Envie d’essayer le camping sauvage cet été ? Lisez ces conseils d’abord.

Publié le 29 juillet 2020

Le camping sauvage (ou le camping bivouac), c’est le bon plan pour partir à l’aventure et être en communion avec la nature.
En effet, ce logement plutôt atypique a l’avantage d’offrir plus d’indépendance et d’être véritablement la solution la plus économe pour les grands voyages. En plus, en cette période spéciale de Coronavirus, cette option suscite l’intérêt des voyageurs préférant rester à l’écart des autres.
 
Toutefois, quelques préparatifs sont nécessaires pour assurer le bon déroulement des vacances et éviter les mauvaises surprises.

Pourquoi Selectos ?

10 Experts
600 Comparatifs
0 Pub
100% Impartial

 

Qu’en dit la législation ?

Certaines localités, régions, voire même quelques pays interdisent formellement le camping sauvage, à l’image de l’Espagne. Il faut donc bien se renseigner sur la législation de chaque pays.

Généralement, les pays scandinaves sont plus souples à ce niveau-là, comme par exemple la Suède ou la Norvège. D’autres pays acceptent sous certaines restrictions. Pour connaître le positionnement de chaque pays quant à cette pratique, vous pouvez consulter ce site : https://hikeheaven.com/wild-camping-in-europe/ 

 

Quid de la France ? 

Certaines localités interdisent tout simplement cette pratique et c’est à vous de vous renseigner auprès de la mairie. De manière générale, le camping sauvage est toléré mais vous devez vous soumettre à certaines règles, comme par exemple vous trouver à plus de 200 mètres des points d’eau consommable, loin des rivages de la mer, ou encore ne pas vous installer sur un site naturel, historique, sur une route / un chemin. 

Sur les terrains ruraux ou privés, à priori, c’est interdit, mais vous pouvez toujours demander l’autorisation du propriétaire. Enfin, même si c’est parfois proscrit, il est possible de s’installer dans des parcs nationaux sous certaines restrictions reprises sur ce site web : https://www.lecampingsauvage.fr/legislation-et-reglementation/camping-sauvage-bivouac 

 

Bien s’équiper

La première règle, c’est que si vous voyagez avec un sac à dos, celui-ci ne doit jamais peser plus du quart de votre poids. Lorsque vous vous déplacez avec une caravane ou un motorhome, vous pouvez emporter des équipements plus lourds.

Le choix de la tente est toujours un élément clé. Il doit être fait en fonction du nombre de personnes présentes et du type de climat qu’elle va affronter. Prenez soin de toujours garder de l’espace pour placer vos affaires. Si vous voyagez à pied, optez pour un modèle léger et compact. D’après notre étude comparative, c’est la tente quatre saisons MSR Access 2 qui est la plus intéressante dans ce cas de figure. Elle est imperméable, isolante, solide face au vent, grande à l’intérieur et même facile à transporter.

Choisir son sac de couchage est également important. Pour bénéficier d’une meilleure isolation au sol, vous pouvez vous munir d’un matelas gonflable, mais cette option est surtout intéressante si vous vous déplacez avec un véhicule motorisé. Après analyse, c’est le Mountain hardwear Hyperlamina Spark qui est le plus apte à faire face aux nuits froides.

Au niveau des vêtements que vous emportez, privilégiez le synthétique ou la laine au détriment du coton. Prévoyez tout ce qui faut pour affronter toutes les conditions climatiques, même si un coup d’oeil sur la météo vous guidera davantage dans vos choix de tenue. Gardez à l’esprit qu’il peut faire très froid, comme très chaud !

Parmi les autres accessoires qui pourraient vous être utiles et qui sont souvent vus chez les campeurs, il y a la lampe solaire, le chargeur solaire, le couteau de survie, la lampe de poche, le spray anti-moustique ou encore les boules quies.

Vous serez peut-être (voire même sûrement) amené(e) à boire de l’eau naturelle. Pour cela, choisissez une gourde réutilisable avec un filtre mécanique ou chimique

Pour manger, la meilleure option réside dans les aliments simples et légers. Cependant, si vous voulez vous offrir des repas plus dignes de ce nom, sachez qu’il existe des plaques électriques et de la vaisselle spécifique au camping.

 

Où poser sa tente ?

La nuit commence à tomber et vous cherchez où vous installer pour passer une nuit confortable ? Pour dormir tranquillement, optez pour un endroit sec avec un minimum de vent. L’idéal est de repérer le lieu lorsque le soleil n’est pas encore couché pour pouvoir analyser l’environnement extérieur.

Veillez à éviter les zones militaires, les lieux inondables, les chantiers, les rivières et les océans, car outre les phénomènes de marées hautes et basses, il y a plus d’humidité et de bruit d’eau mais c’est aussi là que les mauvaises compagnies apparaissent (comme par exemple les serpents, qui se réunissent généralement près des points d’eau). 

Sous un arbre, ce n’est pas l’idéal non plus car les branches peuvent tomber et endommager votre tente. En plus, lorsqu’il y a de l’orage, cela augmente les risques d’être foudroyé. 

Enfin, placez votre tente sur un sol plat et n’oubliez pas de dégager les cailloux, les branches, les racines et tout ce qui peut provoquer des irrégularités.

 

Comment éviter les mauvaises surprises ?

Lorsque vous allez dans des pays où la faune est plus dense et dangereuse, renseignez-vous sur les animaux sauvages que vous pouvez rencontrer. Pour éviter de les attirer près du campement, cuisinez assez loin de votre tente et placez les déchets (ou le reste de nourriture) en hauteur, sur une branche d’arbre ou dans n’importe quel endroit plus inaccessible pour les animaux.

En ce qui concerne les feux de camp, ils sont assez dangereux en forêt (comme le prouvent les incendies ayant eu lieu en Australie). 

D’ailleurs si vous souhaitez vous réchauffer un peu, prévoyez un rayon de 2 mètres pour allumer un feu. Et surtout, choisissez un lieu à l’abri du vent (derrière un mur ou un talus) et de préférence, pas trop près du campement. Pour limiter sa propagation, optez pour une zone creuse ou entourez-le de pierres. Pour réaliser un petit feu, il vous faut un briquet ou des allumettes, des combustibles (feuilles ou papier) et du bois. En partant, prenez soin de l’éteindre avec de l’eau et de la terre. 

Notez que certaines régions ont leurs règles spécifiques à ce sujet. Vous trouverez les arrêtés préfectoraux des départements français sur ce site : http://www.prevention-incendie-foret.com/connaitre-les-regles/emploi-du-feu-et-reglementation .

Munissez-vous d’un sac pour ramasser les déchets. Par respect pour la nature, vous devez bien nettoyer les lieux en partant afin de ne laisser aucune trace de votre passage.

Enfin, pour ne pas vous faire remarquer par les autorités ou les passants, restez discret(e) en toute circonstance !

 

Pour aller plus loin …

En conclusion, faire du camping sauvage n’a rien d’un hasard et l’expérience peut s’avérer très négative si vous n’avez pas planifié ce voyage à l’avance.

Si vous voulez vous munir d’autres équipements pour faire du camping, nous vous invitons à consulter nos nombreux comparatifs dédiés.

​​​​​​​​​​​​​​​​Après un stage en tant qu’assistante de production à la RTBF (chaîne de télévision nationale belge), c’est chez Selectos que cette diplômée en communication fait ses premiers pas en tant que rédactrice web. Coach d'une équipe de Basketball et sportive touche à tout, c’est avec une vraie expérience dans le domaine qu’elle sélectionne pour vous les meilleurs produits de sport et loisir.


guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments