Comment Choisir son VTT Électrique en 6 Étapes

Publié le 4 février 2022 

Après avoir passé 16 heures à comparer 24 modèles en rédigeant nos comparatifs, voici les étapes que nous vous conseillons de suivre pour bien choisir votre VTT électrique.

 

Étape 1 : Le type de VTT, en fonction de votre pratique

Comment Choisir son VTT Électrique

NOUS VOUS CONSEILLONS
  • Un VTT All-Mountain pour un usage polyvalent
  • Un vélo XC pour parcourir des terrains alternant montées et descentes et divers types de revêtements
  • Un modèle DH si vous faites souvent des descentes très techniques et rapides sur des petits parcours
  • Un VTT Enduro pour une pratique sportive intense sur des sols très inégaux et techniques
  • Un Fatbike pour rouler sur le sable ou la neige
NOUS VOUS DÉCONSEILLONS
  • D’opter pour un vélo de randonnée si vous visez les performances
  • De prendre un modèle DH en espérant grimper des sommets

Que vous visiez les performances ou que vous désiriez faire de simples promenades sur les sols difficiles, le type de vélo varie. Votre choix va aussi être influencé par le style de parcours que vous affectionnez.  

  • Le VTTAE classique propose une puissance moteur 250 W avec une assistance jusqu’à 25 km/h. Moins courant, le Speedbike possède une assistance plus rapide (jusqu’à 45 km/h). Néanmoins, ce deuxième type de vélo ne peut aller sur des pistes cyclables et il doit être assuré car la loi stipule qu’une assistance électrique supérieure à 25 km/h nécessite une carte grise, une assurance et une immatriculation. 
  • Le vélo de randonnée se destine davantage à un usage loisir car ses composants sont moins axés sur les performances. 
  • Très populaire, le Cross-Country (XC) est souvent doté d’une seule suspension et de grandes roues (29”). Il est rapide, confortable et bénéficie d’un excellent rendement. Il nécessite un moteur avec un couple plus important et son débattement se situe aux alentours de 120 mm. 
  • Le All-Mountain constitue une combinaison de XC et de DH, ce qui le rend plus polyvalent et confortable. C’est généralement un vélo tout-suspendu avec des roues 27,5”. À nouveau, le moteur s’accompagne d’un couple plus élevé pour plus de réactivité sur les parcours compliqués.
  • L’Enduro est habituellement un modèle tout-suspendu avec un couple moteur également plus important pour s’en sortir sur les sols hostiles. 
  • Le DH/Freeride se destine davantage aux descentes périlleuses et rapides ainsi qu’aux sauts. L’assistance électrique est donc moins utile sur ce type de vélo mais elle peut tout de même aider. Il ne faut donc pas une grande batterie car les parcours sont souvent plus courts. Il est, en général, tout-suspendu avec un débattement plus important.

 

Étape 2 : L’assistance électrique, influençant la réactivité du vélo

Comment Choisir son VTT Électrique

NOUS VOUS CONSEILLONS
  • De privilégier un moteur pédalier
  • De favoriser un couple important pour des accélérations franches en montée
  • D’opter pour un capteur de couple pour s’adapter à vos mouvements
NOUS VOUS DÉCONSEILLONS
  • Un moteur situé près de la roue au risque de subir des déséquilibres

La place du moteur, sa puissance ainsi que le couple moteur sont trois facteurs qui vont déterminer les performances de l’assistance électrique.

  • Le moteur peut être situé au niveau du pédalier, de la roue avant ou de la roue arrière. Pour bénéficier d’un parfait équilibre et d’une plus grande efficacité lors des sorties sportives, il faut vous tourner vers un moteur pédalier qui répartit plus équitablement le poids, et qui procure un centre de gravité plus bas et un pédalage plus fluide. Ce dernier est plus adapté aux parcours accidentés.
  • Le vélo embarque en théorie une puissance maximale de 250 W. Celle-ci doit être mise en rapport avec le couple moteur (exprimé en Nm) qui détermine l’accélération du vélo. Il se situe souvent entre 40 et 70 Nm. Plus il est élevé, plus le modèle est réactif (notamment dans les montées).
  • Certaines assistances électriques s’adaptent à vos mouvements et à vos efforts pour fournir l’énergie nécessaire. Un capteur de couple peut être utile pour contrôler ses mouvements et gagner en confort de pédalage. 

 

Étape 3 : La batterie, donnant un indice sur l’autonomie 

Comment Choisir son VTT Électrique

NOUS VOUS CONSEILLONS
  • Une batterie puissante pour faire de grands parcours
  • Une batterie placée en bas au centre par soucis d’équilibre
NOUS VOUS DÉCONSEILLONS
  • Une batterie non amovible qui complique la recharge
  • Une batterie sans système antivol

La batterie est un élément très coûteux sur un vélo électrique. L’endurance totale varie en fonction des conditions de conduite, du temps, du parcours ainsi que du poids de l’utilisateur. Dans les grandes montées ou sur les terrains difficiles, elle a tendance à s’épuiser plus rapidement. 

  • Sur les modèles plus récents, on retrouve souvent la batterie intégrée au cadre pour une question d’esthétique. Elle est idéalement placée en bas au centre pour garder une bonne stabilité. 
  • Une batterie pèse généralement entre 5 et 8 kg et est souvent au Lithium. On conseille de choisir une batterie avec un système antivol intégré. Par ailleurs, une batterie amovible est pratique pour charger en intérieur ou tout simplement pour la ranger après utilisation. 
  • La puissance (Wh) de la batterie se calcule en multipliant sa capacité (Ah) par sa tension (V). Plus le résultat est important, meilleure est l’autonomie. Généralement, une batterie affiche une puissance située entre 250 et 700 Wh. À partir de 400 Wh, vous pouvez envisager un usage plus régulier du vélo avec des sorties jusqu’à 2h30 et environ 3 heures de conduite avec une batterie 500 Wh. Certains vélos viennent également avec deux batteries pour un usage prolongé.
  • Si vous roulez la plupart du temps avec le mode d’assistance le plus élevé, sachez que l’autonomie sera nettement inférieure à celle annoncée par le fabricant. 
  • Si vous effectuez des sorties régulières, vous aurez plutôt intérêt à choisir une batterie qui se recharge rapidement.

 

Étape 4 : La fiabilité, avec des freins performants et un cadre solide

Comment Choisir son VTT Électrique

NOUS VOUS CONSEILLONS
  • Des freins à disques hydrauliques pour un freinage sécurisé
  • Un cadre en carbone
  • Un cadre en carbone pour plus de vitesse
  • Un cadre en aluminium si vous rencontrez beaucoup d’obstacles
  • Un cadre court avec un centre de gravité bas
NOUS VOUS DÉCONSEILLONS
  • Des petits disques au niveau des freins si vous effectuez des descentes difficiles

Le VTT implique parfois de circuler sur des terrains plus dangereux ou avec de grands reliefs, ce qui nécessite forcément des freins puissants et performants. Par ailleurs, vous risquez de tomber sur de multiples obstacles voire de faire des chutes, c’est pourquoi le cadre doit aussi être solide et résistant. 

  • Les freins à disque sont plus efficaces, sécurisés et performants sur les sols humides, sous des conditions climatiques difficiles ou lors des parcours à grande vitesse. Pour un freinage puissant, privilégiez des grands disques. Avec un VTTAE, la vitesse est souvent supérieure, donc c’est quasiment indispensable d’avoir des disques de 160 mm minimum, et 200 mm pour les grandes descentes plus techniques. 
  • La matière du cadre influence le poids et la solidité de la structure. Un cadre en aluminium est robuste face aux chocs et moins cher. Bien plus coûteux, le carbone est plus léger et permet de gagner en rapidité, mais il résiste moins aux chocs. Un cadre court avec un centre de gravité bas procure une bonne stabilité. 

 

Étape 5 : Le confort, influencé par le système de suspension

Comment Choisir son VTT Électrique

NOUS VOUS CONSEILLONS
  • Un cadre semi-rigide pour faire du Cross-Country ou pour une pratique polyvalente
  • Un vélo tout-suspendu si vous pratiquez du Freeride, de l’Enduro ou du All-Mountain
  • Un débattement élevé pour faire des grandes descentes
NOUS VOUS DÉCONSEILLONS
  • D’opter pour un débattement trop élevé pour rouler sur des sols lisses ou à faibles dénivelés

Vu certains terrains, il est indispensable d’avoir au minimum une suspension avant sur un VTT pour aborder les obstacles avec confiance et garder un certain confort. Le débattement de la fourche correspond à l’amplitude maximale d’oscillation verticale du fourreau par rapport à votre fourche. Il va dépendre de votre pratique et du type de parcours que vous aimez faire. 

  • Plus polyvalent, un modèle semi-rigide possède une seule suspension à l’avant avec un cadre rigide. Agréable à conduire et plus léger, il est aussi plus abordable et peut convenir pour des balades sur sentiers. 
  • Un vélo tout-suspendu bénéficie d’une suspension à l’avant et d’un amortisseur à l’arrière. C’est plus confortable sur les terrains compliqués avec beaucoup d’obstacles et le rendement est meilleur, mais le poids est plus conséquent.
  • En général, on conseille un débattement de fourche de minimum 100 mm. Il doit être supérieur (aux alentours de 180 mm) si vous effectuez des descentes techniques sur des terrains difficiles. De la même manière, plus il est élevé, mieux vous absorbez les impacts. Néanmoins, un débattement trop important affecte les performances sur les sols lisses ou les parcours à faibles dénivelés.

 

Étape 6 : La maniabilité, à travers plusieurs équipements 

Comment Bien Choisir son VTT en 5 Étapes

NOUS VOUS CONSEILLONS
  • Des roues 27,5” ou 27,5+ pour un usage polyvalent
  • Des pneus larges pour aller sur le sable ou dans la neige
  • Une aide à la marche en cas de batterie vide
NOUS VOUS DÉCONSEILLONS
  • Des roues 26” pour des sols plus lisses ou pour absorber des gros obstacles
  • Des roues 29” si vous visez la réactivité

Le VTT nécessite une quantité de manipulations et de manœuvres très élevée par rapport à d’autres pratiques en cyclisme. La taille des roues et la transmission ont donc une grande influence sur la conduite et la prise en main du vélo.

  • Les roues 26” engendrent une bonne maniabilité et de la réactivité, mais elles sont moins confortables, moins performantes sur des sols lisses, et surtout, elles peinent face aux obstacles. Les roues 27,5” sont polyvalentes et garantissent de bonnes performances sur tous les types de terrains. Les roues 27,5+ amènent quant à elles plus de stabilité et de confort quand vous roulez sur les bosses, et promettent un meilleur rendement du moteur. Elles constituent un juste milieu entre les petites et les grandes roues. Idéales pour les grands cyclistes, les roues 29” sont plus puissantes, plus confortables sur les sols lisses et plus efficaces face aux obstacles. Par contre, elles sont plus lourdes et donc vous perdez en réactivité.
  • Généralement, les pneus mesurent de 2,5” à 3” de largeur. Les pneus des Fatbikes sont plus larges pour permettre à l’utilisateur de conduire dans la neige ou sur le sable et ainsi de profiter d’une meilleure accroche et d’une grande stabilité. Cependant, ce type de pneu ajoute du poids supplémentaire au vélo.
  • On retrouve souvent une transmission monoplateau pour plus de simplicité dans la conduite et pour éviter les problèmes de déraillement. 
  • Généralement, un ordinateur de bord affiche toutes les informations relatives à la course (distance, vitesse, mode d’assistance, niveau de la batterie, etc.). L’écran doit être simple à manipuler et lisible en toutes circonstances. Certaines consoles intègrent même un port USB ou une connexion Bluetooth qui permet alors de les relier à une application et donc de potentiellement diriger le vélo depuis celle-ci.

Le poids peut également influencer la maniabilité ainsi que les performances, tandis qu’une fonction d’aide à la marche peut parfois vous dépanner.

  • Un VTT électrique pèse en moyenne entre 20 et 25 kg (à cause de la batterie et du moteur qui alourdissent considérablement le vélo). Vous n’avez donc pas intérêt à tomber à court de batterie car la traction promet d’être fatigante (à moins de disposer d’une fonction d’aide à la marche).
  • Une assistance à la marche est une aide supplémentaire pour pousser le vélo lorsque vous marchez à côté. 

 

Conclusion

Le choix de votre VTT électrique va surtout dépendre de votre pratique qui déterminera le couple moteur, la capacité de la batterie et le type de composants dont vous devrez vous munir.

Retenez simplement que pour le Cross-Country ou pour des sorties classiques, on recommande une seule suspension avant avec un couple moteur élevé ainsi qu’une batterie puissante (surtout s’il y a beaucoup de montées ou que vous faites des longs parcours). 

Pour les autres pratiques, notamment pour réaliser des figures, se lancer dans des descentes techniques et compliquées et/ou pour absorber des gros obstacles, un VTT tout-suspendu avec des grands disques de freins et un débattement élevé vous conviendra mieux. 

Quoi qu’il en soit, le moteur doit être situé au niveau du pédalier et il faut impérativement des freins à disque. 

 

Les meilleurs VTT électriques du moment

Notre choix, Meilleur milieu de gammeMeilleur pas cherMeilleur haut de gammeAlternative pas chère
Rockrider-E-ST-520 -NCMoma Bikes E-MTB 27,5”Trek Powerfly 4Rockrider E-ST 100
Rockrider E-ST 520Moma Bikes E-MTB 27,5”Trek Powerfly 4Rockrider E-ST 100
Ce vélo très agile comprend plusieurs accessoires. Pour son prix, il affiche un débattement supérieur pour offrir une conduite confortable lors de balades loisir à dénivelés moyens.Sa grande polyvalence, sa bonne autonomie, son confort de conduite et la qualité de ses composants expliquent son bon rapport qualité/prix. Il jouit donc de belles performances.Ce modèle polyvalent, confortable et simple à manipuler montre de belles performances en montée, c’est pourquoi il est souvent recommandé pour les parcours à reliefs.Il est parfait pour des petites sorties occasionnelles avec des reliefs modérés. Bien équipé, son rapport qualité/prix est presque imbattable pour l’usage auquel il se destine.
1799.00 € sur Decathlon 1499.99 € sur Alltricks 3499.00 € sur Alltricks 1099.00 € sur Decathlon

 

Laisser un commentaire