Le confinement a encouragé les Français à s’essayer aux ebooks et audiobooks

Publié le 19 mars 2021 

Lors du premier confinement en 2020, les chiffres des livres numériques et audio ont considérablement augmenté. À cette période, 35% de Français de plus de 15 ans ont affirmé avoir déjà lu un livre numérique contre seulement 25% en janvier de la même année.
Nous profitons donc du Salon du Livre de Paris pour faire le point sur ces nouveaux chiffres liés à ces fichiers et à leur place dans nos foyers.

Ebook (1)

 

Historiquement, les formats numériques ont peiné à prendre des parts de marché en France

En 2009, les ventes de livres numériques ne représentaient que 0,1 à 0,2% du chiffre d’affaires des éditeurs, avec une croissance lente mais progressive dans les années qui ont suivi.

En 2015, les chiffres passent à 6,5% en France (16% pour le Royaume-Uni, 10% pour l’Espagne et 8,2% pour l’Allemagne). Toujours en France, ces chiffres passent à 8,65% en 2016, puis diminuent à 7,6% en 2017 et 8,42% en 2018 pour grossir à nouveau à 8,7% en 2019.

De manière générale, avant le confinement, nous pouvions observer sur le web que les lecteurs avaient des avis très tranchés sur leur pratique de lecture, que ce soit via un format numérique ou via la version papier. Il y avait peu de discussions possibles sur la complémentarité entre les différents supports.

Livres et liseuse

On trouve de nombreuses idées reçues, comme la faible autonomie des liseuses (alors que certaines tiennent 6 semaines à raison de 30 minutes d’utilisation par jour), la lumière bleue empêchant de dormir (malgré que différents modèles ont un mode nuit ou un filtre), la fragilité des liseuses (alors que beaucoup ont une certification contre la poussière et l’eau), etc. L’argument de la soi-disant plus faible rémunération des auteurs est lui aussi souvent avancé, alors qu’en réalité, la rémunération est similaire quel que soit le format.

 

L’impact du confinement, réel tournant dans l’histoire de l’ebook

Une étude menée à propos de la période de confinement au printemps 2020 en France auprès des lecteurs de plus de 15 ans par le Syndicat national de l’édition a permis de dégager que les Français ont plus lu, en diversifiant les supports utilisés, et que les livres numériques ont attiré un public plus jeune.

Cette étude estime que 8% des lecteurs (soit 4,4 millions de personnes) ont diversifié leur façon de lire et ont donc commencé à utiliser d’autres supports que le livre papier.

Autres chiffres, 35% des Français affirment alors avoir déjà lu un livre numérique contre 25% en janvier 2020 (soit seulement quelques mois plus tôt). Cette augmentation est un peu moindre pour les livres audio numériques avec 15% contre 11% pour ces mêmes périodes. 

Parmi ces auditeurs d’audiobooks, une personne sur cinq a commencé cette pratique dans les 6 derniers mois. Cela révèle à nouveau l’impact du confinement sur nos habitudes.

Soundcore Life P2

Chez les parents, les chiffres sont également parlants avec 27% d’entre eux affirmant avoir découvert les livres numériques pendant ce confinement. Cela peut en partie expliquer le fait que les consommateurs de livres numériques soient globalement plus jeunes que les lecteurs de livres classiques (43,4 ans vs 48,8 ans).

Par ailleurs, en mars-avril 2020, une énorme augmentation des ventes a été enregistrée par les vendeurs, que ce soit Vivlio, Amazon ou d’autres plateformes montant jusqu’à 80% par rapport à l’année précédente.

Nous attendons donc les chiffres exacts pour l’année 2020 qui devraient sortir dans le courant du mois de juin ou de juillet si l’on se réfère aux informations des années précédentes. Cependant, il nous paraît vraisemblable d’affirmer que le chiffre d’affaires des éditeurs pour la vente de livres numériques a eu droit à une forte progression par rapport à 2019.

 

À l’avenir, les différents formats seront complémentaires plutôt qu’exclusifs

Livres, ebook et audiobook

Toujours selon l’étude du Syndicat national de l’édition, un lecteur sur quatre estime que le confinement a eu un impact sur sa consommation de livres. Nous pourrions donc envisager une consommation du numérique similaire à 2020 en 2021, par rapport à la consommation de 2019, tant que les périodes de confinement restent majoritaires.

Par ailleurs, si certains prévoient encore une progression des revenus mondiaux du livre et de la presse numériques de 9% par rapport à 2020, il nous semble plus probable, pour la France, que le déconfinement progressif permette au livre papier de reprendre ses parts comme il l’a fait lors de l’entre deux confinements en 2020. 

Néanmoins, nous pourrions être étonnés de ce que l’avenir nous réserve au regard du passé et nous serions bien présomptueux d’essayer de le prédire. Pour notre part, nous pensons simplement que les lecteurs vont se montrer plus flexibles à l’avenir et utiliser les supports numériques en complément des livres papiers grâce à leurs récentes découvertes mais aussi car le livre numérique attire un lectorat plus jeune.

C’est finalement ce qui caractérise la génération Y (née entre 1980 et 2000), qui a grandi avec Internet et parvient donc le mieux à intégrer le numérique de manière équilibrée dans sa vie de tous les jours, en comparaison avec la génération X (née avant 1980) dont l’adaptabilité aux nouvelles technologies est moindre. 

Reste à voir comment la génération Z (née après 2000) fera évoluer le marché lorsqu’elle entrera dans la vie active, elle qui baigne dans Internet et les réseaux sociaux depuis sa naissance.

 

​​​​​​​​​​​​​​​​Après avoir été fleuriste indépendante et femme entrepreneur pendant presque deux ans, Marie a rejoint l’équipe de Selectos au poste de Responsable Mise à Jour, où la gestion et l’organisation sont de mise. Toujours à l’affût des dernières sorties produit et analysant sans relâche le marché, elle s’assure de la tenue à jour des centaines de sélections du site.