Divertissement

Les 8 (vraies) Meilleures Consoles de Jeu 2019 – Comparatif Complet

Publié le 10 mars 2019

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 8 meilleures consoles de jeu parmi plus d’une dizaine de modèles disponibles pour le moment.

Si je possède déjà à l’heure actuelle à la fois une console portable (New 3DS XL) et une de salon (PS4 Slim), rien ne m’empêche de jeter un petit coup d’oeil à ce qui se fait de mieux en la matière… Et je dois bien avouer que mon coeur balance entre le rétro et la next gen : la PlayStation 4 Pro me fait envie, mais ça, ça sera quand j’aurai l’écran idéal pour pouvoir bénéficier pleinement de ses performances ! Pour ce qui est de la SNES Classic Mini, ma carte bleue est déjà sortie !

Vous trouverez aussi à la fin de cet article un guide d’achat pour vous aider, si possible, à faire votre choix pour votre première (ou prochaine) console de jeu, que ce soit pour jouer en famille, en couple ou entre amis.

Meilleur pas cherMeilleur milieu de gammeMeilleur haut de gamme
SNES Classic MiniPlayStation 4 SlimMicrosoft Xbox One X
SNES Classic MiniPlayStation 4 SlimMicrosoft Xbox One X
Voir sur Fnac Voir sur Amazon Voir sur Fnac

Les meilleures consoles de jeu pas chères

Quand on voit le prix, souvent exorbitant, des consoles de jeu, on désespère souvent de trouver une pour un budget assez raisonnable… Bon, autant vous le dire, celles que je vous ai dégotées sont bien pour initier les enfants, peut-être moins si vous êtes en quête de sensations !

SNES Classic Mini : la meilleure pas chère

SNES Classic Mini

Prix
Avantages
Affichage en 60 hz
Possibilité de sauvegarder à tout moment
Installation très simple
21 jeux incroyables
Inconvénients
Câble de la manette encore trop court
Versions anglaise uniquement

Vous préférez de loin la SNES à la NES ? Hé bien vous serez ravis d’apprendre qu’elle a eu droit, elle aussi, à une version mini !

La SNES Classic Mini, c’est le design de la SNES originale,sortie en 1992, mais en version compacte ; elle adopte le même design général, avec les couleurs emblématiques, les mêmes boutons Start et Reset, la même manette (youpi !) et le port cartouche (qui est là pour faire joli, puisque les jeux sont stockés dans la mémoire de la console).

Tout comme sur la NES Mini, on déplore, que le câble de la manette soit aussi trop court, même s’il semble que Nintendo ait entendu les critiques faites sur la NES Mini à cet égard : le câble de la manette mesure 1,5 m, ce qui permet de pouvoir jouer à distance (bien que petite) de la TV.

À l’avant, le bouton « Power » permet de mettre la petite console sous tension et la touche « Reset » est désormais utilisée pour accéder à l’interface de navigation. Le problème se pose tout de suite : on doit se lever à chaque fois, si on veut changer de jeu ou sauvegarder (ce que l’on peut faire à tout moment, contrairement à autrefois)…Nintendo ayant déjà apporté une amélioration au niveau des manettes, on aurait pu s’attendre à ce qu’ils prévoient aussi un petit bouton pour la sauvegarde directement sur la manette… Allez, la prochaine c’est la bonne !

On dispose fort heureusement de tout pour la faire fonctionner : un câble micro-USB pour l’alimentation pour la brancher sur le port USB de votre TV et un câble HDMI. L’installation est rapide, nette, précise ; bref, on peut passer plus de temps à jouer qu’à installer (et sur une console rétro, il vaut mieux !).

Pour l’affichage, on a le choix entre plusieurs filtres (dont un cathodique qui semble lisser les pixels, les rendant plus agréables à l’oeil) et cadres. L’immersion dans les années 90, en 60 hz (16 bit !), peut commencer !

Son atout ? Le mode Replay, qui enregistre la partie toutes les 45 secondes : idéal pour revenir juste avant un boss qui nous met une raclée et faire un peu de level-up !

Mais ce qui intéresse surtout, ce sont les jeux inclus dans la mémoire de cette petite console rétro… Ici, on a droit à 21 titres, ce qui peut paraître peu par rapport à ce que la NES Mini proposait (30 jeux)…mais tous présentés dans leur version anglaise. Ça ne gênera sûrement pas les gamers adultes (qui en ont vu d’autres depuis), mais je trouve ça dommage quand même de ne pas avoir droit à la version française quand celle-ci existe…y compris sur la console originale !

Mais la liste de jeux a de quoi me faire changer d’avis, je sautille de joie en voyant les titres : Donkey Kong Country, Starfox (1 et 2), Super Mario Kart, Zelda, Final Fantasy III, Yoshi’s Island, Castlevania IV, Megaman X, Street Fighter II Turbo, Secret of Mana et Contra III.

Franchement, je suis aux anges ! Les jeux semblent avoir bien vieilli dans leur ensemble, ce qui garantit des heures interminables de jeu (et donc quelques nuits blanches).

Je préfère de loin cette console rétro à la NES, par ses jeux (qui sont parmi mes favoris) et par son câble d’alimentation suffisamment long. Bon, tout n’est pas parfait, mais pour une console rétro, je la trouve d’enfer !

NES Classic Mini : une édition mini plutôt réussie

NES Classic Mini

Prix
54,90 €
Avantages
Prix abordable
Possibilité de sauvegarder à tout moment
Installation très simple
30 jeux de qualité
Inconvénients
Câble de la manette trop court
Impossibilité d'ajouter des jeux

Vous êtes un grand nostalgique de la NES et avez perdu la vôtre dans le dernier déménagement ? Pas de panique, une version mini est sortie il y a peu (bon, quelques années quand même).

La NES Classic Mini, c’est le design de la NES originale, mais en version compacte ; elle adopte les mêmes codes couleurs, les mêmes emplacements de boutons, la même manette et le port cartouche (qui est là pour faire joli, puisque les jeux sont stockés dans la mémoire de la console). On déplore, par contre, que le câble de la manette soit aussi court (75 cm seulement, contre plus de 2m à l’origine) : nous voilà obligés de jouer le nez collé à l’écran !

Comme confort, on a vu mieux…et je jouais assise sur le tapis, en tailleur, alors c’est vous dire !

À l’avant, le bouton « Power » permet de mettre la petite console sous tension et la touche « Reset » est désormais utilisée pour accéder à l’interface de navigation. Le problème se pose tout de suite : on doit se lever à chaque fois, si on veut changer de jeu ou sauvegarder (ce que l’on peut faire à tout moment, contrairement à autrefois)…

On dispose aussi de tout pour la faire fonctionner : un câble micro-USB pour l’alimentation pour la brancher sur le port USB de votre TV (pensez à acheter un adaptateur secteur) et un câble HDMI. On a aussi deux ports pour y brancher les manettes, mais celles-ci sont dotées d’un port propriétaire…donc impossible d’utiliser un pad en USB.

Pour ce qui est des jeux et de l’interface, c’est assez critiquable. Pourquoi? Hé bien tout simplement parce que nos téléviseurs d’aujourd’hui sont beaucoup plus évolués que ceux de l’époque…si bien que l’affichage avec filtre cathodique, qui fait très années 80, rend les 8 bits assez baveux sur un grand écran.

Les jeux enregistrés sur la console sont au nombre de 30, donc énormément de jeux cultes, comme les Super Mario, Kirby’s Adventure ou Castlevania. Pour ma part, je trouve un peu dommage que les manuels des jeux n’aient pas été imprimés en livret “collector” et fournis avec la console : ils ne sont disponibles qu’au format PDF.

Et puis ? C’est tout, vous avez droit à 30 jeux, point. C’est un peu radin, surtout que de nombreux jeux sont disponibles sur le magasin “Console Virtuelle” du Nintendo Store…

Bref, une petite console qui s’avère très bien pour les nostalgiques peu gourmands en jeu ou pour initier des enfants aux consoles rétro…ou pour ajouter à sa collection de consoles !

Nintendo 2DS XL : une New 3DS XL…sans la 3D !

Nintendo 2DS XL

Prix
131,59 €
Avantages
Prix relativement abordable
Bonne ergonomie
Compacte
Couleurs vives
Inconvénients
Son médiocre
Qualité d’image revue à la baisse
Charnière fragile

J’ai toujours eu la chance de posséder à la fois une console de salon et une console portable. Et Nintendo, de ce point de vue, se démarque de ses concurrents !

Après la DS, la célèbre marque nippone nous proposait, il y a quelques années, un modèle révolutionnaire : la 3DS. Comme son nom l’indique, la console recourait à la technologie 3D, qui a été retravaillée notamment dans la version New 3DS. Mais pour ceux qui n’avaient pas “accroché” à la 3D (comme moi, qui coupe constamment cette fonction), il existe une version qui comprend tous les avantages et performances de la 3DS, mais sans la 3D : la 2DS était née.

Je vous la propose ici dans sa nouvelle version et en taille XL : on reprochait notamment à l’ancienne 2DS de faire plus “jouet” que console, avec son écran minuscule. Le problème est désormais réglé !

Côté design, on a clairement mixé la 3DS avec la 2DS : clapet (attention, les charnières sont moins solides que sur la 3DS apparemment !), grands écrans (l’un tactile, l’autre LCD, de 4,88 pouces), tout ce qu’il faut en mémoire (4 Go disponibles, mais possibilité de changer la carte MicroSDHC par la suite), le D-pad, les touches Home, Démarrer, Select, l’appareil photo à deux caméras (de 0,3 mégapixels), micro, possibilité de reconnaître des Amiibos…

La différence ? Les couleurs vives proposées : orange et blanc, turquoise et noir. Son ergonomie a aussi été revue à la hausse, assurant par là une excellente prise en main ;  en prime, plus besoin de démonter le capot pour atteindre la MicroSD, car celle-ci est accessible directement (et ça, c’est plus que bien, merci Nintendo !).

Si sur le papier, côté performances, elle me fait un peu de l’oeil pour remplacer ma New 3DS (le jour où elle m’abandonnera lâchement en pleine partie), les couleurs ne me plaisent, mais alors pas du tout ! Je me tournerai alors plus vite vers une édition limitée que vers les couleurs basiques, c’est clair (la version Pokéball surtout, dont le prix est fameusement redescendu depuis son lancement).

On dispose aussi d’une sortie casque, ce qui permet de jouer en totale immersion si besoin (ou de passer une soirée tranquille, pour les parents, sans entendre tout le jeu à longueur de soirée). Il est également possible de se connecter au Wi-Fi, que ce soit pour télécharger un jeu sur le Nintendo Store, mettre à jour la console ou communiquer avec ses amis (et jouer avec eux en ligne !).

Par contre, pas de Bluetooth…j’avoue que ça m’aurait bien plu, notamment pour appairer une paire d’écouteurs intra-auriculaires ou un casque sans fil et pouvoir ainsi jouer plus facilement, sans avoir le cordon entre moi et l’écran (même si le son n’est pas terrible…).

Ce qui me déçoit, à l’heure d’écrire ces lignes, ce sont plusieurs choses : son autonomie, pourtant annoncée meilleure que celle de la 3DS, le son (qui n’a jamais été extraordinaire) et l’image de l’écran supérieur.

Pour la première, je tourne, sur la New 3DS XL, à presque 7h d’autonomie, alors que la News 2DS XL atteint plus les 5h30…Mouais, pas convaincue donc pour cette console pourtant un rien plus compacte et moins sujette à la chauffe que les autres consoles de la marque…

Pour la qualité d’image, par contre, on aurait pu espérer que celle-ci soit améliorée par rapport à celle affichée sur New 3DS…mais il n’en est rien, c’est même l’inverse ! Stop, Nintendo, ça vaut une carapace bleue ça !

Bon, la New 2DS XL, si elle souffre de défauts majeurs inhérents aux consoles portables Nintendo, n’en reste pas moins une très belle petite console. J’éviterais simplement de la confier à des enfants trop jeunes ou à des joueurs peu précautionneux (ou rageux) : la charnière de l’écran pourrait risquer (assez vite) de céder !

Les meilleures consoles de jeu de milieu de gamme

On arrive ici déjà sur des consoles d’un certain prix, mais cela reste encore relativement abordable. Les performances sont déjà bien, mais ce qui les caractérise le plus, c’est leur compacité : vous aurez la possibilité de les placer où vous voulez !

PlayStation 4 Slim : la meilleure de milieu de gamme

PlayStation 4 Slim

Prix
279,56 €
Avantages
Ne chauffe pas
Format compact
Bonnes performances
Consommation faible
Boutons physiques
Inconvénients
Un peu bruyante (bien que moins que la Fat)
Dispo en 500 Go seulement

Au grand dam de mes parents (qui m’ont pourtant mis une manette PlayStation dans les mains à mes 7 ans), je n’ai jamais décroché des jeux vidéo…et des consoles de salon de Sony !  Désolé, p’pa, on est passionné ou on ne l’est pas !

On le sait, Sony nous propose, systématiquement, pour chacune de ses consoles de salon, une version plus “compacte”, la slim. J’ai opté pour ce modèle, plutôt que pour la Fat (que je n’aurais jamais su rentrer dans mon meuble de salon, vu l’épaisseur du monstre…), tout simplement car j’en ai eu l’opportunité…

Qu’en est-il alors ? Je vous livre ici mon expérience, couplée avec celles d’autres spécialistes (gamers compris oui, oui !), sur cette console de Sony !

Comme je l’ai dit, la Slim est moins imposante que la Fat : la PS4 Slim mesure ainsi 10 mm de moins en largeur, 17 mm de moins en profondeur et s’affine de 14 mm, pour des dimensions totales de 265 x 288 x 39 mm. La console perd également 700 grammes (2,1 kg), ce qui permet de la rendre un rien plus discrète dans le salon…

Et la coque mate participe grandement à cette prouesse, sans compter, il faut le dire, qu’on voit beaucoup moins la poussière que sur une coque brillante ! Pour ceux que cette sobriété fait frémir, sachez qu’il est possible de personnaliser la coque en question avec des stickers…ou d’opter pour une édition limitée de la PS4 (un gros coup de coeur pour l’édition Kingdom Hearts 3 en ce qui me concerne !).

Les boutons d’éjection et d’allumage, présents sur le devant, sont physiques ; on retrouve aussi, bien sûr, la connectique (2 USB 3.1, un HDMI compatible HDR) et l’orifice du lecteur Blu-ray (de type mange-disque, mais malheureusement pas UHD) dans la “rainure” qui fait tout le tour de la console et qui la rend si élégante. Certains pourront déplorer l’absence de sortie optique, pourtant présente sur des modèles plus anciens de chez Sony…

On dispose aussi, si besoin du Bluetooth 4.0 (contre 2.1) et du Wi-Fi à 5 GHz (a/b/g/n/ac, contre b/g/n seulement sur la 1re PS4). L’alimentation est intégrée et se connecte au secteur via un cordon à prise 2 broches.

Et autre point important pour moi (outre les performances bien sûr) : la consommation, qui passe à 165 W (contre 250 W sur l’autre version). Bref, elle ne consomme rien une fois éteinte, presque rien en mode veille et raisonnablement lorsqu’elle est allumée : une justification de plus pour la garder à la maison !

Si vous souhaitez changer le disque dur (oui, je suis d’accord 500 Go, c’est un peu juste), c’est possible, car la console est facilement démontable, chose qui facilite aussi son entretien. Pour ma part, je place ma console dans un meuble ouvert, ce qui permet de la protéger de la poussière tout en lui gardant un peu d’espace pour la ventilation.

Par contre, côté performances, la PS4 Slim n’a rien gagné par rapport à la Fat. Si vous cherchez des jeux plus fluides et plus précis graphiquement, je vous conseille plutôt de vous tourner vers la PS4 Pro, qui est incomparable à ce niveau…chez Sony du moins (je reconnais que la Xbox One X se défend très bien et sors ex aequo avec la Pro).  

 

Elle est aussi moins bruyante que la Fat, mais n’est pas non plus totalement discrète, surtout sur des jeux exigeants tels qu’Horizon Zero Dawn…(je suis assez sensible au bruit, donc j’y prête plus vite attention). Mais bon, c’est déjà une très belle amélioration, je chicane un peu !

Pour ce qui est de la manette, celle proposée d’office reste celle que je préfère. Pour en savoir plus, je vous invite à lire le comparatif que j’ai dédié aux meilleures manettes pour PS4, où je la décris en long, en large et en travers.

J’ai craqué pour la PS4 Slim il y a quelques années déjà et en suis très satisfaite, comme beaucoup d’autres joueurs, mais il faut dire que je ne dirais pas non à la Pro, qui me fait de plus en plus de l’oeil (que je décris plus loin dans ce comparatif). Pour des parents qui ne savent pas quoi offrir à leurs enfants, cette console est bien pour commencer et “se faire la main”.

Microsoft Xbox One S : une Xbox qui se défend très bien

Microsoft Xbox One S

Prix
227,99 €
Avantages
Compatibilité HDR (Blu-ray et jeux)
Super silencieuse
Manette Bluetooth compatible PC
Un rien plus performante que la Xbox One
Inconvénients
Pas de batterie intégrée à la manette
Adaptateur à acheter pour utiliser le Kinect

Je vais vous faire une confession : je n’ai jamais adhéré à la Xbox, non pas en raison de ses performances, qui valent largement celles de Sony (et les dépassent dans certains cas), mais plutôt de l’interface utilisateur (non, je ne suis pas fan de Microsoft) et de sa manette, à laquelle je n’ai jamais pu me faire…

Mais quand je vois la Xbox One S, j’avoue être tentée… Son design, déjà, est super élégant : le blanc, c’est juste très classe ! Bon, je serais curieuse de voir si elle le reste sur le long terme, mais quand on est des gamers soigneux, le problème ne se pose pas !

On est ici sur une console de salon compacte ( 29,5 x 23 x 6,2 cm) dotée d’un port USB en façade, d’un lecteur Blu-ray UHD, d’une alimentation intégrée (au contraire de la première Xbox, qui proposait un bloc externe), d’une entrée/sortie HDMI, de deux ports USB 3.0, d’un port Ethernet, d’une sortie audio numérique optique (S/PDIF), d’une sortie infrarouge et d’un port antivol Kensington…mais le port Kinect, lui, a clairement disparu. Ah bon ?

Bon, si vous voulez connecter la caméra Kinect, sachez qu’il faut employer l’adaptateur Kinect pour Xbox One S, qui n’est pas compris… mais bien disponible séparément au prix de 50 €.

Jusque là, rien à dire, elle est pas mal. Mais apparemment, le vrai changement se fait au niveau de la manette : le plastique de l’arrière a été micro-perforé, afin de permettre une meilleure prise en main ; les joysticks sont plus résistants (important pour de grands joueurs !) ; Microsoft a même intégré une sortie casque et un module Bluetooth (youpi, le sans fil est disponible avec un PC) !

Bon, le Bluetooth, c’est bien, mais il semblerait que cela ne soit applicable qu’à une seule manette et moyennant l’installation de l’Anniversary Update de Windows 10… Les autres manettes devront elles être connectées par un câble USB et fonctionnent toujours sur piles AA. On pourrait se dire que prévoir une batterie interne serait un défi qui motiverait Microsoft…hé bien non ! Dommage !

En outre, la console consomme moins, en général, en raison de sa finesse de gravure de 16 nanomètres. La différence entre la Xbox One et la One S est de 40% (et c’est pareil en UHD et FullHD).

Et en prime, elle est silencieuse, autre critère de choix pour une console de salon. C’est simple, on ne l’entend pas dans la pièce. Moi qui suis habituée à un léger bruit de fond avec ma PS4 Slim, j’avoue que la Xbox One S me tenterait, rien que pour ça !

Les jeux, même en HD, tournent bien; heureusement, sinon elle redescendrait dans mon estime !

Nintendo Switch : l’hybride qui fait sensation

Nintendo Switch

Prix
Dès 292,00 €
Avantages
Hybride
Belle conception générale
Catalogue de jeux plus fourni qu’à sa sortie
JoyCon sympa et bien conçus
Inconvénients
Sortie jack trop faible
Jeu en ligne payant
Prix trop élevé

Il faut dire que la précédente console de salon de la marque nippone, la Wii U, n’a pas rencontré le succès escompté…on peut même dire qu’elle s’est bien plantée ! Nintendo a tenté du coup, il y a quelques années, un pari risqué : un console à la fois portable ET de salon (en mode table ou TV).

Le concept, il faut le dire, est intéressant : qui n’a jamais ressenti de la frustration au moment de couper sa console de salon, pour aller prendre le bus ou le train ?  Sur le papier, ça sonne bien, mais en pratique, ça donne quoi ?

Au niveau technique, la Switch se présente avec un écran tactile IPS de 6,2 pouces (qui affiche une définition de 1 280 x 720 pixels), un SoC Nvidia, 4 Go de mémoire vive en LPDDR4, 32 Go de stockage en eMMC et une batterie lithium-ion de 4 310 mAh.

Bon, question design, c’est assez “commun”, mais c’est bien conçu. Sans les JoyCon, elle ne pèse que 300 g et ne mesure que 17,3 x 10 x 1,4 cm, ce qui permet de facilement la mettre dans un sac (en la plaçant dans une housse de transport avant bien sûr).  Il aurait été possible, je pense, d’augmenter la surface de l’écran en rognant un peu plus sur les bords et de la doter d’une béquille plus solide pour son mode table (pour le moment, je doute qu’elle tienne vraiment longtemps…).

Les boutons d’allumage, de veille et de volume sont placés sur le dessus de la console, donc accessibles à tout moment. Et autre point surprenant, la console comprend un système d’évacuation de l’air chaud, qui s’avère assez discret !

Il est bon de savoir que l’autonomie de la console en mode portable dépend grandement des jeux qui tournent dessus. Je m’explique. Pour un jeu très gourmand (comme The Legend of Zelda : Breath of the Wild), comptez 3h seulement ; pour d’autres cela peut aller jusqu’à 6h… Ça reste dans le raisonnable, mais ça déçoit un peu, surtout quand on sait que les autres consoles portables de la marque proposent déjà la même autonomie… Fort heureusement qu’elle consomme peu, avec seulement 19 W (contre 7 en veille) !

Elle s’accompagne des fameux « Joy-Con », deux petites manettes détachables qui peuvent s’utiliser de 3 façons : se fixer de chaque côté de la Switch, s’utiliser comme pads indépendants ou être insérés dans le Joy-Con Grip pour l’utilisation dans le salon, lorsque la machine est connectée à son dock (doté de ports USB-C, USB-A et HDMI). Chaque Joy-Con est doté d’une batterie de 525 mAh qui vous offre une autonomie de 20 h plus ou moins (enfin, ça, c’est ce que dit Nintendo).

Ils sont, dans l’ensemble, assez bien construits et s’avèrent plutôt confortables, même pour de longues sessions de jeu. Attention tout de même : le pouce est mis à rude épreuve par les boutons de la croix directionnelle…

Certains utilisateurs ont également remarqué, sur certaines séries de JoyCon, que l’un des deux finit par “devenir fou” ou à se déconnecter de manière impromptue ; prenez garde et renvoyez vos JoyCon en cas de problème !

Au niveau image, c’est clair, on n’est pas au même niveau que celle proposée sur PS4 et Xbox One, mais le rendu est tout de même pas mal : on reste quand même sur de la HD, en version TV ! Et la transition entre la version “portable” et la TV est parfaite, on ne note pas de temps de latence trop important.

Mais la plus grosse déception, c’est au niveau audio. On faisait déjà le reproche à ses consoles portables, il aurait été avisé d’en tenir compte aussi pour sa console hybride ! Si vous voulez profiter directement de la bande son extraordinaire de Breath of the Wild dans vos oreilles, investissez dans un casque filaire avec isolation sonore.

Bon, pour ce qui est de l’interface, les habitués de Nintendo ne seront pas dépaysés : on retrouve un beau menu avec icônes une fois l’installation (très rapide et enfantine) terminée et le profil utilisateur sélectionné. Tout est à portée de doigts, j’aime beaucoup !  

Mais, si le catalogue de jeu s’est clairement étoffé depuis sa sortie (on parle d’une collaboration avec Microsoft d’ailleurs pour faire tourner certains jeux Xbox – à voir), la console ne propose rien d’autre que les jeux : pas de possibilités, comme sur PS4 ou Xbox, d’utiliser d’autres applications multimédia… Dommage !

Vous pouvez jouer en ligne, mais là aussi, c’est plus limité, sans compter que Nintendo a décidé, lui aussi, de se mettre à la page en proposant un jeu online payant… À espérer que l’on aura droit, comme sur ses concurrentes de salon, à un catalogue de jeux gratuits…

Malgré tout, même dotée de si beaux atouts, la Switch est à mes yeux encore bien trop chère pour ce qu’elle propose, aussi bien au niveau des jeux que de ses performances. Bref, une console de salon intéressante, mais en deçà de ses concurrentes, mais une console portable exceptionnelle…et hors de prix.

Les meilleures consoles de jeu haut de gamme

Là, on a le meilleur en la matière, avec des consoles puissantes, silencieuses et dotées d’une résolution d’image exceptionnelle. Mais qui dit performances haut de gamme, dit prix élevé (et je ne parle pas des abonnements, ça, ça dépend de vos habitudes, pas de la console).

Si vous êtes un joueur assidu, par contre, je vous conseille d’opter pour une de ces consoles ! Après tout, quand on aime, on ne compte pas !

Microsoft Xbox One X : la meilleure haut de gamme

Microsoft Xbox One X

Prix
Avantages
4K et HDR
Puissance incomparable
Lecteur Blu-ray Ultra HD intégré
Inconvénients
Batterie en option pour la manette
Bruyante
Gourmande en énergie

La Xbox One X, grande concurrente de la PS4 Pro, a été décrite comme la seule pouvant supporter véritablement la 4K. Si on la compare à la One S, qui la précède de peu, la puissance n’est clairement pas du même genre : on joue enfin dans la cour des grands !

Tout comme avec la Xbox One S, question design, on revient sur la couleur de la première Xbox, mais mate, ce qui évite non seulement de voir la poussière qui s’accumule dessus, mais aussi d’éviter les griffes. Pour le reste, elle ressemble à s’y méprendre à la One S ; je ne vais donc pas m’amuser à tout vous décrire une nouvelle fois ici.

Et bon point pour cette console : elle demeure assez compacte, avec des mesures proches de celle de la version S (soit 30 x 24 x 6 cm). Par contre…elle est lourde pour sa taille (presque 4 kg !). La raison : elle embarque une alimentation interne de 245 W.

La connectique est identique, sauf le port Kensington qui a purement et simplement disparu. On dispose donc d’une entrée et d’une sortie HDMI, de deux ports USB 3.0, d’un port Ethernet, d’une sortie audio numérique optique (S/PDIF) et d’une sortie infrarouge.

La Xbox One X est fournie avec la nouvelle manette Microsoft, mais rien de neux pour ceux qui avaient déjà la One S (c’est la même). Je regrette encore que malgré les fonctionnalités disponibles, on ne dispose toujours pas d’une batterie intégrée à la manette. Des piles, non mais franchement…

Je le disais en introduisant cette console : sa puissance a été revue à la hausse, avec un CPU boosté par 4, une prouesse qui permet d’afficher facilement la 4K et les jeux en Full HD, en toute fluidité. Personnellement, c’est cet aspect qui me convaincrait, peut-être à passer dans l’autre camp…mais j’avoue que la VR, exclusivité de Sony, me fait aussi un peu de l’oeil…

Comme la One S, la Xbox One X reprend le lecteur Blu-ray Ultra HD.  Si vous disposez d’un téléviseur d’au moins de 50 pouces, vous êtes certains de voir la différence ; sinon, je vous conseille de vous tourner vers la One S…ou d’acheter une nouvelle TV !

La Xbox One X, par contre, n’est pas des plus silencieuses : elle est même plus bruyante que la Xbox One S (et autant que la PS4 Pro). Elle est aussi assez gourmande en énergie (logique me direz-vous, vu sa puissance), avec 42 W pour l’interface d’accueil, 55 W en lecture Blu-ray (et 61 W pour un HD)., et entre 85 et 170 W en jeu, selon que vous jouez ou non à un jeu en 4K.

Bon, je dois avouer, si on met de côté sa consommation, la Xbox One X est de loin celle qui domine le marché. Si vous cherchez la console susceptible de faire tourner parfaitement vos jeux en 4K, c’est celle qu’il vous faut !

PlayStation 4 Pro : la meilleure bis

PlayStation 4 Pro

Prix
Dès 289,00 €
Avantages
4K et HDR
Plus puissante
Géniale pour jeux en VR
Élégante
Inconvénients
Pas de lecteur Blu-ray Ultra HD
Bruyante
Gourmande en énergie

La PS4 Pro a pris ce qu’il y a avait de meilleur chez ces soeurs, la PS4 d’origine et la PS4 Slim, afin de proposer ce qu’il y a de mieux aux joueurs. Bon, concrètement, est-ce qu’elle me convainc cette pro ?

Comme ma petite Slim, la PlayStation 4 Pro arbore une coque noir mat. C’est sobre, mais élégant : tout ce que j’aime !  On constate d’emblée l’étage supplémentaire, pour des dimensions qui se rapprochent de celles de la PS4 (32,7 x 29,5 x 5,5 cm), ce qui demande un peu plus de place dans le meuble TV.

Pour la pratique, elle est dotées de boutons physiques, comme sur la Slim, ainsi que de deux ports USB renfoncés (pas pratique quand on a une clé assez épaisse par contre…).
En connectique, on a le connecteur d’alimentation (format PC C13 mais à deux broches seulement), d’une sortie HDMI 2.0a, d’un port auxiliaire (pour la PlayStation Camera), d’une sortie audio numérique optique, d’un port USB 3.0 et d’un port Ethernet. La PlayStation 4 Pro compte aussi sur du Bluetooth 4.0 et du Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac sur les bandes des 2,4 et 5 GHz.

Elle peut consommer 77 W en jeu optimisé, et 10 en veille, soit plus que la console à son origine…Aïe ! Fort heureusement, pour les autres jeux, ça descend à une consommation similaire à celle de la Slim (86 W).

Si vous voulez changer de disque dur (qui est proposé ici à 1 To), histoire de stocker votre immense ludothèque, c’est possible grâce à la petite trappe présente sur la partie droite inférieure de la console.

Mais là où elle s’est nettement améliorée, c’est sur son processeur, qui a eu droit à un vrai coup de pep’s et sur sa carte graphique (plus du double en puissance par rapport à ses prédécesseurs) ! On peut donc profiter au maximum des graphismes des derniers jeux en date, notamment ceux qui tournent sous 4K : un vrai régal pour les yeux !

Pour les jeux non optimisés, sachez qu’ils tourneront comme sur PS4 et PS4 Slim. La raison ? Éviter les bugs qui pourraient apparaître lors de la “transition” entre le format d’origine du jeu et le format optimisé. En ce qui me concerne, je préfère que le jeu reste fluide et agréable en main que sublime graphiquement (avec mes verres de bouteille, ça me suffit).

En contrepartie, il vous faudra mettre à jour régulièrement vos jeux, sinon vous ne pourrez pas vraiment profiter de cette optimisation.

Parce que, franchement, on peut profiter de la console aussi bien en Full HD qu’en UHD (4K donc) ! Certains jeux vous proposent d’ailleurs de choisir la résolution, comme c’est le cas avec le dernier Tomb Raider (Rise of The Tomb Raider). Mais la claque, c’est sur Netflix, qui fonctionne en Ultra HD avec la compatibilité HDR et sur les jeux en VR (utilisables d’ailleurs que sur PS4 Pro)!

Attention toutefois à bien vérifier la compatibilité de votre téléviseur avec la console. En effet, il est parfois difficile de configurer le mode HDR sur la PS4 Pro. Toutes les marques de téléviseur semblent d’ailleurs touchées (Sony, LG, Philips, Samsung, etc.) : bon, avec une mise à jour (TV ou console), on arrivera sûrement à régler le problème. J’attends de voir ce que ça donnera de ce côté avant de me lancer…

Vous le savez maintenant, l’un de mes critères, outre la consommation et les performances, c’est le bruit lors du fonctionnement de la console. Et là, elle me déçoit, mais alors beaucoup : elle est aussi bruyante que le porte-avion qu’était la PS4 d’origine (même s’il semble que la dernière mise à jour atténue un peu cet aspect…).

Là où je reconnais la supériorité de Microsoft, c’est sur le lecteur…qui ne lit pas les Blu-ray UHD. Allez, Sony, du nerf !

Dans l’ensemble, cette console haut de gamme ne déçoit pas : graphismes, puissance, services… Mais on aurait pu espérer qu’elle intègre, comme sa concurrente directe la Xbox One X (ou S), un lecteur Blu-ray UHD. Allez, la prochaine c’est la bonne : vivement la PlayStation 5 !

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Promo PS4 Slim 500 Go F noir
Promo PS4 Pro 1 To G - noir

Comment choisir votre console de jeu ?

Pour ma part, vous l’aurez sûrement compris : j’ai une préférence pour les consoles Sony comme consoles de salon, même si je reconnais que les Xbox m’ont bien étonné, et pour les Nintendo en console portable (il faut dire qu’il ne reste pour ainsi dire plus qu’elles depuis que Sony a annoncé arrêter la PS Vita).

Mais si la question de la “meilleure” console divise très clairement les joueurs (et continuera à le faire), il n’en reste pas moins que, pour trouver celle qui vous convient le mieux, vous ne deviez réfléchir à certains points importants.

Le type de console

On détermine, à l’heure actuelle, deux types de console.

La console portable

Ce type de console, apparu dans les années 80’, a surtout été rendue populaire par Nintendo, qui lançait, en 1989, sa Game Boy. Il s’agit d’une console comprenant un écran, des touches de contrôle et des haut parleurs, le tout rendus le plus compact possible.

Dans ce cas précis, je vous conseille de regarder essentiellement l’autonomie et la qualité de construction de la console. Quitte à être mise dans votre sac, autant qu’elle soit pas réduite en charpie une fois mise entre vos classeurs et votre déjeuner !

Si c’est la qualité d’image et de son que vous recherchez, par contre, vous risquez d’être déçu : en bonne portable, elle a ses limites. Ne vous attendez donc pas à de l’UHD (4K non plus) !

La console de salon

La console de salon a envahi nos foyers dans les années 70 avec l’arrivée de l’Odyssey… Depuis le marché s’est considérablement étoffé !

Elle se caractérise par son branchement à la télévision et son recours à des manettes. Elle est également réputée pour sa puissance, qui lui permet de nos jours de pouvoir jouer à des jeux en 4K et autres hautes définitions !

L’usage

Votre choix doit avant tout se porter sur votre habitude de jeu : intensif, occasionnel, en famille, en solo, en multijoueur ?

Pour une utilisation en famille (ou à destination des plus jeunes), je conseille vivement de se tourner vers Nintendo, qui propose un catalogue fourni de jeux sympa, colorés et amusants à faire à plusieurs (comme Splatoon !).

Si vous souhaitez pouvoir jouer intensivement, à la maison, et profiter un maximum des beaux jeux (Assassin’s Creed, The Last of Us, etc.), optez plutôt pour une PS4 ou une Xbox. Les performances et les graphismes y seront nettement plus mis en valeur !

Pour ceux qui aimeraient, en dehors de la maison, pouvoir quand même jouer un peu (et sur autre chose qu’un smartphone), optez donc pour une console portable. Elle sera moins puissante certes, mais au moins vous saurez quoi faire pour passer le temps dans le train !

La qualité de conception

Jouer, c’est bien, mais sur une console qui tient la route, c’est mieux !

Quand on sait le budget à prévoir pour ce type d’achat, on est en droit de demander une certaine qualité dans les composants de la console, qu’ils soient intérieurs (ventilateur, carte graphique, SSD etc.) ou extérieurs (coque, visserie, manettes). C’est en règle générale le cas pour les consoles les plus populaires, même si certains petits défauts, propres à certaines consoles, sont à noter.

Et il est également possible, sur la plupart d’entre elles, de changer certains des composants tels que le disque dur.

L’entretien

Les problèmes les plus récurrents (outre les problèmes de connexion) sont dûs à l’encrassement de la console. Dans ce cas, veillez à vous munir d’une petite bombe à air comprimé, de pâte thermique (si nécessaire) et de vos outils pour démonter et donner un coup de frais à votre console.

Des tutos sont disponibles sur YouTube, n’hésitez pas à aller voir !

Le catalogue de jeux

Pour beaucoup, le choix d’une console ou d’une autre va dépendre des jeux proposés sur chacune d’elles. Pour ma part, je suis une grande fan de licences RPG détenues par Nintendo, mais j’apprécie aussi des jeux inédits sur d’autres (dont un certain Kingdom Hearts). Je suis donc plutôt chanceuse : j’ai vraiment le choix, que ce soit parmi les jeux physiques ou parmi les jeux en dématérialisé (ceux que l’on peut acheter sur la boutique en ligne).

Mais il est bon de savoir que tous les jeux ne se retrouvent pas sur toutes les consoles : c’est ce qu’on appelle des exclusivités. Pokémon, Zelda sont par exemple des exclus de chez NintendO, tandis que Uncharted et The Last of Us ne se trouvent que sur la PS4.

Si vous êtes fan d’une certaine licence, prenez garde à cette liste d’exclusivité !

La compatibilité

Le fait de pouvoir jouer à ses anciens jeux est un pur plaisir…malheureusement devenu bien rare ces dernières années avec l’apparition des nouvelles générations de console.

Si la Xbox propose, elle, de jouer à des jeux sortis sur ses consoles précédentes, ce n’est pas le cas de Sony… La PS4 ne peut en effet pas lire les jeux PS1, PS2 ou PS3 : ceux-ci ne sont accessibles (que pour certains titres et licences) qu’en version dématérialisée via le PS Now. Nintendo propose souvent une rétrocompatibilité, mais limitée à la génération antérieure : une New 3Ds pourra lire les jeux 3DS et les jeux DS, pas les jeux GBA (Game Boy Advance) ou GB (Game Boy)…

Si votre collection de jeux est concentrée sur plusieurs “générations” de console, c’est peut-être un point à considérer avant de porter votre choix vers l’une ou l’autre console.

Le multijoueur et le jeu en ligne

Toutes les consoles de nos jours disposent d’un accès en ligne, que ce soit pour jouer avec ses amis ou télécharger des jeux dématérialisés sur la boutique.

Mais jouer en solo, ce n’est pas fait pour tout le monde ou pour tous les types de jeu, alors autant se tourner vers le jeu en ligne ou le multijoueur en local.

Vous pouvez aussi, dans la plupart des cas, avoir un jeu qui est édité sur plusieurs plateformes. Pourtant, pour le moment, pas de vrai cross-plateforme : un joueur PS4, un joueur PC et un joueur Xbox, pour peu qu’ils possèdent tous une version du jeu, ne peuvent pas jouer ensemble en réseau. Mais on sait que c’est en projet.

Les options multimédia

La connectivité

Les consoles, désormais connectées en permanence au Wi-Fi, peuvent donc devenir de petites plateformes multimédia, où on peut regarder un film sur Netflix, des vidéos sur YouTube, publier sur Facebook ou effectuer une recherche sur le net. Les parents peuvent, bien entendu, imposer un contrôle parental pour éviter que leurs enfants ne jouent ou ne regardent des contenus qui ne leur sont pas destinés…

Si on compte aussi le lecteur disque, qui peut, selon la console, lire des DVD ou des Blu-Ray, on peut vraiment faire beaucoup plus que jouer avec sa console ! Et avec les nouvelles définitions disponibles, comme la 4K, la place de la console sera d’autant plus légitime (oui, elle est multitâches, autant en profiter pour gagner de la place !).

La VR

Si cela vous tente, il est possible, notamment sur PS4, de jouer en réalité virtuelle. En mettant un casque VR, vous pouvez être immergé totalement dans le jeu. C’est encore peu exploité cependant, donc à votre place, j’attendrais un peu (surtout que le prix des casques VR est assez élevé).

Le budget

Oui, une console de jeu, ça coûte cher, surtout sur la durée.

On a déjà l’achat de la console elle-même, qui peut varier de 200 à 500€ environ. Si on rajoute les accessoires, les jeux (dont le prix peut monter jusqu’à 80€ !), les abonnements pour jouer en ligne, c’est sûr, ce n’est pas très économique…

Pour autant que vous soyez un joueur raisonnable, passe encore, mais si vous êtes plutôt un assidu de la manette, prévoyez un budget assez important : vous serez toujours tenté d’acheter au moins quelque chose chaque mois (les sorties de jeux sont calculées en conséquence) ! Regardez votre bibliothèque (physique et démat’) et faites le compte pour voir…

En conclusion, quelle console de jeu choisir ?

Pour un usage purement familial, histoire d’animer un peu les dimanches pluvieux, je vous conseille de vous tourner vers la Nintendo Switch (ou la Wii U si vous craignez que vos enfants ne détruisent les JoyCons) ou la Nintendo 2DS XL, la petite portable que votre enfant pourra prendre partout.

Pour les gamers, tout dépendra de vos habitudes et de vos desiderata. Vous voulez des performances hors du commun, avec des graphismes sublimes, une jouabilité accrue ? Optez plutôt pour la PlayStation 4 Pro ou la Xbox One X, afin de profiter de la 4K (si vous avez la TV pour mettre en valeur). Si vous préférez plutôt une console compacte, un peu moins puissante, la Xbox One S et la PS4 slim vous suffiront amplement.

Si vous êtes du genre nostalgiques, les consoles rétro éditées ces dernières années, comme la NES Classic Mini ou la SNES Classic Mini, vous plairont certainement. Ce sera peut-être même l’occasion de faire connaître certains des jeux préférés de votre enfance à vos enfants !   

Mentions honorables

PlayStation Classic : la réédition de la première PlayStation n’a pas reçu le succès escompté. Outre la pauvreté de jeux présents (les cultes ne sont pas vraiment présents), elle souffre de sa qualité de conception. Franchement, Sony, elle méritait mieux !

New Nintendo 3DS XL : la New 3DS XL, que je possède encore, a malheureusement été détrônée par la New 2DS XL. La 3D n’a pas eu plus de succès, c’est dommage…mais elle n’en reste pas moins de qualité, surtout au niveau de son autonomie et de sa conception. Si vous la trouvez à bon prix, n’hésitez pas !

À propos de l'auteur

Delphine Christophe

Delphine est diplômée d'un master en traduction à l'université de Liège. Rédactrice et relectrice minutieuse, elle a été responsable de la production de contenu chez Selectos jusqu'en mars 2019. Ses sujets de prédilections étaient la cuisine et le divertissement, mais elle était également capable de dénicher les meilleurs produits de n'importe quelle autre catégorie.

Laisser un commentaire

>