Caméra et photo

Les 8 (vrais) Meilleurs Appareils Photo Hybrides 2019 – Comparatif

Mis à jour le 15 février 2019

Après plusieurs heures de recherches, j’ai établi mon comparatif des meilleurs appareils photo hybrides actuellement disponibles sur le marché.

Au terme de mon enquête, j’ai retenu 8 appareils, parmi lesquels ma préférence va au Panasonic Lumix GX9, qui présente une qualité d’image tout bonnement fantastique pour un prix somme toute très raisonnable.

À la fin de cet article, vous trouverez un guide d’achat pour vous permettre de déterminer le type d’appareil qui fera votre bonheur.

Meilleur pas cher
Sony ILCE-6000 Appareil Photo Numérique Hybride, Boitier Nu, Capteur APS-C, 24,3 Mpix, Autofocus Ultra-Rapide - Noir
Meilleur milieu de gamme
Panasonic Lumix G DC-GX9 Boîtier MILC 20,3 MP Live MOS 5184 x 3888 Pixels Noir - Appareils Photos numériques (20,3 MP, 5184 x 3888 Pixels, Live MOS, 4K Ultra HD, Écran Tactile, Noir)
Meilleur haut de gamme
Boîtier Nu Panasonic Lumix DC-G9
Sony A6000
Panasonic Lumix GX9
Panasonic Lumix G9
440,16 €
701,95 €
1 335,00 €
Meilleur pas cher
Sony ILCE-6000 Appareil Photo Numérique Hybride, Boitier Nu, Capteur APS-C, 24,3 Mpix, Autofocus Ultra-Rapide - Noir
Sony A6000
440,16 €
Meilleur milieu de gamme
Panasonic Lumix G DC-GX9 Boîtier MILC 20,3 MP Live MOS 5184 x 3888 Pixels Noir - Appareils Photos numériques (20,3 MP, 5184 x 3888 Pixels, Live MOS, 4K Ultra HD, Écran Tactile, Noir)
Panasonic Lumix GX9
701,95 €
Meilleur haut de gamme
Boîtier Nu Panasonic Lumix DC-G9
Panasonic Lumix G9
1 335,00 €

Les meilleurs appareils photo hybrides pas chers

Sous la barre des 500€, de nombreux appareils photo offrent une multitude de fonctionnalités, mais une qualité d’image parfois discutable.

Je me suis donc efforcée de prendre le problème à l’envers, sacrifiant certaines options dont l’on peut aisément se passer quand on ne pratique pas la photo de manière professionnelle, à l’image de l’écran tactile ou de la puce NFC. Je me suis essentiellement concentrée sur les processeurs graphiques et la qualité d’image, ainsi que sur la qualité générale de la gamme dont ces appareils sont issus.

Sony A6000 : le meilleur pas cher

Sony A6000

Prix
440,16 €
Avantages
Puce NFC
Très bonne qualité d'image
Processeur Bionz X très efficace
Autofocus très efficace
Companion App PlayMemories Camera complète et intuitive
Inconvénients
Écran non-tactile
Menu parfois fouillis
Mise sous tension un peu lente

La fluctuation du marché a parfois ça de bon : on peut dénicher, dans une gamme de prix que remplissent généralement les appareils d’entrée de gamme, des appareils qui ont beaucoup d’un expert, tout en bénéficiant d’une très appréciable baisse de prix. C’est le cas du Sony A6000 qui, bien qu’il date de 2014, reste parfaitement d’actualité.

Côté design, ceux qui connaissent la très réputée gamme NEX de Sony ne seront pas dépaysés. Le A6000 est très compact, même avec toutes les compétences qu’il embarque. Et malgré sa petite taille, sa poignée en caoutchouc bien marquée permet une bonne prise en main. C’est important pour les appareils photo hybrides si petits et légers qu’on est vite tenté de les tenir d’une seule main.

Si l’écran n’est pas tactile, il a l’avantage d’être orientable (environ 90° vers le haut et 45° vers le bas).

La prise en main est plutôt intuitive. On a deux barillets sur la droite : l’un pour la sélection de l’ouverture, de la vitesse et de la sensibilité et l’autre pour celle des divers menus.

Si les boutons sont limités, ils sont paramétrables pour accéder aux options que vous utilisez le plus. Et c’est plutôt bienvenu, car les menus et sous-menus sont riches… un peu trop riches, ou en tout cas pas comme il le faudrait ! En effet, ils manquent parfois de logique, et l’on se perd vite à rechercher l’une ou l’autre fonction alors qu’elle se trouve dans le menu suivant (boh fallait le deviner…).

Pour une plus grande rapidité de partage, le A6000 dispose d’une puce NFC et de la connectivité WiFi. Cela lui permet d’exporter ses photos vers l’application PlayMemories Camera de Sony, et d’accéder à une foule de fonctionnalités, comme le partage instantané vers certains réseaux sociaux. Les contrôles à distance sont compatibles avec la plupart des téléphones Android et iOS, ainsi qu’avec les tablettes, desquelles on peut notamment créer des Time Lapses. Plein d’options sympathiques, donc, qui viennent sauver l’âge relativement élevé de l’appareil avec de nouvelles fonctionnalités et mises à jour.

Le Sony A6000 est le premier hybride de Sony à associer son processeur Bionz X à un capteur embarquant sa dernière technologie d’autofocus hybride. Le capteur dispose de 179 points dédiés à la détection de phase et répartis sur 90 % du champ. Cette détection de phase est complétée par 25 collimateurs dédiés à la détection de contrastes. Au final, ça vous donne un autofocus très vif… Dommage qu’à côté de cela la mise sous tension soit un peu lente !

Le Bionz X est une puce qui a un avantage considérable dans le domaine de la réduction de bruit, notamment lorsqu’on prend des photos à une sensibilité ISO élevée. L’image reste parfaitement lisible, et surtout belle, jusqu’à 3200 ISO. Au-delà, il y a un gros risque d’apparition de bruit : certains détails de l’image obtiennent un effet un peu pictural et glacé.

La balance des blanc automatique est une autre grande force de la puce Bionz X. Elle permet de produire des couleurs très fidèles, même sous une lumière artificielle. Et si vous êtes tatillon, vous pouvez accéder aux paramètres spécifiques pour corriger le résultat.

L’autonomie, en usage via l’écran LCD, atteint environ 300 clichés. C’est dans la moyenne basse de cette tranche de prix. Elle est rechargeable via micro-USB. Si vous voulez l’utiliser plus longtemps, il existe un mode EVF (viseur électronique), moins gourmand.

Au final, le A6000 peut en surprendre plus d’un, parce que c’est un modèle qui date déjà un peu. Mais il était en avance sur son temps, déjà pour sa connectique – dont certains appareils plus récents ne sont pas équipés ! – et son processeur efficace. La chute de prix dont il a fait l’objet depuis 2017 en fait aujourd’hui un modèle extrêmement compétitif.

Canon EOS M100 : le plus compact

Canon EOS M100

Prix
388,94 €
Avantages
Compacité
Écran tactile et orientable
Bonne qualité d’image
Flash intégré
Inconvénients
Pas d’EVF
Pas de vidéo 4K

Un peu plus récent sur le marché (été 2017), le Canon EOS M100 est probablement le plus compact de tous les hybrides de la gamme Canon. Pour être tout à fait honnête, à première vue, j’avais même pensé qu’il s’agissait purement et simplement d’un appareil compact, et non d’un hybride.

Disponible également en noir et en gris, c’est en blanc qu’il remporte ma préférence, car je lui trouve un aspect très moderne et épuré dans cette couleur.

Sur le haut de l’appareil se trouvent une molette de réglage des modes (automatique, photo et vidéo), le bouton de mise sous tension, le bouton d’enregistrement et une molette de réglages au centre de laquelle se situe le déclencheur. Aucun défaut d’ergonomie ici, tout est facilement accessible sous les doigts. Par contre, je lui reproche de ne pas intégrer de poignée à grip, que l’on retrouve généralement sur les hybrides, et qui participe pleinement à leur prise en main et leur stabilité. On le voit, l’accent a été mis ici sur la portabilité.

Son écran 7,5 pouces est tactile et orientable à 90°. Vous pouvez y régler divers paramètres et, pour les débutants, découvrir le mode “Création assistée”, qui vous aide à comprendre le B.A.-BA des différents réglages.

Il fonctionne sous la technologie Dual AF, couplée au processeur Digic 7. Comme j’en parlais déjà dans mon article dédié aux appareils photo reflex, il s’agit d’un processeur graphique assez neuf, permettant de gérer dix fois plus d’informations que son prédécesseur, le Digic 6, et peut améliorer encore davantage la gestion du bruit.

Sa plage ISO s’étend ainsi de 100 à 25.600 ISO, mais le bruit apparaît à partir de 1.600 ISO (ce qui est donc moindre que le Sony).

Plutôt réactif en photo, il est par contre des plus classiques en vidéo, avec un enregistrement Full HD jusqu’à 50 ips. C’est un peu dommage qu’il n’intègre pas le 4K, vu sa venue plus récente sur le marché. Mais la qualité générale est là, avec de belles couleurs fidèles. Il est juste regrettable que l’appareil n’emporte qu’un système de stabilisation électronique, ce qui ne suffit pas toujours à compenser les mouvements de l’utilisateur.

Niveau connectique, il présente une connexion Bluetooth et WiFi, mais pas de NFC. C’est un peu dommage, mais vraiment pas indispensable selon moi, à moins de pratiquer la photo de manière professionnelle.

Au final, il s’agit d’un appareil photo hybride dont le fonctionnement est à l’image de son look : classique et minimaliste. Clairement, il est destiné au grand public, celui qui veut une belle qualité d’image et certains options d’ajustement, le tout pour un prix vraiment très doux.

Les meilleurs appareils photo hybrides de milieu de gamme

C’est dans cette gamme de prix plus élevée que l’on commence à avoir, combinée à la qualité d’image, un réelle liberté d’utilisateur.

J’ai sélectionné les modèles les plus compétitifs, qui flirtent parfois avec le semi-pro, sans oublier les options de partage et de paramétrage qui doivent rester intuitives et agréables pour le grand public et les débutants en photographie.

Panasonic Lumix GX9 : le meilleur milieu de gamme

Panasonic Lumix GX9

Prix
701,95 €
Avantages
Image de qualité
Excellent autofocus
Grand niveau de personnalisation
Flash intégré
Inconvénients
Autonomie moyenne
Connectique limitée
Pas de puce NFC

Si j’avais été séduite par le Lumix GX80 (n° 1 des ventes d’hybrides de la marque en 2017) le GX9, lui, m’a conquise ! Sorti début 2018, ce modèle a misé sur une large compatibilité avec des objectifs Panasonic, mais aussi Olympus et d’autres marques. Un de ses arguments principaux ? Une capture vidéo à 4K. Mais il y a plus…

Comment résumer le GX9 ? Ce sont les caractéristiques techniques du GX8 dans la forme compacte du GX80.

L’appareil photo a un revêtement texturé effet cuir, qui fait le tour de l’appareil. Les matériaux utilisés sont nobles et agréables au toucher : toutes les pièces sont en aluminium, y compris les molettes.

Il y a peu de boutons sur le GX9, dans la mesure où l’écran LCD situé à l’arrière est tactile. Celui-ci est orientable à environ 80°, pour une prise de vue plus confortable. Le viseur, lui, est orientable à 90°, ce qui est très appréciable niveau ergonomie.

Comme sur tous les Lumix, la molette supérieure permet d’accéder aux modes pré-paramétrés. Ceux qui sont habitués à ce design ne seront donc pas dépaysés. Les boutons au dos de l’appareil sont personnalisables.

Mais la nouveauté, c’est l’ajout d’un nouveau menu « Utilisateur », qui permet de regrouper tous les réglages personnalisés. Il est donc possible d’ajuster les réglages en quelques secondes pour ne pas rater sa photo.

On retrouve également l’EVF (youpie !) et un petit flash escamotable. Bref, c’est simple et efficace.

Niveau connectique, on a vu mieux, d’autant plus vu le jeune âge du modèle : on a une prise HDMI, une prise micro-USB et… c’est tout. Pas de prise casque ou micro.

Et s’il dispose du WiFi et du Bluetooth, l’absence de NFC est un impair dans cette tranche de prix. Par contre, cet appareil est compatible avec la companion app de Panasonic. Et là, tout y est, à peu de choses près : options de partage, de gestion des fichiers, de contrôle à distance, retour de l’écran, mais aussi de retouches rapides avant publication. Elle est fréquemment mise à jour, et c’est une des applications photo les mieux notées sur le Google Play Store, malgré l’intransigeance des utilisateurs.

On peut définir l’autofocus même en mode EVF, via l’écran tactile. Ce-dernier rend les éventuelles corrections très faciles, car la précision du tactile est suffisante pour définir du premier coup le sujet de votre cliché.

Sa mise au point est rapide et précise, et propose un très bon suivi du sujet, notamment grâce à la fonction de détection des visages.

En ce qui concerne la qualité d’image, elle est au rendez-vous, même dans les ISO les plus élevés. On peut ainsi aller sans aucun souci jusqu’à 3200 ISO, mais il est même possible de pousser jusqu’à 6400 sans presque détecter de bruit.

La colorimétrie est fidèle et équilibrée, avec un excellent rendu. Même en basse luminosité, le résultat reste satisfaisant.

Par contre, un des principaux défauts de ce modèles réside dans son autonomie : il tient environ 300 clichés, seulement. C’est un peu dommageable dans cette gamme de prix. Panasonic propose néanmoins, outre l’utilisation du EVF, un mode Éco, qui consiste à couper le viseur après quelques secondes, selon votre paramétrage. Cela peut vous faire économiser jusqu’à environ 450 clichés.

Compact, complet, pratique et malin : le Panasonic GX9 fait partie des meilleurs appareils photos hybrides milieu de gamme. La qualité d’image est fantastique, avec un niveau de détails que peu d’appareils parviennent à produire pour un prix si raisonnable.

Olympus OM-D E-M10 Mark III  : le rétro parfait pour les débutants

Olympus OM-D E-M10 Mark III

Prix
563,00 €
Avantages
Finitions soignées
EVF
Très belles images
Inconvénients
Autofocus perfectible en basse luminosité
Qualité d’image moindre que sur la version précédente

Le Mark II représentait déjà tout ce qu’un appareil photo hybride pouvait offrir : un capteur haute-qualité, une finition solide et agréable en main, des fonctionnalités ultra complètes avec beaucoup de libertés de réglages, de belles images et une superbe performance de compacité. D’ailleurs, puisqu’il est un peu moins cher que le Mark III, ça reste une version viable. Mais ce dernier offre quant à lui toutes les clés du succès de son prédécesseur, avec quelques petits plus.

Le Mark III parvient à être à la fois simple, classe, sobre et solide. Les matériaux utilisés sont d’une qualité surprenante pour ce prix. Il n’y a pas que l’aluminium : les parties métalliques sont en alliage de magnésium, reconnu pour sa durabilité. La prise en main est agréable, grâce au revêtement en similicuir antidérapant qui recouvre toute la partie inférieure de l’appareil photo.

Du Mark II, il conserve son look un peu rétro. Il est un peu moins compact que les appareils que je vous ai présentés en entrée de gamme, mais c’est qu’il s’autorise un large EVF intégré, de même qu’un flash.

À l’arrière, on retrouve le setup habituel des appareils Olympus – chaque marque a plus ou moins sa propre répartition de boutons. L’EVF n’a pas moins de 2Mpx, et s’utilise de concert avec un écran LCD de 3”, multitouch (pas entièrement tactile, donc).

S’il possède le WiFi, il n’y a pas non plus de puce NFC. Il se connecte à une companion app assez correcte, bien que limitée au partage et à la gestion des fichiers. L’édition des photos est restreinte à quelques filtres, qui ne sont pas trop mauvais, mais paraissent un peu légers pour un modèle aussi avancé. Cependant, elle est très bien conçue pour naviguer facilement dans les fichiers, ajouter un tag de géolocalisation, et directement partager ses clichés sur les réseaux sociaux.

L’autofocus est bien conçu : équipé d’une détection de visages et d’yeux, il réduit le nombre de photos ratées. Avec l’aide du processeur TruePic VIII – la dernière version du firmware Olympus -, il permet de délivrer une image nette dont le sujet est bien identifié en un temps record. Par contre, il pèche un peu en basse luminosité, ainsi que quand on utilise le zoom. Ce n’est pas fort gênant selon les utilisateurs, mais il vaut mieux le savoir.

Les 16 Mpx du capteur à l’intérieur du Mark III sont sensiblement similaires à ceux du Mark II. Mais le bruit y est moins correctement réduit, puisqu’il apparaît dès 800 ISO, contre 1600 pour le Mark II. Au-delà, la compensation logicielle se fait immanquablement sentir. En attendant les détails sont nets, les couleurs sont vives, et le résultat est plus que confortable.

De nombreux petits coup de pouces sont présents pour aider le photographe à faire des clichés réussis. Le mode Auto est bien calibré pour la plupart des clichés, mais c’est le mode AP (Advanced Photo) qui plaira au plus grand nombre : il permet de calibrer assez sensiblement plusieurs paramètres sans avoir à naviguer dans le menu, et guide l’utilisateur dans les réglages.

En matière de capture vidéo, il est capable de créer des films 4K avec 30 ips sans aucune difficulté. En Full HD, le nombre d’images par seconde grimpe à 60.

Comme tous les modèles assez récents, cet appareil photo hybride se recharge via micro-USB (pas d’USB-C), et sa batterie tient environ 390 clichés. L’utilisation de l’EVF peut lui permettre d’en tenir environ 500.

Ce modèle n’est pas parfait : il lui manque une companion app un peu plus complète et quelques Mpx. Mais la qualité du résultat et la facilité de prise en main sont un vrai plaisir. Les amateurs comme les aguerris devraient apprécier la polyvalence et la flexibilité de cet appareil photo, qui prend d’excellents clichés en soi et qui autorise beaucoup de bidouillages.

Je le conseille tout de même davantage à un amateur, qui se sentira peut-être moins limité par les caractéristiques techniques de ce modèle milieu de gamme, tout en appréciant ses nombreuses fonctionnalités.

Fujifilm X-T20 : une étonnante sensibilité

Fujifilm X-T20

Voir le prix sur Amazon

Avantages
Qualité d’image
Autofocus très réactif
EVF
Inconvénients
Tous les menus ne sont pas traduits
Peu de fonctionnalités vidéo

Le X-T20 est la version 2017 de la gamme X de Fujifilm, qui avait débuté en 2014 avec le X-T1, le premier hybride de la marque à adopter un look reflex. Personnellement, c’est un point que j’apprécie assez. Il donne à l’appareil un look rétro qu’il est plaisant de retrouver sur cette version.

Parmi les bons points de ce modèle, je voudrais tout d’abord souligner la présence d’un EVF bien agréable (vous l’aurez compris, je suis partisane de ce type de viseur).

L’écran, lui, est orientable et tactile. Néanmoins, ces fonctionnalités tactiles pourrait être mieux exploitées (par exemple, il n’y a pas de possibilité de déclencher la mise au point de l’appareil simplement du bout du doigt). Par contre, c’est avec ce modèle que Fujifilm a enfin simplifié ses menus tactiles, désormais bien plus intuitifs et et moins fouillis que dans le X-T10, même si cela peut encore être améliorer. Par contre, il est juste bizarre de constater que certains d’entre eux ne soient pas (correctement) traduits en français !

L’autofocus à 91 points, lui, est le même que sur le modèle X-T2, de gamme supérieure (dont je vous présente la version plus récente un peu plus loin, le X-T3). Il est très réactif dans toute situation, même en basse luminosité, ce qui est un point appréciable.

Avec son capteur 24 Mpx, vous obtenez un résultat parfait jusqu’à 6400 ISO, et toujours très correct jusqu’à 12.800. C’est donc l’appareil de cette section qui permet la plus grande montée en sensibilité ! Un autre point appréciable est que la plage complète peut être travaillée aussi bien en JPEG qu’en RAW (alors que, souvent, le RAW n’est pas accessible aux plages “extrêmes”).  Par contre, si vous utilisez le zoom, l’image perd assez vite en qualité. Mais bon, on ne va pas se mentir, à ce prix on ne peut tout avoir !

Côté vidéo, il peut enregistrer en Full HD jusqu’à 60 ips et en 4K jusqu’à 30 ips. La stabilisation est franchement correcte, même si elle n’égale pas une vraie stabilisation mécanique 5 axes. Par contre, les fonctionnalités vidéo sont assez limitées, et l’appareil ne dispose pas de prise casque.

Enfin, niveau connectique, il faut souligner qu’encore une fois c’est un appareil qui intègre le WiFi, mais malheureusement pas de puce NFC. On s’en passera, mais c’est un peu dommage.

Au final, il s’agit d’un appareil présentant une étonnante qualité d’image dans sa gamme de prix. S’il n’est pas parfait dans son ergonomie (ne serait-ce qu’au niveau des menus non traduits) et mériterait d’être plus complet, il a l’avantage non négligeable de mettre la gamme X de Fujifilm à disposition du plus grand nombre, offrant pas mal de qualités pour un prix très raisonnable.

Les meilleurs appareils photo hybrides haut de gamme

Quand on a passé la barre des 1000€, et que la qualité d’image est déjà bien au-delà de tout ce qu’on pouvait espérer en tant qu’amateur, que peut-on attendre d’autre ? J’ai mis l’accent sur le design, les fonctionnalités périphériques et les matériaux utilisés.

Néanmoins, je n’ai pas non plus osé m’avancer trop loin dans la gamme destinée aux (semi-)professionnels, ceux-ci sachant sans doute bien plus pertinemment que moi ce dont ils ont besoin.

Panasonic Lumix G9 : le meilleur haut de gamme

Panasonic Lumix G9

Prix
1 335,00 €
Avantages
Boîtier tropicalisé
Écran secondaire LCD
Autonomie
Qualité d’image
Qualité vidéo 4K
Inconvénients
Pas d’USB-C

Sorti début 2018, le Panasonic Lumix G9 a mis un grand coup de pied dans la fourmilière des appareils photo hybrides. Son atout ? Il parvient, en un seul et unique boîtier, à synthétiser tout ce qu’on attend d’un très haut de gamme : rapidité d’autofocus, grande autonomie, ergonomie, qualité d’image époustouflante, vidéo 4K… Parfait vous avez dit ? Presque !

Jusqu’à la sortie du G9, le haut de gamme de Panasonic en matière d’appareils photo hybrides était tenu par le Lumix GH5, qui s’était fait un nom grâce à sa qualité vidéo. Ici, on a toujours une vidéo de qualité (un peu moindre, certes, que sur le GH5), mais on a surtout, à présent, un spécialiste de la photographie.

Au niveau de la prise en main, avec sa taille, sa cage d’alliage de magnésium et son grip renforcé, on a l’impression de tenir un reflex (bon ça peut rebuter les utilisateurs qui cherchent une expérience plus proche du compact, mais personnellement j’apprécie cette impression de solidité et cette prise facile et stable).

Le G9 est le premier appareil de Panasonic à intégrer un écran LCD secondaire sur le haut du capot. Rétroéclairé, il se révèle particulièrement utile pour un usage en basse luminosité, puisqu’il regroupe toutes les informations de paramétrage en cours. En plus, comme il est moins énergivore que l’écran arrière, vous économisez sur la batterie.

Sinon, on retrouve une ergonomie qui se rapproche du Lumix GH5 : les accès à la balance des blancs et les outils de correction d’exposition se trouvent sur le capot; le joystick, la roue codeuse et l’accès direct aux modes de mise au point et d’autofocus se trouvent à l’arrière.

L’écran est tactile et orientable, et permet d’accéder à de très nombreux menus et sous-menus. Leur utilisation reste néanmoins très intuitive, malgré leur richesse. Et, évidemment, il y a la présence d’un “Menu perso”, que vous pouvez paramétrer à loisir.

Niveau connectique, c’est parfait : USB 3.0, HDMI, prise casque et prise micro, WiFi Dual-bande et Bluetooth, et deux emplacements SD compatibles UHS-II. Allez, si on veut être tatillon, on peut lui reprocher d’avoir un simple USB Micro-B et non un USB-C, comme cela devrait être le cas pour les appareils qui sortent sur le marché aujourd’hui.

L’autofocus est très efficace, même en basse luminosité (c’est évidemment moindre dans ces conditions mais il s’en sort bien – et même très bien – pour un hybride).

La qualité d’image est, évidemment, présente. On peut aisément monter jusqu’à 3200 ISO sans rencontrer de bruit et sans que les détails soient altérés. On pourrait même pousser jusqu’à 6400 ISO, mais l’oeil expert verra une légère perte de qualité (or, dans le haut de gamme, cela est plus vite rébarbatif). La colorimétrie, elle, est parfaite, plus chaude que sur le GH5.

La capture vidéo supporte le 4K avec 60 ips. Si elle est d’un peu moindre qualité que celle du GH5, elle est amplement suffisante pour satisfaire même les plus exigeants.

Une autre nouveauté apportée par ce modèle est l’arrivée du “Mode haute résolution”. En fait, grâce à son nouveau mécanisme de stabilisation du capteur, le G9 propose de délivrer, à partir des 20 Mpx de son capteur de 4/3″, des clichés de 40 et 80 Mpx.

Enfin, la cerise sur le gâteau est offerte au niveau de l’autonomie : avec une charge, vous pourrez prendre pas moins de 900 clichés ! Je vous avais dit que c’était un champion, non ?

Au final, pour un prix qui reste raisonnable (bon on est tout de même dans le haut de gamme, mais ça reste correct), on a ici un appareil hybride qui se montre presque aussi performant qu’un appareil reflex, et ce tout en proposant, à mon sens, un meilleur confort de travail. Et si la perfection n’existe pas (on regrette notamment un petit défaut de connectique avec l’absence du USB-C, la vidéo un rien moins performante que sur le GH5,…), Panasonic s’en rapproche grandement avec son Lumix G9 !

Fujifilm X-T3 : un autofocus bluffant

Fujifilm X-T3

Prix
1 249,14 €
Avantages
Excellent autofocus
Vidéo 4K 60 ips et port micro
Qualité d’image
Inconvénients
Autonomie décevante
Pas de flash intégré
Manque d’ergonomie des menus

Le modèle X-T1 est resté longtemps un des grands favoris des professionnels de la photographie. Son descendant, le X-T2, s’est montré un digne successeur. Et le X-T3, sorti à l’automne 2018, s’il ressemble comme deux gouttes d’eau au X-T2, propose à la fois un nouveau capteur, un nouveau processeur et un nouveau viseurs, qui ne le rendent que plus performant !

Avec un alliage de magnésium, pour la solidité, et de petites pièces en aluminium, il semble que le look rétro se soit durablement imposé dans le monde de la photographie. Mais sous son apparence 70s’, il garde la résistance tropicalisée de son prédécesseur : il présente, comme ce dernier, un scellé efficace contre l’eau et la poussière, avec la promesse d’une résistance à la pluie, par exemple. Attention, il n’est pas certifié étanche, juste résistant aux intempéries !

J’apprécie, comme toujours, la présence d’un EVF. Mais ce qui est notable, avec ce modèle (outre l’excellence de ce viseur), c’est sa capacité à détecter la visée : si l’écran arrière est incliné, ce qui indique à priori une visée à l’écran au niveau du ventre, l’EVF se désactive automatiquement.

Contrairement au X-T2, son écran est tactile. Par contre, si les traductions approximatives dont je vous parlais pour le X-T20 semblent avoir été corrigées, l’ergonomie des menus est toujours perfectible, notamment avec des appellations plus claires et la présence d’aides contextuelles que pourraient apprécier les novices comme parfois les plus aguerris (quand on change de marque, par exemple). Néanmoins, contrairement au X-T20, le tactile est bien exploité, permettant par exemple de régler l’autofocus du bout du doigt.

L’autofocus, justement est très performant. Le nouveau processeur à 4 coeurs que l’appareil embarque n’y est évidemment pas étranger mais, du coup, le X-T3 n’a rien à envier aux appareils reflex ! La prise est quasi instantanée en pleine lumière, et toujours extrêmement rapide en basse luminosité.

Je vous disais également que cet appareil intègre un nouveau capteur : un Cmos X-Trans 4e génération, qui porte sa définition à 26 Mpx. Et si sa plage étendue peut aller de 80 à 51.200 ISO, il est agréable de constater que tous les paliers peuvent être utilisés en RAW ! Par contre, ce n’est que jusqu’à 1600 ISO que le résultat reste optimal, ce qui est un peu décevant pour un appareil de cette gamme (les couleurs restent très bonnes jusqu’à 12.800 ISO, mais l’image est visiblement plus lisse).

Au niveau de la vidéo, il dispose, comme le X-T2, d’un port micro-jack pour micro, ce qui reste malheureusement rare. Et effectivement, on voit qu’un travail est fait sur la vidéo, avec la possibilité de filmer en 4K à 60 ips

Bien entendu, pour ce prix-là, on a une connectivité NFC et le WiFi. La companion app est la même que pour le X-T2 : Fujifilm Camera Remote. Il se dote également de deux lecteurs cartes mémoires au format SD compatible UHS-II, d’un port casque, d’un port HDMI et – enfin ! – d’un port USB-C.

L’autonomie, par contre, est un des points faibles de cet appareil. Avec seulement 390 clichés et 20 minutes de capture vidéo en 4K (30 minutes pour les autres modes) on se sent un peu plus limité qu’avec d’autres concurrents de cette gamme, comme le Lumix G9.

Enfin, il est un peu dommage que l’appareil ne dispose pas d’un flash intégré, même s’il est fourni avec un flash externe plutôt performant, mais un peu lent.

Au final, il s’agit d’un excellent appareil, qui améliore encore les performance de son renommé prédécesseur. Si ce n’était son autonomie, l’absence de flash, et l’ergonomie perfectible de ses menus, il semble presque parfait.

Sony Alpha A7 III : apte à concurrencer les meilleurs reflex

Sony Alpha A7 III

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Qualité d’image
Bonne autonomie
USB-C
Inconvénients
Autofocus perfectible
4K limitée à 25 ips

Je termine ma sélection par un appareil qui fait l’unanimité depuis sa sortie même si, pour ma part, il me convainc moins que les deux précédents. Il s’agit du Sony Alpha A7 III, version 2018 de la célèbre gamme A7 du géant japonais, qui lui apporte de nombreuses améliorations.

Côté ergonomie, rien à redire. Le design est dans la lancée des Alpha, et le tout est bien conçu, avec une poignée saillante à l’agréable grip en simili-cuir et l’ensemble des boutons répartis à droite de l’appareil, facilitant les réglages d’une seule main.

Son EVF est très lumineux, et son écran tactile de bonne définition (même si elle est un peu moindre que sur le A7 II) est orientable.

Il présente un autofocus 963 points très efficace en pleine lumière et franchement correct en basse luminosité. Néanmoins, il est assez lent à l’allumage, et, s’il possède la fonction de détection des visages, celle-ci est moins performante que sur le Lumix GX9, qui est pourtant un modèle de milieu de gamme, car le temps de latence entre deux images est assez long. C’est un peu dommage.

Ce modèle intègre un nouveau capteur full frame 24 Mpx BSI CMOS Exmor R, qui, couplé au processeur Bionz X, offre une hallucinante plage de sensibilité de 100 à 204 800 ISO. Or, ce n’est qu’à partir de 6400 (pour les plus tatillons) voire 12.800 ISO que l’image tend à se lisser, et que le bruit se fait présent. Je trouve, personnellement, qu’à partir de 51.200 ISO, le résultat est complètement inutilisable, ne proposant aucun détail.

Au niveau de la vidéo, j’ai trouvé assez décevant le fait que la 4K soit limitée à 25 ips, et la Full HD à 50 ips. Par contre, le résultat reste très satisfaisant, notamment en raison de la stabilisation mécanique sur 5 axes, redoutable d’efficacité. Que ce soit en photo ou en vidéo, la qualité d’image reste excellente, que ce soit en basse ou en haute luminosité.

Niveau connectique, par contre, le Alpha A7 III est très bien fourni : deux entrées micro et casque jack 3,5 mm, un double logement pour cartes SD (dont un seul est compatible avec les cartes mémoires UHS-II), un port USB-C, un port HDMI, une télécommande, le Bluetooth, le WiFi et une puce NFC.

Et avec tout cela, l’appareil présente tout de même une autonomie de 600 prises environ. C’est moins que le Lumix G9, mais bien plus que le Fujifilm !

Au final, je vous dirais que le succès que rencontre cet appareil est loin d’être volé. Il a clairement sous le capot de quoi concurrencer d’excellents reflex, avec une qualité d’image exceptionnelle, une interface fluide et une excellente ergonomie.

Je tiens, avant de terminer, de signaler à nos lecteurs belges qu’ils peuvent également facilement se procurer cet appareil à un prix abordable via ce lien.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre appareil photo hybride ?

Pourquoi choisir un hybride ? Avis d'un expert
« En 2018 (et à plus forte raison en 2019), les hybrides n’ont plus rien à envier aux reflex en termes de qualité d’image ou de réactivité, les deux critères les plus importants en photo. Il subsiste tout de même deux différences principales : la visée électronique des hybrides remplace la visée optique (et c’est très pratique !), et l’autonomie (cette fois, avantage aux reflex dont les batteries tiennent plus longtemps).
Mon conseil de photographe professionnel, c’est d’oser l’appareil photo hybride ! La petite taille est un atout non négligeable dans la vie de tous les jours comme en voyage. Pensez simplement à vous procurer une ou deux batteries de rechange. »


Paul Napo
,
Photographe professionnel
& formateur en photo

J’ai déjà parlé des appareils photo compacts ainsi que des appareils photo reflex. Je vais donc vous définir les hybrides par contraste, puisqu’un appareil photo hybride est à mi-chemin entre eux.

En anglais, on les appelle “mirrorless” : sans miroir. Cela est évidemment destiné à les différencier des appareils reflex. Par rapport à ces derniers, ils sont du coup généralement plus compacts, et ils s’appuient davantage sur l’électronique que sur le mécanique.

Un appareil photo hybride est donc, en clair, petit comme un appareil photo compact (enfin, presque), mais modulable comme un reflex. On pourra, par exemple, en changer l’objectif.

Auparavant, à la question de savoir s’il valait mieux investir dans un appareil photo reflex ou un hybride, la réponse était toujours la même : toujours opter pour un reflex, qui sera toujours meilleur.

Mais depuis la fin des années 2000, avec, notamment, la sortie du Lumix G1 de Panasonic, le rapport qualité-prix des hybrides a explosé. L’hybride s’est peu à peu imposé, au point que le rapport tend même à se renverser à l’heure actuelle, et que la question du choix se fait de plus en plus épineuse.

Voici quelques critères qui devraient vous aider à effectuer le vôtre.

Taille et poids

Les hybrides ont la réputation d’être plus petits et compacts. C’est globalement vrai, mais il faut garder à l’esprit que les modèles haut-de-gamme gagnent en envergure, et que, de ce point de vue, certains modèles deviennent comparables à des reflex. D’autant que le reflex, de son côté, a fait du chemin, et que certains appareils sont maintenant bien moins encombrants.

Le capteur

Un plus grand capteur permet généralement de capturer davantage de lumière et de détails. du coup, les hybrides, qui embarquent le plus souvent un capteur plus large que les compacts, offrent globalement une meilleure qualité d’image.

Ce n’est néanmoins pas toujours le cas, certains hybrides, en quête de miniaturisation, accueillant des capteurs de plus en plus petits, et même de type “1 pouce”. Vérifiez donc bien la taille du capteur de l’appareil que vous souhaitez acheter.

L’hybride, un très bon compagnon de voyage !
« Les grands voyageurs le savent bien : dans les bagages, le matériel photo prend de la place…et pèse lourd. Lorsque je pars à l’aventure, en bivouac pour photographier les grands espaces et la nature sauvage, chaque gramme compte dans mon sac-à-dos. Un appareil plus petit, plus léger, comme un appareil hybride, c’est plus de souplesse, et davantage de place pour le reste. Mais ce que je préfère dans mon appareil hybride, c’est sa visée numérique. Grâce à son grand écran tactile, je peux faire en un seul geste la mise au point, et visualiser en un clin d’œil l’histogramme ainsi que la photo finale, avant même d’appuyer sur le déclencheur ! Difficile de me passer de cet excellent compagnon de voyage maintenant... »

Stef Kocyla (1)
Stéphane Kocyla
, Photographe passionné

et fondateur du site Aventures de Photographe

L’EVF

Techniquement, puisqu’il n’y a pas de miroir, les appareils photo hybrides ne sont pas équipés de VF – ou ViewFinder. Ils disposent en revanche de plus en plus souvent d’un EVF – un retour numérique de l’affichage de l’écran.

Personnellement, je trouve que ce système a ses avantages : contrairement à un miroir, il permet de montrer plusieurs informations techniques, notamment les grilles, l’ISO, l’ouverture, le zoom numérique… que les VF optiques ne peuvent pas afficher. Il vous permet également d’avoir une idée assez précise du résultat avant même de prendre la photo.

Le principal avantage de l’EVF pour un utilisateur non-averti, c’est qu’il permet de gagner une cinquantaine de clichés en batterie faible, et qu’il offre une expérience de prise de vue plus “organique”. C’est aussi un plus pour prendre des photos en plein soleil : les écrans LCDs ne sont pas renommés pour leur lisibilité lorsque la luminosité est forte.

Si on leur a beaucoup reproché leur latence, rendant notamment difficile le cadrage de sujets en mouvement, les constructeurs ont fait de grands progrès dans ce domaine et cela se trouve généralement très limité aujourd’hui.

L’objectif

Traditionnellement, les reflex ont les meilleurs objectifs. C’est notamment le cas de ceux de Canon et Nikon. Ils ont un large panel d’accessoires optiques sur plusieurs catégories de budgets, et une compatibilité avec des compagnies comme Sigma ou Tamron, réputées dans ce domaine.

Pourtant, les appareils photo hybrides ont fait des progrès. Les objectifs Fujifilm, notamment, continuent d’être de plus en plus performants.

Notez qu’il est parfois possible, selon les marques et modèles, de monter un objectif reflex sur un appareil hybride, moyennant une bague d’adaptation. Néanmoins, celles-ci sont souvent très chères, et le résultat souvent mitigé : l’appareil est disproportionné (les objectifs reflex étant souvent bien plus volumineux), et certaines fonctions comme la motorisation du zoom s’en retrouvent inutilisables). Cela peut donc vous dépanner si vous possédez d’anciens objectifs reflex, mais ça ne peut être envisagé que comme une solution temporaire, selon moi.

La compatibilité

De manière générale, excepté Canon qui utilise un matériel très propriétaire, les appareils photo que j’ai présentés ont un large panel de compatibilité.

En matière d’accessoires, Fujifilm offre parmi les objectifs les plus abordables et les plus performants, mais les appareils Fujifilm ne sont pas toujours compatibles avec les objectifs d’autres fabricants.

Mon conseil serait de prendre la question à l’envers : si un objectif vous paraît particulièrement adapté au type de clichés que vous voulez prendre, consultez la liste des appareils compatibles et faites votre choix.

La connectivité

Les hybrides sont souvent parmi les appareils photo les plus connectés : Bluetooth, WiFi, NFC, il n’est pas rare qu’ils couplent toutes ces options.

Cela vous permet généralement une transmission rapide de vos photos vers une application dédiée, un Cloud, un mail, ou même directement sur vos réseaux sociaux.

L’ergonomie

Puisque les hybrides possèdent davantage de possibilités de réglages manuels que les compacts, il est nécessaire que tous ceux-ci soient intuitifs, et que les boutons viennent facilement se loger sous les doigts, vous permettant par exemple de régler l’objectif d’une main et les autres paramètres de l’autre.

Le mode manuel : parfait pour débuter
« Pour beaucoup, le Graal en photo c’est de travailler tout le temps en mode manuel et ça même quand on débute. Attention, car là, rien de tel pour vous dégouter à tout jamais de la photo, car vous risquez d’avoir des images ratées et vous ne saurez pas pourquoi. Pour éviter ces désagréments et profiter tout de même de photos réussies, en mode manuel tout en étant débutant, la solution est simple, réglez sur votre appareil photo la sensibilité iso sur automatique. Cette solution vous permettra d’avoir une exposition correcte à chaque fois et ça même en mode manuel, vous pourrez jouez avec les réglages avec plus de réussite et c’est plus agréable comme ça quand on débute, bonnes photos à tous…« 

Grossin
Stéphane, photographe professionnel
Comment-photographier.com

L’autonomie

Là, il n’y a pas photo (désolée, il fallait que je la fasse !) – les appareils photos hybrides se cassent la figure face aux reflex. Face à l’autonomie moyenne de 800 clichés de ces derniers, on aura plutôt une moyenne de 350 clichés.

Ceci s’explique facilement : le fonctionnement des reflex est encore principalement mécanique, là où les hybrides ont besoin de nombreux composants numériques.

Le prix

Les hybrides et les reflex se situent généralement dans la même gamme de prix.

Pour simplifier fortement les choses, disons qu’un reflex d’entrée de gamme est généralement meilleur qu’un hybride du même prix. Mais le rapport qualité/prix varie fortement et, comme souvent dans le monde High Tech, ce n’est pas parce que vous investirez plus que vous aurez la certitude que la qualité suivra !

À propos de l'auteur

Morgane Mathieu

Morgane a obtenu un master en communication à l'université de Liège. Liseuse et rédactrice passionnée, elle consacre aujourd'hui sa plume aux catégories Beauté/Santé et Sport/Loisir chez Selectos. Elle est également maman de deux enfants, et elle s'y connait plus qu'un peu sur les meilleurs produits pour petits.

40 Commentaires

  • Bonjour je me permet de laisse un commentaire avec une question malgré ce super article je suis quand même perdu dans cette jungle des hybride,
    y a le G7 qui étais super mais plus en vente du coup j’ai vu le GX80 ou GX9 de Lumix et la y a un G9 qui vas ou est déjà sortie…
    du coup je suis complètement perdu ^^’
    en plus y a aussi le Sony A7 et A7r qui me fait de l’œil du coup …
    j’ai disons 1500 de budget pour un appareil photo, je prends essentiellement des paysage ou de l architecture pdt mes voyages.

    une petite aide serais la bienvenue stp

    Amicalement,

    • Bonjour,

      Je comprends. Parmi la multitude de modèles, difficile de s’y retrouver ! Chez Selectos, à ce prix là, on a une préférence pour le Panasonic Lumix G9, comme vous avez pu le voir. Sorti depuis janvier 2018, c’est pour nous le meilleur modèle haut de gamme. Pour un prix qui reste raisonnable pour du haut de gamme, on a ici un appareil hybride qui se montre presque aussi performant qu’un appareil reflex, et ce tout en proposant, à mon sens, un meilleur confort de travail. Il est idéal pour les paysages, monuments, portraits, et animaux. Le déclencheur est super rapide (ce qui peut être déconcertant au début) mais ça permet de prendre de belles photos, pile au moment voulu. 🙂

      Je vous invite à lire ce test super intéressant et complet d’un voyageur sur ce modèle afin que vous puissiez vous faire votre avis.

      Bonne journée

  • Bonjour,
    Tout d’abord bravo et merci pour cet article!
    J’ai un compact Sony HX50,et j’ai très envie de passer à l’échelon supérieur avec un hybride,ayant un budget de 800 euros environ.
    Je me considère comme débutant,et fais surtout de la photo de vacances,paysages,de rue,voire portrait…
    Après avoir navigué sur le net et consulté les avis à droite à gauche,je penche beaucoup pour le Lumix G80,en raison de la qualité des photos,de sa taille,de sa stabilisation 5 axes qui à l’air indispensable quand on bouge pas mal,etc… Ceci dit j’ai aussi repéré le M10 II et le M10III de Olympus qui sont plébiscités,ainsi que Sony A6000…
    Je dois préciser que d’une part la video 4K n’est pas primordiale,et que je ne suis pas non plus « hyper connecté »,n’ayant pas de smartphone et n’étant toujours pas à l’aise avec le tactile (mais ça viendra bien un jour par la force des choses ^^)
    Je suis un peu (beaucoup) perdu pour faire un choix,même si je me doute que quel qu’il soit,je ne regretterai pas mon petit Sony qui est déjà un super compact.
    Merci infiniment de m’aider!
    Amicalement
    Sylvain
    PS: je vais partir au Costa Rica et voulais aussi en savoir plus sur la tropicalisation (gadget ou nécessaire)

    • Bonjour Sylvain,

      Ravie que notre article vous aide. Naturellement, nous avons eu une préférence pour un des modèles présents dans notre article : l’Olympus OM-D E-M10 Mark III (mais aussi le Mark II). Le Mark II représentait déjà tout ce qu’un appareil photo hybride pouvait offrir : un capteur haute-qualité, une finition solide et agréable en main, des fonctionnalités ultra complètes avec beaucoup de libertés de réglages, de belles images et une superbe performance de compacité. Alors oui, le Mark III possède quelques petits plus mais le modèle est dessous reste très viable et a l’avantage d’avoir baissé de prix du coup ! 🙂 Ces deux modèles sont pour nous le parfait compromis en terme de rapport qualité/prix pour les amateurs de photo débutants. Pour ce qui et de la tropicalisation, ce modèle n’est pas tropicalisé, c’est à dire qu’il n’est pas résistant à des conditions climatiques difficiles. Il n’est pas résistant à l’humidité, à la chaleur, au sable et à l’extrême froid. Cependant, plusieurs utilisateurs semblent l’avoir utilisé en vacances sans aucun problème. Mais il n’est pas spécialement prévu pour cela… Le Sony A6000 non plus.

      Le Lumix G80 de Panasonic par contre, comme vous le soulignez, offre un concentré incroyable de fonctionnalités et une excellente qualité d’image, le tout dans un boîtier tropicalisé ! Il nous avait déjà séduit en 2017 et nous préférons maintenant recommandé le nouveau modèle (Panasonic GX9) qui rassemble les caractéristiques techniques du GX8 dans la forme compacte du GX80. Le GX9 possède un boîtier tropicalisé aussi. Il est donc prévu pour résister aux climats extrêmes. Si vous envisagez de l’emporter au Costa Rica, je vous conseillerai donc de prendre un appareil photo tropicalisé, par précaution. Et puis, c’est toujours plus pratique d’avoir un appareil photo que l’on peut réellement emmener partout ! Bref, le Panasonic Lumix G80 ou le GX9 semblent être les modèles les plus adaptés pour un débutant mais aussi un voyageur ! 🙂

      J’espère vous avoir aidé à faire votre choix, n’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez d’autres questions ou pour nous faire un retour d’utilisation sur le modèle que vous choisirez !

      Bonne journée

      • Bonsoir,
        Merci pour votre réponse rapide
        En fait je me suis trompé sur le modèle Lumix,je voulais parler du GX80 (qui n’a donc pas de tropicalisation)
        Pour un choix entre celui-ci et le M10 II de Olympus,vous me conseillez lequel? (dur dur pour un novice comme moi qui veut surtout faire de belles photos,en voyage et donc aussi sur la plage…)
        Bonne soirée
        Sylvain

        • Bonjour Sylvain,

          Si vous êtes un amoureux de voyages, par précaution, je vous conseille de choisir un appareil dont le boîtier est tropicalisé, et donc vous diriger vers l’Olympus. En terme de qualité, les deux modèles dont vous parlez sont très viables et donc, les deux pourraient, je pense, amplement vous satisfaire ! 🙂

          Bonne journée

  • Bonjour et merci pour la simplicité et la clarté de cet article !

    Amateur (un tout petit peu éclairé), je suis toujours heureux de mon Canon 500 D. Son poids – ainsi que celui des années ! – me poussent cependant à regarder du côté des hybrides; pour usage photo/voyage 90% du temps (quasi pas vidéo)

    J’avoue aimer le look et l’ergonomie Canon. Mais la qualité des photos doit primer…

    Auriez-vous la gentillesse de me dire l’appareil que vous choisiriez entre le Sony A6000, l’olympus OMDE M10 MarkIII, plus cher mais que vous recommandez également et le Canon EOS M50 ?
    En vous remerciant.

    • Bonjour,

      Ravie que notre article vous éclaire ! Les Canon ont certes une super qualité, mais ça se ressent surtout dans les appareils reflex (qui restent leur spécialité première). Au niveau des hybrides, nous n’avons pas référencé de Canon, nous avons estimé que d’autres marques offraient un meilleur rapport qualité prix. Après, entre le Sony A6000 et l’Olympus OMDE M10 MarkIII, c’est d’abord une question de budget. Le Sony ne possède pas d’écran tactile (anodin mais il faut le savoir) mais la qualité d’image est réellement bonne pour le prix ! L’Olympus est toutefois un peu au dessus au niveau de la qualité d’image, et c’est ce qui justifie un prix un peu plus élevé. Les deux modèles offriront de belles possibilités à un amateur éclairé mais l’Olympus a tout de même (de peu) notre préférence. 🙂

      Bonne journée

  • Bonsoir, j’ai l’impression que l’appareil que je recherche n’existe pas,…Du moins pas encore, j’ai un 700D et ai des besoins au niveau photos (paysage, sport, portrait), vidéo (interview, reportage, clips), canon semble s’endormir sur ses lauriers, j’hésite entre leur laisser une chance…ou, choisir entre Sony Alpha 7 III et Panasonic GH5 S (si vous avez une meilleure proposition rapport qualité prix, je suis preneur…?), Sinon j’ai bien aimé la chronique, claire et précise elle m’a aidé à y voir plus clair. Thanks !

    • Bonjour,

      Hé oui, c’est parfois difficile de trouver pile poil ce qu’on veut. Ceci dit, le Sony Alpha 7 III semble avoir fait ses preuves et semble dépasser en plusieurs points le GH5 S, même si tout avis reste subjectif. Selon les utilisateurs, le GH5 est plus polyvalent et des débits jusqu’à 60im/s et même 180im/s pour les ralentis, mais son gros point faible est son manque de sensibilité. Le Sony a l’avantage d’avoir une très bonne stabilisation d’image, une résolution supérieure.

      Si vous voulez plus de détails, je vous conseille d’aller voir ce super comparatif en anglais mais vraiment bien complet, je suis certaine que cela vous aidera à faire votre choix !

      Bonne journée

    • Bonjour,
      Le alpha 7 iii semble le meilleur choix. Il est polyvalent photo et vidéo. Le GH5 est aussi un bon choix mais en dessous du SONY pour la photo (j’ai les deux boitiers). Le GH5 S est à éviter en reportage car pas de stabilisation.
      Pour info j’ai fait deux vidéos sur le SONY A7iii sur ma chaîne YouTube progresser en photo : https://youtu.be/LEJ18wXgFDQ et sur mon blog ici dans le détail : https://progresser-en-photo.com/sony-a7iii-mon-avis-sur-lappareil-qui-fait-bouger-le-monde-de-la-photo/
      Amicalement
      Yannick

  • Bonjour Nicolas,

    Merci pour cet article qui est vraiment bien construit et qui me permet d’avoir les idées un peu plus claires.

    J’ai actuellement un nikon D5200 avec un 18-55 de kit et j’envisage de passer sur un hybride pour plus de compacité lors de mes voyages. J’ai repéré le Panasonic Gx80 et le E-m10 Mark III. Je pense que pour mon utilisation (amateur, voyages), le kit avec l’objectif 14-140 est le plus adapté quitte à investir dans une focale fixe pour les portraits un peu plus tard.
    Lequel de ces 2 hybrides me conseillez vous ? Est ce que je serai déçue de la qualité photo en passant de mon réflexe avec objectif de kit à un hybride avec objectif de kit 14-140 (sachant que la qualité que j’avais avec mon réflexe me convenait largement pour mon utilisation).
    Je vous remercie par avance pour votre réponse.
    Bonne soirée 🙂

    • Bonjour Andrea,

      Je pense pouvoir dire que la préférence de Nicolas va au E-m10 Mark III présent dans sa sélection. Beaucoup de photographes pros ou amateurs passent maintenant à l’hybride et trouvent que ceux-ci n’ont plus rien à envier aux Reflex. La majorité d’entre eux ne semblent pas du tout regretter leur choix. En effet, les hybrides possèdent un capteur un peu plus petit voire aussi grand que certains reflex, et donc permettent d’avoir des profondeurs de champ équivalentes. Les défauts quand tu passes d’un reflex à un hybride se voient apparemment plutôt dans les situations difficiles, par exemple si tu as une lumière très basse.

      Bonne journée

  • Bonjour,
    J’envisage de remplacer mon OLYMPUS E-PL3, et j’hésite entre l’OMD 10 Mark3 et le nouveau Panasonic LUMIX GX9, tous les deux compatibles avec mes anciens objectifs.
    Avez-vous des retours sur ce nouveau LUMIX ?

    Merci,
    Cordialement.

    Nicolas.

    • Bonjour Nicolas,

      Quand un nouvel appareil sort, on patiente toujours quelques temps pour l’intégrer à notre comparatif car on attend effectivement de voir ce qu’il vaut sur la durée et jusqu’à présent… les retours semblent plus que positifs! Il est fort probable que lors de notre mise à jour de cet article (qui devrait avoir lieu très prochainement), il obtienne une excellente place dans notre top.

      Maintenant on n’a pas encore procédé à la comparaison détaillée avec l’Olympus OM-D E-M10 Mark III donc dans l’immédiat, je ne saurais pas encore vous guider avec certitude vers l’un plutôt que l’autre.

      Belle journée,

  • Bonjour je viens de découvrir votre site fort intéressant et j’aurais un conseil à vous demander: j’abandonne mon nikon d700 fx pour un hybride sachant que je préfère viser que regarder ( viseur ) que je photographie architecture ,paysage. que je me moque de la vidéo que j’ai une game d’objo de 50 mm en passant par G A de 10-24 allant au 70-300 vr2 que me conseilleriez vous Les tonnes de pixels( bof ) mais qualité et af au top .par avance merci

    • Bonjour,

      Tout dépend un peu de votre niveau de professionnalisation et de la gamme de prix dans laquelle vous souhaitez investir.

      Il me semble que le Panasonic Lumix GX80 présenté par Nicolas pourrait vous convenir pour un investissement moindre, puisque la qualité d’image est au rendez-vous. Mais si vous recherchez véritablement un rendu exceptionnel, vous avez peut-être un intérêt à investir dans un modèle plus coûteux comme le Olympus PEN-F. Son af n’est pas optimisé pour le sport ou le mouvement mais ici ce n’est pas quelque chose dont vous avez besoin si je comprends bien.

  • Bonjour,

    Je suis une grande passionnée de photo, depuis toujours je fais beaucoup de portraits d’enfants, scènes de rue, scènes de vie, en noir et blanc la plupart du temps, j’aime le contraste, la lumière etc.
    J’ai un Canon 550 D et je cherche à acquérir un hybride pour pouvoir le transporter partout avec moi ce qui me manque avec mon lourd Canon.
    J’ai flashé sur l’Olympus Om-D E-M10 Mark III, mais plus je lis de comparatif plus j’hésite. Pourriez vous me conseiller?

    • Bonjour Audrey,

      Je pense que je vais suivre notre ligne éditoriale et te dire de rester sur l’idée de l’Olympus Mark III. Cela reste l’appareil qui propose le meilleur rapport qualité prix et il y a suffisamment de réglages pour que tu puisses trouver ton bonheur dans l’utilité que tu en auras.

      Bonne journée

  • Bonjour. Super article ! Moi je veux vendre mon Nikon D7100 pour un fuji XT2 ou Xpro2 mais je ne sais pas encore lequel prendre… (sachant que j’aime les reportages paysages et portraits).

    Sauf que j’ai peur de regretter mon Nikon en terme de qualité mais si je veux prendre un fuji je dois vendre mon nikon car ils sont chers pour moi.

    Que pensez vous ?

    Bonne journée ?

    • Bonjour Émilie,

      Merci beaucoup, en ce qui concerne ton choix d’appareil, Le Fuji XT2 est globalement mieux ( y compris pour les reportages portraits et paysage) mais a un prix qui est aussi plus important. Je pense donc que tu devrais voir à combien tu vends ton D7100 et puis voit le différentiel de prix et avise.

      Bonne journée

  • bonjour,
    avec ma soeur nous voulons acheter un appareil photo hybride, pour ça légèreté et la noter qui a l’aire d’être un succès.

    Ca serait pour nos voyage (paysage, rue, portrait, « photoshoot »…)

    nous voulons un rendu de photo lumineuse, claire, de bonne qualité avec de belle couleur et de beau détaille si on zoom, de pouvoir les retoucher si besoin.

    Concrètement nous sommes complètement perdu, nous nous y connaissons pas du tout et des fois c’est trop technique pour nous, notre gamme de prix vas jusqu’a 500€ à 800€ Max.

    Nous avons vue que vous parlez du Olympus OM-D E-M10 Mark III, mais nous avons remarquer aussi le Olympus Pen E-PL9 (ça fonction bluetooth nous intéresse mais que si l’appareil vaut le coût, ça serais un plus)
    si vous avez d’autre appareils nous conseiller ça serais avec plaisir.

    merci d’avance pour la réponse.

    • Bonjour mélanie,

      Je vais me faire un plaisir de te renseigner, Le Mark III est vraiment une qualité au dessus pour le même prix. Mais, si jamais la fonction bluetooth est si importante pour vous, alors prenez le PL9 qui est pas mal mais moins bien niveau photo que le Mark III pour le même prix .

      Bonne journée

  • bjr ayant l’intention d’acquérir le fuji x-t2 , j’aimerai m’orienter vers un boitier nu et c’est la que j’hésite 🙂
    soit le XF 23mn-f1.4 ou le XF 16 mn -f1,4 je précise que c’est pour photo rue , paysage , balade , je ne cherche pas a faire des portraits ni de la macro (pour l’instant ) et après je prendrais un zoom .
    merci beaucoup .

    • Bonjour Francis,

      Je vous conseille le 23mm pour ce type d’utilisation. Beaucoup plus versatile, pratique à utiliser et assez petite. Elle a très bonne réputation 😉

  • Bonjour!
    Je souhaiterais connaître votre avis..

    J’avais acheté un reflex il y a longtemps, le nikon D3100 mais je ne souhaite plus le garder. Toutefois, je me pose quand même cette question : est-ce qu’ un hybride entrée voire milieu de gamme (500€) pourrait le remplacer (en terme de qualité photo/vidéo)

    En effet, j’aimerais avoir un hybride car c’est plus léger et facile à transporter…

    Et je voulais également vous demander, quel appareil photo hybride me permettrais de faire de bonnes photos et vidéos (sans pour autant qu’il y ait la 4K) dans toutes les conditions? Sachant que j’ai un budget de 500€ max…

    J’ai regardé beaucoup d’avis sur le net mais je suis un peu perdue… c’ est la raison pour laquelle je voulais connaître l’avis d’un connaisseur…

    Merci d’avance

    • Bonjour Laetitia !

      Un bon hybride peut effectivement remplacer votre reflex sans problème, de nos jours. La distinction hybride=amateur et reflex=pro est en train de changer pour le mieux.

      Sans hésitation, je vous conseille le Fujifilm X-A10, le meilleur modèle d’entrée de gamme d’une marque pour le moins prestigieuse en matière de qualité d’image.
      https://www.amazon.fr/Fujifilm-16534352-dAppareil-Objectif-XC16-50/dp/B01N0MANB7/ref=sr_1_1?s=electronics&ie=UTF8&qid=1513151556&sr=1-1&keywords=Fujifilm+X-A10&tag=chromebookeur-21

      La qualité vidéo n’est vraiment pas mal pour ce prix, avec 60fps en FullHD (pas de 4K effectivement dans cette tranche de prix). Seul problème : il n’y a pas de port micro si ce critère vous intéressait. Il faut s’appuyer sur la capture son de l’appareil lui-même, qui est correcte (c’est à dire lisible) mais qui ne casse pas non plus des briques…
      Pour avoir en prime un port micro et toutes ces qualités, je pense qu’il faut viser dans les 700-800€.

      J’espère avoir pu t’aider!

      • Merci beaucoup pour votre réponse! Le micro n’est pas un problème pour moi..

        Je vous remercie pour la recommandation. J’irai chercher des infos sur ce modèle…

        J’ai une dernière question à vous poser : Est-ce qu’il y a une grande différence entre le sony a5000 et le sony a5100 ?

        Merci d’avance.

        • De rien 😉
          Entre le 5000 et le 5100, les différences sont minces. Mais le 5100 est un poil plus récent, avec les avantages qui vont avec : plus rapide en mode rafale (6 ips contre 4), plus large sensibilité ISO (100-25600 contre 100-16000), plus de points d’autofocus…
          Par contre je en suis pas convaincu que ces données changent la qualité d’image de manière significative (le spectre de sensibilité ISO ne veut rien dire en soi si le grain commence à apparaître au même niveau sur les deux appareils… et c’est bien le cas).
          A mon sens ils sont très similaires, vous devriez pouvoir vous orienter vers le moins cher sans trop de regrets !

  • Bonsoir Nicolas ,
    Je comprends votre choix du MARK III . J’ai un EMD 10 de base et je voudrais changer pour améliorer la qualité d’image et la facilité d’utilisation car les menus sont une horreur. Alors j’hésite entre rester sur du 4/3 ( lumix GX 9 ou MARK III … ) et passer sur de l’APS Canon ( M50 ) réputé pour une meilleure image ( couleur particulièrment), agréable, mais non stabilisé. Qu’en pensez-vous ?

    • Bonjour Alain 🙂

      Entre l’EOS M50 et le Mark III, j’avoue que j’aurais du mal à les départager. La taille du capteur de l’EOS M50 est un avantage en apparence, et la résolution en Mpx est d’emblée pas la même, mais ce n’est pas le point principal.
      Je pense que ça dépend de vos habitudes de photographie. J’aurais du mal à me passer de la stabilisation offerte par le Mark III, parce que j’aime prendre des photos de nuit sur le vif et je ne suis pas du genre à me trimballer avec un trépied… En comparant les échantillons d’image, le Mark III donne toujours des photos plus nettes, du coup.
      D’autant que la stabilisation d’image sur le Mark III se fait sur l’appareil même; avec les Canon elle se fait dans chaque lentille individuellement (quand c’est le cas), ce qui fait qu’elles sont plus chères, et un peu plus encombrantes.
      Je n’ai pas trouvé d’information sur le qualité de capture des couleurs, en revanche. Les deux sont équipés du HDR et leurs capteurs respectifs ont une très bonne réputation pour la fidélité, la vibrance et l’intensité des couleurs.

  • Bonjour Monsieur,

    Merci pour cet article.
    Je suis actuellement à la recherche d’un appareil photo, je me pose la question du choix d’un reflex ou d’un hybride.
    Actuellement nous avons un bridge de 5 ans (aucun rapport donc).

    Nous avons regardé différents modèles, été voir une boutique spécialisée dans la vente d’appareil photo, et nous ne sommes plus sûrs de notre choix.
    Initialement nous avions vu le Canon 77D, le 800D et le 760D, ainsi que le Nikon D5600.
    Toutefois le vendeur de la boutique d’appareil photo nous a attiré l’attention sur le fait que les hybrides sont aujourd’hui tout aussi bons que les reflex, voire même que Nikon et Canon sont en perte de vitesse.

    Parmi les hybrides, nous avons vu le EM10 Mark II et le Mark III de Olympus; mais également le Canon M50 et le Panasonic GX80.

    Niveau photographie nous aimons bien prendre des paysages, des photos de famille, des portraits mais également des retouches avec certains logiciels photos.

    Merci d’avance pour votre aide.
    Cordialement

    • Bonjour ! Je confirme ce qu’a dit le vendeur : les hybrides rivalisent maintenant beaucoup avec les réflexes. Dans cette catégorie, je conseille le EM10 Mark II : Olympus est un choix solide dans cette catégorie. Pour ce que tu veux en faire, les quatre modèles que tu as cités (Mark II, Mark III, M50 et GX80) devraient faire l’affaire. Ils peuvent tous photographier en RAW, donc pour les retouches c’est nickel.

      Quel serait ton critère principal, pour que je puisse t’aider à les distinguer ?

      • Bonjour,
        Merci pour votre réponse. Le critère principal était, jusqu’à il y a peu, le nombre de pixel (mais j’ai eu plusieurs échos qui m’ont dit qu’aujourd’hui ce n’était plus un critère valide).
        Aujourd’hui je dirais donc que le critère principal est la qualité d’image, mais aussi leur rapidité dans la prise des photos, et un critère non moindre c’est la simplicité d’utilisation (pas besoin de faire 36 manipulations différentes pour avoir un réglage).

        Entre les reflex précités et les hybrides, lequel recommanderiez-vous le plus ?

        Merci d’avance pour votre réponse.
        Cordialement

        • Rebonjour Amandine ! C’est noté. De par ton commentaire précédent, je déduis que tu as un budget entre 500 et 800€ environ c’est bien ça ?
          Mon choix se porterait sur ce modèle :
          https://www.amazon.fr/Olympus-OM-D-M10-14-42-Argent/dp/B0756Q2RMZ/ref=sr_1_1?s=electronics&ie=UTF8&qid=1513150839&sr=1-1&keywords=Olympus+OM-D+E-M10+Mark+III&tag=chromebookeur-21

          Excellente qualité d’image – sans se fier aux Mpx 😉 – facilité de prise en main et de réglages, stabilisateur d’images sur 5 axes (donc meilleure prise de vue la nuit), écran tactile…
          En l’occurrence je conseille donc plutôt un hybride. Moins cher, plus facile à utiliser de manière générale – en tout cas pour les modèles précités, moins « tape à l’oeil » si vous voyagez avec.

          J’espère avoir pu vous aider !

          • Bonjour.

            Nous avons un budget d’environ 1000 Euros (objectif inclus).
            Hier, nous avons été dans une grande enseigne culturelle (avec son logo jaune pour ne pas la citer). La vendeuse nous a conseillé le GH4 de PANASONIC, actuellement en offre promotionnelle.
            Nous avons donc des hésitations entre l’E-M10 MARK III et le GH4.
            Que pensez vous donc du GH4 ?

            Merci pour vos précieux conseils.

          • Bonjour Amanding ! Le GH4 est un modèle solide mais il a quelques limitations à mon sens, notamment son autofocus. C’est ce qui m’avait décidé à ne pas l’ajouter à ce comparatif : le tracking en mouvement laisse pas mal à désirer.
            Les contrôles sont un peu surprenants aussi, il m’avait fallu quelque temps pour trouver tous les paramètres – mais c’est parce que j’étais un peu conformé à Nikon.
            Sur les sujets plus fixes (paysages, portraits, etc…) l’autofocus était en revanche très rapide, et il a plusieurs qualités qui m’avaient séduit : waterproof, solide (avec alliage en magnésium, comme pour le Mark II et III) et capture vidéo 4K.

            Pour ce qui est de la comparaison entre les deux, mon coeur balance plutôt vers le Mark III mais ils sont au coude à coude.
            Le Mark III est un poil plus compact – et plus classe. Niveau ergonomie le GH4 a un écran articulé sur plusieurs axes donc ça peut être pratique pour certaines prises de vue; le Mark III, lui n’est articulé que sur un axe vertical (pour incliner l’écran).
            Le GH4 a d’autres petits avantages : capture vidéo 4K contre FHD sur le Mark III, résistance aux intempéries, un mode rafale à 12 images/seconde (contre 8 pour le Mark III), et une prise micro si la capture de son t’intéresse pour les vidéos.

            Là où le Mark III se démarque, à mon sens, c’est la facilité d’utilisation, l’ergonomie de l’appareil, la stabilisation des lentilles, et une qualité d’image très légèrement supérieure, surtout pour les paysages et les scènes sous-exposées.

            Enfin, dernier point crucial pour les hybrides, il faut parler de la compatibilité avec les lentilles. J’ai un petit faible pour les lentilles Olympus, qui sont plus petites (la stabilisation se fait au niveau de l’appareil, contrairement à Panasonic où elle est intégrée à chaque lentille).
            Autrement elles sont très similaires.

            Voilà, c’est tout ce que j’en sais ! J’espère que ça t’aidera à faire ton choix 😉

  • Bonjour Nicolas,
    Je suis repéreur c’est à dire que je recherche les décors naturels pour effectuer des tournages de film.
    Je travaille avec un Nikon D500 (dont je suis assez comptant, notamment en basse lumière et son piqué) et lorsque je dois être en condition plus légère je viens depuis 4 mois de m’approprier un Fujifil XT-20. Je suis déçu de plusieurs choses : son viseur optique, le piqué des images. Je me pose 2 questions aller vers le XF 100 ou le XT2 ou le récent Fujifilm X-H1 ….. Votre avis me serait très utile. J’ai vu récemment les image du Fujifilm X 100T (avec 35 mm fixe) que j’ai préféré à mon XT 20 , d’où mon penchant pour le X 100F etc…
    Merci pour votre aide,
    Cordialement,

    • Bonjour, et désolé de répondre si tard !

      Votre question est assez pointu et touche à un domaine que je ne connais pas – les tournages – mais c’est très intéressant !
      Tout ce que je peux dire, c’est que le X-H1 a le même capteur que d’autres Fujifilm moins coûteux, donc si c’est le piqué votre priorité, prudence. Il me semble même que c’est celui que le XT-20 utilise.
      Le X100F me paraît déjà être un choix plus solide, d’autant que le viseur est hybride. C’est quoi qui vous avait déçu avec celui du XT-20 précisément ?
      Du point de vue du piqué de l’image, le X100F a une bonne qualité jusqu’à 6400 ISO, donc c’est pas trop mal si vous devez parfois photographier dans un environnement plus sombre.

      J’espère avoir pu vous répondre, votre question était un peu pointue !

Laisser un commentaire

>