Xiaomi, troisième constructeur mondial de smartphones, est banni par les USA

Publié le 18 janvier 2021 

Malgré sa fin de mandat, Donald Trump continue sa lutte contre les entreprises chinoises en complétant encore sa “liste noire”.
Selon le nouveau listing datant du 14 janvier, Xiaomi rejoint Huawei sur cette liste de bannissement. Les risques encourus peuvent être élevés avec un potentiel embargo sur les produits de la marque.

 

La guerre de l’administration Trump face aux entreprises chinoises sur le sol américain continue. Après Huawei, c’est au tour de Xiaomi de faire partie de la liste. Le constructeur venait justement de rejoindre Samsung et Apple dans le top 3 des producteurs de smartphones.

 

En quoi consistent ces listes ?

L’entity list est une liste d’entités étrangères avec lesquelles les entreprises américaines ont l’interdiction de travailler. Ces dernières ont, en plus, l’interdiction d’utiliser des technologies américaines.

Généralement, l’ajout d’une entreprise sur cette liste est liée à une crainte d’atteinte à la sécurité nationale américaine ou aux intérêts de la politique internationale de ce même pays.

Le premier gros acteur à avoir été affecté par cette décision est Huawei, qui a rapidement été pointé du doigt pour ses antennes 5G qui permettent potentiellement de recueillir des informations sur les régions dans lesquelles elles étaient installées.

Les répercussions ne se sont pas faites attendre et nombreuses ont été les entreprises à se désolidariser du géant chinois. Les conséquences ont été désastreuses pour la firme, avec comme principale victime sa gamme de smartphones qui se voit privée de l’accès à Android et aux puces permettant de produire les processeurs maison, les Kirin.

Une seconde liste a aussi été mise en place et vise principalement le financement des entreprises visées, supposées trop proches du gouvernement chinois. Les conséquences, moins graves que pour l’entity list, restent tout de même désastreuses avec l’interdiction pure et simple pour tout investisseur américain de posséder des capitaux dans la société. C’est sur cette liste que Xiaomi a rejoint Huawei.

 

Un impact modéré… pour le moment

Comme vous l’aurez compris, Xiaomi risque moins gros que Huawei. 

En effet, la décision du Président Trump n’impacte que l’aspect financier de l’entreprise. Ainsi, bien que l’action en bourse ait déjà chuté de plus de 10%, l’avenir de la marque n’est pas encore menacé car aucune sanction n’affecte son travail avec les firmes américaines telles que Google.

Cependant, rien n’empêche l’administration de l’ajouter à l’entity list avant la fin du mandat du président sortant, avec le risque pour la firme de subir le même sort que Huawei.

Heureusement, contrairement au cas Huawei, cette décision est sujet à débat et pourrait être remise en cause avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche. 

En effet, Huawei étant lié à la 5G et donc, aux technologies de demain (voiture autonome, usines du futur, etc.), les USA ont tenu à limiter ses possibilités et donc les capacités chinoises à ce niveau afin de conserver une longueur d’avance sur leur concurrent de toujours.

Les discussions autour de ce cas sont donc bien plus compliquées que celles autour de Xiaomi, qui se focalise plus sur la commercialisation de produits pure et simple.

 

Ce qu’il faut retenir

Finalement, la décision actuelle concernant Xiaomi concerne plutôt les investisseurs et la gestion de l’entreprise. L’impact sur le consommateur devrait donc être modéré voire inexistant tant que cette situation ne change pas.

Ces décisions soulèvent tout de même un questionnement : si les Etats-Unis continuent d’agir de la sorte en favorisant des sanctions aussi dures que l’embargo sur Huawei, va-t-on retrouver un marché du smartphone composé uniquement des constructeurs “traditionnels” comme ce fut le cas il y a quelques années avec, pour conséquence, un baisse de la diversité et une potentielle hausse des prix ?

 

​​​​​​​​​​​​​​​​Diplômé en marketing, il a l’œil pour déchiffrer le vrai du faux des argumentaires produits et décrypter le langage des marques. Technophile dans l’âme et passionné par l’automobile depuis toujours, les innombrables spécificités techniques du high-tech n’ont aucun secret pour lui et il est toujours informé des dernière sorties et tendances en la matière.


guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments