double exposition, de superposer deux photos, donc personnellement, il remplit son office.

En plus, il y a un indicateur, sur l’écran, qui vous dit combien de photos il reste avant de changer le film, ce qui vous évite ainsi de faire des photos…sans film !

Par contre, l’Instax Square Q10 ne dispose pas de viseur, ce que je trouve assez embêtant (et dommage), malgré le fait que l’écran LCD permette d’ajuster la visée. Et pour les adeptes des selfies, il ne possède malheureusement pas de miroir à selfie…

Question photos, que dire… Il propose un format de photos carrées (6,2 sur 6,2cm), ce qui est assez sympa et très esthétique, avec une résolution de 3 Mpx !

On peut aussi choisir de recadrer les images jusqu’à 2,4x, grâce au côté numérique de l’appareil. Certains pourraient vouloir un zoom plus performant, mais dans ce cas, je leur conseille plutôt de s’orienter vers un véritable numérique…

Niveau réactivité, l’Instax SQ10 s’en tire assez bien, avec un temps de 2 secondes entre chaque vue numérique (avec un témoin AF qui vérifie la mise au point), ce qui est moins que les appareils compacts, mais largement au-dessus de ses concurrents instantanés, ainsi qu’un délai de 15 secondes pour l’enregistrement et l’impression.

À l’impression, les utilisateurs ont reporté que les noirs sont plus denses, les couleurs plus chaudes et les détails un peu estompés. Les photos sont de qualité, précises, fidèles au niveau des couleurs, même si l’impression n’est pas parfaite.

Le développement intégral de d’un cliché demande environ 2 minutes, un délai assez court par rapport à la moyenne. Il est également possible d’imprimer des pêle-mêle de quatre et neuf images, sur un même film, ce qui a le don de me charmer au plus haut point !

Un hybride qui en a sous le coude, c’est sûr, malgré les quelques petits inconvénients relevés !

Lomo’instant Automat : un look purement vintage

lomo instant automat

Prix
169,00 €
169,99 €

Avantages
Design vintage
Compléments optiques
Pose B
Inconvénients
Fonctionne sur piles
MIse au point pas stable
Objectif Macro pas très précis

Lomography, c’est aussi un ponte de la photo argentique, mais plutôt dirigé, à l’origine, à un public d’origine soviétique. Depuis l’entreprise a fait un bon bout de chemin et s’est ouverte à l’international, ce qui me permet de vous présenter l’un de ses très beaux appareils : le Lomo’instant Automat.

Ce qui m’a séduite ici, c’est son look purement vintage, avec une préférence pour le rouge et blanc. En plus, le Lomo’Instant Automat est plutôt anguleux, tout comme son prédécesseur, le Lomo’Instant.

Si les deux appareils sont compatibles avec les films du Fufjifilm Instax Mini, l’Automat se révèle être plus petit, mais plus large de 5cm que son grand frère. Autre point à noter : les compléments optiques compris avec l’appareil.

Vous pouvez ainsi changer les objectifs pour varier les effets de style ! Gros plans, grand angle (vue à 90 degrés), fisheye (vue à 170 degrés), cache objectif servant de déclencheur à distance…que du bonus pour booster votre créativité !

C’est une offre totalement inédite que propose Lomography, même Fujifilm ne l’a pas adopté ! Bon, il faut tout de même penser à régler la distance de mise au point à l’infini avant d’utiliser les compléments en question, sinon vous risquez d’être déçus du résultat.

L’objectif macro n’est, semble-t-il, pas très précis par contre, donc ne comptez pas trop dessus…

Ce qui me dérange chez cet appareil au look si particulier, c’est qu’il fonctionne sur piles (CR2); je préfèrerais sincèrement, au vu du prix, qu’ils aient pensé à mettre une batterie rechargeable, d’autres de la gamme le font (et même certains des gammes en dessous!).

Bon, autre point qui pourrait manquer, c’est le miroir à selfie. L’Automat n’en dispose pas, contrairement au précédent Lomo’Instant, ce qui est un peu dommage. Fort heureusement, le déclencheur est bien mis, ce qui facilite la prise en main, aussi bien en orientation portrait que paysage.
L’appareil dispose aussi d’un compteur de vues, localisé sur le haut de l’appareil à côté de la sortie des pellicules. C’est bien pensé, avec les leds allumées, vous savez ainsi combien de vues il vous reste !

Comme sur les Lomo’Instant et Lomo’Instant Wide, le Lomo’Instant Automat pèche par sa mise au point, qui est aléatoire et peu précise. Aucune garantie donc d’obtenir une image parfaitement nette, encore moins dès le premier essai…

Il est entièrement automatique, même si l’exposition n’est pas toujours parfaite, bien que dans l’ensemble raisonnable. Pour les prises en intérieur, il faut privilégier le flash, sinon on obtient des noirs très denses, avec une image sous-exposée !

Il est plutôt minimaliste, niveaux modes, mais il propose ce dont on a besoin, sans chichis : un flash, la multi-exposition, la correction d’exposition, le mode auto accompagné du mode bulb, une pose B et même des filtres couleur. Il adapte aussi le temps d’exposition, ce qui est appréciable, même s’il faut éviter de bouger, histoire de ne pas obtenir que des photos floues !

Le déclenchement est instantané, tout comme la sortie de la photo. La qualité d’image est, d’après les utilisateurs, moins hasardeuse qu’avec le Lomo’Instant et prend un peu plus de temps pour apparaître.

Bon, gardez en tête que le Lomo’Instant Automat est à utiliser avant tout avec le flash ou en extérieur, de façon à s’assurer une exposition correcte. C’est un très bel appareil, c’est certain, mais un rien trop minimaliste à mon goût et avec une mise au point pas encore assez aboutie.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre appareil photo instantané ?

Comment choisir votre appareil photo instantané

Hé oui, avant le numérique il existait une technologie qui permettait l’instantanéité de la visualisation. C’est ce que l’on appelle communément un “polaroid”, ou pour être plus général, un appareil photo instantané.

Depuis quelques années, on remarque un regain d’intérêt pour les photos instantanées, tant chez les particuliers que chez les professionnels. L’instantané, c’est artistique, immédiat…et merveilleusement spontané !

Si Polaroid a arrêté de produire ses films Polacolor (2018), ses concurrents n’ont pas jeté l’éponge pour autant… Fujifilm, The Impossible Project (qui a racheté Polaroid), Lomography et Kodak ont décidé de se lancer dans l’aventure et de proposer des appareils modernes dans leurs fonctionnalités, tout en conservant l’idée initiale de Polaroid.

Si vous aussi vous aimeriez revenir à une photographie plus “spontanée”, voici quelques points à prendre en considération avant de vous ruer au rayon photo.

La solidité et la qualité des matériaux

Les appareils photo instantanés sont malheureusement réputés pour leur boîtier en plastique bon marché…mais les choses changent.

Plusieurs marques choisissent des matériaux plus solides pour leurs nouveaux modèles, les rendant ainsi totalement plus durables. Privilégiez donc les appareils avec un boitier, certes en plastique, mais en plastique robuste, sinon vous risquez d’avoir quelques surprises.

Le design

On recherche surtout chez ces appareils la petite touche de rétro de leur âge d’or.  Les versions modernes peuvent soit être totalement modernes (voir le Kodak Printomatic) soit être le résultat d’un métissage entre rétro et modernité.

Vos goûts en la matière sont les seuls maîtres à bord : cet appareil, c’est le reflet de votre esprit créatif, alors choisissez-le à votre image !

Le flash

Le flash est un élément primordial dans un appareil photo, quel qu’il soit, car il peut aussi bien vous garantir de belles photos que les rater complètement si mal employé. Veillez à prendre un appareil doté d’un flash ajustable en luminosité ou qui puisse au minimum être désactivé.

Le choix du film

Il existe trois sortes de films : les classiques polacor d’Impossible Project (Polaroid), les Instax de Fujifilm et le Polaroid Zink (qui est un procédé par sublimation thermique). Chaque type de film conditionne un certain type d’appareil, et vice-versa, même si certains appareils sont compatibles (rarement cependant) avec d’autres films que ceux qui leur correspondent.

Les prix sont assez variables, avec des films plus qu’abordables (Kodak par exemple) ou très onéreux (Polaroid).

C’est un facteur à prendre en compte lors du choix de l’appareil, sinon votre budget risque de s’en ressentir…

The Impossible Project

Ses films sont disponibles en quatre formats : Pack 600, Pack SX-70, Pack Image/Spectra et en feuilles pour chambre grand format. Ces films sont utilisés dans des boîtiers anciens, sauf en ce qui concerne le boîtier I-1.

Fujifilm Instax

L’Instax est disponible en deux tailles : le Mini ( 86 x 54 mm, donc format carte de visite) et le Wide ( 99 x 62 mm). Ces films peuvent être utilisés par les appareils Fujifilm Instax et les Lomography Instant, ce qui est assez pratique.

Polaroid Zink

Il s’agit du seul procédé instantané numérique. La photographie est prise de manière classique, mais l’image est ensuite immédiatement imprimée sur du papier à sublimation thermique, grâce à l’imprimante qui est intégrée au boîtier. Les images produites mesurent environ 5 x 7,5 cm.

Le développement

L’instantané a cela de magnifique que l’image se développe directement sur le film qui sert à la prise de vue. Il faut cependant attendre au minimum 5 minutes avant que l’image ne soit complètement constituée, idéalement au repos dans un endroit sombre, sec (18 à 20 degrés, pas plus chaud). Et souffler ou secouer la photo ne la fera pas apparaître plus vite !

Les fonctions avancées

L’instantané, ça mise principalement sur la simplicité d’utilisation et de réglages. Mais les appareils modernes conjuguent l’esprit rétro avec des fonctionnalités dignes des appareils numériques.

Par exemple, le retardateur, la pose B, la double exposition, la correction d’exposition, les modes disponibles (macro, fête, etc.). Et plus il y a d’options, plus on monte en gamme, et donc en budget.

Le miroir à selfie peut aussi être intéressant si vous êtes un mordu. À vous de voir donc ce que vous souhaitez, et combien vous êtes prêts à mettre…

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, il est temps de choisir votre appareil ! Et surtout : amusez-vous !

À propos de l'auteur

Delphine Christophe

Delphine est diplômée d'un master en traduction à l'université de Liège. Rédactrice et relectrice minutieuse, elle a été responsable de la production de contenu chez Selectos jusqu'en mars 2019. Ses sujets de prédilections étaient la cuisine et le divertissement, mais elle était également capable de dénicher les meilleurs produits de n'importe quelle autre catégorie.

Laisser un commentaire

>