Mobilité électrique

Les 4 (vraies) Meilleures Gyroroues 2019 – Comparatif Complet

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 4 meilleures gyroroues parmi plus d’une quinzaine de modèles disponibles pour le moment.

Ma préférée, c’est sans conteste la InMotion V8. C’est la plus facile à prendre en main et son rapport qualité-prix est presque imbattable : elle devrait convenir au plus grand nombre sans hésiter !

 

Meilleur pas cher
NINEBOT BY SEGWAY S2 Gyroroue Mixte Adulte, Blanc, 35 cm
Meilleur milieu de gamme
INMOTION V8 Gyroroue Mixte Adulte, Noir
Meilleur haut de gamme
Gotway Msuper 3 820 Monoroue électrique Mixte Adulte, Noir
Segway One S2
InMotion V8
Gotway Msuper3
549,00 €
842,40 €
Dès 1 999,00 €
Meilleur pas cher
NINEBOT BY SEGWAY S2 Gyroroue Mixte Adulte, Blanc, 35 cm
Segway One S2
549,00 €
Meilleur milieu de gamme
INMOTION V8 Gyroroue Mixte Adulte, Noir
InMotion V8
842,40 €
Meilleur haut de gamme
Gotway Msuper 3 820 Monoroue électrique Mixte Adulte, Noir
Gotway Msuper3
Dès 1 999,00 €

 

Les meilleures gyroroues pas chères

Il existe de très nombreuses gyroroues d’entrée de gamme. Mais j’ai tâché de trouver celle qui, pour moins de 1000€, cochait toutes les cases en matière d’ergonomie, de puissance et de sécurité.

Il faut noter que pour ce prix-là, tous les modèles sérieux sont d’un format 14”. Pour aller au-delà, on se retrouve en milieu de gamme !

Segway One S2 : la meilleure pas chère

Segway One S2

Prix
549,00 €
Avantages
Petit prix
Performances correctes
Construction sérieuse et fiable
Inconvénients
Autonomie limitée

De manière générale, je ne suis pas du genre à conseiller les modèles d’entrée de gamme. D’autant plus pour des appareils sophistiqués, compliqués, et généralement coûteux comme les gyroroues.

Mais là, je peux faire une petite entorse à cette règle que je me suis fixé : la Segway One S2 est un modèle pas cher, mais il vaut le détour. C’est typiquement le type de gyroroue qui conviendra parfaitement à quelqu’un qui veut découvrir ce mode de transport, mais qui n’a pas le budget pour un modèle plus performant.

Quels ont été mes critères ? La fiabilité, la solidité, et des performances correctes. Autant le dire tout de suite, tant en matière de vitesse de pointe que d’autonomie et de fonctionnalités, ce n’est pas la meilleure.

Mais son rapport qualité-prix est hautement compétitif. On va voir pourquoi.

D’abord, Segway, c’est l’entreprise qui a développé le principe de gyrostabilisation à la fin des années 90. C’est la technologie qui est à la base du segway et de la gyroroue : des moteurs compensent en permanence l’inclinaison de l’appareil pour assurer sa stabilité.

De fait, c’est une référence pour ce genre de modèles, et c’est particulièrement louable de leur part d’avoir développé une gyroroue abordable qui permettra au plus grand monde de tester ce véhicule.

En matière de performances, comme je l’ai dit, on est légèrement en-deçà de la moyenne. Avec seulement 30 km d’autonomie affichée, elle est bien en-dessous des modèles de milieu de gamme.

D’autant plus que cette donnée, en soi, n’est pas des plus fiables. L’autonomie affichée par le vendeur a été calculée dans les meilleures conditions : pas de pente, terrain impeccable, pas de vent et un passager poids-plume. Et, bien sûr, une utilisation optimale de la batterie, avec une conduite ultra-souple et peu de freinages.

Dans la réalité, notamment urbaine, les choses ne se passent pas vraiment comme ça, on le sait bien. De fait, la One S2 a une autonomie réelle d’environ 15 km, maximum. Ce sont les données que j’ai extraites des retours des consommateurs, dans une ville normale avec ses pentes, ses nids-de-poule, ses freinages fréquents et un sac à dos.

C’est déjà plus réaliste. Mais c’est surtout un peu limité. On peut tout à fait envisager de l’utiliser pour faire l’aller-retour au travail, par exemple : 15 km devraient être amplement suffisants.

D’autant que la recharge rapide de 3h seulement permet de faire le plein avant la pause déjeuner. L’autre avantage dans ce domaine, c’est son poids plume de 12,3 kg seulement.

La vitesse de pointe de 25 km/h, là aussi enregistrée dans des conditions optimales, est tout à fait correcte. En effet, il ne s’agit pas d’un modèle sportif. Si c’est pour circuler en ville, il faut de toute façon respecter les limitations de vitesses pour véhicules électriques sur les trottoirs (6 km/h) et les pistes cyclables (25 km/h).

Le moteur 500W de puissance nominale est une bonne surprise pour ce prix. Si c’est inférieur à des modèles plus chers, dans cette tranche de prix elle peut descendre à 400 voire 350W.

Résultat, inutile d’envisager, comme avec ce modèle, de gravir des pentes à 15 degrés ou de monter des trottoirs.

Alors, qu’est-ce qui fait que la Segway One S2 mérite sa place dans ce comparatif ? Eh bien, parce que pour ce prix, c’est le seul modèle sérieux et fiable.

Les autres modèles que j’ai étudiés pour ce prix ne proviennent pas de marques très reconnues dans le milieu. Et la question de la fragilité, pour un engin électrique aussi sophistiqué et soumis aux éléments, elle est centrale.

Ici on a quand même une roue de 14 pouces – un très bon compromis entre le confort et la portabilité – avec tous les accessoires nécessaires.

On retrouve notamment un second bloc de batterie intégré, prêt à prendre le relai si l’une d’entre elle subit une avarie, mais aussi une connectivité Bluetooth 4.0 qui permet de surveiller les statistiques de l’appareil depuis son smartphone.

Tout ça, c’est plutôt de l’ordre du milieu, voire haut de gamme. En plus, niveau sécurité, elle présente de nombreux avantages, comme la résistance à l’eau et à la poussière avec un standard IP 54. Une belle preuve de durabilité.

Mais ce n’est pas tout : une des fonctionnalités les plus importantes, c’est la poignée coupe-moteur. Quand vous attrapez votre roue, elle cesse automatiquement de tourner. Et dès que vous la reposez, elle démarre.

C’est idéal pour une utilisation urbaine où on s’imagine facilement entrer et sortir d’un commerce, puis reprendre sa route en toute fluidité. C’est même un atout majeur qui permet de profiter de toute la liberté qu’offre une gyroroue.

Alors, en conclusion qu’est-ce que je peux dire ? Ce n’est pas la meilleure gyroroue, loin de là.

Mais pour moins de 1000€, c’est de très loin la mieux réalisée et la plus fiable. Vous profitez, en plus, d’un SAV dont le sérieux est reconnu en France.

Les meilleures gyroroues de milieu de gamme

Dans la catégorie de milieu de gamme, vous allez commencer à trouver des modèles de 16” et plus. Ils présentent de nombreux avantages par rapport aux modèles 14”, et même s’ils sont généralement plus lourds et plus chers, ils conviennent mieux aux débutants.

InMotion V8 : la meilleure de milieu de gamme

InMotion V8

Prix
842,40 €
Avantages
Bonnes performances
Adaptée aux débutants
Finitions très soignées
Inconvénients
Pas de pads pour les mollets

La InMotion V8 est sans doute une des gyroroues grand public les plus abouties sur le marché aujourd’hui. Elle est la synthèse de tout ce qui a fait le succès d’InMotion depuis la V3, une des plus vendues dans le monde.

Pourquoi est-elle deux fois plus chère que la Segway d’entrée de gamme ? Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte.

Le premier, c’est qu’on est face à une roue 16” – contre 14 pour son concurrent – pour un poids qui reste très correct : seulement 13,8 kg. Et ça, c’est malgré un moteur 800 W et une batterie 460 Wh dont l’autonomie est bien supérieure.

Le travail d’optimisation de la V8, c’est ce qui justifie en grande partie cet écart de prix.

Parlons un peu des performances brutes.

Le moteur de 800W s’approche de ce qu’on attendrait d’un véhicule électrique pour des vitesses confortables et un peu de jus dans les pentes. La V8 permet de monter des côtes à 30 degrés : le double de la Segway One S2.

La InMotion V8 permet de voyager à 30km/h – en réalité, la puissance du moteur permet d’aller plus vite, mais un bridage d’usine de sécurité impose un contrôle de la vitesse. Ceux qui ont essayé la gyroroue en ville sauront qu’au-delà, ce n’est pas vraiment raisonnable.

L’autonomie de 40km est également très attractive, d’autant que malgré l’augmentation de l’autonomie, la recharge ne prend que 4h30. On peut tout à fait envisager de faire le plein pendant sa journée de travail.

En matière de sécurité, on retrouve la norme de résistance à l’eau et à la poussière. Elle n’est pas entièrement étanche dans le sens où on pourrait l’immerger dans l’eau, mais elle résiste à la pluie et aux intempéries.

J’ai aussi noté qu’InMotion a adopté un des standards de l’industrie avec la poignée coupe-moteur, un avantage dont j’ai déjà parlé pour la Segway.

Malgré son envergure plus importante que les roues 14”, elle est très confortable à utiliser, ce qui aide à garder l’équilibre. La V8 est par exemple 13 cm plus haute que la V5, et pourtant elle est aussi large.

De fait, la posture à adopter quand vous montez dessus est naturelle, avec les jambes bien droites et un meilleur contrôle de l’inclinaison. Ça valait le coup de le mentionner !

Le seul petit manquement, si je devais être tatillon, c’est les pads pour les mollets sur les flancs de la roue. Ils permettent de serrer la gyroroue entre ses jambes sans inconfort. En l’occurrence, ça peut être un peu désagréable pour la durée, car la coque est très rigide.

Comme la majorité des modèles récents, on peut surveiller ses statistiques depuis son smartphone, puisque la gyroroue peut-être couplée en Bluetooth. On peut notamment contrôler la bride de vitesse maximale.

Ce dernier point est très avantageux pour ceux qui débutent en gyroroue et qui voudraient maintenir une vitesse confortable et sûre, le temps de prendre l’outil en main.

Malgré tous ces avantages, elle est vendue à un prix très compétitif, puisque même si on dépasse la barre des 1000€, on est encore dans ce qu’on pourrait considérer être l’entrée de gamme de ce type de véhicules.

Les plus chers tournent autour des 4000€, pour vous donner un ordre d’idée !

Gotway ACM16 820 : la gyroroue sportive pour grand public

Gotway ACM16 820

Prix
Actuellement indisponible

Avantages
Moteur 1500W
Excellente tenue de route
Très bonnes performances
Inconvénients
Un peu trop lourde

Gotway, c’est la troisième marque la plus influente sur le marché des gyroroues. Il y en a bien sûr d’autres, mais elles ont eu moins d’impact sur le marché européen malgré des performances impressionnantes à cause d’un prix encore trop prohibitif pour ceux qui souhaitent découvrir ce mode de transport.

La AMC16 820 s’inscrit dans une volonté d’offrir de bonnes performances et un bon confort d’utilisation au plus grand nombre, et c’est ce qui lui a valu de faire partie de ce comparatif.

Il faut savoir qu’elle est substantiellement plus chère que la InMotion V8, avec un prix un peu en-deçà de 1300€. Mais son rapport qualité-prix reste très attractif.

Il s’agit d’une roue 16” là encore, et c’est ce qu’on attend d’un modèle dans cette tranche de prix.

La grande nouveauté, c’est son moteur 1500 W. C’est trois fois plus que la InMotion ! Son autonomie réelle se situe entre 60 et 70 km. Un élément relativement intéressant donc, même si à capacité égale, la charge prend plus de 5 h.

Sans surprise, la première donnée impactée par ces performances, c’est le poids. Avec 17,4 kg sur la balance, on entre dans une catégorie un peu prohibitive pour un transport au quotidien.

Disons que c’est encore correct, mais j’admets que ce n’est pas adapté à tout le monde si on veut la porter dans les transports ou au troisième étage sans ascenseur.

Alors quel est son véritable atout ? Eh bien, pour vous l’expliquer, il faut que je parle de l’importance de la puissance moteur. En l’état, à cause de la poids de la roue, ses résultats ne sont pas pour autant stupéfiants : elle ne peut monter des pentes que de 20 degrés.

Sa vitesse est avoisine les 35 km/h. Les 1500W qu’elle a sous le capot vont vraiment être un atout, surtout en terme de stabilité et de conduite.

Je l’admets volontiers, la Gotway a une des meilleures tenues de routes pour une gyroroue dans cette tranche de prix. Les utilisateurs partagent cet avis : la stabilité de la Gotway n’est égalée que par quelques modèles 18”.

Elle est complétée par les pads pour les mollets – ceux qui manquaient au V8 d’InMotion – qui assurent un meilleur confort sur la durée.

Le dernier point que je voulais aborder, c’est la solution d’ergonomie de Gotway pour le poids de son engin : la poignée est télescopique. Ça signifie qu’on peut la faire rouler à l’arrêt quand on ne roule pas dessus.

C’est sympathique, mais malheureusement insuffisant quand il s’agit de monter des volées d’escalier – dommage.

Mon dernier regret, ce sont les pédales. Le caoutchouc antidérapant n’est pas de la meilleure qualité, et il faut envisager d’ajouter un revêtement autocollant soi-même, en complément.

Il en existe de très bon-marché aux bonnes dimensions, et ce sera une sécurité supplémentaire pour éviter de glisser, surtout par mauvais temps.

En matière de connectique, Gotway a fait un bon travail. Leur application fonctionne avec tous les modèles Gotway – contrairement à d’autres constructeurs qui éditent une nouvelle application pour chaque modèle.

En matière d’expérience utilisateur, c’est l’avantage d’avoir une interface cohérente et bien pensée, qui s’est enrichi du long progrès de Gotway dans ce domaine.

Malheureusement, elle est réservée aux systèmes d’exploitation Android pour le moment, mais une implantation iOS est toujours en discussion.

Les meilleures gyroroues haut de gamme

Dans la catégorie haut de gamme, on va commencer à trouver des modèles beaucoup plus puissants et beaucoup plus rapides.

Ils ne seront pas forcément adaptés à une conduite en ville, mais celui que je vous ai dégoté devrait être avant tout très fun à utiliser.

Gotway Msuper3 : la meilleure haut de gamme

Gotway Msuper3

Prix
Dès 1 999,00 €
Avantages
Énorme puissance
Excellente tenue de route
Vitesse de pointe élevée
Inconvénients
Très lourde (25 kg)

Sans surprise, c’est Gotway qui remporte le marché haut de gamme avec la Msuper 3. Pour presque 2000€, ce modèle très populaire aux États-Unis offre une des meilleures expériences sportives.

Sortie en 2016, cette roue s’est rapidement hissée au sommet du classement européen pour trois raisons, qui sont devenues la signature du groupe Gotway : la tenue de route, la puissance et la solidité.

Avant toute chose, il faut préciser que cette roue n’est pas la meilleure gyroroue pour une utilisation urbaine et quotidienne. Et pour cause : sa fiche technique est assez extrême.

D’abord, elle pèse près de 25kg, et c’est bien pour ça que Gotway a réutilisé – à bon escient – la poignée télescopique de transport.

Mais l’autre point, ce sont bien entendu les performances. Le moteur 1500 W permet d’atteindre des vitesses proches des 45 km/h. À une telle allure, la tenue de route a été la priorité des conducteurs.

Et dans ce domaine, c’est sans conteste la championne. L’impression de glisse est inégalée, et sa grande envergure confère une grande sensation de stabilité et de fluidité.

De ce côté-là, il n’y a pas de secrets : Gotway est une des marques les plus performantes en matière de software, c’est-à-dire que l’ordinateur qui contrôle la gyrostabilité est, à mon sens, un des mieux calibrés et des plus réactifs.

L’autonomie est également très intéressante. Il est à noter que trois différents blocs de batterie sont disponibles – ils font bien entendu varier le poids, mais de manière peu sensible. Avec le plus important, on atteint les 100 km d’autonomie, un record dans l’industrie.

De manière générale, cette roue présente un inconvénient commun avec sa petite soeur de milieu de gamme : les grips au niveau des pédales. Ceux-ci sont effectivement trop fins et s’usent trop rapidement. Il faudra sérieusement envisager d’en installer de nouveau, surtout quand on sait que cette roue peut atteindre des vitesses impressionnantes.

On en voit un autre – petit – apparaître, c’est l’indicateur de batterie. S’il est consultable depuis le smartphone, je pense qu’on peut être d’accord pour dire que c’est une mauvaise idée de sortir son téléphone quand on roule à 30 km/h.

L’indicateur physique sur la gyroroue elle-même se trouve à l’arrière, il n’est donc consultable qu’à l’arrêt. Un petit oubli d’ergonomie qui déçoit forcément un peu, pour ce prix-là.

Depuis l’application, vous pouvez aussi débrider le moteur, mais attention : les limitations en ville sont de 25 km/h. Au-delà, vous risquez l’amende ! En revanche, étant donné l’envergure de la roue, on peut commencer à envisager de l’utiliser sur des terrains moins propices que la ville.

Sans parler de tout-terrain, on peut imaginer qu’on peut l’utiliser sur de la terre battue assez égale pour un usage plus sportif : figures, accélération…

Comme pour beaucoup de produits sportifs, c’est dans le haut de gamme qu’on retrouve les meilleures performances, tandis que l’entrée et le milieu de gamme autorisent plutôt un usage utilitaire, notamment les trajets au boulot.

Là, pour ce budget, on a accès à un modèle qui convient à la ville si vous êtes assez fort pour la porter, mais plus généralement, à une gyroroue très, très fun et conçue en tant que tel.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre gyroroue ?

La gyroroue, c’est un concept encore nouveau. Elle est apparue en 2016, mais il a fallu une bonne dizaine d’années pour que le “hype” s’empare aussi de l’Europe.

Et contrairement à beaucoup de véhicules, même les électriques, c’est un engin très, très compliqué à aborder. C’est un des seuls produits qui, pour moi, a posé les problèmes de l’électronique, software comme hardware, de l’ergonomie du voyage et des performances électriques. Et ça fait beaucoup de points à couvrir.

La gyroroue, c’est comme le vélo : il y en a pour tous les contextes. Je vais commencer par présenter les caractéristiques qui déterminent si une gyroroue va correspondre à votre utilisation au quotidien.

La taille de la roue

Les gyroroues sont déclinées en 3 tailles la plupart du temps : 14, 16 et 18”. Et l’expérience est on ne peut plus différente de l’une à l’autre.

Les roues plus grandes – 16 et 18” – font que la gyroroue est plus confortable sur la durée, surtout si vous n’avez pas à prendre beaucoup de virage.

Par exemple, si le chemin entre chez vous et le travail, c’est une ligne droite de 10km sur une piste cyclable, c’est l’idéal.

En revanche, il faut garder à l’esprit que votre roue sera pas mal plus lourde et un peu moins maniable.

Je conseillerais d’ailleurs aux débutants de préférer des roues plus grandes pour leur premier choix : elles sont moins sensibles aux petits mouvements involontaires qui seront nombreux pendant votre phase d’apprentissage.

Les petites roues sont plus maniables et plus légères, mais elles sont naturellement un peu moins stables, surtout pour un débutant.

L’autonomie

Comme je l’ai déjà dit pour les vélos électriques, l’autonomie affichée par le vendeur est toujours supérieure à l’autonomie réelle. Ça veut dire que si vous voyez une autonomie de 50km vantée sur une fiche produit, en conditions réelles, ce sera bien moins.

La moyenne du marché se situe entre 17 et 25 km pour des modèles grand public, soit une autonomie affichée par le fabricant de 30 à 40 km. C’est généralement bien suffisant !

Prenez bien en compte que l’autonomie en conditions réelle va dépendre de nombreux autres facteurs : votre poids, votre charge, vos habitudes de conduite, le relief de votre parcours, le climat et même la direction du vent.

Ma règle d’or, ce serait de choisir une gyroroue autour de 800-1000€ si vous comptez faire des trajets de moins de 6 km. De fait, vous avez la certitude de faire un aller-retour sur une seule charge, même en comptant l’usure de la batterie avec le temps.

Je voudrais faire un petit point sur la capacité de la batterie. Comme les gyroroues fonctionnent majoritairement au lithium-ion, l’autonomie est directement liée à sa taille, et donc à son poids.

S’il est judicieux de compter un peu de marge, n’en faites pas trop. Inutile d’acheter une batterie avec une autonomie de 100 km si vous voulez juste aller au travail sur une distance de 20 km.

Le poids de la batterie pendant son utilisation, et le prix bien supérieur de la gyroroue pourraient bien être un handicap plus qu’un atout.

En revanche, comme toutes les batteries au lithium, il est conseillé de ne pas la faire descendre trop souvent en dessous des 20%. Sinon, la batterie s’use pas mal plus vite.

Le tout, vous l’aurez compris, c’est de trouver le bon équilibre. Si je peux vous donner un conseil, basez-vous sur le calcul suivant.

Le trajet que vous comptez faire le plus souvent est de 12 km. Admettons que c’est au travail, et que vous pourrez brancher votre gyroroue toute la journée : on ne compte donc pas le retour.

Pour trouver l’autonomie réelle dont vous avez besoin, multipliez cette donnée par 1,5. Ça vous permettra de couvrir des petites courses sur le chemin ou un détour inattendu sans entamer les 20% de batterie.

On atteint donc 18 km requis d’autonomie réelle. Pour obtenir une estimation optimiste de l’écart entre l’autonomie réelle et celle affichée par le vendeur, le mieux, c’est de compter un tiers de marge.

De fait, pour un trajet de 12 km, avec une marge confortable, cherchez une batterie dont l’autonomie affichée atteint les 30 km.

Et je parle ici d’autonomie en km et non pas en Wh parce que, vous l’aurez compris, le calcul va changer d’une roue à l’autre selon son poids, son ergonomie et la puissance de son moteur.

La portabilité

Contrairement à un vélo, vous allez devoir transporter votre gyroroue avec vous. Si vous avez bien choisi votre modèle, ce sera un vrai plaisir.

Je vous laisse imaginer : vous roulez jusqu’à la gare en gyroroue, vous vous arrêtez sur le quai et d’un seul geste, vous entrez dans le wagon sans difficultés.

Ça, c’est si vous avez choisi une gyroroue de moins de 20 kg. Sinon, vous avez intérêt à avoir les muscles qu’il faut.

Plusieurs constructeurs comme Gotway ont tâché de vous rendre la vie plus facile en introduisant, par exemple, une poignée télescopique dans le design de leur modèle. C’est chouette, certes.

Mais de manière générale, choisissez toujours une gyroroue que vous seriez capable de porter sur une longue distance sans difficulté.

Il en va de même pour sa taille, d’ailleurs, puisque, idéalement, vous pourriez la glisser dans votre sac à dos. Attention, je ne fais que donner mon avis. Mais un véhicule pratique doit aussi l’être à l’arrêt !

De fait, vous l’aurez deviné, j’ai un petit penchant sur les modèles 14”. Certes, l’apprentissage est un peu plus épineux, mais comme la roue est plus légère, elle a aussi besoin de moins de batterie pour tenir longtemps.

L’un dans l’autre, c’est souvent là que j’ai trouvé mon bonheur. Vous l’avez vu dans ce comparatif, l’écart de prix entre 14 et 16”, facilement explicable par les points que je viens de mentionner, peut être prohibitif.

La taille des pédales

C’est un point dont on parle trop peu, mais il est important pour le confort et la sécurité de votre utilisation.

Quand vous choisissez votre gyroroue, faites en sorte que les pédales couvrent au moins 70% du pieds – c’est la règle d’or établie par les professionnels.

Ça vaut pour la largeur et pour la longueur !

On peut aussi jeter un œil à la hauteur des pédales. Je n’en ai pas parlé tout au long du comparatif parce que je me suis assuré que les pédales étaient à une hauteur d’au moins 13 cm.

Pourquoi ? Parce que quand vous prenez des virages, en-dessous de 10 cm, il y a un risque beaucoup trop important de frotter par terre – et de tomber.

La vitesse de pointe

Ce point-là ne s’adresse, en réalité, qu’à ceux qui veulent aussi utiliser leur gyroroue hors de la chaussée.

Pour les autres, je rappelle que la vitesse est généralement bridée en sortie d’usine à 25 km/h, et pour une bonne raison. C’est la vitesse limite sur les pistes cyclables.

Sur les trottoirs, vous êtes censé rouler à 6 km/h.

Certains modèles offrent la possibilité de modifier le bridage via une application mobile et d’établir la vôtre. C’est le cas de l’immense majorité des modèles qui disposent d’un couplage Bluetooth.

Les vendeurs ont tendance à beaucoup mettre cette donnée en avant : en réalité elle est plutôt anecdotique.

Avec une puissance moteur de 600 W, pour une gyroroue de moins de 15 kg, vous atteindrez les 20 km/h sans difficulté. Et c’est amplement suffisant pour profiter des sensations de vitesse et se rendre plus vite à destination !

Au-delà, je ne peux que conseiller de ne débrider la vitesse que très progressivement pour les débutants : il y a une phase d’apprentissage qu’il ne faut pas éluder.

La puissance moteur

De manière générale, la puissance moteur va être une bonne indication de deux facteurs importants.   

La première, c’est bien sûr la vitesse de pointe, que j’ai déjà abordée. La seconde, c’est la possibilité pour la gyroroue de monter des côtes plus ou moins pentues.

Cette donnée est généralement donnée sur la fiche technique et varie entre 15 et 30 degrés.

Pour une ville comme Paris ou Lyon, qui sont majoritairement plates, une puissance de 600W devrait être suffisante.

Pour des villes plus en relief comme Marseille, pour ne pas perdre trop de vitesse dans les montées, on préfèrera une puissance autour des 1000W.

Le design

J’ai gardé ça pour les derniers points, parce que ce n’est pas le plus important. Mais ça ne veut pas dire que ça ne l’est pas pour vous !

Bien sûr, je peux difficilement parler des goûts et des couleurs, mais je peux pointer que certaines marques ont mis l’accent sur la customisation des éclairages et des coques.

C’est le cas de Ninebot notamment. De mon point de vue, ce critère ne doit pas se trouver trop haut sur votre liste des priorités, mais ça valait le coup d’être mentionné.

La connectivité

Le dernier point dont je vais parler, c’est la possibilité de coupler sa gyroroue avec son téléphone via Bluetooth.

Et si j’ai attendu tout ce temps pour le mentionner, c’est que c’est censé être un simple gadget. Certaines gyroroues vous permettront de mettre de la musique, de contrôler l’éclairage ou la couleur, et enfin de définir une vitesse limite.

Mais j’ai remarqué un phénomène dérangeant. Beaucoup de constructeurs utilisent la connectivité comme un palliatif à de gros problèmes de design.

Je vais donc plutôt parler de ce que la connectivité ne doit pas remplacer : une jauge d’énergie lumineuse et visible à tout moment quand on se tient sur la gyroroue, une fonction marche-arrêt intelligente – comme celle de InMotion – et un contrôle manuel des phares.

C’est rarement le cas, malheureusement, mais je voulais vous donner cette indication en guise de clôture. Quand vous serez sur votre gyroroue, vous n’allez pas pouvoir la contrôler facilement depuis votre téléphone.

La règle d’or, c’est que le physique vaut mieux que le numérique, tant pour les commandes que pour les indicateurs.

À propos de l'auteur

Nicolas Orengo

Passionné par les nouvelles technologies, le logiciel libre et la politique du net, je suis toujours à la recherche des innovations qui vont améliorer et libérer notre expérience d'utilisateur.
Je suis convaincu que les nouveaux matériaux et logiques d'utilisation peuvent nous permettre de construire un monde de l'informatique durable et indépendant, au niveau du hardware comme du software.

Laisser un commentaire

>