Finis les problèmes de stockage sur PS5, Sony active l’extension SSD

Publié le 2 mars 2021 

Le 26 février, Sony a annoncé sa décision d’activer le port M.2 de ses consoles à l’aide d’une mise à jour. Cette décision permet aux joueurs d’étendre librement le stockage de leur console par l’ajout d’un SSD interne.
Cette solution, bien différente de ce qu’on retrouve chez ses concurrents, pourrait bien être le meilleur compromis actuellement.

 

À l’aube du tout dématérialisé, la capacité de stockage interne des consoles se doit d’être de plus en plus élevée. Malheureusement, difficile d’intervenir sur le disque dur préinstallé, ce qui rend toute upgrade impossible. Sony avait anticipé la chose en prévoyant un port M.2 sur sa PS5 mais quelle ne fut pas la déception des acheteurs en remarquant que ce dernier était désactivé à l’origine. Heureusement, ce problème ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir grâce à une future mise à jour, déployée cet été.

 

Un stockage initial limité

L’évolution technologique est bénéfique à la qualité graphique de tous les nouveaux jeux apparaissant sur le marché. Cependant, qui dit graphismes plus poussés… dit besoin en stockage bien plus élevé.

Par conséquent, les 500 Go qu’on pouvait retrouver sur une PS4, par exemple, sont bien trop limités pour les tous derniers Call of Duty (qui dépassent allègrement les 200 Go).

Sur les consoles next-gen, on retrouve respectivement 825 Go sur la PS5 (667 Go exploitables), 1 To pour la Xbox Series X (802 Go exploitables) et 512 Go pour la Series S (364 Go exploitables). Par conséquent, ce problème est toujours présent malgré le passage du temps. La faute ici au coût des SSD M.2, plus onéreux, tant pour l’acheteur que le constructeur, mais plus véloces.

 

Des possibilités de mise à jour… coûteuses

Comme nous l’avons évoqué plus haut, Sony a prévu un port M.2 pour l’intégration d’un SSD supplémentaire. Malheureusement, ce dernier étant désactivé lors de la sortie, il n’était que peu utile pour l’acheteur. Il reste donc au joueur la possibilité d’utiliser un disque dur externe via l’USB mais rien n’indique que la console accepte de l’utiliser pour le stockage des jeux.

Microsoft, de son côté, a prévu une carte d’extension créée en collaboration avec Seagate. Cette dernière, d’une capacité d’1 To, s’intègre facilement dans le système en tant que stockage supplémentaire. Par conséquent, les jeux peuvent être installés et utilisés sans encombre. Cependant, l’inconvénient principal vient du prix de 249,99 €, soit presque le double du prix d’un SSD NVMe classique.

Le géant californien laisse aussi la possibilité d’utiliser un disque dur externe. Ce dernier peut ici servir à stocker les jeux qui pourront ensuite être transférés sur la mémoire principale si vous souhaitez y jouer. Cette solution permet donc d’éviter de devoir télécharger vos jeux à chaque fois.

 

La solution made by Sony

Au final, la solution proposée par Sony nous semble la plus adéquate, une fois que la mise à jour aura été déployée pour activer ce fameux port. Elle agit comme un compromis entre ce que propose Microsoft avec son extension imposée (et coûteuse) et un système totalement fermé. Il faudra cependant un peu de patience car elle n’arrivera que cet été.

Elle va ainsi permettre à l’utilisateur de profiter d’une expérience agréable et efficace tout en lui laissant la possibilité de choisir lui-même la marque et la capacité du stockage supplémentaire, et donc son prix. Vous pourrez donc adapter votre configuration à votre utilisation : si vous misez sur des jeux indépendants, le besoin sera moindre que pour les triple A.

 

​​​​​​​​​​​​​​​​Diplômé en marketing, il a l’œil pour déchiffrer le vrai du faux des argumentaires produits et décrypter le langage des marques. Technophile dans l’âme et passionné par l’automobile depuis toujours, les innombrables spécificités techniques du high-tech n’ont aucun secret pour lui et il est toujours informé des dernière sorties et tendances en la matière.