Mc Donald’s annonce la disparition des jouets en plastique dans les Happy Meals

Publié le 15 février 2021 

Conformément à sa feuille de route environnementale mise en place en 2018, Mc Donald’s France vient d’annoncer la suppression des jouets en plastique dans les menus pour enfants Happy Meal dans le courant de l’année 2021.
Cette décision s’inscrit dans la démarche “zéro plastique” initiée par l’enseigne il y a déjà plusieurs années, et fait suite, notamment, à la suppression des emballages de service à usage unique.

 

Depuis le 10 février, c’est officiel : les jouets en plastique sont amenés à disparaître des célèbres Happy Meals de la chaîne Mc Donald’s. 

Cette décision s’inscrit, par ailleurs, dans la lignée de la récente loi sur la suppression des plastiques à usage unique en France, qui vise ce même objectif de suppression des jouets des menus pour enfants dans tous les fast-foods dès le 1er janvier 2022.

 

Des partenariats franco-français

Bien sûr, pour les générations d’enfants qui ont grandi avec ces fameuses surprises, la principale question est la suivante : par quoi ces jouets en plastique seront-ils remplacés ?

Mc Donald’s a annoncé plusieurs partenariats pour proposer des alternatives en matériaux durables, et cerise sur le gâteau, c’est avec des entreprises françaises que le groupe a décidé de collaborer. 

Les enfants découvriront donc prochainement les coloriages modernes et plein d’humour de Omy, avec qui Mc Donalds avait déjà travaillé en 2018, les jeux de cartes de Minus Editions, destinés à recréer du lien entre parents et enfants, mais aussi les conceptuels posters à stickers de Poppik.

Si l’on met de côté la nostalgie de nos jeunes années (qui peut avoir oublié les fameux Furbies, les voitures Hot Wheels, ou encore toutes les figurines liées aux sorties cinéma de Disney ?), il faut reconnaître que Mc Donald’s rebondit de manière plutôt enthousiaste en proposant des alternatives d’un nouveau genre, oui, mais pas dénuées d’intérêt pour autant.

 

Une démarche environnementale à long terme

L’enseigne n’en est toutefois pas à ses débuts en matière d’effort écologique. Après la disparition des piles dans les jouets en 2014, puis celle de l’emballage plastique qui l’entourait au profit de boîtes en carton, on avait vu arriver dans les fast-foods le programme “Un livre ou un jouet”, permettant déjà, à son échelle, une sacrée économie de plastique.

De manière plus générale, en 2019, Mc Donald’s avait ensuite retiré de ses restaurants les couverts, pailles et couvercles en plastique, pour les remplacer par des alternatives en papier, en carton, ou en bois. 

Cette démarche avait pour objectif une économie de plus de 4000 tonnes de plastique par an, auxquels s’ajoutent désormais les 3000 tonnes estimées pour les jouets en plastique.

 

Un geste fort, mais attendu

Il est évident que le groupe Mc Donald’s utilise et met en avant cette politique environnementale pour améliorer son image de marque, à l’heure où l’écologie et la consommation éco-responsable sont au cœur des préoccupations. Et tout porte à croire que c’est un pari réussi, en tout cas dans un premier temps.

Rappelons-le, Mc Donald’s, c’est tout de même près de 1500 restaurants répartis en France, 2 millions de repas servis chaque jour et 70.000 salariés sous enseigne

Et même si le terme de “green-washing” est sur les lèvres de tous ses détracteurs, notamment parce que l’enseigne au M jaune est certainement l’un des représentants les plus marquants du capitalisme américain, il faut reconnaître, à côté de cela, que les démarches entreprises portent leurs fruits et ont un impact réel et concret sur la consommation de plastique en France. 

Un grand pas pour Mc Donald’s, un petit pas pour la planète… ?

 

​​​​​​​​​​​​​​​​Son diplôme en communication et ses précédentes expériences professionnelles dans l’administratif ont développé chez elle un excellent sens critique et une rigueur exemplaire. Des valeurs indispensables pour analyser et comparer des centaines de produits avec objectivité. Maman de deux enfants, elle se sert aussi de son vécu pour évaluer la praticité des produits destinés aux tout-petits.